Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2019

« L’alliance corporelle entre le Créateur et la création”

carême,christ

2e dimanche de carême, le récit de la Transfiguration du Christ selon saint Luc... Présence du Dieu trinitaire et de toute l’histoire du salut dans le corps du Christ prédestiné à l’épreuve de la croix :


 

<< Nous avons notre citoyenneté dans les cieux, d’où nous attendons comme sauveur le Seigneur Jésus Christ, lui qui transformera nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux, avec la puissance active qui le rend même capable de tout mettre sous son pouvoir.  >>

Philippiens  3,20 - 4,1

 

<<  Philippiens 3,20 - 4,1 place toute l’existence humaine dans ce provisoire qui maintenant, comme la Transfiguration, indique l’avenir. “Celui qui s’installe dans la chair, est un ennemi de la croix du Christ”. Mais celui qui suit le Christ l’attend du Ciel, où le Christ habite déjà. Et le Ciel n’est pas un lieu sans monde, mais le lieu où notre “pauvre corps” prendra “l’image de son corps glorieux” et où le monde du Créateur recevra sa figure dernière comme monde du Rédempteur. Ici nous sommes définitivement intégrés dans l’alliance corporelle entre Dieu et la création, en Jésus-Christ, qui incarne en lui-même cette alliance entre Dieu et l’homme, entre le ciel et la terre… >>

Hans Urs von Balthasar

 

<< Le destin de toute la création passe par le mystère du Christ, qui est présent depuis l’origine de toutes choses : “Tout est créé par lui et pour lui” (Col 1, 16).  Le prologue de l’évangile de Jean (1, 1-18) montre l’activité créatrice du Christ comme Parole divine (Logos). Mais ce prologue surprend en affirmant que cette Parole “s’est faite chair” (Jn 1, 14). Une Personne de la Trinité s’est insérée dans le cosmos créé, en y liant son sort jusqu’à la croix. Dès le commencement du monde, mais de manière particulière depuis l’Incarnation, le mystère du Christ opère secrètement dans l’ensemble de la réalité naturelle, sans pour autant en affecter l’autonomie.

Le Nouveau Testament ne nous parle pas seulement de Jésus terrestre et de sa relation si concrète et aimable avec le monde. Il le montre aussi comme ressuscité et glorieux, présent dans toute la création par sa Seigneurie universelle : “Dieu s’est plu à faire habiter en lui toute plénitude et par lui à réconcilier tous les êtres pour lui, aussi bien sur la terre que dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix” (Col 1, 19-20). Cela nous projette à la fin des temps, quand le Fils remettra toutes choses au Père et que “Dieu sera tout en tous” (1Co 15, 28). De cette manière, les créatures de ce monde ne se présentent plus à nous comme une réalité purement naturelle, parce que le Ressuscité les enveloppe mystérieusement et les oriente vers un destin de plénitude. Même les fleurs des champs et les oiseaux qu’émerveillé il a contemplés de ses yeux humains, sont maintenant remplis de sa présence lumineuse… >>

Laudato Si’, 99-100.

 

 

carême,christ

 

11:41 Publié dans Nouvelle évangélisation | Lien permanent | Tags : carême, christ