Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2018

Lettre décisive du cardinal Ouellet à l'ex-nonce Vigano

cq5dam.thumbnail.cropped.750.422.jpeg

...sur son mensonge envers le pape et le peuple catholique :


 

<<  samedi 7 octobre


LETTRE OUVERTE DU PRÉFET DE LA CONGRÉGATION POUR LES ÉVÊQUES, CARDINAL MARC OUELLET, AU SUJET DES RÉCENTES ACCUSATIONS CONTRE LE SAINT SIÈGE

Cher confrère Carlo Maria Vigano,
Dans ton dernier message aux Media pour dénoncer le Pape François et la Curie romaine, tu m’exhortes à dire la vérité sur des faits que tu interprètes comme une corruption endémique qui a envahi la hiérarchie de l’Église jusqu’à son plus haut niveau. Avec la permission pontificale requise, j’offre ici mon témoignage personnel comme préfet de la Congrégation pour les Évêques, sur les faits concernant l’Archevêque émérite de Washington Theodore McCarrick et sur ses liens présumés avec le Pape François, qui font l’objet de ta dénonciation publique retentissante, ainsi que de ton exigence de démission à l’égard du Saint Père. Mon témoignage s’appuie sur mes contacts personnels et sur les documents d’archive de la Congrégation qui font actuellement l’objet d’une étude pour éclairer ce triste cas.

Permets-moi toutefois de te dire d’abord en toute sincérité, à cause de la bonne collaboration qui a existé entre nous quand tu étais nonce à Washington, que ta position actuelle m’apparaît incompréhensible et extrêmement regrettable, non seulement à cause de la confusion qu’elle sème dans le peuple de Dieu, mais à cause des accusations publiques qui lèsent gravement la réputation des évêques, successeurs des Apôtres. Je me souviens d’avoir joui un certain temps de ton estime et de ta confiance, et je constate que j’aurais maintenant perdu à tes yeux la dignité qui m’était reconnue, pour la seule raison que je suis resté fidèle aux orientations du Saint Père dans le service qu’il me confie dans l’Église. La communion avec le Successeur de Pierre n’est-elle pas l’expression de notre obéissance au Christ qui l’a choisi et qui le soutient de sa grâce? Mon interprétation d’Amoris Laetitia que tu dénonces, s’inscrit dans cette fidélité à la tradition vivante dont François nous a donné un autre exemple en modifiant récemment le Catéchisme de l’Église Catholique sur la question de la peine de mort.

Venons-en aux faits. Tu dis avoir informé le Pape François le 23 juin 2013 sur le cas McCarrick lors de l’audience qu’il t’a concédée, de même qu’à tant d’autres représentants pontificaux qu’il a rencontrés alors pour la première fois. J’imagine la quantité énorme d’informations verbales ou écrites qu’il a dû alors recueillir sur beaucoup de personnes et de situations. Je doute fort que McCarrick l’intéressait au point où tu voudrais le faire croire, puisqu’il était un Archevêque émérite de 82 ans et sans office depuis sept ans. C’est pourquoi les instructions écrites de la Congrégation qui t’ont été données au début de ta mission à Washington en novembre 2011, ne disaient rien de McCarrick, si ce n’est que, oralement, je t’ai informé de sa situation comme évêque émérite devant obéir à certaines conditions et restrictions à cause des rumeurs sur son comportement dans le passé.

Depuis le 30 juin 2010 que je suis préfet de cette Congrégation, je n’ai jamais porté en audience auprès du pape Benoit XVI ou du pape François le cas McCarrick, sauf ces jours derniers après sa déchéance du Collège des Cardinaux. L’ex-cardinal, retraité en mai 2006, était exhorté à ne pas voyager et à ne pas faire d’apparitions publiques afin de ne pas provoquer d’autres rumeurs qui circulaient à son sujet. Il est faux de présenter les mesures prises à son égard comme des « sanctions » décrétées par le Pape Benoît XVI et annulées par le Pape François.

Après révision des archives, je constate qu’il n’y a pas de documents à ce sujet signés par l’un ou l’autre pape, ni de note d’audience de mon prédécesseur le Cardinal Jean-Baptiste Re, qui donnerait le mandat d’obliger l’Archevêque émérite McCarrick au silence et à la vie privée avec la rigueur de peines canoniques. La raison en est qu’on ne disposait pas alors, à la différence d’aujourd’hui, de preuves suffisantes de sa culpabilité présumée. D’où la position de la Congrégation, inspirée à la prudence, et les lettres de mon prédécesseur et de moi-même l’exhortant, par l’intermédiaire des Nonces Apostoliques Pietro Sambi et toi-même, à un style de vie discret de prière et pénitence pour son propre bien et celui de l’Église. Son cas aurait fait l’objet de nouvelles mesures disciplinaires si la Nonciature à Washington ou une quelconque autre source nous avait fourni des informations récentes et décisives sur son comportement. Je suis d’avis que, par respect des victimes et exigence de justice, la recherche en cours aux États-Unis et à la Curie romaine fournisse une analyse critique complète des procédures et des circonstances de ce cas douloureux afin d’éviter que cela se reproduise dans l’avenir.

Comment se fait-il que cet homme d’Église dont on connaît aujourd’hui l’incohérence, ait été promu à plusieurs reprises jusqu’à occuper les très hautes fonctions d’Archevêque de Washington et de Cardinal ? J’en suis moi-même fort étonné, et je reconnais des failles dans le processus de sélection qui a été mené dans son cas. Mais sans fournir ici de détails, on doit comprendre que les décisions qui sont prises par le Souverain Pontife reposent sur les informations dont on dispose au moment précis, et qui font l’objet d’un jugement prudentiel qui n’est pas infaillible. Il me semble injuste de conclure à la corruption des personnes en charge du discernement préalable même si, dans le cas concret, certains indices fournis par des témoignages auraient dû être davantage examinés. Le prélat en cause a su se défendre très habilement des doutes soulevés à son endroit. Par ailleurs, qu’il puisse y avoir au Vatican des personnes qui pratiquent et soutiennent des comportements contraires aux valeurs de l’Évangile en matière de sexualité, ne nous autorise pas à généraliser et à déclarer indignes et complices un tel et un tel, et même le Saint Père lui-même. Ne faut-il pas que les ministres de la vérité se gardent avant tout de la calomnie et de la diffamation?

Cher représentant pontifical émérite, je te dis franchement qu’accuser le pape François d’avoir couvert en toute connaissance de cause ce présumé prédateur sexuel, et donc d’être complice de la corruption qui sévit dans l’Église au point d’être devenu indigne de poursuivre sa réforme en tant que premier pasteur de l’Église, me semble à tous les points de vue incroyable et invraisemblable.

Je n’arrive pas à comprendre comment tu as pu te laisser convaincre de cette monstrueuse accusation qui ne tient pas la route. François n’a eu rien à voir avec les promotions de McCarrick à New York, Metuchen, Newark et Washington. Il l’a destitué de sa dignité de cardinal dès qu’est apparue une accusation crédible d’abus de mineur. Je ne l’ai jamais entendu faire allusion à ce soi-disant grand conseiller de son pontificat pour les nominations en Amérique, alors que le Pape ne cache pas la confiance qu’il accorde à certains prélats. Je devine que ceux-ci ne sont pas de ta préférence ni de celle des amis qui soutiennent ton interprétation des faits. Mais je trouve aberrant que tu profites du scandale retentissant des abus sexuels aux États-Unis pour infliger à l’autorité morale de ton supérieur, le Souverain Pontife, un coup inouï et immérité !

J’ai le privilège de rencontrer longuement le pape François chaque semaine pour traiter les nominations d’évêques et les problèmes qui affectent leur gouvernement. Je sais très bien comment il traite les personnes et les problèmes, avec beaucoup de charité, de miséricorde, d’attention et de sérieux, comme tu en as fait toi-même l’expérience. De lire comment tu termines ton dernier message apparemment très spirituel en te moquant et en jetant un doute sur sa foi m’a semblé vraiment trop sarcastique, voire blasphématoire. Cela ne peut pas venir de l’Esprit de Dieu.

Cher confrère, je voudrais bien t’aider à retrouver la communion avec celui qui est le garant visible de la communion de l’Église catholique ; je comprends que des peines et des déceptions aient jalonné ta route au service du Saint Siège, mais tu ne peux pas terminer ainsi ta vie sacerdotale dans une rébellion ouverte et scandaleuse qui inflige une blessure très douloureuse à l’Épouse du Christ, que tu prétends mieux servir, en aggravant la division et le désarroi dans le peuple de Dieu.

Que puis-je répondre à ton appel sinon te dire : sors de ta clandestinité, repens-toi de ta révolte et reviens à de meilleurs sentiments à l’égard du Saint Père au lieu de fomenter l’hostilité contre lui. Comment peux-tu célébrer l’Eucharistie et prononcer son nom au canon de la messe? Comment peux-tu prier le saint Rosaire, Saint Michel Archange et la Mère de Dieu en condamnant celui qu’elle protège et accompagne tous les jours dans son lourd et courageux ministère ?

Si le Pape n’était pas un homme de prière, s’il était attaché à l’argent, s’il favorisait les riches aux dépens des pauvres, s’il ne démontrait pas une énergie infatigable pour accueillir toutes les misères et donner le généreux réconfort de sa parole et de ses gestes, s’il ne multipliait pas tous les moyens possibles d’annoncer et de communiquer la joie de l’évangile à tous et à toutes, dans l’Église et au-delà de ses frontières visibles, s’il ne tendait pas la main aux familles, aux vieillards abandonnés, aux malades de l’âme et du corps, et surtout aux jeunes en recherche de bonheur, on pourrait peut-être lui préférer, selon toi, quelqu’un qui adopte d’autres attitudes diplomatiques et politiques, mais je ne peux pas mettre en cause son intégrité personnelle, sa consécration à la mission et surtout le charisme et la paix qui l’habitent, par la grâce de Dieu et la puissance du Ressuscité.

En réponse à ton attaque injuste et injustifiée dans les faits, cher Vigano, je conclus donc que l’accusation est un montage politique privé de fondement réel incriminant le pape, et qu’elle blesse profondément la communion de l’Église. Plût à Dieu que cette injustice flagrante soit rapidement réparée et que le Pape François continue à être reconnu pour ce qu’il est : un pasteur insigne, un père compatissant et ferme, une grâce prophétique pour l’Église et pour le monde. Qu’il poursuive joyeusement et en toute confiance la réforme missionnaire qu’il a entreprise, en sachant qu’il peut compter encore davantage sur la prière du peuple de Dieu et la solidarité renouvelée de toute l’Église unie à Très Sainte Vierge Marie, Reine du Saint Rosaire!

Marc Cardinal Ouellet Préfet de la Congrégation pour les Évêques,
En la Fête de Notre-Dame du Rosaire, 7 octobre 2018.  >>

 

 

 

Coat_of_arms_of_Marc_Ouellet.svg.png

 

 

Commentaires

COMME AU Ve SIÈCLE !

> Sur Facebook et Twitter, le clan des supporters de Vigano cherche maintenant à noyer le poisson (mais c'est le gros poisson de Jonas !) en disant, comme je viens de le lire sur un autre fil de discussion : "Il faudra un jour ouvrir les yeux". Formule caractéristique : toujours le même système du clan. Ce système consiste :
1. à faire comme si Vigano avait été le premier à parler d'un réseau de dépravation dans le clergé ;
2. et comme si le mensonge fondamental de Vigano (alléguer une culpabilité du pape François) véhiculait quand même une vérité.

Pourquoi tiennent-ils tellement à incriminer François ?
Le diagnostic spirituel et moral posé par le cardinal Ouellet sur le mensonge Vigano (après la longue série des enquêtes italiennes et américaines indépendantes : Tornielli, Winters, O'Brien etc qui ont réfuté ce mensonge dès le début septembre) devrait être médité par les viganistes parisiens un peu trop pressés de donner tort au pape !
Ils savent bien, eux, ce qu'ils lui reprochent en réalité : ses positions au sujet des immigrés. Et nous savons qu'ils le savent.
(Positions qui étaient d'ailleurs celles de Benoît XVI : mais ça, ils ne veulent pas le savoir).

Je reviens sur la puissance de la lettre Ouellet : c'est le ton de saint Augustin écrivant aux schismatiques donatistes (les intégristes du Ve siècle). L'Esprit Saint est à l'oeuvre. Tout ce drame accompagné de perfidies servira 'in fine' à la Réforme catholique !
______

Écrit par : PP / | 08/10/2018

À TOUS
Pardonnez-moi un retard inhabituel dans ce blog : j''étais hier à la journée "Eglise verte" de la paroisse St-Gabriel de la porte de Vincennes à Paris, événement significatif présidé par Mgr Aupetit. Je n'ai donc pu relayer que ce matin la lettre du cardinal Ouellet.
______

Écrit par : PP/ | 08/10/2018

DÉJÀ

> j'attends déjà les commentaires du type : "oui mais Ouellet est Québécois ; or depuis la révolution tranquille, le clergé québécois..."

EL


[ PP à EL - En effet, et l'on en entendra bien d'autres.. La droite au front de taureau. Et la fourberie de "journalistes catholiques"... Voire de membres du clergé français mal remis de leur ivresse politique des dernières années... ]

réponse au commentaire

Écrit par : E Levavasseur / | 08/10/2018

À Patrice :

> Ouellet va jusqu'à dénoncer à demi-mots le clan anti-François dans son ensemble : ces prélats qui ont la préférence de Viganò et ces "amis qui soutiennent [s]on interprétation des faits".
C'est en effet ce soutien massif qui nous a surpris et choqués en août : vous-même Patrice aviez justement écrit que les masques tombaient.
Le cardinal Ouellet rappelle à tous ces gens qu'être catholique implique un soutien au Saint-Père et à son ministère difficile mais guidé par l'Esprit Saint.

PV


[ PP à PV - Les masques tombent, en effet, et nous verrons des choses pénibles de la part de curés et même d'évêques, y compris dans l'Hexagone. Prions le saint curé d'Ars d'aider cette fraction "cléricale" à se libérer du Grappin... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 08/10/2018

LE RÔLE DE "L'ANCIEN"

> D’accord avec vous, Patrice, pour espérer en une « Réforme catholique » qui bénéficiera du drame actuel. Pour ma part, je l’attends en priorité d’une revisitation par l’Eglise catholique du rôle de l’« ancien » (premier sens du grec « presbuteros ») dans le gouvernement de la communauté chrétienne.
De mon point de vue, cet « ancien » devrait de façon privilégiée, dans l’avenir, revêtir les traits du couple chrétien, homme et femme, image et ressemblance de Dieu.
Et donc, j’aspire à ce que des couples unis par le sacrement de mariage et ayant fait la preuve de leur fidélité à l’Eglise tiennent le plus souvent possible ce rôle de l’ancien dans leur communauté chrétienne, dans leur paroisse, avec toute l’autorité que cela implique. Une « prêtrise conjugale » en quelque sorte, mais non assortie du pouvoir d’administrer les sacrements, qui demeurerait entre les mains du prêtre ordonné à cet effet.
______

Écrit par : Denis / | 08/10/2018

DU BIEN

> Ça fait du bien de lire une lettre écrite à l’ancienne, au lieu de bribes bruyantes type slogan, avec les ingrédients de vérité et de charité bien dosés qui empêchent de faire perdre la face au destinataire.
______

Écrit par : Théophile / | 08/10/2018

UN MESSAGE D'ESPOIR

> C'est une lettre extraordinaire, par sa clarté, sa précision, son inspiration spirituelle. On attendait un tel document, qui remette les pendules à l'heure, et défende le pape de manière irréfragable.
Les allégations sirupeuses de Vigano sont désintégrées, son jeu pervers pour diviser l'Eglise est mis en échec, sa mentalité vicieuse est parfaitement dénoncée.
Il fallait cette contre-attaque, avec toutes ses qualités de conviction, d'intégrité, pour blanchir François, et l'Eglise, cette dernière se trouvant certes dans une mauvaise passe ; le cardinal Ouellet souligne du reste les dysfonctionnements auxquels il faudrait remédier (notamment dans les nominations des évêques et cardinaux).
Il dit bien en revanche que le dysfonctionnement principal, ce n'est pas le pape François. Et cela pourra rassurer à nouveau le "peuple de Dieu", s'il était besoin. Cette lettre est aussi un message d'espoir.
______

Écrit par : Bégand / | 09/10/2018

PAS ASSEZ CHIC ?

> Lu en commentaire sur un blog bergogliophobe: "et ce tutoiement!!!" en guise de conclusion...

RR


[ PP à RR - Rappelez-vous la gourde clamant au micro de la Mutualité : "La Manif pour tous est la révolte de la France bien élevée !" L'ultradroite catho, c'est l'arrière-garde de la bourgeoisie... en formation de combat. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Raphaël R. / | 09/10/2018

à Raphaël R.

> Pas un des ignares de droite (persuadés d'être au top "doctrinal") n'aura reconnu dans le style superbe du cardinal Ouellet l'influence de celui de saint Augustin.
______

Écrit par : Christian Vandevelde / | 10/10/2018

> Cela me rappelle une de mes relations, très intégriste, disant : "Dire tu à Dieu mène en enfer." Avec un tic nerveux sous l'oeil droit.
______

Écrit par : Daniel Azan / | 10/10/2018

TOHU-BOHU

> "ils "ont trouvé un nouveau cheval de bataille :

L'affaire des religieuses mayennaises vu comme un "complot bergoglien" pour "faire entrer l'antéchrist dans les couvents et ainsi menacer la chrétienté".

Valeurs Actuelles s'en mêle/s'emmêle avec un article copié-collé de dépêches AFP et de sites délirants du type "Paul VI a été remplacé par un sosie".
Et plein de gens entendant braire croient entendre une trompette de cavalerie, et chargent droit devant.

A l'opposé, un mouvement scout quant à lui, rebondit sur la crise pédophile à sa manière et publie une déclaration façon 4 juillet 1776, où visiblement persuadé d'incarner la vraie Eglise dans un vieux tromblon, il demande un synode où il pourra faire valoir ses demandes et sa vision de "la gouvernance de l'Eglise" dans laquelle "les laïcs auront toute leur place" (suivez mon regard ?)

Soyons prudents avec ce genre de déclaration où chacun met ce qu'il veut. Est-ce la réponse à l'appel du pape ? ou bien "que l'Eglise nous donne sa montre et nous lui dirons l'heure... ?"
Car le texte commence plutôt bien, comme une réponse à l'appel du pape mais conclut par des revendications pour les droits des laïcs !
Quel rapport avec la pédophilie ? Pourquoi penser que parce que les laïcs et les femmes auront leur juste place dans l'Eglise, les crimes pédophiles seront plus dénoncés ? Sauf à se méfier des clercs perçus comme intrinsèquement douteux ?
Evidemment il ne faut pas voir dans cet appel une volonté consciente de nuire à l'Eglise mais plutôt beaucoup de naïveté dans un appel qui fera inconsciemment du mal à l'Eglise parce qu'on peut douter de sa claire vision.
Pourquoi ?
Du fait que les évêques y sont présentés comme des freins à l'Eglise : "nous demandons à nos évêques d’accepter et d’accélérer la nécessaire conversion radicale d’une Église qui doit donner toute sa place aux femmes, aux jeunes et aux laïcs, partout et à tous les niveaux y compris dans la gouvernance de l’Église de France
Du fait que son signataire principal ait été/soit chargé de relations sociales au sein d'entreprises pas franchement conformes ni à Laudato Si ni à la DSE et qu'il ne trouve apparemment rien à y redire, qu'il considère que Laudato Si et développement durable reviennent au même (sic)** n'est guère fait pour rassurer sur sa clairvoyance & son niveau de connaissance de l'enseignement de l'Eglise.
Et donc sur l'opportunité des réformes qu'il proposerait à l'Eglise.
On dirait un appel à une marche pour les droits civiques !
Ici un certain nombre d'éléments font qu'il me semble voir la continuité du vieil héritage de "l'esprit de Vatican II" (= l'Eglise ne va pas assez loin, heureusement, nous, nous avons tout compris: "we, the church")

Il devient évident qu'en disant "toute sa place", ce mouvement laïc demande plus de place aux laïcs dans l'Eglise ; mais de son côté, veut-il donner à la foi la place pleine et entière qui lui revient dans sa pédagogie auprès des jeunes ? sa nouvelle patronne déclare que oui. Mais en échange d'une plus grande place ? on peut se le demander

* voici ce que dit cette personne sur l'économie :
"je n’aime pas que l’on oppose, de manière un peu manichéenne, l’action des grandes entreprises multinationales – comme celle où je travaille – et celle des associations ou du secteur de l’économie sociale et solidaire. Les anathèmes sont contre-productifs. Certes, notre système économique produit beaucoup d’injustices, mais au fil des années j’ai appris que l’on pouvait faire bouger les lignes et changer les choses de l’intérieur. »

On croirait entendre un élu LREM ou bien un membre de Sens Commun !
elle n'a visiblement rien lu de Laudato Si ni du discours de Santa Cruz !!

et que penser quand cette même personne parle "d'entrer en résistance dans l'Eglise" ??
certes "pour montrer aussi tout ce qui va bien, pour porter une exigence d'ouverture, d'humilité et d'écoute mutuelle" mais la phrase est au mieux très ambiguë.
pas "en résistance avec l'Eglise" mais "dans" !
et cette affirmation (qui est une affirmation de soi, pas de membre de l'Eglise) lui vaut une "standing ovation" de l'assemblée des chefs du mouvement...
Chacun de nous est membre de ce corps (l'Eglise) ; il ne saurait y avoir de résistance au sein du corps.
Au mieux, c'est une griserie de mots.

** "sa magnifique encyclique Laudato Si', sur l’écologie et le développement durable "
mais bon sang ! le développement durable est la peinture verte du consumérisme durable ! quand on a si peu de connaissance du sujet, on ne l'aborde pas !

Soyons juste, elle déclare aussi :
-"je souhaite une Église à l’écoute des enjeux de son temps ; non pas pour s’y adapter et perdre son identité, son histoire, mais pour savoir adresser ses convictions à la société, les faire comprendre avec le ton de son temps."
- que son mouvement ne doit pas être trop « pudique sur le fait d’être un mouvement catholique. Nous ne devons pas avoir honte de l’affirmer, tout en accueillant tout le monde et en prenant les jeunes là où ils en sont."

On passera sur le vocabulaire (identité ? histoire ? mais pas "évangélisation", "Vérité") ; ces souhaits sont bons mais son manque visible de formation, son inconsciente imprégnation des valeurs du monde les rend vains surtout si elle pense que "l'Eglise a beaucoup à apporter" : pourquoi seulement "beaucoup" ?
"Tout" !
cela donne l'impression d'une "administration de l'incroyance", d'une "gestion de la tiédeur" plutôt que d'un "désir d'évangélisation"
______

Écrit par : E Levavasseur / | 10/10/2018

RÉACTIONS

> intéressantes et saines réactions de bcp d'internautes qui ne s'en laissent pas compter :
https://twitter.com/idegaulmyn/status/1049249423782563840
______

Écrit par : E Levavasseur | 10/10/2018

@ E. Levavasseur

> On entend ce genre de propos, en moins écolo, depuis 50 ans...
______

Écrit par : Pierre Huet / | 10/10/2018

CHAPELET

> Merci à PP pour cette lettre et à Théophile et Bégand d'avoir écrit ce qu'il fallait en penser.
J'attends Famille Chrétienne,vont-ils l'évoquer?
Sans doute quelques âmes récitent-elles le chapelet chaque jour d'octobre comme demandé... qu'elles continuent surtout.
______

Écrit par : Michel Santini / | 11/10/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.