Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2019

Et le prix 2019 de la "une" la plus révoltante revient à...

inform.jpg

...Inform@ctions, "le magazine de la Fédération des investisseurs individuels et des clubs d'investissement" !


Titre  : "Une stratégie nationale pour l'éducation financière"

Apparemment, c'est pour former des "young Mr Gekko"...

Ci-dessous : l'affiche du film Wall Street (1987)

greed.jpg

 

 

 

13:05 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : finance, éducation

Commentaires

INTERCHANGEABLES

> C'est fait exprès que les adjectifs du titre soient si facilement interchangeables ?
"Une stratégie financière pour l'éducation nationale"
On dirait que le petit va acheter des actions de son école. En plus il fait une tête à vouloir virer la directrice.
______

Écrit par : Yvan / | 16/11/2019

LEURS DISCOURS

> Au rayon révolte, cette vidéo:
https://twitter.com/i/status/1195268910406406144
Difficile d'avaler les discours lénifiants sur la mémoire de nos soldats après ça.
______

Écrit par : Cyril B / | 17/11/2019

MONDE ACTUEL ET LITURGIE

> "Nul ne peut servir deux maîtres. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon." (Matthieu 6)

L'évangélisation est rendue difficile par l'omniprésence médiatique de l'appât du gain comme condition de la réussite sociale.
Elle est également ralentie par l'athéisme viscéral de certains penseurs qui, eux aussi, s'expriment souvent dans les médias. Il en est ainsi d'Alain Finkielkraut récemment sur KTO ('Sept conversations philosophiques') : l'homme y affirme sa conviction profonde de l'inexistence de Dieu, sa certitude absolue qu'après la mort, il ne peut y avoir que le néant. Autant d'affirmations qui, entendues qui plus est au tout début d'un éprouvant travail de deuil en ce qui me concerne, font réfléchir et sont perçues comme choquantes, sinon blasphématoires.
Vivre sa foi chrétienne dans un monde qui ne l'est plus est un combat quotidien car il s'agit de conserver malgré tout en son cœur le trésor qu'est le Christ et la certitude d'un Salut par Lui, avec Lui et en Lui.
À la messe de funérailles, sur cent personnes, nous étions une dizaine à communier ; beaucoup n'ont pas béni le cercueil mais l'ont touché 'à la Macron' : snobisme d'un athéisme qui s'affiche ? Tous ont cependant été éblouis par la beauté des chants (j'avais passé du Gouzes), par l'encens qui montait : peut-être, au fond, est-ce là la première approche d'une démarche d'évangélisation qui consiste à faire revenir à l'église des gens qui avaient tout oublié du message évangélique. C'est un premier pas !

PV


[ PP à PV – La beauté liturgique est un chemin vers la foi. C'est ce que ne comprenaient pas les ravageurs des Seventies en France, qui ont imposé du minable en prétendant que c'était pour être "avec un peuple nombreux" (titre d'un de leurs ouvrages d'alors : ce qui s'est vite montré d'une amère ironie, le peuple désertant progressivement ces églises). Les gens choqués se sont laissé convaincre que c'était "la faute du concile", par des intégristes qui virent là une occasion unique de sortir de leur oubliette. Or le saccage se faisait contre les demandes du concile. Le document de Vatican II sur la liturgie était très clair sur ses intentions : vivifier la participation liturgique, et non la rendre artificielle et désertique... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/11/2019

'LUMIÈRES' ET RELATIVISME

> https://www.nouvelobs.com/idees/20191116.OBS21183/faut-il-remettre-en-cause-l-heritage-des-lumieres.html

Un livre à lire, sans doute ! 'L'Obs' s'intéresse aux Lumières, qui nous ont apporté tout de même le relativisme que nous connaissons et déplorons aujourd'hui. "Écraser l'infâme" a fait son temps : on ne peut construire l'homme sur le matérialisme.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/11/2019

LA BULLE

> Si je comprends bien, on veut essayer de rafler aussi la tirelire des gamins ? Sans doute histoire de gonfler encore un peu la bulle avant que tout ne s'effondre.
______

Écrit par : Bernadette / | 17/11/2019

@ Cyril B

> En substance (ce que dit le journaliste objet du twitto) : "sans la semaine sanglante, on avait Lénine maire de Paris". Mouais. Même sans cela, on n'aurait pas eu "Lénine maire de Paris", car la Commune commit deux erreurs fondamentales, dès le départ : avoir redonné le pouvoir juste après l'avoir pris, en organisant des élections ; ne pas avoir marché immédiatement sur Versailles, avant que le gouvernement Thiers dispose d'une force militaire conséquente.
En plus, les communards parisiens étaient isolés. Il y eut des "communes" en province, mais éphémères. Quelques jours, une semaine tout au plus (celle de Marseille).
Les bolcheviques, eux, instaurèrent de suite un régime de terreur, ce qui leur permit de durer plus de 72 jours...
______

Écrit par : Feld / | 17/11/2019

PAS FINIE

> Cher Patrice, en y réfléchissant bien, vous vous avancez peut-être beaucoup en annonçant déjà le prix 2019 : l'année n'est pas encore finie, qui sait ce qu'ils pourraient encore inventer.
______

Écrit par : Bernadette / | 18/11/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.