Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2022

"Le pape François promeut une Eglise mondialisée"

22621038lpw-22621098-article-pape-francois-messe-noel-jpg_8458231.jpg

Ce titre du Monde relance la fureur des ultras contre le pape jésuite. Que l'Eglise soit mondiale est pourtant une évidence sociologique et eschatologique qui ne peut choquer aucun catholique :


“Le pape François promeut une Eglise mondialisée”, titre Le Monde (30/08). Il n’en faut pas plus aux twittos ultras pour s’indigner – encore une fois – contre ce pape. Comme leurs jumeaux-ennemis les woke, un mot suffit à révulser les ultras : ils se tétanisent devant les quatre syllabes “mondialiser” comme Sandrine Rousseau devant “virilité”. Pour eux “mondialiser” est un mot-diable : quand ils le voient ils jettent de l’eau bénite… 

Signé de Cécile Chambraud, l’article du Monde ne fait pourtant que commenter la cérémonie du Vatican où le pape a créé vingt nouveaux cardinaux le 27 août. Pourquoi la journaliste parle-t-elle d’une Eglise “mondialisée” ? Parce que désormais, parmi les cardinaux des futurs conclaves, les Européens ne seront plus 52 % mais 40 % ; les Italiens notamment ne seront plus que 15 % (contre 24 % naguère).

Depuis son accession au pontificat, François s’emploie en effet à créer des cardinaux asiatiques, africains, latino-américains etc : quitte à se faire accuser par un prêtre tradi (qu’on a connu plus fin) de “bourrer les urnes” pour le prochain conclave… En réalité, ce qui est en cours est simplement un rééquilibrage de l’Eglise catholique pour ajuster ses structures internationales à l’évolution démographique du monde. Évolution qui est aussi celle de l’Eglise…

Pour s’en indigner il faudrait avoir des arrière-pensées peu catholiques, puisque l’Eglise est mondiale par vocation. Nier cette évidence revient à nier la mission confiée à elle par le Christ. Et prétendre que cette mission ne peut être remplie que sous l’égide de “la culture européenne” (propos fréquent dans certains milieux), revient à subordonner la foi à une certaine culture : ce qui n’est rien d’autre que du relativisme inconscient – ou de l’agnosticisme inavoué !

Les ultras qui se veulent absolutistes ne sont donc que des relativistes. Hypersubjectifs et allergiques à des mots, ils sont paradoxalement proches des woke. C’est ainsi que l’intégriste et le progressiste sont deux avatars du postmoderne.

 

 

536198549.2.jpg

 

Commentaires

> Il est certain qu'aux yeux de ces ultras, un Italien parti évangéliser en Mongolie n'est que la pâle figure des cardinaux d'antan, traînant leur cappa magna sous les ors de leurs palais archiépiscopaux. Ces nostalgiques ne doivent pas non plus se réjouir de l'élévation du cardinal Aveline, sans doute trop ouvert au dialogue interreligieux pour être acceptable. On ne peut que leur conseiller de lire l'Évangile : il n'y est pas question de princes de l'Église mais de disciples du Christ...

P.S. Le cardinal Brandmüller, qui appartient à cette mouvance et signa les 'dubia' il y a quelques années, proposa hier de limiter le droit de vote au conclave aux cardinaux romains ! De l'entre-soi, donc, avec sans doute en filigrane le désir de ne jamais confier le ministère pétrinien à un homme de couleur. La vieillesse est un naufrage, disait de Gaulle...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 31/08/2022

MANQUE DE FIDÈLES

> Malheureusement, l'Europe n'est plus la région du monde la plus chrétienne. Dans mon diocèse de campagne, la déchristianisation est spectaculaire. On y discutait récemment des réorganisations dues au manque de prêtres et on se rendait compte que le problème était plutôt le manque de fidèles. Les plus âgés ont la nostalgie de l'époque, qu'ils ont bien connue, où chaque clocher avait son prêtre, mais on ne peut que constater que, aujourd'hui, il faut réunir quarante clochers pour remplir un peu une seule église.
______

Écrit par : Albert / | 01/09/2022

LE CLIMAT SOCIAL

> à Paul Béard : je pense comme vous sur la question. La disparition des fidèles a de nombreuses causes, dont la principale est la pression formidable du climat antispirituel de la société. Preuve a contrario : l'apparition d'un islam bien peuplé n'est pas un phénomène spirituel mais sociologique et démographique.
______

Écrit par : Marie-Sylvie D./ | 06/09/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.