Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2020

Lois de bioéthique révisées : "Est-ce le sens de l'histoire ?"

2614233023.jpg

Communiqué de l'archevêque de Rennes Pierre d'Ornellas, au nom de la Conférence épiscopale française :


 
 

<<  Le projet de loi relatif à la bioéthique a été voté au creux de cette nuit ! Il veut instituer un nouveau mode de filiation en effaçant totalement le père dès la conception.

Au cours des débats, il a été plaidé que ce projet de loi concernait l’amour dans la famille. Mais les députés n’ont pas à s’immiscer dans cet intime et à légiférer sur l’amour ! Ils ont mission d’établir le droit à partir du respect de la dignité humaine et des valeurs éthiques qui en découlent, dont la protection du plus faible.

Par leur vote, les députés ont cherché un « équilibre ».

• Peut-on parler d’« équilibre » quand ce projet interdit de fait à des enfants d’avoir un père, et suscite en pratique une discrimination injuste entre eux ?

• Peut-on parler d’« équilibre » quand ce projet établit un égalitarisme entre toutes les femmes au regard de la PMA alors qu’elles ne sont pas dans une situation égale vis-à-vis de la procréation ?

• Peut-on parler d’« équilibre » quand ce projet conduit au risque de contourner le principe de gratuité par la nécessité d’acheter des gamètes humains ? Ce principe exprime une haute idée de la dignité humaine selon laquelle tous les éléments et produits du corps humain sont par nature gratuits en raison de la dignité de l’être humain dont ils sont issus.

• Peut-on parler d’un « équilibre » quand, à cause du projet parental dont le rôle a été majoré, le pouvoir des plus forts – celui des adultes – impose des désirs aux plus faibles – les enfants qui pourtant sont des sujets de droits ?

Les députés ont voté après avoir réfléchi et débattu sur d’autres sujets complexes concernant pour la plupart des situations douloureuses et parfois complexes en raison d’intérêts contradictoires. Ces réflexions vont se poursuivre avec les sénateurs. Les législateurs ont mission de réguler au plus juste les techniques biomédicales.

Les députés sont-ils allés dans le sens de l’histoire ? Leur vote n’est-il pas guidé par une certaine myopie ? Notre planète si malmenée nous impose d’urgence un virage écologique. L’usage excessif de techniques sur l’être humain ne nous obligera-t-il pas de prendre un virage, celui de l’écologie humaine ? « Tout est lié » dans le respect du vivant, qu’il appartienne à la nature ou qu’il soit humain. Ne ratons pas le sens de l’histoire !

Nous aussi, citoyens croyant en Dieu ou non, nous pouvons continuer à nourrir nos réflexions à partir des valeurs éthiques de dignité, de solidarité et de fraternité. Il s’agit de réfléchir sur la bioéthique en pensant qu’il est question d’une loi civile chargée du « bien commun » pour tous et non de situations particulières.

Nous connaissons tous l’une ou l’autre de ces situations. Elles sont dues à des accidents de la vie ou à des décisions individuelles. Même si elles sont parfois difficiles, elles ne sont pas exemptes d’amour, nul n’en doute. L’Église catholique continuera à les accompagner avec respect et sollicitude.

 

Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, 

responsable du groupe de travail bioéthique de la Conférence des évêques de France

1er août 2020

 

eveques[1].jpg

19:58 Publié dans Idées, Société | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags : bioéthique

Commentaires

UN MENSONGE LÉGAL

> Mgr d'Ornellas a tout dit dans sa conférence du 20 juillet dernier à Paris…
https://youtu.be/QHFvrPo-AUg
Ce projet de loi ne résiste pas au crible de la "fraternité", notion qui lui est parfaitement étrangère, quant à "l'amour", parlons-en… Certains parlementaires, si j'ai bien compris, ont osé comparer leur choix d'ouvrir la PMA à tous les couples à un acte digne de celui du "Bon samaritain"… Hénaurme !
La vérité oblige à rappeler que nul ne peut arbitrairement être privé par la loi républicaine d'un père ou d'une mère, que l'être humain est un écosystème dans sa dimension sexuée et sociale, que le "projet parental" est une pure et simple escroquerie, que la véritable éthique de ceux qui ont voté ce projet de loi est "l'éthique du curseur", qui consiste à observer jusqu'où il est possible d'aller trop loin pour répondre aux demandes du marché de la procréation…
Mais le texte, voté par les députés retourne au Sénat ; le combat n'est pas fini, et j'attends la prochaine "Manif pour tous" avec impatience !
______

Écrit par : Denis / | 02/08/2020

TERRIFIANT

> Si j'ai bien compris, la nouvelle loi comprend un autre aspect au moins aussi terrifiant: la possibilité d'utiliser l'embryon pour diverses expériences de laboratoire, y compris la création de chimères multi-espèces. L'embryon est ainsi totalement déshumanisé.
______

Écrit par : PF Huet / | 02/08/2020

EXTENSION DU DOMAINE DE L'I.M.G.

> Et aussi ce cavalier législatif sur l'avortement :
Alliance VITA dénonce la disposition adoptée à la sauvette en pleine nuit à la fin de l’examen du projet de loi bioéthique qui fait exploser l’encadrement de l’avortement en ajoutant le critère invérifiable de « détresse psychosociale » pour recourir à l’interruption médicale de grossesse (IMG), jusqu’au terme de la grossesse.
https://www.alliancevita.org/2020/08/cp-pjl-bioethique-alliance-vita-denonce-un-cavalier-legislatif-sur-lavortement/
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 02/08/2020

à Denis

> D'accord sur tout, sauf sur la Manif pour tous : ce rallye des bons messieurs et bonnes dames avec leurs bons enfants n'a jamais servi à rien, sauf à fournir une base sociologique à un certain courant politique... qui ne sert à rien non plus, sinon à donner raison à ses adversaires, à gâcher l'image du catholicisme dans l'Hexagone, et à fausser l'esprit de catholiques du courant central qui se sont laisser inconsciemment dextro-extrémiser.
______

Écrit par : Nathalie Champenois / | 04/08/2020

@ Nathalie Champenois

> Vous évoquez un "certain courant politique" qui recruterait dans les rangs de la Manif pour tous… Allons donc, aucun parti ne s'y reconnaît ni ne s'en réclame, si l'on excepte quelques francs-tireurs LR du type FX Bellamy, ou l'héritier de Mme Boutin à la tête de l'éthique et étique PCD, Jean-Frédéric Poisson… Pas de quoi mettre en péril, politiquement parlant, l'ultralibertarisme technolâtre dominant.
La vérité oblige à dire que la contestation de la loi de bioéthique par les évêques de France n'est pas sérieusement incarnée au plan politique, mais que le mouvement qui se rapproche le plus des convictions chrétiennes et catholiques qu'ils expriment est sans conteste la Manif pour tous.
Libre à vous d'y voir un "rallye" avec ses "bons messieurs", "bonnes dames" et "bons enfants". Je suis pour ma part convaincu que LMPT finira par accoucher de quelques-uns, dignes d'êtres écoutés et suivis en politique, et qui ne pourront être comparés aux fachos franchouillards nunuches et mythos qu'agite le Landerneau médiatique !
______

Écrit par : Denis / | 04/08/2020

à Nathalie Champenois

> Merci, Nathalie, pour votre commentaire qui est d'une telle justesse.
______

Écrit par : bernard / | 05/08/2020

à Denis

> Hum...
Connaissez-vous Laurent Landete, modérateur général de la communauté de l'Emmanuel de 2009 à 2018, directeur général délégué du Collège des Bernardins, membre du Conseil pontifical pour les laïcs et du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie ?
Dans son livre 'Dieu fait toutes choses nouvelles, regard d'un laïc sur la mission de l'Eglise aujourd'hui' (éditions de l'Emmanuel 2018), il constate l'effet partisan des MPT sur nombre de catholiques français :

« Je ne me suis pas senti à l'aise avec un côté identitaire apparu en 2013. Je revois ces Français, rassemblés à Rome pour la canonisation de Jean-Paul II, qui sifflaient systématiquement le Premier ministre Valls – venu représenter la France – quand il apparaissait sur les grands écrans. Cela ne se fait pas. Lorsqu'on se dit chrétien, on débat, on résiste, on peut être en colère, mais on ne siffle pas un homme. Quelle qu'ait été la faute de ce gouvernant, et elle était réelle, un disciple du Christ ne réagit pas ainsi. Ce jour-là, j'ai eu honte. » (page 141)

C'était le temps où Mme Boutin se posait en victime et où les sites cathos très à droite insultaient "Manuel Gaz".
Un homme spirituel aussi pondéré et responsable que Laurent Landete constate le méchant phénomène de dérapage d'une partie du milieu modéré. C'est une preuve que ce problème est réel.
Vous faites un acte de foi en la MPT en disant qu'elle produira forcément de bons fruits. C'est bienveillant de votre part, mais vous pourriez admettre que d'autres doutent de ces fruits en voyant les seules productions "politiques" de ce mouvement jusqu'à présent. Il faut avoir le courage de regarder la réalité, ne trouvez-vous pas ?
Bien à vous
NC
______

Écrit par : Nathalie Champenois / | 05/08/2020

@ NC

> Regarder la réalité avec courage, comme vous dites…
A vous lire, LMPT aurait organisé une manif à Rome à l'occasion de la canonisation de Jean-Paul II !
Si nous devons débattre de la mission des laïcs en politique, je vous exhorte à vous défaire de vos sentiments iréniques en ce domaine. Et à nous épargner les scoops en forme d'usine à Gaz, comme celui dont vous vous faites l'écho…
______

Écrit par : Denis / | 05/08/2020

LAURENT LANDETE

> Laurent Landete
, blessé.
2 aoettSpumûoctnfss,u amdSco08oc:1regdm3 ·
En tant que parents d’enfants atteints d’une maladie génétique, et en tant que parents tout simplement, nous sommes au delà de l’écœurement. Cette loi dite de bio éthique, votée en plein été, en pleine nuit et en pleine crise sanitaire et économique est une folie reposant sur une des plus grandes manipulations de notre histoire contemporaine!
Allons-nous maintenant passer à autre chose? Ou bien continuerons-nous à dénoncer ce scandale absolu?
1. Témoigner
2. Espérer
3. Se former et être capable de transmettre une véritable anthropologie chrétienne
4. Ne jamais répondre à cette violence par la violence
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 05/08/2020

@ Nathalie Champenois

> La Manif pour Tous a bien des imperfections, je vous l'accorde. Mais quelqu'un a-t-il une meilleure idée et surtout, une meilleure action ?
______

Écrit par : PF Huet / | 06/08/2020

ACTION

> à PF Huet – En politique comme partout la "bonne" ou "meilleure" action est celle qui apporte de "bons" ou "meilleurs" fruits. Bilan de la MPT : aucun fruit sauf des convulsions aux marges de l'ultradroite, et du côté de l'UMP-LR le mirage de SC, on a vu le résultat.
Les faits sont là.
______

Écrit par : Jérôme Toutain / | 06/08/2020

à Denis

> Pardon de me mêler de votre discussion avec NC, mais vous y allez fort en l'accusant de "se faire l'écho de scoops en forme d'usine à gaz" alors qu'elle cite un passage de Laurent Landete qui est une autorité morale reconnue. Ce passage ne dit nullement que la MPT aurait "organisé une manifestation à Rome" ! Mais quand on a fait les manifs en question, ce qui fut mon cas, on sait qu'elles portaient une hostilité virulente à Manuel Valls accusé de les avoir "gazées" (que devraient alors dire les Gilets jaunes ? que Castaner les a génocidés ?). Cette hostilité a dérapé en guerre politique, c'était inévitable, mais elle a débordé aussi sur le terrain religieux, entre autres à la cérémonie à Rome, et c'était très déplacé. Laurent Landete ne dit rien d'autre et je partage son point de vue en tant que catholique croyant sans autre étiquette.
______

Écrit par : Philippe Annebault / | 06/08/2020

TOUJOURS LA M.P.T.

> Je vois que nombre des lecteurs de PP anti-Manif pour tous utilisent l'ancien modérateur général de la communauté de l'Emmanuel, Laurent Landete, à leur crédit, dans ce débat dont lui-même se serait certainement passé.
Je propose que nous le débarrassions de cette croix.
Et que nous en appelions, non pas à M. Landete, mais au Cœur de Jésus pour régler notre différend.
Pour ma part, je pardonne soixante-dix fois sept fois, s'ils me le demandent, les agents qui ont arrosé de gaz lacrymogènes des enfants et leurs parents en mars 2013 à Paris, ainsi que leur patron, M. Valls. Et je pardonne dans la même proportion les intervenants de ce fil de commentaires qui confessent leur manque d'implication politique pour défendre la dignité de toute vie et le respect des enfants nés et à naître.
Revenons donc à Jésus, la seule urgence d'aujourd'hui.
J'aime assez cette prière au Cœur de Jésus “coronateur” (1), d'après sainte Marguerite-Marie, que j'ai intitulé "Corona ! Iesu”.
Je la dirai pour nous - PP et ses ouailles - la prochaine fois que je serai en présence du Saint-Sacrement, pour un temps d'adoration :
« Corona ! Iesu…
Cœur de mon Jésus, réforme mon cœur infidèle ;
fais qu'il se lie à ton amour par le sien,
qu'il s'approche autant de toi à l'avenir qu'il s'en est éloigné
par le passé, te rendant enfin amour pour amour ;
et de même que tu en es le créateur, sois-en un jour,
je t'en supplie, le coronateur. Amen ! »

(1) Le mot “coronateur” (du latin “coronator”, qui signifie “celui qui couronne”), n'est plus en usage dans notre langue depuis le 18e siècle. Sainte Marguerite-Marie l'emploie dans l'une des “amendes honorables” qu'elle rédigea durant sa vie, prière dans laquelle elle demande pardon, faisant acte de “réparation d'honneur” pour ses infidélités et ses égarements (cf. “Sainte Marguerite-Marie, la Messagère du Sacré-Cœur” d'Ivan Gobry, éd. Téqui, juin 1989, p. 273).
(2) “Corona ! Iesu” : couronne-nous de ton amour, couronne-moi, Seigneur Jésus…

Denis


[ PP à Denis :
– Ces sentiments vous honorent.
– Mais sans aller jusqu'aux grandes élévations, veillons simplement à ne pas prêter, aux gens qui ne sont pas d'accord avec nous, des idées qui ne sont pas les leurs. Ou des fautes qu'ils n'ont peut-être pas commises... C'est une règle du débat courtois, a fortiori entre chrétiens.
– Ainsi, dans votre beau message, pourquoi taxer plusieurs intervenants de "manque d'implication politique pour défendre la dignité de toute vie" ? La dignité de la vie n'est assumée et défendue aujourd'hui par aucun parti politique
– Quant à la grande opération politique de SC (excroissance de la MPT organisatrice de la manifestation du Trocadéro où la MPT vint en rangs serrés), ce fut le soutien à François Fillon... Or ce dernier s'était aussitôt empressé de déclarer ne pas vouloir intervenir dans les questions de bioéthique !
– Persévérer dans une formule qui ne mène qu'à ce genre d'impasses ne sert à rien.
– Enfin, vous semblez suggérer que Landete n'a pas dit ce qu'il a pourtant dit. Ou qu'il ne faut pas y accorder d'importance. N'est-ce pas un peu désinvolte ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Denis / | 06/08/2020

à Denis

> Vous êtes bien bon de me pardonner mais je ne vois pas de quelle faute. Que je sache il n'est pas sacrilège de critiquer le bilan de la Manif pour tous. C'était une entreprise "politique", un "mouvement social" selon ses animateurs. A la différence de l'apostolat, entreprises politiques et mouvements sociaux se jugent aux résultats. On a le droit de le dire sans se faire anathématiser.
______

Écrit par : Ph. A. / | 06/08/2020

@ PP et Ph. A.

Désolé de notre désaccord. Mais il est à mes yeux caricatural et quelque peu désinvolte de réduire un mouvement comme la Manif pour tous aux errements de Sens commun (je me demandais ce qu'était ce “SC”…), ou aux déclarations d'un frère en Christ choqué par des sifflets place Saint-Pierre.
Je pense que ces manifestations, où nous avons croisé depuis 2013 tant de personnalités de qualité, et pas seulement Laurent Landete, marque un réveil des consciences chrétiennes dans notre pays qui devrait nous conduire à rendre grâces à Dieu pour ce mouvement social plutôt qu'à lui jeter l'anathème.
______

Écrit par : Denis / | 06/08/2020

Cher Denis,

> je vais aborder un autre aspect de la MPT: le témoignage chrétien. Il se trouve, pour des raisons personnelles, que je fréquente un certain milieu périphérique pas vraiment chrétien (en gros, des trentenaire-quarantenaires athées ou très loin de la foi et dont pas mal sont homosexuels - avec toutes les lettres de l'alphabet-). D'indifférents ils sont devenus très hostiles à la foi simplement à cause de la MPT de ce qui s'en est suivi ("on ne lâche rien", les manifs anti-Taubira -" ah la banane..." - etc.). Certains étaient hostiles à la GPA et ont basculé simplement à cause de la MPT.
J'ai ramé pendant des mois pour pour que l'Evangile ne soit plus, à leurs yeux, un manifeste politique réactionnaire, intolérant, voire fasciste.
Denis, il faut vraiment sortir du micro-milieu et ouvrir les yeux sur nos contemporains, athées ou ignorants de la foi quoique chercheurs spirituels souvent.
Notre vocation première est de témoigner du Christ, pas de défiler dans la rue : surtout que l'on sait bien maintenant et depuis le mois 2005, que cela ne sert à rien si ce n'est qu'à faire le jeu du cirque médiatique.
Pour ma part, je n'ai jamais soutenu la MPT et j'en suis fier. Car dès le début, croire que l'on refaisait 1984 était d'une naIveté sans nom.
Ceci dit, témoigner ne veut pas dire relativiser la vérité et là-dessus, je suis intransigeant. Mais il faut beaucoup de pédagogie, d'humilité, de patience et de douceur. Il y a des blessures chez ces personnes que l'on imagine mal et la violence des mots de la MPT a fait énormément de mal. Je ne pense pas que le Christ serait descendu dans la rue avec les slogans qui furent dits par certains.
Ce n'est pas en faisant des happenings avec des caddies et des sweats roses que l'on va donner à nos contemporains l'envie du Christ....
Car je suis persuadé que la combat est spirituel et pas politique. Bloquez une loi, elle passera dans 2 ou 5 ans car c'est la logique du système matérialiste-mercantile. Convertissez les âmes et le système meurt car le Christ vainc.

VF


[ PP à VF – D'ailleurs la MPT n'a rien bloqué du tout. Au ciontraire, elle a offert une motivation facile aux députés et fait basculer une grande part de la droite et du centre du côté de la majorité PS : pour bien se différencier de ce repoussoir qu'étaient Mme Boutin et ses semblables s'exhibant à la télévision et racontant n'importe quoi... ]

ajout au commentaire

Écrit par : VF / | 06/08/2020

à Denis

> "Réveil des consciences chrétiennes" ? Je n'ai pas l'impression qu'elles dormaient avant l'arrivée de Mmes Barjot, Boutin etc. Le cardinal Vingt-Trois n'avait pas attendu ces personnes privées pour donner la position des consciences chrétiennes, et cela au nom de toute l'Eglise alors que la Manif pour tous a voulu passer pour politique et aconfessionnelle. D'ailleurs si le réveil des consciences chrétiennes consiste à coiffer des petites jeunes filles de bonnets phrygiens comme à la fête de l'Être suprême, moi je renonce à comprendre.Ou alors il faudrait me montrer ce qu'on a obtenu concrètement grâce à tout ce barnum.
______

Écrit par : Pierre Guillemot / | 07/08/2020

à PP et Ph. A.

> Les irréductibles de la MPT se présentent comme "engagés en politique" mais refusent qu'on évalue leur action selon les critères d'efficacité de toute action politique. Si quelqu'un le fait, ils le conspuent en exigeant qu'on respecte leurs manifs comme si c'était des processions du 15 août ! Mais alors si c'est ça, ce n'était pas un mouvement social sur le terrain politique ??? Il faudrait savoir. Ou alors c'est la chauve-souris à géométrie variable de la fable de La Fontaine : "Je suis oiseau, voyez mes ailes / Je suis souris, vivent les rats".
______

Écrit par : Florian / | 07/08/2020

Cher VF,

> Si je vous comprends bien, taisons-nous. Ne heurtons pas la sensibilité des technolâtres de tout genre. Laissons-les collectionner et exposer les embryons surnuméraires avant de les exploser.
Après tout… Nous avons eu de sévères radiations et de grands saints après Hiroshima et Nagasaki, nous en aurons d'autres post-Pmacomplice et Gpasanscontact. Ainsi va le monde… Il sera bien temps dans dix ou vingt ans de s'émouvoir des conséquences de cette explosion hâte-hommique.
Vous n'aimez pas les slogans de la Manif pour tous. La plupart ont pourtant la vertu de réveiller les (mauvaises) consciences. Cela ne peut qu'aider l'évangélisateur que vous êtes. Le témoignage chrétien est au sens étymologique du terme un martyre. Ça vaut pour vous, comme pour nos frères et sœurs en Christ qui manifestent contre la marchandisation de l'être humain.
______

Écrit par : Denis / | 07/08/2020

VISIBILITÉ OU ENFOUISSEMENT

> Le hasard fait que je tombe sur cet entretien avec le philosophe Jean-Noël Dumont (proche du théologien américain William Cavanaugh) dans "La Vie" :
http://www.lavie.fr/debats/idees/les-chretiens-ne-doivent-pas-faire-de-la-politique-ils-sont-une-politique-21-06-2017-83061_679.php
Extrait :
"J'appartiens à cette génération qui a connu ce qu'on a appelé « l'enfouissement » ou « le levain dans la pâte ». Pour se faire entendre, les catholiques ont cru qu'ils devaient adopter la stratégie du repli timide, rentrer dans le moule dominant, se cacher, ne pas faire état de ce qui les anime. C'est à cette période que La Vie catholique est devenue La Vie, et que Panorama chrétien s'est délesté de son adjectif devenu embarrassant... En partie grâce à Jean Paul II et aux mouvements charismatiques, qui ont redonné une visibilité aux chrétiens à partir du centre, c'est-à-dire de la liturgie, de la participation aux sacrements, les chrétiens sont sortis des catacombes. La Manif pour tous, les Veilleurs, sont des signes de ce retour dans l'espace public. Mais de façon naïve, les catholiques ont espéré que cette conquête de la visibilité allait leur permettre de mieux se faire entendre. Il n'en a rien été. Acceptés quand ils pansent les plaies du corps social, discrètement, sans faire de bruit, ils perdent tout crédit quand ils interviennent dans l'agora, dans l'espace politique pour dénoncer la cause de ces plaies. Si bien qu'ils ont la sensation d'être des clandestins, des dissidents, dans un pays dont ils ont façonné la culture, les mœurs, le paysage."
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 07/08/2020

à Michel de Guibert

> Me permettez-vous quelques réflexions ?

► "L'enfouissement" n'était pas en soi une idée anti-évangélique dans la mesure où elle aurait associé (en pleine foi) le témoignage chrétien et le "sacrement du frère"... Mais elle s'accompagna dans ces années 1970-1980, chez beaucoup de ses zélateurs, d'une très grave panne de la foi dans le kérygme. Avec les théoriciens protestants libéraux allemands, on voulut se persuader que le Credo n'était que "symboles" et "mythes" (au faible sens moderne) pour "dire des expériences humaines"... Mais opposer "l'humain" au "surnaturel" tout en continuant à se prétendre chrétien, c'était une imposture et un abandon de la foi au Christ.
Les églises ont alors commencé à se vider (et quant à moi j'ai carrément rejeté le christianisme). C'était au lendemain de Vatican II ? Certes : mais les imposteurs trahissaient Vatican II, en ne tenant aucun compte de ses grandes constitutions dogmatiques – contrairement à ce que laissent entendre certains livres (récents) de sociologues qui accusent Vatican II, étant pour leur part acquis – in petto – aux illusions "contre-révolutionnaires" issues de 2013.

►A propos de 2013 etc, pardon de ne pas vous suivre quand vous dites : “La Manif pour tous, les Veilleurs, sont des signes de ce retour dans l'espace public. Mais de façon naïve, les catholiques ont espéré que cette conquête de la visibilité allait leur permettre de mieux se faire entendre. Il n'en a rien été. Acceptés quand ils pansent les plaies du corps social, discrètement, sans faire de bruit, ils perdent tout crédit quand ils interviennent dans l'agora, dans l'espace politique pour dénoncer la cause de ces plaies".
Pourquoi ne suis-je pas d'accord, alors que j'allais aux MPT (tout en constatant qu'elles mettaient à côté de la plaque) ?
Parce que les MPT et ses annexes ont commis une série de faux pas rédhibitoires :
–– 1. ne pas se soucier de la façon dont l'opinion courante percevait la loi Taubira et ses opposants, et se croire en 1984 alors qu'en 2013 les citoyens croyaient massivement que "la nouvelle loi n'ôtait rien à personne" : l'opposition à la loi courait ainsi le risque de passer pour abusive et non-partageable ;
–– 2. se lancer dans cette série de manifestations comme si leur bien-fondé était une évidence alors qu'elle ne l'était pas du tout pour la moyenne des gens. C'était confondre la scène publique (domaine de la manoeuvre pour l'efficacité) et la conviction privée (domaine de la candeur péremptoire)... Avec ce résultat : donner l'image désastreuse d'une "révolte de la France bien élevée", formule clamée au micro de la Mutualité par une Mme Cluzel aussi peu douée pour la scène publique que la moyenne des cathos français.
–– 3. Ce dernier point scellait la récupération politique partisane du courant MPT par la droite-de-la-droite, après la valse-hésitation de la droite modérée (venir parader aux manifs puis laisser tomber, bien sûr, à l'approche du vote, ridiculisant ainsi les cathos qui avaient cru "s'engager en politique" avec Sarkozy, Fillon & Cie).
–– 4. Le gâchis étant fait, restait à commettre deux dernières erreurs :
a) au lieu de faire une autocritique réaliste (comme il est de règle après un échec politique). se donner plutôt un rôle de victimes de la perversité intrinsèque d'autrui (M. Valls, M. Hollande, la FM, les Bilderberg ou n'importe quoi de méchant et de ténébreux)...
b) Ou, plus béatement, nier que toute cette interminable affaire soit un échec. Certains en sont là, confondant définitivement l'action politique (qui se juge à ses résultats) et l'apostolat (qui s'évalue sur ses intentions). C'est avoir la candeur de la colombe en oubliant la prudence du serpent...

► L'action politique suppose une base sociale et une "avant-garde consciente", comme disait l'autre. Dans le cas qui nous occupe ici, l'action voulait s'opposer à l'une des conséquences "sociétales" du système global contemporain. Ce système est l'ultralibéralisme économique et financier, avec son prolongement, le consumérisme totalitaire et la déstructuration "culturelle" de la société par le marketing des moeurs et le communautarisme (stade provisoire de la désagrégatiion hyper-individualiste).
Or la "base sociale" de la MPT (l'aile conservatrice de la bourgeoisie, inutile de le nier) adhère par ailleurs au système ultralibéral, qu'elle croit compenser par la pratique des vertus familiales. Lourde erreur.
Quant aux animateurs de la MPT, ils ne constituaient pas une avant-garde dans la mesure où la lucidité leur manquait : eux non plus ne faisaient pas le lien entre les réformes "sociétales" et le système économique... Ils ont fini par le faire, dans un second temps : mais en partie seulement, comme si l'on pouvait s'opposer à la "marchandisation" des moeurs sans remonter à sa cause.
Cette mobilisation tâtonnante de libéraux de droite contre des libéraux de gauche plus cohérents qu'eux, ne pouvait déboucher sur rien de politiquement constructif. La masse des manifestants se rua dans le piège Fillon, qui se referma sur eux ; aujourd'hui beaucoup votent Macron. Le petit groupe des Veilleurs se partagea entre une micro-fraction "verte", celle-là cohérente mais devant se défendre de la tentation d'extrême droite, laquelle sévit dans une autre micro-fraction... et ne mène nulle part, sinon à attendre Mme Maréchal comme si c'était l'Imam caché ; nouvel avatar du mirage qui s'empare de cathos français après chacun de leur nombreux échecs politiques depuis Mac Mahon.
Tel est le bilan réel de la MPT. On me répond souvent que l'échec précède la résurrection ; mais je crains que cela ne revienne à confondre les domaines...
______

Écrit par : PP à M. de Guibert / | 08/08/2020

cher Denis,

> pardonnez-moi, mais vous êtes de mauvaise foi. Quand avez-vous lu que je demandais le silence ? N'ai-je pas écrit que j'étais intransigeant avec la Vérité (donc le Christ!) ? Parler aux gens de notre époque, face à face, est-ce se taire selon-vous ? Mais pour vous, hurler dans la rue, en tenue bcbg pastel, c'est réveiller les consciences... Mais c'est vrai que nous avons eu un réveil magnifique.Et la PMA ainsi que la GPA ont été bannies. Et le respect de la vie, de la conception à la mort naturelle a été inscrit dans la Constitution après une victoire écrasante lors du référendum...
Je suis ironique : mais sérieusement, le seul résultat obtenu est l'amalgame pour des décennies de la foi catholique avec le milieu bcbg tendance droite réactionnaire...
Je ne crois pas à l'enfouissement car il demande de taire la réalité de ma foi ; je ne crois plus au politique et à sa version moderne qui est l'hystérie des slogans et des happenings. Je crois, comme mon évêque le demande d'ailleurs, à la proximité dans la vérité. Les premiers apôtres ne sont pas allés faire des manifs sur le forum. Ils rencontraient et parlaient aux gens réels, devant eux.
On va en rester là, car je pense pas que continuer serait bien utile.
En vous assurant de mes prières, fraternellement
VF
______

Écrit par : VF / | 08/08/2020

à Patrice

> Merci pour vos réflexions développées auxquelles j'adhère pour l'essentiel, à quelques nuances près.
En l'occurrence, dans le commentaire auquel vous répondez, je citais Jean-Noël Dumont, un court extrait en réponse à Denis et en écho aux autres commentateurs qui lui avaient écrit, notamment VF.
J'avais donné le lien vers l'article entier, et c'est tout l'entretien avec Jean-Noël Dumont qu'il faut lire !
http://www.lavie.fr/debats/idees/les-chretiens-ne-doivent-pas-faire-de-la-politique-ils-sont-une-politique-21-06-2017-83061_679.php
Comme il n'est peut-être pas en accès libre pour tous, je vous donne ci-dessous un autre extrait beaucoup plus large qui complète le premier et l'éclaire d'une belle lumière :

Entretien

"Vous montrez que pour réagir à leur marginalisation de l'espace politique, les chrétiens ont essayé plusieurs attitudes.

Oui, je distingue quatre postures. Il y a d'abord le modèle identitaire, celui de la citadelle dans lequel se fondent tous ceux qui rêvent de restaurer une cité dans laquelle les valeurs chrétiennes irrigueraient le champ politique et social. Autre modèle : celui de l'enfouissement dont j'ai déjà parlé. Nous coopérons à la vie de la société, disent les chrétiens inspirés par cette attitude, mais en faisant disparaître l'étiquette qui nous inspire. Il y a aussi le modèle de la marginalité prophétique. Comme Bloy, Péguy ou Bernanos, ces chrétiens se pensent en contre-culture, en contre-société. De la colline où ils sont retirés, ils lancent des invectives à la modernité. La revue Limite, dont j'ai formé certains des membres, me semble tentée par cette attitude. Dernière stratégie : l'engagement politique à découvert. Il s'agit ici de prendre part au débat public et de faire valoir la pertinence et la rationalité de positions inspirées par la foi. Les catholiques engagés à la CFTC, au PCD (Parti chrétien-démocrate), dans les journaux chrétiens ou encore à Sens commun relèvent de ce modèle.

Selon vous, ces quatre postures feraient fausse route.

Mon propos n'est pas de disqualifier ces catholiques et la valeur de leur engagement, mais de montrer que ces attitudes se rejoignent en ce qu'elles acceptent toutes que le politique soit hors du religieux, corroborant ainsi la suprématie de l'État dans l'action politique. Dit autrement, les catholiques engagés dans ces quatre « stratégies » sont à la traîne, à la remorque d'un imaginaire du pouvoir construit et imposé par l'État. De fait, quand ils réfléchissent à la politique, les catholiques se demandent comment avoir de l'influence, gagner des territoires, défendre des intérêts, s'approcher du pouvoir, dénoncer ses dérives. Pour légitimes qu'elles soient, ces façons de faire méconnaissent ceci, qui est fondamental : l'Église est une réalité politique. Le rôle des chrétiens n'est donc pas d'abord de faire de la politique, mais d'incarner un autre type de politique.

Au fond, vous dites aux chrétiens de cesser de jouer sur le terrain de l'autre ?

Je voudrais en effet qu'ils prennent conscience qu'ils ont de quoi construire la cité sur un autre imaginaire que celui du pouvoir politique. C'est pourquoi j'ai proposé Pour une alternative catholique comme titre de mon livre. Un peu comme certains écologistes ou libertaires qui proposent une autre manière de consommer, de se lier, de s'aimer, de tisser le lien social, les chrétiens incarnent une alternative, un autre modèle politique : non pas celui du contrat, qui est fait pour être rompu, mais celui de l'alliance, de la communion. Je le redis : l'Église ne doit pas faire de la politique, elle est une politique. Mieux : elle est politique.

Que voulez-vous dire par là ?

L'eucharistie est un modèle politique en tant que tel. Un corps se constitue par la communion au corps du Christ. Pas seulement un corps individuel, comme celui qu'on développe dans le yoga, mais une assemblée, un corps collectif qui fait également corps avec le ciel. Je propose de repenser le lien social à partir de la liturgie, qui est à la fois un espace de formation de la conscience politique et le lieu d'une communion authentique. Platon avait déjà cette intuition. Dans les lois, il imagine l'humanité comme un grand chœur réuni autour d'un chef d'orchestre invisible, exactement ce que propose la liturgie chrétienne.

L'Église n'est pas un club qui se réunit, dans lequel il faut montrer patte blanche, mais une assemblée qui est convoquée, où personne ne vous demande votre carte de membre. De toutes les couleurs, tous les âges, tous les milieux, nos assemblées dominicales sont l'un des derniers lieux de mélange social. J'y ai assisté à des scènes merveilleuses comme cette petite fille handicapée embrassant un clochard au moment du baiser de paix.

Cela veut-il dire que les chrétiens doivent déserter les points de fracture du monde et se contenter de prier ?

Non, pas du tout ! J'essaie simplement de dire que les chrétiens ont longtemps cru que pour faire de la politique, ils devaient quitter l'enceinte de l'église. Or, avant de s'engager en dehors du sanctuaire, ils doivent se ressourcer à la liturgie comme acte politique. Il ne s'agit pas de rouler toute la sainte journée les yeux au ciel, comme des saints de vitrail, mais de ne jamais oublier que la fécondité de leur action viendra, comme un fruit mûr, de la contemplation de l'amour d'un Dieu qui se donne. La charité doit découler de l'amour de Dieu, faute de quoi elle devient un acte militant et l'Église une banale ONG, comme l'a souligné le pape François. C'est d'une attitude pleinement contemplative que peut naître une action généreuse.

Le chrétien dans la cité, dites-vous, doit être « un veilleur dont l'attente atteste l'aurore ».

L'athéisme serait une très bonne chose si on gagnait en amour du monde ce qu'on perd en amour de Dieu ! Or, manifestement, il n'en va pas ainsi, comme l'atteste l'art contemporain, qui ne peut plus figurer le monde, ni même le visage de l'homme, lequel n'apparaît jamais autrement que scarifié, déformé, couvert de crachats. L'homme devient intolérable à lui-même s'il n'est pas le signe avant-coureur de sa résurrection. Quand Dieu est absent, la terre devient déserte et poussiéreuse. La mission des chrétiens est d'être des veilleurs de l'espérance, de faire signe vers l'au-delà du visible."
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 08/08/2020

POURQUOI

> Échange ci dessus très riche.
Je comprends bien l'effet nocif de la participation presque uniquement BCBG de la manif pour tous, exagéré en outre par certaines communications.
Mais alors: ou étaient les autres chrétiens? Ou étaient les nombreux paroissiens de banlieue, ces foules d'ultra-marins voire d'immigrés, alors que des imams, étaient venus avec leurs ouailles? Pourquoi ne sont-ils pas venus alors que personne ne leur interdisait?
______

Écrit par : PF Huet / | 09/08/2020

AVEC KOZ ET J.P. DENIS

> Solidarité avec Koz, l'avocat chroniqueur à “La Vie”, et avec Jean-Pierre Denis, nouveau directeur du développement éditorial du groupe Bayard…
http://www.koztoujours.fr/mon-opinion-en-liberte-conditionnelle
Parmi les premiers “martyrs” catholiques de la loi de bioéthique, dénoncés par des “collabos” de la Macronie bien-pensante, nous devrions trouver bientôt quelques journalistes – dénoncés en l'occurrence par d'autres journalistes, de “Libération”…
Les coupables se verront infliger comme… abominable ;=) torture la privation ou l'inactivation partielle de leur compte “Facebook”.
______

Écrit par : D. Solignac (Denis) / | 10/08/2020

ÉTAT-CIVIL

> Précieux commentaire de D. Solignac (Denis) / | 10/08/2020.
Dans les premiers commentaires, j'avais cru (pensé) que "Denis" était, justement J.-P. Denis. Mais le ton de ces commentaires ne lui ressemblaient pas trop.
Et là, je comprends ma confusion.
Donc "Denis", c'est D. Solignac... Tout s'éclaire ! Alléluia.
______

Écrit par : Fondudaviation / | 12/08/2020

"TROP COMPLIQUÉ"

> Ce texte de Mgr d'Ornellas au nom de la CEF est juste, mais toutes mes excuses, il reste trop compliqué pour la majorité de nos concitoyens...

Car :
- beaucoup de Français (la plupart ?) ne lisent plus de texte au delà de quelques lignes.
Exemple vécu : une maman d'enfant de CM1 m'a déconseillé d'offrir une bande dessinée à son fils, car "il ne lit pas. Même pas une BD, rien". En CM1 ?!
- et beaucoup n'ont plus conscience de ce qu'est une loi naturelle (droit à un père etc).
Dénoncer que l'on prive l'enfant d'UN père, c'est abstrait, et encore insuffisant.
En réalité, il est privé :
- de SON père biologique...
- et de toute sa filiation biologique (savoir s'il a une fratrie, qui sont ses oncles, ses tantes, ses grands-parents... bref sa place dans l'histoire de l'humanité...., n'est ce pas important ?)
Il me semble que le principal combat à mener est le suivant :
- un enfant (devenu adulte ?) doit pouvoir accéder à sa filiation biologique : au minimum, qui est son père biologique, qui est sa mère biologique.
(et puisqu'on en est là, pourquoi pas qui est sa mère porteuse, vu qu'elle l'avait adopté temporairement, elle fait aussi partie de son histoire !).
Il me semble que le combat à mener est celui-ci, car il s'agit d'une exigence de justice et de vérité qui est entendable par tous, et qui fait ressortir les mensonges promus par les manipulateurs du vivant.
Certes, c'est délicat car cela remet aussi en cause l'anonymat du don de gamètes pour les couples hétéro, mais celui-ci n'est-il pas actuellement une amputation de la filiation, injuste pour l'enfant... ?
Et non, connaître sa filiation biologique n'empêche pas une personne adoptée d'aimer la famille ou les personnes qui l'ont élevée.
______

Écrit par : Isabelle Meyer / | 18/08/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.