Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2019

Jésus prévient que des schismes seront inévitables

Matthieu1034-111.jpg

Il donne sa directive au sujet des futurs schismatiques : “Ne marchez pas derrière eux.” Et : “Quand vous entendrez parler de désordres, ne soyez pas terrifiés !”  C’est à méditer aujourd’hui, avec les lectures de ce dimanche vues par Hans Urs von Balthasar :


<<  Nous avons ici le regard de Jésus sur l’histoire du monde venant après lui. Tandis que la première lecture voit par avance la fin ultime de l’histoire du monde, Jésus dans l’évangile voit les constantes théologiques au-dedans de l’histoire. La prédiction de la destruction du Temple n’est qu’un prélude… Jésus ne s’attache pas aux temples de pierre, mais seulement au “temple de son corps” qui sera l’Eglise. Sur le destin de celle-ci, trois choses sont prédites :

1. “Beaucoup viendront en mon nom – ne marchez pas derrière eux.” Paul parlera du caractère inévitable des schismes, “qui tous viendront en mon nom”. Les schismes sont inévitables “pour permettre aux hommes de vertu éprouvée de se manifester” en leur résistant (1 Corinthiens 11:19). Ces scissions sont-elles guérissables ? On se rappelle la parole de Jésus en Matthieu 9:16, “personne ne pose une pièce d’étoffe neuve sur un vieux vêtement…” Ici une seule consigne est donnée : “Ne marchez pas derrière eux.”

2.  Vient ensuite la prévision de guerres, de conflits “nation contre nation”. Jésus n’est pas venu apporter la paix terrestre, mais le glaive et la division jusqu’au sein des liens familiaux les plus intimes (Matthieu 10:34). Ce que sa doctrine s’attire dans l’histoire, c’est l’apparition contre elle de Bêtes apocalyptiques : plus les instruments de la puissance terrestre augmentent, plus les contraires deviennent absolus. Jésus a déclaré bienheureux les artisans de sa paix, mais justement leur présence fait se dresser toujours plus hautes les vagues de l’histoire du monde. À son affirmation d’être la Vérité, l’histoire du monde répond par une agressivité plus violente.

3.  C’est pourquoi la persécution ne sera pas un épisode occasionnel, mais un existential pour l’Eglise du Christ et chaque chrétien. Sur ce point Jésus est formel : On “vous” persécutera, vous les représentants de l’Ecclesia qui êtes présents, donc toute l’Eglise ! Arrestations, prisons, trahisons par les propres parents, haines de tous, sont annoncées sans restriction… Que doit faire le chrétien ? Dans la deuxième lecture, Paul donne une réponse laconique : “Qu’il travaille”, calmement et comme lui ; dans le monde et dans l’Eglise il a travaillé nuit et jour. Ce qui est demandé au chrétien est son engagement dans l’Eglise et le monde. >>

 

 

WPI-300x300.png

 

17:31 Publié dans Eglises | Lien permanent | Commentaires (22)

Commentaires

"HÉRÉTIQUE" ?

> Je vous rappelle que le pape Jean XXII, lors de plusieurs sermons dans la cathédrale Notre-Dame des doms à Avignon, s'était autorisé à formuler des éléments de doctrines jugés hérétiques par beaucoup dans l'Eglise et qu'il a été obligé de se rétracter. Le pape n'est pas tout puissant sur la foi.

BH


[ PP à PH – Pourquoi dites-vous ça ? Personne (sinon Luther et Calvin mais a contrario) ne prétend que les papes soient "tout-puissants sur la foi".
Perdu de vue au XIXe siècle (époque dont vous et vos amis semblez d'ailleurs avoir la nostalgie !), l'esprit initial du catholicisme est la synodalité.
Le pape n'est que l'organe régulateur du travail universel de la catholicité. C'est le rôle que lui a confié le Christ. L'adage 'Ubi Petrus, ibi Ecclesia' est de saint Ambroise : l'un des Pères de l'Eglise.
Encore faut-il que des factieux ne refusent pas ce rôle au pape du moment, au nom de l'idée qu'il se font du catholicisme...
Que vous ayez décidé que le pape François est hérétique (sens de vos commentaires précédents) ne reflète que votre opinion : celle d'un micro-milieu ultraconservateur dont les vraies motivations sont loin d'être religieuses.]

réponse au commentaire

Écrit par : B.H. / | 16/11/2019

à PP

> "BH" se croit meilleur catholique que saint Ambroise de Milan et que Hans Urs von Balthasar, théologien qui faisait l'admiration de Joseph Ratzinger ?
______

Écrit par : Bernard Gui / | 16/11/2019

à PP

> Au Concile de Chalcédoine, les Pères conciliaires s'écrièrent d'une seule voix après la lecture de la lettre du Pape Léon : "Pierre a parlé par la bouche de Léon".
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 16/11/2019

à PP (suite)

> Cela dit (mon commentaire précédent), vous avez raison de rappeler que l'esprit initial du catholicisme, de l'Eglise toute entière plus généralement, est la synodalité.
Le saint cardinal John Henry Newman était assez réticent sur le dogme de l'infaillibilité pontificale de Vatican I même s'il l'a accepté par obéissance ; on peut dire qu'il a été un précurseur du concile Vatican II qui a complété le concile Vatican I trop tôt interrompu.
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 16/11/2019

LES BÊTES DE L'APOCALYPSE

> « Ce que sa doctrine s’attire dans l’histoire, c’est l’apparition contre elle de Bêtes apocalyptiques : plus les instruments de la puissance terrestre augmentent, plus les contraires deviennent absolus », écrivez-vous cher PP.
Sur la « doctrine » de Jésus et ses « contraires », vous connaissez mon interprétation, naïve sans doute (mais je m'y tiens), des entités que constituent la Bête de la mer – la puissance américano-atlantique et ses alliés –, la Bête de la terre – la puissance russe et ses alliés –, et le Dragon – la puissance chinoise et ses alliés…
Et de fait, il est de plus en plus manifeste que ces puissances apocalypto-politiques développent un corpus de « valeurs » prétendument humano-chrétiennes et/ou capitalo-collectivistes, mais au vrai fondées au mieux sur la compétition dans l’intérêt réciproque et le donnant-donnant, au pis sur la sujétion et l’exploitation du plus faible, tous modes opératoires qui pourrissent l’esprit, les mœurs et la vie très concrète de la majeure partie de l’humanité et ne peuvent, pour cette raison, échapper aux critiques de Jésus-Christ, Maître du temps et de l’histoire, et donc, à sa suite, à celles énoncées par notre Eglise.
Alors oui, cette critique des Bêtes qui nous gouvernent de façon plus absolue chaque jour qui passe, Internet oblige, nous en connaissons le cœur, qui culmine au temps pascal dans la méditation de Jean 15, 12-17 :
« Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. »
Bref, consacrons-nous dans cette vérité exigeante, redisons-la, avec Notre-Seigneur Jésus, à l’intention des deux Bêtes, du Dragon, de leurs alliés, pour MM. Trump, Macron, Poutine, Xi Jinping… mais aussi pour nous-même, devant tous nos « ennemis »… Et vivons-la avec son corollaire : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. »
Et notre salut.
______

Écrit par : Longin / | 16/11/2019

LA VILLE DE LA FINANCE MONDIALE

> Sur le thème du 2e paragraphe, me demande si je n'en n'ai pas déjà parlé, mais la ville aux sept montagnes (Apocalypse 17.1-18.24) sur laquelle la Prostituée est assise m'évoquerait New-York ("la grande ville qui exerce la royauté sur les rois de la terre") si la traduction du mot original "montagne" ou "colline" acceptait, dans le sens de "hauteur", les sept tours du World Center (dont 3 sont tombées).
La ville de la finance mondiale, qui est aussi une île ("Tous les capitaines, tous ceux qui naviguent, les marins et tous ceux qui vivent de la mer se tenaient à distance") subirait un terrible crash financier ("En une seule heure tant de richesses ont été détruites !") et "Les marchands de la terre pleurent aussi et sont dans le deuil à cause d'elle, parce que plus personne n'achète leur cargaison, cargaison d'or, d'argent, ..., de chevaux, de chars, de corps et d'âmes humaines." Wall Street se serait effondrée. On doit pouvoir traduire les richesses du temps de la rédaction de l'Apocalypse par celles d'aujourd'hui : Rolex, Mercedes, jet privé, actions, médias, ..., corps et âmes humaines.
Le tableau colle beaucoup mieux avec cette Babylone* qu'avec Rome qu'on essaie de faire croire.
Bon, après y'a aussi une bête, des cornes, des rois.

*Yves Simon lui donne ce nom dans
https://www.youtube.com/watch?v=xhLhUsOjqDI
______

Écrit par : Yvan / | 16/11/2019

LE CARDINAL TISSERANT

> À écouter, l'émission de la 'Foi prise au mot' consacrée cette semaine au dogme de l'Assomption, seule occurrence à ce jour pour laquelle l'infaillibilité pontificale fut mise en application.
Le cardinal (lorrain !) Eugène Tisserant, alors doyen du collège cardinalice, s'y était opposé dès 1950, faisant valoir que la tradition (partagée avec avec les orientaux) de la Dormition de la Vierge rendait superflue cette proclamation. Pie XII n'en tint pas compte et c'est ce même Tisserant qui prononça la requête officielle au pape en sa qualité de doyen. On le voit mal, comme certains aujourd'hui, se précipiter chez LifeSiteNews pour crier à l'hérésie !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/11/2019

ÇA COMMENCE TOUT DE MÊME À BOUGER

> On peut dire ce qu'on veut (certains ne s'en privent pas sur Facebook), mais ça commence à bouger dans l'Eglise catholique en France.
Ce dimanche matin à l'église paroissiale d'une banlieue très 'upper-class' de l'Ouest parisien, admirable homélie du curé : dans la même ligne exégétique que le texte de Balthasar ci-dessus, il a invité les paroissiens à ne pas s'enfermer dans la peur des bouleversements, même si (ou plutôt : "lorsque") ceux-ci affectent l'Eglise et l'obligent à de profondes remises en question.
Au passage, le curé a épinglé durement les "sectaires" (sic) qui exploitent cette peur pour tenter de bloquer le changement nécessaire Il a rappelé la consigne de Jésus : "Ne les suivez pas !"
En conclusion de la messe, après avoir passé la parole à un représentant du Secours catholiques, le curé a dit le dernier mot en soulignant : "Aujourd'hui l'estime portée aux prêtres est tombée à zéro, mais le Secours catholique est estimé. L'Eglise se rénovera dans le service aux pauvres."
Langage de foi lucide. Des prêtres sain(t)s paient christiquement pour les coupables, et annoncent pendant l'eucharistie que la voie est de se faire "hôpital de campagne", comme dit le pape, au service de tous et surtout des plus faibles.
C'est l'heure d'un triple acte de foi, d'espérance et d'amour. La Réforme catholique viendra.
______

Écrit par : PP / | 17/11/2019

@ PP

> Vous avez bcp de patience pour argumenter calmement aux ultras C (C comme conservateur, con ou les deux ?...) qui ont tendance à se défouler de toutes leurs frustrations sur votre blog en ce moment...
Les ultras du micro milieu, c'est pas beau ça ;)

Tangui

[ PP à Tangui – Et ce n'est encore rien à côté des furieux sur Facebook ! Mais c'est une excellente leçon de choses pour les autres... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Tangui / | 17/11/2019

DES TRADIS AUSSI

> Dans l’édito de la revue des Missionnaires Serviteurs des Pauvres (traditionalistes), le père Giovanni Salerno (fondateur) déclare:
"Nous savons que de nombreuses personnes nous apprécient à cause du grand respect que nous portons pour la Tradition comme Jésus qui respectait celle de Moïse, mais nous savons aussi que, face à nos frères de la Cordillère qui vivent dans des conditions infra-humaines, face aux nombreux enfants et malades qui souffrent en silence et qui vivent dans l'abandon le plus total, nous ne pouvons pas rester indifférents et nous ne pouvons pas seulement nous acharner à défendre uniquement la Tradition."
______

Écrit par : Raphaël R. / | 17/11/2019

ÉVANGÉLIQUE MAIS UN PEU À L'OUEST

> Puisque l'on parle de prophéties, en voici une, d'origine évangélique, qui date(rait) de 2010, et qui est...plutôt troublante, relue aujourd'hui :
http://www.lalumieredumonde.fr/2017/05/prophetie-sur-la-france.html
https://michelledastier.com/un-homme-va-se-lever-en-france-despotique-calculateur-et-meprisant-les-plus-petits-par-marie-the/#more-8300
Evidemment, dans le prophétisme évangélique, il y en a à prendre et à laisser (par ex. lorsque le "prophète" voit JP II en enfer ou dénonce François comme étant un suppôt de Satan). Sur François, il y a parfois des propos qui n'ont pas grand-chose à envier à ce que l'on peut entendre dans certains milieux catholiques "bergogliophobes" :
https://michelledastier.com/les-aigles-de-fance-vont-se-lever-par-ueli-et-charle-surbeck/

Feld


[ PP à Feld – Quand j'enquêtais sur les évangéliques pour mon livre de 2009, j'ai regardé le blog de cette dame. Le moins qu'on puisse dire est qu'il grésille du trolley... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 18/11/2019

à Raphaël R.

> Et ces traditionalistes, qu'auraient-ils fait à la femme adultère? Ou au lépreux ?
______

Écrit par : VF/ | 18/11/2019

@ Philippe de Visieux

> Puisque vous citez, à propos du cardinal Tisserant et du dogme de l'Assomption, l'émission de KTO "La Foi prise au mot", cela me donne l'occasion de dire tout le bien que je pense de cette remarquable émission animée par Régis Burnet.
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 18/11/2019

à Michel de Guibert :

> Excellente émission, tout à fait d'accord avec vous. Je crois avoir visionné l'intégralité des émissions depuis quinze ans (pour certaines à plusieurs reprises) et confirme l'influence considérable qu'elles ont exercé sur l'approfondissement de ma foi.
Si TF1 ou France 2 les diffusait en 'prime time', nul doute que nous aurions beaucoup de monde dans nos églises !
Un peu interloqué, cependant, par le reportage d'une heure, sous forme de télé-réalité, consacré à la nuit passée à Solesmes par Jean-Marie Bigard. Non que je remette en question la foi de l'humoriste, bien au contraire, mais il me semble que filmer les émotions de quiconque ou les larmes en gros plan, en prévenant les téléspectateurs en introduction de l'insoupçonnable qu'ils vont découvrir, est peu compatible avec la foi chrétienne : celle-ci est une disposition du cœur qui requiert selon moi une certaine intimité avec le Seigneur, pas la recherche du sensationnel.
Quand KTO veut faire du 'Star Academy', elle ne pourra que se fourvoyer : on évangélise infiniment mieux en proposant la 'Foi prise au mot'.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 19/11/2019

"MODERNE"

> à P. de Visieux – Là où les cathos deviennent pathétiques c'est quand ils croient "faire moderne" ou "faire décalé". Ringardise et contre-performance garanties.
______

Écrit par : Maëlle Coudert / | 19/11/2019

à Maëlle Coudert

> par exemple les dessins "d'humour" navrants dans un excellent mensuel de vie spirituelle. Cheveu sur la soupe.
______

Écrit par : Ilona / | 19/11/2019

à VF :

> Ces missionnaires vivent parmi les plus pauvres dans la Cordillère des Andes péruviennes (région de Cusco) surtout mais aussi à Cuba, Mexico, auprès des tziganes en Hongrie,... Ils sont au contact des païens (les rites hérités des religions inca, aztèque, des superstitions gitanes sont encore vivaces) et au vu du délabrement des régions qu'ils arpentent, ils doivent rencontrer pas mal de prostitué(e)s.
La couverture de leur revue propose toujours une image du pape François (souvent entourés ou embrassant des pauvres) et à l'intérieur de celle-ci, on trouve, en grand, dans chaque numéro, plusieurs citations du Saint Père. Qu'en pense Riposte Catholique? No sé !

Raphaël R.


[ PP à RR – S'ils sont loyaux envers le pape François, ils doivent être mal vus du reste du milieu... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Raphaël R. / | 19/11/2019

à Philippe de Visieux

> Philippe de Visieux se dit "un peu interloqué, cependant, par le reportage d'une heure, sous forme de télé-réalité, consacré à la nuit passée à Solesmes par Jean-Marie Bigard."
Je ne suis pas un spécialiste des médias mais, après avoir visionné l'émission (que je ne connaissais pas) je ne reconnais pas la forme "télé-réalité" qui consiste à faire vivre des situations "artificielles" (ressemblant à la vie ordinaire) à des anonymes ou des célébrités. Une retraite à Solesmes, même de 24h, n'est pas une situation artificielle, même avec la présence des caméras. On pourra utilement s'interroger sur les messes télévisées et les gros plans parfois réalisés sur tels ou tels, ministres ou fidèles, et sur l'influence de la caméra sur les comportements de chacun.

" Non que je remette en question la foi de l'humoriste, bien au contraire,"
Ce qui précède un "mais" n'a que peu de poids ! il s'agit bien là de remettre en cause l'expression de cette foi, une expression qui peut-être ne dépasse pas le "sensible", qui peut-être se complait dans le sensible ou en donne l'impression (prise de vue et montage n'y sont pas pour rien)

" mais il me semble que filmer les émotions de quiconque ou les larmes en gros plan, en prévenant les téléspectateurs en introduction de l'insoupçonnable qu'ils vont découvrir, est peu compatible avec la foi chrétienne : celle-ci est une disposition du cœur qui requiert selon moi une certaine intimité avec le Seigneur, pas la recherche du sensationnel."

Pour reprendre les mots de Ste Bernadette : "je ne suis pas chargée de vous le faire croire mais de vous le dire". Comment alors dire sa foi ou montrer la foi d'autrui de manière compatible avec cette foi ? Comment rendre témoignage de l'espérance qui est en nous à qui nous le demande alors que nos contemporains ont des codes de lectures et de compréhension du monde qui les entoure fortement influencés par le traitement audio-visuel.
La manière évangélique (celle de l'intimité dont vous parlez) est de faire silence et de se cacher (Matthieu 6,6). Une autre manière est liturgique (et ritualisée) en prononçant à voix haute le Notre Père ou le Credo, par exemple. Cette manière plus solennelle n'est pas complètement exempte de sensationnel pour qui en est un témoin extérieur, même si faire sensation n'est pas le but recherché par l'assemblée qui prie. Une autre encore est artistique (et l'on franchit aisément la frontière du "sensationnel" = saisi par tous les sens). Regardons ce qui nous a été légués par ceux qui nous ont précédé dans la foi : vitraux, sculptures, mobiliers, architectures, musiques etc. Est-ce vraiment compatible avec la foi chrétienne ? Que l'on ne me dise pas que l'artiste ne recherche pas l'émotion... L'émotion met en mouvement, l'émotion provoque l'empathie (la possibilité de rejoindre l'autre autrement que par l'intellect), l'émotion ancre le souvenir (d'une catéchèse) mais elle doit accompagner et non pas mener ou guider, et c'est en cela qu'il faut cultiver la vertu de tempérance

"Quand KTO veut faire du 'Star Academy', elle ne pourra que se fourvoyer : on évangélise infiniment mieux en proposant la 'Foi prise au mot'."
Cela reste à démontrer... une catéchèse participe à l'évangélisation mais elle n'est pas toute l'évangélisation et avec cette émission, nous nous approchons davantage de la catéchèse. À revoir, celle qui avait pour thème la foi et la pratique religieuse. On évangélise en mettant l'Evangile en pratique, cela peut aussi passer par des discours. Mettre l'Evangile en pratique c'est faire l'expérience personnelle et quotidienne de se savoir aimé de Dieu – bien souvent par l'expérience même de l'amour humain, donné et reçu, dans ses manifestations charnelles, sensuelles, sensibles. Cela nous transforme de l'intérieur et nous met dans des dispositions extérieures propres à changer, convertir nos relations, tous nos rapports avec les biens, les personnes, la création. C'est la seule et unique "théorie du ruissellement" qui fonctionne, celle du vrai Dieu Vivant et non pas celle du prince mortifère de ce monde.
______

Écrit par : J-Luc / | 20/11/2019

à Raphael:

> je ne parlais pas tant des missionnaires que de leurs "supporters" lointains.
Pour tout serviteur réel du Christ, le contact avec la souffrance humaine ne peut qu'élargir le coeur à l'infini. Qu'on soit amoureux de la messe tridentine ou pas...
Effectivement, Riposte catholique, Sandro Magister ou autres Zemmour ne doivent même pas parler d'eux.
Mais je suis heureux de savoir que de tels hommes existent. Après tout, saint Vincent de Paul disait la messe en latin ;-)
______

Écrit par : VF/ | 20/11/2019

SITE

> Encore pour Raphaël:
On parle bien de ces missionnaires:
http://www.msptm.com/fr/
Et à la deuxième photo qui tourne, on voit le pape François...
______

Écrit par : VF/ | 20/11/2019

à VF:

> Tout à fait.
______

Écrit par : Raphaël R. / | 20/11/2019

à Jean-Luc :

> Merci pour votre commentaire : heureux de constater que mon propos ait pu être source de débat.
Avant toute chose, cher Jean-Luc, je désirerais préciser que je ne porte aucun jugement quant à la foi de Jean-Marie Bigard : lorsque j’écris que « je [ne] remets [pas] en question la foi de l'humoriste, bien au contraire », je le pense vraiment et pour la raison suivante : seul Dieu connaît les coeurs ; il n’est au pouvoir d’aucun mortel de prétendre évaluer la foi d’autrui – j’ajouterais que ceci n’aurait aucun sens.
Cette précision était importante car je ne souhaitais pas que mon commentaire fût perçu comme une critique de Jean-Marie Bigard ou de la visite qu’il a effectuée à Solesmes. Mon propos ne portait que sur la forme du reportage proposé par KTO, en aucun cas sur le fond dont je ne peux que me réjouir : qu’un frère en Christ cherche Dieu est toujours source de grande joie !
Au plan strictement télévisuel, en revanche, il m’est apparu que le format proposé se rapprochait de certaines émissions diffusées sur des chaînes américaines comme TLC ou Discovery sur des sujets empreints d’une certaine gravité, comme la peine causée par la mort d’un animal de compagnie, avec gros plans sur les personnes interrogées qui s’expriment au bord des larmes jusqu’à ce que, après un silence gêné de plusieurs secondes, elles éclatent en sanglots. Il y a dans ce type de reportage un degré d’exhibitionnisme qui me heurte quelque peu ; il m’avait semblé le retrouver dans l’émission de KTO où l’on voit l’humoriste entrer dans l’église abbatiale, se mettre à genoux, entrer en prière avec le père hôtelier, puis on se rend dans la cellule de J.-M. Bigard où on le voit faire son lit, puis prendre son repas dans le réfectoire au son de la ‘Lectio Divina’. Comment ne pas imaginer, en voyant le père hôtelier et Jean-Marie Bigard à genoux, le ou les cameramen eux aussi agenouillés devant eux, le preneur de son, le régisseur lumière ? Ou de penser qu’il s’agissait peut-être de la cinquième prise parce que les quatre autres n’étaient pas bonnes ? C’est dans cette dimension que j’avais parlé de « télé-réalité » : cette mise en scène avec un Jean-Marie Bigard (mais c’eut été pareil s’il s’était agi de n’importe qui) se mouvant comme si de rien n’était alors que son parcours dans l’abbaye avait été à l’évidence planifié, qu’il se faisait au milieu de caméras et d’une régie, dévalorise à mon sens la portée de l’expérience : comment peut-on sereinement se recueillir alors qu’on se sait entouré de plusieurs personnes qui vous filment ?
C’est en cela que je parlais d’un aspect « sensationnel » privant la démarche de sa spontanéité.
La seconde partie, celle du dialogue, est selon moi beaucoup moins mise en scène et, de ce point de vue, apparaît plus authentique : elle se rapproche d’émissions comme ‘Visages inattendus de personnalités’ où un invité apporte son témoignage sans contrainte horaire manifeste.
Bien entendu, et comme vous l’aurez deviné, je ne prétends en aucune manière que vous avez tort : il s’agit là d’une appréciation subjective qui traduit la préférence de chacun, par définition tout à fait respectable mais pouvant légitimement différer d’une personne à l’autre.
Amicalement.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 21/11/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.