Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2020

Black Bloc, énigmatique saboteur de mouvements sociaux

GettyImages-525513886.jpg

Mon éditorial du lundi matin à RCF :


https://rcf.fr/la-matinale/les-black-blocs-un-phenomene-a...

<<  Un juriste de 1800 disait : "Le Parlement britannique peut tout faire sauf changer un homme en femme". Et même ça, aujourd’hui, nos démocraties peuvent le faire... La seule chose qui paraisse insurmontable, en tout cas à la démocratie française, c’est d’empêcher les Black Blocs de ravager les quartiers commerçants le samedi après-midi. On vient encore de le voir avant-hier !  Encore une fois, les chaînes d’info ont relaté ces violences comme s’il s’agissait d’un phénomène météo. Et encore une fois, nous avons entendu des officiels dire que les Black Blocs sont un problème "depuis deux ou trois ans". Comme si c’était un produit de saison.

Or pas du tout ! Les Black Blocs ne sont pas un phénomène récent. Ils sont apparus il y a plus de vingt ans comme dissidence activiste de l’opposition à la mondialisation libérale, et ils ont vite dégénéré pour devenir cette chose étrange : un phénomène de sabotage permanent des mouvements sociaux.

Dès le printemps 2007, à Paris, la célèbre essayiste contestataire Naomi Klein accusait les Black Blocs de déconsidérer par leur violence absurde les manifestations légitimes qu’ils viennent infester.

Après le saccage des cortèges parisiens du 1er mai 2016 par les Black Blocs, les syndicalistes se sont étonnés que ces militants de la casse, surveillés par les services de renseignement, puissent ressurgir de manif en manif et soient très peu arrêtés.

Dans les manifestations de 2019, des personnalités "Gilets jaunes" se sont indignées de voir les Black Blocs libres de transformer ces manifestations sociales en destructions aveugles, provoquant ainsi l’exaspération des habitants.

Et ça continue. Lorsqu’on re-re-pose la question aux policiers aujourd’hui, ils re-re-font la réponse qu’ils faisaient déjà sous Sarkozy après le saccage de Poitiers en 2009 et sous Hollande après les saccages à Nantes en 2014 ou à Paris en 2016 ; et cette réponse est : "Nous attendons les ordres". Et lorsqu’on pose la question aux députés et aux ministres successifs, sous tous nos gouvernements, ils répondent par... des annonces pour l’avenir.

Tout ça est un peu énigmatique.  >>

 

 

logo.png

 

 

08:05 Publié dans Politique, Social | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : black blocs

Commentaires

"ÉNIGMATIQUE"

> Vous avez parfaitement raison. Tout cela est "énigmatique".
Le témoignage de Mme Linda Kebbab dans l'émission de M. Bourdin le confirme: https://www.bfmtv.com/replay-emissions/bourdin-direct/linda-kebbab-face-a-jean-jacques-bourdin-en-direct-30-11_VN-202011300109.html . A écouter à partir de 15:35 mn.
______

Écrit par : Anne D. / | 07/12/2020

B.B., SOUS-PRODUIT DU CONSUMÉRISME

> Les Black Blocs sont des antidémocrates, qui luttent concrètement contre la démocratie, qui voudraient tout détruire : en eux s'expriment le nihilisme de l'époque, son narcissisme, bien sûr (cf. Christopher Lasch, "La culture du narcissisme"). Dans les Black Blocs explosent véritablement toutes les caractéristiques négatives de la société consumériste actuelle, ils en sont le résidu excrémentiel. Ils ne viennent pas seulement de l'extrême gauche, une extrême gauche hystérisée par des gens abrutis d'amertumes et de haine, ils viennent aussi de l'extrême droite (j'en ai connu, hélas) : tous, ils se retrouvent dans l'action violente, la haine aveugle, l'apologie du néant, le ressentiment (si justement dénoncé par Cynthia Fleury). Quand la révolution était possible, ils furent les jacques brûleurs de château, les guillotineurs de 1793, les bolchéviques de la révolution russe, les artisans en Chine de la révolution culturelle (tellement adorée d'Alain Badiou, dans sa démence solitaire), etc. Ils voudraient presque tuer tout le monde -- y compris eux-mêmes, -- y compris la vie en général. Ils sont le contraire de la Lumière, ils apportent la destruction, le désespoir, le mal, la saleté. Il faut les stopper, c'est le rôle du gouvernement. Mais je crois qu'ils n'iront de toute façon pas bien loin. Le suicide leur pend au nez...
______

Écrit par : Bégand / | 07/12/2020

CURIEUX

> Totalement d'accord avec votre analyse, comment se fait-il que depuis autant de temps on n'ait toujours pas réussi à les identifier et casser leur organisation car il y en a une!
Curieux, très curieux!
C'est quand même pas très compliqué : prendre en filature quelques individus et remonter la filière, mais qui veut vraiment le faire?
Et on nous sert toujours la même fable à chaque fois, insaisissables, quelle blaque!
______

Écrit par : Jean-Claude / | 07/12/2020

KLINNE

> Mme Naomi Klein (prononcé clin) aurait-elle un lien de parenté quelconque avec Gérard Klein (prononcé pareillement clin)? :) ;)

RR


[ PP à RR – Elle est nord-américaine : son Klein se prononce... Klinne ! Mais je le prononce à la française. ]
______

Écrit par : Raphaël R. / | 07/12/2020

PETITE BIÈRE

> Nous connaissons les Black blocks, beaucoup moins les "Black bocks", et pour cause… A l'appui de nos doutes sur les méthodes policières en vigueur dans notre doux pays de France, je propose qu'on dénomme "Black bock" (bière très… brune ?) la petite bière du renseignement intérieur brassée via trois décrets tout récents du ministère de l'Intérieur (cf. au JO du 4 décembre 2020 : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042607323 ).
Où il apparaît que tout citoyen excipant d'« opinions politiques », de « convictions philosophiques, religieuses » ou d'une « appartenance syndicale » est un suspect en puissance dont les données informatiques méritent d'être collectées et fichées.
Logique, me direz-vous. Car, d'une certaine façon, avec le furieux développement des réseaux sociaux, la plupart des usagers de l'informatique méritent désormais le traitement réservé depuis toujours aux faiseurs d'opinion, à savoir les journalistes, automatiquement fichés par les RG (mon époque) dès qu'ils obtenaient leur carte de presse.
En ce qui me concerne, en tant que familier du blog de PP, je précise à l'intention de la brasserie de la place Beauvau que j'ai pris connaissance de ces décrets qui font jaser par le site de la télévision russe en langue française – https://francais.rt.com/france/81522-fichage-individus-selon-leurs-opinions-politiques-autorise-par-decret – ce qui fait nécessairement de moi un dangereux complice de Vladimir Poutine !
______

Écrit par : Denis / | 08/12/2020

Cher PdP,

> le titre que vous avez donné à ma petite intervention, "BB, sous-produits du consumérisme", ne représente pas tellement l'idée que je m'en fais. Les BB luttent autant contre le consumérisme que contre la démocratie -- c'est pourquoi par exemple ils saccagent les banques et mettent le feu aux voitures de luxe. La critique radicale de la société de consommation est certes une vieille idée gauchiste qui date au moins de Mai 68. Beaucoup s'en sont emparé avec des fortunes diverses, et des intentions multiples : mais ce n'est pas parce qu'au départ on a une même conviction, ici l'anti-consumérisme, qu'on se ressemble forcément. Heureusement ! La critique du consumérisme se retrouve par conséquent aussi bien chez les écologistes, chez les chrétiens, et certains autres groupes pacifiques, mais aussi évidemment chez les BB, qui en font un cheval de bataille terroriste. Les BB prennent prétexte de cette idée pour tout casser et légitimer leur politique active de la table rase, tel de nouveaux Attila, barbare et fléau de Dieu, sous qui l'herbe ne repoussait jamais. Moi-même, je me sens critique de la société de consommation, mais plutôt à la façon d'un Baudrillard, intellectuel raffiné, ou encore d'un Bernanos, mon romancier préféré, qui a tellement bien réfléchi sur la question dans ses essais. Il y a chez les BB, au contraire, une régression intellectuelle vers la barbarie qui les pousse à faire fi de 2000 ans de civilisation et à se complaire dans le nihilisme absolu de ceux qui veulent dynamiter la communauté et se suicider, après avoir tout raté. -- "La vie était la lumière des hommes", dit saint Jean, dans son prologue. Il faut se répéter cette phrase lorsque paraît un BB, adepte de la mort, bloc noir de néant, cela purifie l'atmosphère.
______

Écrit par : Bégand / | 08/12/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.