Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2017

Vers la guerre ? politique obscène de Mr Trump

US-bomb-MOAB-non-nuclear-Massive-Ordnance-Air-Blast-Bomb-what-is-damage-791686.jpg

Le président étatsunien approuve quasiment - par communiqué - l'attentat sunnite qui a tué 13 personnes à Téhéran :


 

 

Mr Trump repousse chaque fois les limites. Au lendemain des attaques djihadistes (revendiquées par Daech) qui ont fait 13 morts à Téhéran, il a émis hier un communiqué disant : "Les Etats qui appuient le terrorisme risquent de devenir les victimes du mal qu'ils soutiennent".

Où Mr Trump a-t-il pris que l'Iran était "l'Etat qui soutient le terrorisme" ? À deux sources : 1. M. Nétanyahou, qui appelle "terroriste" ce qui va contre l'intérêt national israélien (p. ex. le Hezbollah libanais soutenu par l'Iran) ;  2. le gouvernement saoudien, dont la rivalité avec l'Iran tourne au casus belli. 

Riposte de Téhéran à Mr Trump : "Le communiqué de la Maison Blanche est répugnant alors que les Iraniens font face à la terreur soutenue par les clients des Américains."  Cette formule - polémique - n'est pas sans contenu. Riyad est inextricablement liée aux réseaux djihadistes, dont la matrice est le salafisme saoudien. Et l'on sait que les ressortissants saoudiens sont épargnés par le projet trumpique d'interdiction d'entrée aérienne sur le sol US... (apparemment Washington a oublié le 11 septembre).

L'aveuglement ou la partialité de Mr Trump sont visiblement partagés par le reste de la droite washingtonienne : le Sénat vient de voter de nouvelles sanctions contre l'Iran, pour "soutien à des actes de terrorisme international". On serait curieux de savoir lesquels... D'autant que les électeurs iraniens, lors d'une élection sans équivalent dans d'autres pays musulmans, ont réélu leur président réformateur et modéré !

D'où l'autre communiqué iranien, estimant "lourd de sens" l'attentat djihadiste à Téhéran compte tenu de la récente rencontre de Mr Trump (le 21 mai) avec "le chef d'un des gouvernements les plus réactionnaires de la région, qui a toujours soutenu les terroristes ".

Le communiqué indigne de Mr Trump contredit celui du Département d'Etat américain, qui a formulé des condoléances protocolaires après les attentats de Téhéran. C'est un signe supplémentaire du chaos instauré à Washington depuis janvier. C'est surtout un indice de l'engrenage de guerre actionné par la Maison Blanche au Moyen-Orient pour le seul profit du régime saoudien. Les conséquences en seront tragiques ;  Mr Trump ne fait qu'aggraver les errements de la plupart de ses prédécesseurs.

 

ps -  La politique iranienne ne menace pas les intérêts européens. Mais la politique trumpienne les met en danger, de même que ceux du rest of the world  (sauf les pétro-monarches sunnites).

 

 

3114127967_1_7_SRB2ZTrg.jpg

 

11:10 Publié dans Iran, Proche-Orient, Trump | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : trump

Commentaires

CHAUD

> Rappel du climat général, ici et là-bas, en deux articles publiés par RT France (dont les journalistes n’ont pas l’heur de plaire à M. Macron) :
https://francais.rt.com/international/39359-iran-gardiens-revolution-accusent-arabie-saoudite-attentats
https://francais.rt.com/france/39155-ultimatum-adresse-elysee-daesh-menace-france-bain-sang
L’été sera chaud…
______

Écrit par : Denis / | 08/06/2017

RIYAD

> Finalement, ceci confirme une vieille impression: le ministre des Affaires Etrangères des Etats-Unis (et de quelques autres vassaux) est le roi d'Arabie.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 08/06/2017

> Je m’interroge sur la manière dont nous consommons, fascinés et sidérés, les tweets des uns, les provocations des autres, bombe verbale contre bombe humaine… Les gazouillis de M. Trump hurlent à nos oreilles, ils dépassent la plupart du temps l’entendement par leur bêtise et leur primarité et devraient nous mobiliser davantage, y compris contre nos « imprécateurs officiels », incapables de poser les bonnes questions, habitués à réagir sur commande, de l’Etat ou du patron, au nom du libre libertarisme libéralisé (les mots me manquent pour les qualifier… « Libertarés » ?).
De fait, nous avons élu de part et d’autre de l’Atlantique deux chefs d’Etat à l’ego surdimensionné et au verbe beaucoup trop haut. Et tandis que M. Trump poursuit sa course éléphantesque dans la porcelaine des relations internationales, M. Macron attend, nous explique-t-on à demi-mot, les 400 députés godillots espérés pour se lâcher davantage – et allonger le cas échéant sa liste des « analphabètes » ou victimes de « l’alcoolisme » ou du « tabagisme », quand ils n'ont pas le tort d'être « comoriens », qui déparent le doux visage de la France au travail ?…
On me dit que je surréagis, que j’exagère.… De vieux sages me sermonnent (j’enjolive) :
« Trump et Macron passeront, avec le reste. Il sont tout simplement dans l’air du temps. Vieux gamins rivalisant à la récré avec leur “hand spinner”… “– Prêt pour le bras de fer ? Toupie or not toupie ?…” Tu as tort de t’inquiéter, les politologues de l’éducation sont catégoriques : la mode du hand spinner sera passée dans trois mois ! »
Vivement la rentrée ?
______

Écrit par : Denis / | 08/06/2017

EN PLUS

> On en vient à faire une triste hypothèse : les errements en politique étrangère de ses prédécesseurs étaient ce qu'ils étaient (et ils s'agissait bien souvent, hélas, d'errements), mais il faut se demander si à son amateurisme M. Trump n'ajoute pas une dose inquiétante de démence.
______

Écrit par : Sven Laval / | 08/06/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.