15/09/2006

Le pape et l'islam : nouvelle cacophonie médiatique

medium_060915093030.sg29scec2_le-pape-beno-t-xvi-salue-une-delegation-de-religieb_1_.jpgUn faux scandale. Fabriqué par les médias européens...

 

 

 

Résumé de la note : après avoir déchaîné l'opinion musulmane mondiale en publiant les caricatures contre Mahomet, nos médias la re-déchaînent en accusant Benoît XVI de calomnier l'Islam. Or tout est faux dans cette accusation. Les journalistes n'ont simplement pas compris de quoi parlait le pape... Lire aussi dans cette note : la mise au point du Vatican.


 

Il fallait s'y attendre : quand on a entendu les radios dire que le discours de Benoît XVI  à l'université de Ratisbonne avait "donné du fil à retordre aux journalistes", cela annonçait une cacophonie de grande ampleur. Parce que le sujet était périlleux : il s'agissait de l'islam. Et la presse avouait n'avoir rien saisi des propos philosophiques du pape.

Ca n'a pas manqué. Nos médias ont annoncé que le pape "accusait l'islam" d'être "un fauteur de violence".

Des pouvoirs politiques islamistes ont donc exigé des excuses du Saint-Siège.

Puis l'Inde a flétri l'Eglise catholique, en parlant des Croisades !

En feed-back, les médias européens moulinent actuellement la polémique : ils accusent le pape de compromettre... l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne.

Et l'on entend sur toutes les ondes le recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, assurer que Benoît XVI ne connaît rien à l'islam.

Si l'on reprenait tous ces éléments un par un, le "scandale" se dégonflerait :

 

 1. Le pape n'a pas tenu le discours belliqueux que les journalistes ont cru entendre. Il a fait, devant un parterre d'universitaires, une comparaison philosophique sur le rôle de la raison dans la pensée islamique traditionnelle et dans la pensée catholique (voir ma note de ce blog). Certes il a cité le texte de l'empereur byzantin Manuel II (1391), mais tous les historiens connaissent ce texte, qui est l'un des incontournables "classiques" de la controverse islamo-chrétienne au Moyen Age ; aucun examen de la question ne peut le passer sous silence. D'autre part, Benoît XVI a souligné qu'une sourate du Coran désavouait la coercition en matière religieuse, et donc la violence. Ce que le pape condamne est évidemment l'islamisme, qui est l'une des évolutions possibles de l'islam... et que chacun a sous les yeux aujourd'hui. Donc le "scandale de Ratisbonne" n'existe pas, ainsi que l'a fait observer le responsable du dialogue chrétiens-musulmans auprès de l'épiscopat français.

 

 2. Ce scandale a pourtant été lancé, et par nos médias (une fois de plus). Ils n'ont rien compris au discours universitaire de Ratisbonne. Mais ils déchaînent l'opinion islamique dans le monde. Rappelons qu'ils l'avaient déjà déchaînée, mais par leurs propres caricatures  contre Mahomet !  A ce moment-là, les médias avaient revendiqué le droit d'insulter stupidement l'islam ; aujourd'hui, ils interdisent au pape de l'analyser intelligemment. Les médias ne nous déçoivent jamais.

 

3. Voir le Pakistan (!) exiger des excuses du Saint Siège en lui reprochant les Croisades, c'est une sinistre bouffonnerie quand on sait que les talibans, armés par... les services pakistanais, font en ce moment le coup de feu contre les soldats de l'OTAN en Afghanistan. Voir l'Inde faire écho au Pakistan - son ennemi absolu - est un autre gag, quand on sait que les milices hindouistes tuent des prêtres et des fidèles chrétiens, sur le territoire indien, depuis plusieurs années, et que les protestations du Vatican trouvent oreilles closes à New Delhi. Le sommet est atteint quand le quotidien The Hindu parle de l'Inquisition*, et lorsqu'on voit que la "plainte" de l'Inde contre Rome est émise par une commission indienne "aux droits des minorités" !

 

4. Entendre les journalistes français craindre que Benoît XVI fasse de la peine aux Turcs, est encore plus sidérant. Si la Turquie pose un problème, ce n'est pas de la faute du pape. Hier soir encore, sur LCI, le ministre turc des Affaires étrangères était sur la sellette ; le lobby européen pro-turc à Bruxelles commence lui-même à se demander si l'attitude de la Turquie envers ses voisins, envers ses minorités, et envers l'Europe, permet vraiment aux négociations de s'ouvrir !  Est-ce que les journalistes ne regardent pas la télévision ?

 

---------------

(*)  Les rédacteurs de The Hindu savent l'histoire, ils ont lu Dan Brown.

 

LA MISE AU POINT DU VATICAN    (source : Zenit)

ROME, Jeudi 14 septembre 2006 (ZENIT.org)

 « Benoît XVI souhaite cultiver le respect et le dialogue entre les autres religions et cultures, de toute évidence également envers l’islam », a affirmé le père Federico Lombardi S.J., directeur de la salle de presse du Saint-Siège.

Le père Lombardi a fait cette déclaration à la presse à la suite des réactions de certains représentants musulmans au discours prononcé mardi par Benoît XVI à l’Université de Ratisbonne.

Ali Bardakoglu, le grand mufti de Turquie, en particulier, a déclaré avoir été profondément offensé par les commentaires sur la guerre sainte faits par le pape au cours de sa visite en Bavière, qu’il considère comme «particulièrement préoccupants, au point de susciter la tristesse, et inopportuns».

« Ce que le pape a à cœur est un clair et radical refus de la motivation religieuse de la violence. Son intention n’était certes pas d’offenser la sensibilité des musulmans », a déclaré le directeur de la salle de presse du Saint-Siège.

Mardi dernier le pape a abordé le thème de la guerre sainte en rappelant un passage édité par le professeur Theodore Khoury du dialogue que l’empereur byzantin Manuel II Paléologue, eut avec un perse cultivé sur le christianisme et l’islam et sur la vérité des deux religions.

« La violence est en opposition avec la nature de Dieu et la nature de l’âme » a affirmé le pape.

« La foi est fruit de l’âme, non du corps. Celui qui veut donc conduire une personne à la foi a besoin de la capacité de bien parler et de raisonner correctement, et non de la violence et de la menace », a-t-il poursuivi, citant l’empereur byzantin.

« L’affirmation décisive dans cette argumentation contre la conversion au moyen de la violence est : ne pas agir conformément à la raison est contraire à la nature de Dieu », a ajouté le pape.

 

Commentaires

> Merci pour cette prise de position éclairante une nouvelle fois. J'espère que rapidement une traduction française complète et officielle de la très belle et surtout philosophique intervention de Benoît XVI à l'Université de Ratisbonne sera publiée par le Saint-Siège, afin que le message du Très Saint-Père ne soit pas caricaturé (si on ose dire ...) par les médias francophones. Encore faudra-t-il qu'elle soit lue, puis comprise. Et là, il y a encore du travail !!!
Laurent PASSER

Écrit par : Laurent Passer | 15/09/2006

[de : mongka]

RETARD ETONNANT

> Le pape a prononcé sa conférence il y a 3 jours. Le nouveau "ministre" des affaires étrangères est français, et aucune traduction intégrale hormis la vidéo de KTO n'est proposée. C'est stupéfiant!
Les verbatim qui circulent dans la presse sont-ils extraits de l'allocution de BXVI ou de Manuel II... ou des 2 ? Je trouve ce retard étonnant. La Croix ne propose que des extraits...

Écrit par : mongka | 15/09/2006

[de : Qwyzyx]

PAUPERISATION INTELLECTUELLE

> Le Pape aurait demandé pardon. C'est le seul article que j'ai trouvé, et le texte ne reprend pas l'information du titre.
http://www.tgcom.mediaset.it/mondo/articoli/articolo327682.shtml;
De façon plus générale : dans "Mon Oncle Benjamin", Jacques Brel explique qu'entre un philosophe et neuf imbéciles, la démocratie veut que les neuf imbéciles aient toujours raison. Cette boutade caractériserait-elle le fonctionnement des médias ou même de la politique ?
Benoît XVI est comme un élève brillant dans une classe de cancres. Personne ne le comprend, et donc tout le monde pense qu'il est normal de le tourner en dérision.
C'est l'inertie de la médiocrité. Par faiblesse, on l'a instituée en nouvel art de vivre. Une manifestation de la paupérisation intellectuelle que dénonce justement le pape, qu'entretient la fuite en avant des élites à préférer se réfugier dans la facilité et la superficialité des apparences.

Écrit par : Qwyzyx | 15/09/2006

[de : cristiana]

> Un peu interloquée par ce que j'ai entendu sur France Info concernant ce prétendu "scandale", je viens m'informer sur votre blog, toujours de grande qualité. Et j'y trouve, comme à l'habitude, une analyse très éclairante. Soyez-en sincèrement remercié.

Écrit par : cristiana | 15/09/2006

[de : fatalis]


> Il faudrait quand même, un jour, avoir le courage d'affirmer que chaque dogme porte en lui les racines du mal, et quand on lit le coran (sourate sur les femmes, la violence du texte qui monte au fur et à mesure que le pouvoir de l'auteur s'affirme...)....

« La violence est en opposition avec la nature de Dieu et la nature de l’âme » a affirmé le pape.

Inexact et archaique point de vue, à mes yeux. La nature de Dieu n'a que faire de ce que nous estimons juste, injuste, violent ou pas. La nature de Dieu est de favoriser la vie par tous les moyens, y compris la destruction des plus faibles.

La nature est Dieu.

Et l'avenir de l'homme est contre nature.

F.


[Réponse de P.P. à F. : Sans moi !]

Écrit par : fatalis | 15/09/2006

PLUSIEURS REFLEXIONS SUR CETTE AFFAIRE :

> 1. Cette semaine, une personnalité connue dans le monde entier a prononcé tout un discours faisant le lien entre l'Islam et la violence. Il s'appelle Ayman Al Zawahiri, n°2 d'Al Qaida. Bizarrement, aucun responsable musulman ne s'en est publiquement ému ...

2. Les médias souhaitaient ardamment que le Pape aborde les "questions essentielles" (comprenez le mariage des prêtres, l'ordinations des femmes, ...). Ils ont été servis avec LA question essentielle : celle de la possibilité du choc des civilisations.

3. Le pape nous en donne les raisons profondes : d'un côté, un occident rationnaliste qui ne veut pas faire entrer les questions de la foi dans le domaine de la Raison. De l'autre, un monde musulman qui ne veut pas faire entrer la raison dans le domaine de la Foi. Si l'on ose dire, l'Occident fait un usage déraisonnable de la Raison, et le monde musulman a une vision infidèle de la Foi musulmane. Lumineux !

4. Est-il normal, alors que (vous connaissez la rengaine), on est en 2006, on n'est plus au Moyen-Age, on est super-moderne, ..., ce soit un Pape et non les politiques ou les intellectuels qui viennent analyser les causes profondes de la question primordiale de notre société ?

Écrit par : Fab | 15/09/2006

[de : mongka]

> @ fatalis:

"Il faudrait quand même, un jour, avoir le courage d'affirmer que chaque dogme porte en lui les racines du mal".
Sans blague, du courage pour affirmer ? OK. Les chiens ont 5 pattes. Je l'affirme !
C'est courageux ?

Écrit par : mongka | 15/09/2006

> Le discours du pape est lisible en anglais sur le site du vatican. C'est un long discours théologique où l'islam n'est pas central, mais où il est évoqué pour condamner la guerre sainte et la violence ("Dieu n'aime pas le sang"). La réaction du monde musulman en dit long sur sa radicalisation...

Écrit par : polluxe | 16/09/2006

> Merci de tout coeur pour votre éclairage. Internet est un excellent moyen pour s'informer. Nous avons repris le discours sous: www.vocations.ch. Notre site a aussi une vocation de servir la vérité.

Écrit par : Abbé Dominique Rimaz | 16/09/2006

> Juste un petit commentaire sur la "cacophonie médiatique" dont vous parlez. Il n'y a pas lieu de s'étonner du traitement médiatique de tout ce qui touche de près ou de loin à la religion catholique, au pape en particulier. C'est qui est en revanche plus étonnant c'est quand se démarque un édito. Celui du Monde en date du 15 sept. , bien que perfectible en certains points, me semble assez mesuré.

Merci pour votre blog.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-3232,36-813336@51-810140,0.html


[Réponse de P.P. : - D'accord, ,notamment sur l'édito du Monde. Et pour le reste, en effet, il n'y a pas de quoi s'étonner : le système matérialiste mercantile, dont la machine médiatique est un rouage essentiel, est cathophobe par réflexe.]

Cette réponse s'adresse au commentaire

Écrit par : giurgu | 16/09/2006

> Le discours de Benoît XVI à Ratisbonne peut être consulté en français à l'adresse suivante :

http://www.zenit.org/french/visualizza.phtml?sid=94933

Écrit par : Uncle Toby | 16/09/2006

> Comme toutes les polémiques, celle-ci se perdra dans les sables.. Croire que le journaliste lambda, issu d'une école qui produit 25 % d'analphabètes est capable de retransmettre l'essentiel d'une conférence théologique de haut niveau est une illusion. Il suffit d'attendre qu'un autre évènement surgisse pour que la meute se précipite sur l'os présenté et oublie le précédent. Tout le problème est de trouver LA bonne source d'information, et vous en faites partie, toute brosse à reluire écartée.
Concernant l'islam, depuis 632, cette religion s'est répandue à la pointe du cimeterre et continue à le faire en le remplaçant par des explosifs. L'histoire, quand on veut bien s'en donner la peine, est une source d'information autrement plus fiable que le quotidien habituel.
Continuez vos blogs, ça fait du bien

Écrit par : Henri | 16/09/2006

> "Cette semaine, une personnalité connue dans le monde entier a prononcé tout un discours faisant le lien entre l'Islam et la violence. Il s'appelle Ayman Al Zawahiri, n°2 d'Al Qaida. Bizarrement, aucun responsable musulman ne s'en est publiquement ému" ...

Eh oui, tout est là: et nos médias qui jouent les effarouchées devant le parler vrai du Pape ont dûment transmis et sans le moindre état d'âme l'appel au meurtre de masse de Zawahiri, comme ceux de Ben Laden avant lui et comme les autres après ...

http://jcdurbant.blog.lemonde.fr/jcdurbant/2006/09/enfin_un_pape_q.html

Écrit par : jc durbant | 16/09/2006

> Les journaux télévisés et les tables ronde du moment montrent qu'en étant les promoteurs d'un "Conseil Français du Culte Musulman" nos dirigeants ont donné aux journalistes, friands de scoops anti-chrétiens, l'occasion de mettre sur le même plan Dalil Boubakeur et le Pape.
Sans qu'un tel conseil, son président, et ses affiliés aient publiquement reconnu un minimum des règles essentielles pour un citoyen français, telles que:
- l'égalité de droits entre l'homme et la femme,
- la condamnation de la polygamie,
- celle du "droit de la charria" dans quelque société que ce soit,
- etc
Tant que de tels engagements officiels et répétés n'existent pas ce "Conseil" n'est qu'un "machin" dont on ne connait, ni la pensée, ni l'objectif, avec l'existence duquel les journalistes feront joujou pour abuser les braves gens peu informés, ceux que les cyniques dirigeants communistes appelaient les "idiots utiles".
JB


[Réponse de P.P. : - Le CFCM adhère légalement aux règles du jeu républicaines.]

Écrit par : Bascou jean | 16/09/2006

> Merci de votre mise au point
mais pourra -t-on faire remarquer
qu'il n'est pas possible de faire pour l' Islam et le Coran la même critique historique et exégétique que l'on fait depuis deux siècles et plus sur la Bible et le Christianisme
Jean CLaude Barreau s'est fait limoger de sa place de conseiller près de Fr Mitterand ,sous la pression de pays arabe , à la suite de la parution de son livre sur l' Islam aux propos très modérés mais qui en pouvaient passer sous silence certains problèmes.
La façon dont réagissent certains pays ou certains groupes , pourtant non -islamistes démontre en elle même la rupture entre l' islam et le monde moderne

Écrit par : Godin | 16/09/2006

> Merci pour ces précieuses précisions.

Benoit XVI n'est pas Jean Paul II, et cela ne lui enlève ni le lui ajoute rien.

Il a son charisme propre : celui de l'intelligence de la foi, dans la grande tradition thomiste,et aristotélicienne, nécessitant sans cesse d'interroger la foi à la lumière de la raison, comme premier vecteur de transmission.

Dans une société de communication instantanée, et où la réflexion par la lecture d'articles de quotidiens ( au mieux et en diagionale), de dépêches internet, de scoops télévisuels, comment une réflexion aussi profonde que celle de Benoit XVI pouvait elle être acceptée.

Il ne faut pas déplacer les débats : D'abord et avant tout la philosophie interroge avant même d'apporter des réponses, et tel était le sens du discours de Benoit XVI

Ensuite, on parle de propos infamants à l'égard de l'islam, mais en même temps, on appelle à réserver à Benoit XVI le même sort qu'à Salman RUSHDI, on fait sauter des bombes devant les églises, et on anonce que des attentats seront commis contre le vatican et l'italie...

Et après cela, les propos de l'empereur byzantin, qui ne sont pas ceux de Benoit XVI, seraient déplacés, et faux?

Difficile à croire, étant ici observé que personne dans le monde musulman "modéré" ne s'est insurgé contre les faits énoncés ci dessus, les réactions non seulement dangereuses et scandaleuses, mais contraires à l'intelligence et à la foi.

Ainsi, se servir de la croix chrétienne à des fins publicitaires, et de la foi catholique pour illustrer l'importance du préservatif n'est pas grave, et faire sauter un cinéma à l'occasion de la sortie de la dernière tentation du Christ serait un attentat ( ce qui est vrai d'ailleurs !), mais faire sauter une église en Irak, bruler l'effigie du pape, appeler à traquer le Pape, et proférer des menaces publiques de mort sans nom, est une réaction légitime et compréhensible à l'attaque prétendue fait à l'islam..

Aussi, retiendrons nous de cette affaire, que la tolérance de l'islam est grande lorsque l'on porte atteinte à la foi des autres, mais qu'il n'est pas possible sous peine de se faire tuer, pourchasser, et subir des attentats, de citer les propos partiels d'ailleurs d'un empereur byzantin du moyen âge.....

Cela porte un nom : la dictature, et elle est bien en marche.

Écrit par : fabrice d | 17/09/2006

> Je ne crois pas l'avoir vu dans vos colonnes, Monsieur de Plunkett, mais la traduction est dispo sur un site que vous connaissez bien, Liberté Politique : http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article.php?id=1671

Et il est indispensable d'en prendre connaissance pour bien mesure l'ampleur de la "mystification".

Écrit par : koz | 17/09/2006

> J'ai l'impression que les médias cherchent un dérapage du pape. Chaque parole du pape est surveillée, passé au tamis de la bien-pensance . Comme les médias n'arrivent pas à trouver un faux pas, ils en inventent

Écrit par : Fabrice Trochet | 17/09/2006

> Nous voici donc pris entre des islamistes qui n'entendent que ce qu'il désirent entendre (mais n'est-ce pas le rôle dans lequel ils justifient leur existence ?) et des médias qui "courrent" la copie.
Quelqu'un voit-il une issue (pour ne pas dire l'Issue) de ce dangereux dialogue de sourds ?

A titre indicatif le texte complet de l'intervention de Benoît XVI se trouve à l'adresse ci-dessous :

http://www.zenit.org/french/visualizza.phtml?sid=94933

Écrit par : Laurent F. | 18/09/2006

> C'est un grand théoricien des religions et si les définitions de la croyance de l'Islam et leur vision de Dieu,est exacte, alors c'est terrifiant, car on ne pourra jamais s'entendre avec eux.ils sont notre nouvelle épreuve envoyée par Dieu; pourvu qu'il n'y ait point de martyr ni ne nouvelle guerre; l'attitude de Benoit XVI fut magnifique , digne, subtile; digne d'un très grand pape.

[Réponse de P.P. : - Attention, le pape ne reprend pas à son compte les formules du vieil empereur de Byzance. Relisez le discours de Ratisbonne : le raisonnement de Benoît XVI ne s'appuie pas sur cette phrase-là de Manuel II, mais sur la phrase suivante... qui ne parle pas précisément de l'islam.]

Cette réponse s'adresse au commentaire

Écrit par : Danielle Vergne | 18/09/2006

> Ne nous leurrons pas.Que reproche-t-on au pape?La vérité n 'est-elle pas faite pour être dite? Peut -on vraiment attendre du pape,successeur de Pierre, un éloge de la violence?La foi, la vraie, ne s'impose pas.Les musulmans devaient par contre être fiers d'avoir un interlocuteur sincère, et même s'ils décidaient de le tuer ils perdraient leur temps car ils ne tueraient pas la vérité. La vie et la liberté sont sacrées, le pape Benoit XVI l' a compris, l'a enseigné, et il est pret à mourir comme le Christ pour ça.

Me Guy-Marin BAGUMA (avocat) en RDC

Écrit par : Guy- Marin BAGUMA | 18/09/2006

Que pensez-vous de la traduction "expurgée" du discours du Pape par Le Monde ? Comme je le souligne ici (http://koztoujours.free.fr/index.php/2006/09/18/le-monde-doit-sexpliquer/ ), cette traduction prétendument fondée sur la version italienne traduit "dopo essersi pronunciato in modo così pesante" par "L’empereur expose ensuite minutieusement"... J'ai beaucoup de mal à n'y voir que maladresse ou incompétence.

Écrit par : koz | 18/09/2006

> Ni catho, ni de droite... je trouve monstrueux le battage autour des propos du pape et l'inversion complète de ce qu'il a réellement dit.
Ce qui est en question c'est la manière dont les journalistes réagissent face à certaines machines de propagande : communiste hier, islamiste aujourd'hui. On s'arrête au spectacle de la rue et on refuse très frileusement de se prononcer sur le fait déclencheur : en l'espèce un discours qu'on n'a pas pris la peine de lire pour en conclure que les manifs en cause sont une bouffonnerie... et pour passer à plus sérieux en matière d'information.

Écrit par : yves | 20/09/2006

> Mercredi 13 (me semble t il) avant que la "grosse machine de guerre à polémiquer et créer des scandales" ne s'emballe, j'ai entendu sur France culture une très bonne analyse de Dominique Bromberger sur "un discours du pape qui ferait date". Ce discours est celui du pape à Ratizbonne, celui qui a fait couler tant d'encre.
Mais pour D. Bromberger, ce qui devait faire date, ce n'étaient pas deux lignes isolées de leur contexte et que personne n'a jamais lues réellement, mais bien le contenu du discours du pape sur les liens existant entre la foi et la raison !
Face à ce déchainement médiatique, je crois qu'il est bon que chacun nous s'approprie ce texte en ENTIER par sa lecture attentive et sa méditation ; et ensuite, de le faire partager le plus largement possible en expliquant à nos connaissances ce dont il traite réellement, directement ou via nos blogs, nos mails, encart dans des journaux paroissiaux, etc...
Ainsi non seulement les idées reçues sur ce qu'a dit le pape tomberont, mais aussi les idées reçues sur l'opposition prétendue entre foi et raison !

Je constate avec plaisir que, dans la petite partie de la blogosphère catho dans laquelle je voyage, ceci est déjà à l'oeuvre en partie. Cependant, si la rectification sur ce qu'a dit le pape concernant l'islam est bien expliqué, l'analyse substantielle de son discours est un peu mise de côté. Dommage, non?

Merci à P.P. de rendre claire la voix des catho dans un monde qui y est devenu si hermétique. J'ai hate de voir l'émission de C dans l'air sur le net !!

Écrit par : Bob | 20/09/2006

Les commentaires sont fermés.