Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2020

Nouvelle idée fixe : "la France raciste comme les USA"

80b695373de27c9bc19c120331139.jpeg

La moulinette de l'info (maîtresse de l'ambiance) change d'idée fixe : elle remplace la pandémie par le "racisme d'Etat en France". Axiome implicite : nous sommes des Américains comme les autres. Ma chronique à Radio Espérance (Auvergne Rhône-Alpes) : 


<< Il existe en France un groupe de réflexion nommé Printemps républicain :  c’est un mouvement laïque de gauche, fondé en 2016 pour "soutenir les valeurs de la République contre les défaiseurs identitaires : notamment les islamistes, les indigénistes ou les communautaristes, en insistant sur la défense de la laïcité".   Ce mouvement est présidé par Amine El Khatmi, fils d’un ouvrier venu du Maroc. Il est socialiste et conseiller municipal. Commentant ce qui s'organise en France pour tenter d’importer ici les drames de racisme de la police américaine, il critique ces manifestations avec des arguments qui sonnent juste. Ecoutez-le :

« Le message politique porté par les organisateurs, c'est qu'il y aurait un « racisme d'État » en France, de la même manière qu'il y aurait un racisme structurel aux Etats-Unis. Je refuse de porter crédit à un tel message. La situation en France n'a rien à voir avec celle que connaissent les États-Unis, où les interventions policières font treize fois plus de morts qu'en France. Sur les cinq dernières années, plus de deux mille policiers américains ont été impliqués dans des homicides, pour seulement 41 procédures judiciaires… Nous sommes fort heureusement très éloignés de ces chiffres. »

M. El Khatmi a raison de le dire : vouloir confondre la France avec les Etats-Unis est une absurdité. Les deux sociétés n’ont rien de commun, même si nos télévisions nous gavent de films politico-policiers américains qui finissent par coloniser certains esprits.

Le président du ‘Printemps républicain’ ajoute :

«  Il y a un réel racisme structurel aux États-Unis qui n'existe pas en France ! Le racisme qui régit les rapports sociaux américains est ancré dans l'histoire… »

Et M. El Khatmi précise :

« Qu'il n'y ait pas de racisme structurel en France ne signifie pas pour autant qu'il n'y a pas de discriminations, je suis bien placé pour les connaître ! Quand vous vivez dans certains quartiers, vous partez avec davantage d'obstacles à surmonter, le taux de pauvreté y est de 37 % en moyenne contre 14 % dans le reste du pays… Même constat sur l'insécurité... Il y a effectivement plus d'obstacles qu'ailleurs ; mais je refuse de croire que cela serait le produit d'une politique gouvernementale qui consisterait à écarter les Noirs et les Arabes des emplois ou des logements. »

Le conseiller municipal fils d’un ouvrier marocain est en effet bien placé pour proclamer ces choses, que chacun doit connaître si l’on veut garder ce pays dans le bon sens et dans la paix. Ce qui d’ailleurs est en dernier recours la mission du politique !  Prions Dieu que les groupes incendiaires ne réussissent pas à provoquer un embrasement collectif. Et que Dieu nous garde d’avoir un jour un pompier lui aussi incendiaire, comme M. Trump…  >>

 

 

violences-policieres-au-etats-unis-et-en-france-cela-n-a-absolument-rien-a-voir-selon-jean-eric-branaa-20200607-0840-e3279f-0@1x.jpeg

 

 

11:03 Publié dans Social, Société, USA | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : floyd

Commentaires

CEUX QUI RÉPANDENT LE MYTHE
DU "RACISME D'ETAT" EN FRANCE

> S'il y avait un racisme d'Etat en France, jamais Gaston Monnerville n'aurait été président du Sénat dans les années 50/60, époque où les Etats-Unis pratiquaient la ségrégation raciale ! Jamais de Monnerville à S. N'Diaye, en passant par Nafissa sid Cara, Lucette Michaud-Chevry, Bambuck, Harlem Désir, R. Yade il n'y aurait eu de gens non gaulois au gouvernement.
Jamais Senghor n'aurait été membre de l'Académie Française, jamais Louis Amstrong n'aurait été reçu dans les salons du Faubourg Saint-Germain, jamais les soldats noirs de l'armée américaine n'auraient été émerveillés de pouvoir entrer dans bistrots avec les Français en 1917/18 (ils ont même été incorporés dans des unités françaises !) et en 44 et suivantes ; les allocations et emplois seraient attribuées sous condition de couleur de peau ; aucun Africain ne chercherait à venir en France et la police française ne compterait aucune personne de couleur dans ses rangs, alors qu'elles y sont très nombreuses !
Loin d'être exemplaire, la France aura néanmoins toujours cet honneur d'avoir été le premier pays du monde et de l'Histoire à avoir aboli l'esclavage (après avoir été le dernier à le pratiquer), ce que les pays et cultures d'origines de la plupart des manifestants ne peuvent dire.
Savez-vous ce qui, dans la France des années 20/30, faisait soupirer les Américains blancs ? Le refus de toute politique eugéniste de stérilisation forcée que les USA pratiquaient chez eux à l'égard des noirs "par hygiène".
Savez-vous ce qui les scandalisait à l'époque où la France était une puissance coloniale ? le désir du colonialisme français d'assimiler les populations colonisées !
La colonisation n'a jamais été le désir des Français auxquels ont n'a JAMAIS demandé leur avis, mais la décision d'une poignée de politiques qui reprochaient à celui qui était contre "son repli sur soi" (comme aujourd'hui avec l'UE)
Au fait, qui a colonisé ? les universalistes, qu'ils soient libéraux saint-simoniens ou de gauche !
C'est-à-dire que ceux qui ont mené la colonisation sont les mêmes qui aujourd'hui en parlent comme si c'étaient les autres qui l'avaient menée !
Aujourd'hui, ils y vont tous de leur déclaration #blacklivesmatter alors qu'ils voulaient gommer les cultures indigènes d'Afrique avec le même mépris que les cultures régionales de France hier et les souverainetés nationales aujourd'hui.
Eux, ils sont "les sachants" !
Toute mort est un drame et toute vie est sacrée. Celle de Traoré comme les autres. Mais il ne faut pas être naïf. Les situations sont-elles comparables et l’indignation est-elle sincère ?
D'abord, comparer G Flloyd qui certes avait fait de la prison mais s'était amendé après sa conversion au christianisme après laquelle il venait en aide à tous, avec A Traoré qui, jusqu'à sa mort trafiquait de la drogue, avait été condamné pour extorsion de fonds sur personne fragile, avait été accusé de tentative de viol par son co-détenu, n'a aucun sens.
Ensuite, voyons les faits : sa famille est apparemment largement impliquée dans le trafic de drogue et la délinquance. Une famille de caïds locaux ne peut se permettre de perdre la face en disant amen aux enquêtes qui concluent à la mort accidentelle.
Que veulent les trafiquants ? évidemment que la police et les gendarmes ne viennent plus sur leur zone.
Comme lors de l'affaire Vigano voyons qui est qui, ça permet de voir qui est sincère.
Qui soutient ces marches ?
-à manifester "contre la violence (policière)", on trouve un rappeur qui a déclaré "Je crois qu’il est grand temps que les pédés périssent. Coupe-leur le pénis, laisse-les morts, retrouvés sur le périphérique" et qui dans un autre texte parlait de "youpin"
-un autre qui avait rappé "tuez les bébés blancs", "pendez les blancs"...
et ce sont eux qui manifestent contre le racisme ? contre la violence ?
Qui trouve t-on parmi les organisateurs de fait de ces manifs qui se disent contre le racisme ?
- des raci(ali)stes qui trouvent normal d'organiser un festival interdit aux blancs (ce qui fait que la France, qui n'avait jamais connu la ségrégation raciale, vient d'en connaître une application! et cela ne vient pas des blancs)
- un racialiste , qui se donne pour pseudo "Béhanzin", roi du Dahomey et esclavagiste ce qui n'a pas l'air de beaucoup gêner grand monde, et dont l'asso a applaudi le déboulonnage de la statue de... Schoelcher ! Mais pourquoi donc puisqu'il s'agit de l'ultime ouvrier de l'abolition de l'esclavage ?! parce qu'il est blanc ! (https://www.leparisien.fr/societe/rassemblements-contre-le-racisme-trois-choses-a-savoir-sur-la-ligue-de-defense-noire-africaine-07-06-2020-8331306.php).
Lors d'une condamnation en 2019 avec un autre membre de son asso, on a appris que lui ou son compagnon, avait déjà été condamné pour viol sur personne vulnérable (handicapée ? âgée ?) en 2014 (https://www.ouest-france.fr/societe/justice/patrick-balkany-deux-militants-de-la-ligue-de-defense-noire-africaine-condamnes-pour-avoir-intimide-6624525) ; on voit comme la violence les révolte…
- un "suprémaciste noir" (dixit wikipedia) dont l'asso a été dissoute pour "justifier et à encourager la discrimination, la haine et la violence raciales, notamment à l'encontre des personnes qui ne sont pas de couleur noire ; qu'il prône également l'antisémitisme et qu'il a organisé des actions menaçantes à l'égard de personnes de confession juive ;" (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000607539&categorieLien=id)
Voilà pour les « têtes de gondoles ». On peut en déduire leur degré de sincérité. Et la foule quant à elle, a la tête farcie d’idées aussi imaginaires qu’idiotes sur la vision que « les blancs » ont d’eux. Un bourrage de crâne entretenu par des idiots utiles, des pros de la repentance ignare et bien sûr par les islamistes et l’extrême gauche qui cherche à exister par n’importe quel moyen
Tout cela encouragé par une bande d'inconscients de la politique française : Mélenchon notamment qui montre une fois de plus son incapacité à penser au bien commun et donc son incapacité à gouverner.

Il y a quelques années, un jeune petit-bourgeois de Sciences-Po fricotant avec l'extrême gauche, avait trouvé la mort dans un affrontement qu'il avait lui-même provoqué avec des militants d'extrême droite, ce qui avait fait verser des larmes de crocodiles aux mêmes hypocrites pourtant largement responsables de sa mort puisqu'ils ne cessent de pousser les gens les uns contre les autres tout en étant parfaitement conscients, eux, de l'inanité de cette pseudo-lutte.
Eh bien je crains que de nouveaux gamins à la tête farcies de stupidités ("la France vous hait depuis toujours") ne perdent la vie à cause des mêmes politiques sans scrupules ni remords.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 08/06/2020

VIOLENCES POLICIÈRES

> Il n'y a effectivement pas de racisme structurel en France comme c'est le cas aux Etats-Unis. Par contre… il y a bien des violences policières. Les gilets jaunes ne sont pas si loin. Si les organisateurs des manifestations pouvaient dévier le tir dans cette direction, ce serait une fort bonne chose. Et il y a bien là, sans aucun doute, matière à manifester.

ND


[ PP à ND – Très exact : il y a en France un problème global de violence policière, et qui ne date pas d'hier.
Cela tient largement à la médiocrité politicienne des ministres successifs, incapables de tenir ensemble l'impératif de discipline et les besoins du maintien de l'ordre.
Pourquoi cette incapacité des chefs ? Parce que ce sont des politiciens dépendant du tapage médiatique. Dernier exemple en date : la déclaration de Castaner hier sur le racisme dans la police. Le ministre a l'air de dire que ce racisme structurel n'existe pas... mais existe quand même ! (car il faut fléchir le genou devant les slogans dominants – même s'ils sont diffusés par des agitateurs professionnels). ]

réponse au commentaire

Écrit par : ND / | 08/06/2020

"À POINT NOMMÉ"

> Que l'affaire Traoré ressorte au moyen d'une expertise faite sur.... des dossiers médicaux de précédentes expertises, publiée à point nommé après l'affaire Floyd est intéressant. Il faut être prudent avec les coïncidences.
Et ensuite, que des manifestants promènent des pancartes en globish tandis que Camélia Jordana chantait aussi en cette belle langue a fait ressugir quelques articles intéressant tournant autour de la "doctrine" Ryvkin:
http://gestion-des-risques-interculturels.com/risques/la-strategie-americaine-pour-influencer-les-minorites-en-france/?fbclid=IwAR3_btEPphRo-q9VpRgeDZdqailC43o8_wYmMX7mJFakWMs45Gzp23l31gs
______

Écrit par : PF. Huet / | 08/06/2020

ESCAMOTAGE ET DIVERSION

> Vu la réceptivité étonnante du gouvernement et des médias, on peut penser que cela sert surtout à noyer le souvenir de la violence de la répression contre les gilets jaunes et autres opposants. La posture antiraciste remet le gouvernement dans son élément puisque cela va dans le sens de l'idéologie libérale qui veut détruire les nations au profit du communautarisme et escamoter le problème de la pauvreté derrière la lutte contre les discriminations.
______

Écrit par : Guadet / | 09/06/2020

L'ANTI-MODÈLE AMÉRICAIN

> https://datajrg.wordpress.com/2015/02/23/1972-debat-anime-par-bernard-pivot-sur-le-racisme-avec-angela-davis-et-gaston-monnerville/
Pendant vingt ans, le deuxième personnage de l'État fut un noir : Gaston Monnerville, en sa qualité de président du Sénat de 1947 à 1968. À un an près, la France faillit avoir un président noir, certes par intérim. Chez Pivot, face à Angela Davis, M. Monnerville expliqua qu'il se sentait parfaitement français, la Guyane ayant été française (sous le nom de "France équinoxiale") avant l'Alsace ou la Savoie.
Il n'y a en effet qu'une seule communauté en France : la communauté nationale. Dans ma jeunesse, la sous-préfète de Lunéville était Guadeloupéenne : je trouvais remarquable qu'une compatriote des outre-mers soit ainsi chargée d'administrer un arrondissement de la métropole, comme je trouverais normal qu'un Kanak ou qu'un Wallisien soit nommé ministre de la République.
Il ne s'agit pas ici d'effacer ou de minimiser les erreurs du passé. Oui, des Kanaks ont été exhibés comme « cannibales authentiques » à l'Exposition coloniale de 1931 ; oui, la France n'a que tardivement accordé la pleine citoyenneté aux habitants de ses territoires après abrogation du code de l'indigénat en 1946 ; oui, la colonisation ne reposait pas sur l'idée d'égalité. Mais, tout au moins après 1946, la France n'a pas connu de ségrégation comparable à ce qui a existé dans le sud des États-Unis et qui a conduit Rosa Parks à mener le combat que l'on sait.
En Amérique, la question raciale reste à fleur de peau. Je pus m'en rendre compte dans la paroisse que je fréquentais à Boston, dont le 'comité de réflexion laïque' était présidé par un Américain d'origine irlandaise, assisté d'une femme noire du Mississippi au poste de vice-président. Cette dame m'ayant fait l'honneur de son amitié, elle me fit part à de nombreuses reprises du rejet sinon de la condescendance qu'elle éprouvait de par sa couleur de peau. Elle s'ouvrait à moi avec autant de liberté qu'étant Français, je ne portais pas sur mes épaules des décennies de racisme institutionnel. En France, les autobus n'ont jamais été équipés de barrière séparant les noirs des blancs : de ce péché originel, l'Amérique mettra probablement des décennies à se repentir.

P.S. Raymond Barre fut accusé d'antisémitisme après l'attentat de la rue Copernic car il avait évoqué la mort de "Français innocents" (les trois Français en question étant non-juifs, la quatrième victime étant Israélienne). Barre avait cependant ajouté que "la communauté juive ne peut être séparée de la communauté française" : il n'y a en effet en France qu'une seule communauté, la communauté nationale. Ne cherchons pas à suivre le modèle américain !
https://www.youtube.com/watch?v=xqvIXjKYR0w
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 09/06/2020

1944

> http://www.bworldconnection.tv/library/histoire/pie-xii-le-pape-qui-avait-peur-du-noir
Pour ce qui est du catholicisme, il y eu, dans l'histoire récente, certaines positions qui ne pourraient plus être adoptées aujourd'hui, comme cette requête adressée par le pape Pie XII en 1944 pour qu'il n'y ait pas de "troupes de couleur" lors de la libération de la Ville éternelle.
Au-delà de ce fait historique navrant et condamnable, rappelons qu'un chrétien ne saurait se dire raciste, comme l'a très bien rappelé le pape François il y a quelques jours.

PV


( PP à PV 0 Rappelons quand même que les Romains étaient intoxiqués par deux ans de propagande "nazifascista" martelée sur les viols de masse qui seraient le fait des troupes noires...]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 09/06/2020

ONFRAY

> Au sujet de la médiocrité de nos ministres, de la différence de traitement d'avec les gilets jaunes, et de ce qui se passe autour de Michel Onfray et de son 'Front populaire', je vous signale son article récent "éloge de la police"
https://frontpopulaire.fr/o/Content/co83677?utm_source=newsletter-+frontpop&utm_medium=email&utm_campaign=frontpop-nl83698&utm_content=top-content

B.


[ PP à Bertrand – Merci de me l'avoir signalé. Je viens de le lire. Mon impression : Onfray est sur une mauvaise pente... Dire : "Nous sommes en régime communautariste et racialiste qui a choisi pour ennemi le mâle blanc hétérosexuel", c'est un slogan lui-même émotionnel, et surtout c'est prendre l'effet pour la cause ! Si M. Macron et ses comparses laissent se développer une agitation ethno-communautariste croissante (avec son corollaire : la xénophobie), c'est pour faire diversion : c. à d. pousser la "France d'en-bas" vers des conflits internes pour l'empêcher de voir venir la catastrophe sociale annoncée à la rentrée. Et l'empêcher de tourner son indignation contre le système économique... (lucidité dont les gilets jaunes s'étaient montrés largement incapables, n'incriminant que les zombis du gouvernement et jamais les dirigeants et les mécanismes de l'économie libérale).
Onfray tombe ainsi dans le gloubi-boulga des pseudo-populistes "conservateurs", ses nouveaux copains. Ses dissertations l'ont conduit là... Misère de la philosophie, comme disait l'autre. ]

réponse au commentaire

Écrit par : bertrand / | 09/06/2020

@ PP

> Les Américains ont Donald Trump. Nous, nous avons Marine Le Pen. Mais nous avons aussi Emmanuel Macron.
Je remets ici un extrait de l'entretien avec Gaël Giraud que vous aviez mis en lien ici même sur ce blog en 2019, en plein gilets jaunes. Voici ce qu'il disait:
"Le Grand débat national organisé à la suite des premières manifestations de décembre était un simulacre de discussion qui n’a pas permis la prise en compte sérieuse des revendications des deux tiers. Je crains que cela ne s’aggrave dans les mois et les années à venir. Et quand je vois des policiers français tirer avec des LBD sur des pompiers français, je m’interroge : l’élection de Marine Le Pen aurait-elle davantage divisé les Français ? Je n’en suis plus certain aujourd’hui. Encore une fois : le paradoxe de ce gouvernement, c’est qu’il gouverne pour une toute petite élite et, pour les autres, semble n’avoir rien d’autre à proposer que la violence et le mépris de classe. Le Rassemblement national aurait-il fait autrement ? Il est vital pour le débat démocratique que la scène politique française sorte de ce duel en miroir entre Le Pen et Macron."
C'est tout le problème. Il y a des violences policières en France, au nom du progressisme, du centre humaniste et autres blablas du même tonneau. On est en droit de se demander ce qu'est cette Union Européenne au nom de laquelle on veut nous imposer le bonheur à coups de matraques.
______

Écrit par : ND / | 09/06/2020

DIVERSION SOCIALE

> Je partage totalement le complément d'analyse que vous faites en réponse à Bertrand. Il s'agit complètement d'un enfumage de diversion du plus bel effet! Un moyen de détourner la contestation sociale liée à la (aux) crise(s) et d'oublier la responsabilité écrasante du monde politique mais surtout (vu la subordination de l'un à l'autre) économique dans la (non) gestion de la pandémie.
Ils vont tout faire pour ne pas rendre des comptes et pour relancer la machine sur le dos des plus faibles. Comptez sur la gabegie médiatique pour les y aider, agents de presse qui vivent (et se cooptent) dans la même caste sociale que les financiers, politiques et autres "experts"(comme Onfray d'ailleurs)!
______

Écrit par : Raphaël R. / | 10/06/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.