Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2017

Manchester : l'horreur, mais pas "la guerre civile"

6974955_1-manchester-en-une.PNG

Mot piégé ! Aussi horribles que soient les carnages de Daech, le terrorisme (même "de masse") n'est pas "la guerre civile" :


 

Il y a "guerre civile" quand une lutte armée oppose l'Etat, soutenu par une partie de la population, à des éléments armés soutenus par une autre partie de la population : Espagne 1936, Salvador 1980, Yougoslavie 1992... Ce qui attire souvent l'intervention étrangère : en Espagne (Italie-Allemagne-URSS), au Salvador (USA), en ex-Yougoslavie (OTAN), en Syrie (sept Etats opposés), au Yémen (Arabie saoudite, USA, Iran)... Selon Gersovitz et Kriger [1],

«...une guerre civile se définit par un conflit prolongé de grande échelle, politiquement organisé, physiquement violent, qui se produit au sein d’un pays, principalement entre deux larges groupes de citoyens qui se disputent le monopole de la force physique. Les guerres civiles entraînent une violence interne soutenue et à grande échelle, qui les distingue des épisodes de violence politique intenses mais limités.... Des acteurs externes peuvent être amenés à participer à une guerre civile, mais la violence se produit dans les limites du pays, et implique majoritairement des acteurs internes

Les attentats revendiqués par Daech ne correspondent pas à la notion de "guerre civile", pour cinq raisons au moins :

1. selon un rapport de la DGSE en avril dernier, "l'objectif majeur de Daech en Europe n'est pas d'ordre militaire, mais ressort du politique, du médiatique et du symbolique".

2.  ces attentats sont l'oeuvre de réseaux, voire d'individus connectés ; on ne voit pas s'impliquer (actuellement ni tendanciellement) "une partie de la population" des pays visés. Ni s'affronter deux camps divisant la population...

3.  Faire "basculer" la population immigrée (et surtout ses descendants) était l'objectif premier de Daech : cet objectif n'est en vue dans aucun pays européen.

4.  À Nice ou Manchester, les attentats revendiqués par Daech frappent désormais au hasard dans la foule, où se trouvent des familles d'immigrants ou de citoyens musulmans. Daech a renoncé à attirer cette population en tant que telle.

5.  Le terrorisme de Daech est une guerre de réseau transnationale, qui appelle une riposte de sécurité coordonnée de tous les pays visés : différence supplémentaire d'avec une "guerre civile".

 

Persister à parler de "guerre civile" serait véhiculer un non-dit très discutable : l'idée que les immigrés devenus français (ou britanniques, etc) sont des insurgés par vocation ; et qu'ils ne sont pas, ne PEUVENT PAS, devenir des citoyens de la nation concernée.

Cette idée appellerait la réponse suivante : oui, de nombreux jeunes "Français de papier" sont passés au djihadisme via le crime organisé ; c'est un symptôme grave ; mais : 1. il devrait amener les pouvoirs publics français à un examen de conscience sur l'inaptitude de notre système à franciser (ou angliciser, etc)  une jeunesse - pas toujours "immigrée" d'ailleurs ; 2. ce symptôme n'autorise pas à  incriminer collectivement une population ; 3.  nous pousser à incriminer en bloc cette population était précisément l'objectif de Daech dans la première phase de son action ! Faire le jeu de l'ennemi n'est jamais recommandé.

Terminons par une réflexion à l'usage de nos amis britanniques. L'universitaire Pierre Berthelet, spécialisé dans les questions de sécurité européenne [2], rappelle que "sur le renseignement et la lutte contre le terrorisme, les Britanniques collaborent surtout avec les Etats-Unis". Londres sera ainsi documentée (par de nombreux tweets ?) sur le terrifiant danger iranien, puisque chacun sait - à la Maison Blanche et au Pentagone - que c'est Téhéran qui entretient le terrorisme...  Avec ça les sujets d'Elizabeth II seront bien protégés.

 

__________

[1]  http://www.slate.fr/monde/76784/syrie-guerre-civile

[2]  https://blogs.mediapart.fr/pierre-berthelet/blog

 

 

6974955_2-metro-une.jpg

6974955_5-the-times-une.jpg

 

Commentaires

DISCUSSION

> "Les attentats revendiqués par Daech frappent désormais au hasard dans la foule, où se trouvent des familles d'immigrants ou de citoyens musulmans. Daech a renoncé à attirer cette population en tant que telle", écrivez-vous.
Je ne suis qu'à moitié d'accord. Je viens de regarder rapidement qui est Ariana Grande, dont j'ignorais alors jusqu'au nom. Je suis choqué par son allure, ses clips, son imaginaire et ses tenues R&B porno (soft ou pas, je ne fais de différence), et le mélange "Pussycat" ou "lapin playmate" avec ses débuts de chanteuse Disney. Quand je fais le lien avec ce que disent les médias, selon lesquels nombre de spectateurs (et donc de victimes) de Manchester sont des enfants, certains d'à peine 10 ans... je m'inquiète, par-delà le sentiment d'horreur et d'indignation face à ce carnage, pour les parents qui laissent leurs enfants écouter, voir, aller aux concerts de cette chanteuse (à la voix, dit Wikipédia, remarquable).
Et je me dis aussi qu'a fortiori un djihadiste ne cible pas 'au hasard' le public d'une chanteuse représentative à ce point de la modernité libertaire décadente (voir un de ses derniers clips hard, avec des couples, dont des lesbiennes, qui s'étreignent sauvagement dans des lieux publics), de la même manière que les Eagles of Death Metal au Bataclan n'ont pas été ciblés au hasard, mais au moins après une (si vague soit-elle) recherche sur leurs paroles et leur imaginaire ou, disons, leur rattachement idéologique apparent.
Bref, je repense au dessin de Singer dans le dernier numéro de 'La Décroissance', où il dessine assis en tailleur, entre les libéraux (la femme en string qui tend un joint, le mafieux qui tend des billets, etc.) et les guerriers sauvages (djihadistes, miliciens nationalistes, etc.), avec la légende "Restons calmes".
Quant aux populations européennes musulmanes, impossible de savoir où en est le mélange, ou le conflit, dans leur esprit, entre l'horreur face aux atrocités djihadistes et la révolte face aux abominations libertaires ambiantes...
Qu'en est-il de nous, chrétiens, dans ce combat à la fois moral, culturel et spirituel ? Qu'y pouvons-nous ?
"Jesus, Jesus help me... I'm alone in this world... And a fucked up world it is too... Tell me, tell me the story, the one about eternity, and the way it's all gonna be... Wake up ! Wake up, dead man !..." - "Jesus, Were you just around the corner? Did you think to try and warn her? Or are you working on something new? If there's and order in all of this disorder, is it like a tape recorder? Can we rewind it just once more ? Wake up ! Wake up, dead man ! - U2, 1997

Alex


[ PP à Alex - Ariana Grande est infecte ; ses shows donnent la mesure de ce que le matérialisme mercantile a fait de notre société (qui se croit anti-pédophile alors que la quasi-pédophilie fait partie des algorithmes du système marchand qui domine tout).
Mais les victimes de l'attentat ont bel et bien été tué(e)s en vrac, à l'aveuglette, et parmi elles il y avait de nombreuses "personnes issues de l'immigration". Dont les proches ne semblent pas réagir en donnant tort aux tués et raison au tueur...
Daech paraît désormais se foutre de l'effet que produisent ces carnages sur l'immigré de base.
Daech espère-t-il prendre le contrôle de l'immigré de base par la terreur, comme le FLN sur les Algériens (en Algérie) dans les années 1950 ? Ce n'est pas dans ses moyens. Et l'Etat est en mesure de s'y opposer. A condition qu'il le veuille, et que les petits technos macroniens en costume cintré comprennent qu'il y a d'autres problèmes que le cash-flow...

ps - Ma note, reproduite sur Facebook, y suscite des réactions intelligentes - mais aussi quelques messages d'irresponsables souhaitant ouvertement la guerre ethnique. Super-cathos, bien sûr, avec le "noun" sur leur profil (ils oublient que "les chrétiens d'Orient" ont tendance à être arabes)... Je précise que ces messages ont été supprimés par mes soins. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Alex / | 24/05/2017

LES VRAIS SYMBOLES DES CHRÉTIENS D'ORIENT

> Au sujet du "Noun", signe de ralliement qu'il est de bon ton de joindre à son nom dans la cathosphère, par Antoine Fleyfel :
« Primo. Le christianisme oriental est incommensurablement plus riche en symboles deux fois millénaires que ce noun, piètre invention de terroristes. Que de croix ou de calligraphies, d’icônes ou de fresques, syriaques, arméniennes, assyriennes, byzantines ou arabes disent d’une manière tellement profonde leur histoire et leur héritage. Sur ce plan, considérer le noun comme leur symbole est excessivement réducteur.
« Secundo. L’un des arguments avancés pour l’utilisation de ce noun est le sens du mot qu’il abrège, que d’aucuns traduisent avec fierté, "nazaréen". Or, le terme arabe, 'nasrani', pouvant effectivement être traduit de la sorte, est discriminatoire pour les chrétiens d’Orient. Ceux-ci protestent depuis toujours en disant : nous ne sommes pas des 'nasara' (pluriel de 'nasrani'), mais des 'masihiyyin' (chrétiens). Plus d’un théologien oriental a soulevé la différence entre les deux. Nasrani est le chrétien
http://www.oeuvre-orient.fr/2014/12/05/proche-orient-attention-sommes-pas-noun/
______

Écrit par : isabelle / | 24/05/2017

@ PP

> Je comprends ce que vous dites ; on assiste à une gigantesque guerre idéologique (notamment à travers Internet, je pense) entre libertarisme 'cool' d'un côté, et ethnicisme ou djihadisme de l'autre. La société du spectacle liquéfie bien des enracinements, rouleau-compresseur mondial ; mais les terroristes liquident des individus. Tous sont des âmes mortes. La violence s'y manifeste différemment. Prions.
______

Écrit par : Alex / | 24/05/2017

ARIANA GRANDE

> Une image parmi d'autres de l'équilibre symbolique des adversaires idéologiques en présence :
https://www.qwant.com/?q=Ariana%20Grande%20dangerous%20woman&client=qwantfirefox&o=0:12572161aa37ed1f3bd7839cffba109b
L'album s'appelle "Dangerous woman".
Elle pose en couverture avec ce masque à mi-chemin entre la playmate en cuir SM à oreilles de lapin et la Catwoman-Batgirl, en décolleté moulant noir.
On dirait une djihadiste de la sexolâtrie actuelle, avec sa cagoule.
Je parle, je le redis, en termes d'images symboliques. Ariana Grande ne tue évidemment personne. Elle est fabriquée par un système déshumanisant. Comme Macron et Le Pen, ce que représente A. Grande et les djihadistes s'alimentent mutuellement, en une 'montée aux extrêmes' symbolique et idéologique.
L'honneur du politique serait de savoir contrer cette dynamique mortifère, sans aussitôt répéter la litanie du "ce-sont-nos-valeurs-la-vie-la-jeunesse-la-liberté-qui-sont-attaquées"... Aidons à ce discernement, si nous pouvons être écoutés.
______

Écrit par : Alex / | 24/05/2017

CONSUMÉRISME ET RELATIVISME

> Sans évidemment chercher à justifier l'horreur et la barbarie terroristes, qui sont absolument injustifiables, chacun peut constater un parallélisme évident entre le Bataclan et Manchester dans le choix des spectacles visés : le groupe de rock Eagles Of Death Metal et Ariana Grande ont en commun nihilisme et consumérisme, culte du corps et exacerbation de la violence, idolâtrie des masses et rejet de toute spiritualité.
Ces spectacles si caractéristiques de notre époque "nietzschéenne" sont difficilement compréhensibles pour le chrétien : leur débauche d'horizontalité, leur négation du Beau, leur superficialité affligent l'âme en l'éloignant de Dieu.
D'où le besoin d'évangéliser, de faire connaître la parole de Dieu à une jeunesse qui n'est aujourd'hui en grande partie attirée que par le plaisir instantané et la contemplation des corps parfaits.
Cette triste réalité fait apparaître avec davantage de force le message du pape émérite Benoît XVI, qui voyait dans le relativisme le fléau de l'Occident contemporain. Évangélisons !

PV


[ PP à PV - Dans 'Laudato Si', passages décisifs et très argumentés (à partir des faits concrets d'aujourd'hui) contre le relativisme comme produit de la société consumériste : § 122, mais aussi §§ 108 à 111, 224, etc. ]

réponse au commentaire
203, 204

Écrit par : Philippe de Visieux / | 25/05/2017

RELATIVISME

> Cet article du 'Monde' qui rappelle que le relativisme ambiant est loin de s'éteindre :
http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/05/19/a-londres-une-ecole-privee-veut-autoriser-les-garcons-a-porter-des-jupes_5130514_4832693.html
Est-ce réellement les élèves qui seraient "de plus en plus nombreux à s’interroger sur leur identité sexuelle" ou la dictature du relativisme qui, à coup de matraquage médiatique, conduit ceux-ci à penser selon certains critères égalitaristes, donc supposément modernes ?
Les mêmes élèves, cinquante ans plus tôt, hors de cet environnement relativiste, n'auraient probablement jamais songé à exiger le port de la jupe - Écosse mise à part, bien entendu.
______

Écrit par : Philippe de Visieux | 25/05/2017

@
Philippe de Visieux

> Les jeunes que je fréquente, par mon métier comme par mes engagements, ne sont pas exactement comme vous le pensez "une jeunesse qui n'est aujourd'hui en grande partie attirée que par le plaisir instantané et la contemplation des corps parfaits."
Elle a une exigence d'authenticité qui la met en recherche de son identité profonde, loin de ces clichés qui sont ceux de la publicité dont elle n'est pas dupe, même si elle sait en jouer parce que c'est sa langue maternelle.
Ainsi elle va davantage puiser dans "Into the Wild"et Damien Saez que dans les discours creux à la Macron ou les discours hypocrites d'une pseudo-morale plus maurrassienne que catholique.
Cette recherche d'authenticité devrait interroger les adultes défenseurs des valeurs sur leur condescendance complice avec la duplicité de nombre d'entre eux.
Combien parmi les pères la morale, bons catholiques de droite traditionnelle, mariés ou prêtres à la Sens Commun, se retrouvent discrètement dans des clubs homo ou échangistes?
Personnellement je préfère un jeune qui affiche avec la fougue de son âge son homosexualité qu'un père de famille Tartuffe.
Cette jeunesse que je fréquente est aussi d'une grande générosité envers tous les persécutés, avec une charité pour les plus vulnérables d'entre-nous, dans lesquels elle se reconnait d'instinct, génération sacrifiée.
C'est sans discours ronflants, sans ostentation, mais par des actes qui coûtent: aide auprès des migrants, des Roms, des SDF, des personnes âgées ou handicapées, dans les ZAD pour défendre la faune et la flore, sur les réseaux sociaux où elle relaie les dénonciations de L214 (on trouve de plus en plus de jeunes vegan et, quoi qu'on en pense, c'est autrement exigeant que de s'afficher en famille à la messe le dimanche)...
Je connais beaucoup de jeunes couples magnifiques par leur amour généreux: peut-être qu'ils ne sont pas mariés sur le papier, mais dans leur coeur et devant la communauté humaine si.
Dans cette recherche d'authenticité, j'en côtoie beaucoup qui ont renoncé à des carrières toutes tracées, brillantes, dans le commerce, dans l'industrie, dans la banque, à des postes confortables, pour des salaires plus modestes dans l'enseignement, le social, voire dans l'aventure incertaine de la paysannerie bio ou d'une pratique artistique. Leurs études poussées en font des personnes ressources en biologie, en chimie moléculaire, en économie, savoirs qu'ils mettent gratuitement en partage pour travailler avec d'autres sur les thématiques qui les touchent.
Beaucoup se forment aussi via le net et leurs réseaux d'amitié, même ceux qui n'ont pas fait d'études, et en savent beaucoup plus que la génération de leurs parents sur le réchauffement climatique, les perturbateurs endocriniens, les pédagogies à la Montessori ou la permaculture, même s'ils sont employés chez Mac-Do, Mim ou Auchan. Interrogez-les: combien de nos jeunes sont pro-nucléaires? Combien croient dans les plans d'austérité? Dans le matérialisme et l'argent comme chemins de bonheur?
Je pourrais en témoigner encore et encore: nous avons une belle jeunesse.
Qui se construit toute seule, parce que le monde des adultes, tout en la jalousant ( ce sont eux qui rêvent de jeunesse éternelle) n'en a cure.
______

Écrit par : Anne Josnin / | 25/05/2017

@ Isabelle

> Bien sûr, mais le "noun" peint sur les portes des chrétiens de Mossoul, lettre "n" arabe qui correspond à l'appellation "nazaréen" par laquelle les islamistes appellent les chrétiens, est le symbole de la persécution des chrétiens de Mossoul par Daech.
Le porter est une manière de manifester sa solidarité avec ces chrétiens, ce n'est pas remplacer la croix par le noun !
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 25/05/2017

TOUS

> Les craintes sont peut-être à chercher aussi, voire davantage du côté des "petits blancs" qui rejettent tous les immigrés comme de potentiels terroristes...
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 25/05/2017

LIVRES

> Les Éditions du Cerf publient simultanément deux ouvrages sur ce sujet :
- "La guerre civile qui vient est déjà là" de Damien Le Guay
https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/17904/la-guerre-civile-qui-vient-est-deja-la
- "La guerre civile n'aura pas lieu" de David Djaiz
https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/17905/la-guerre-civile-n-aura-pas-lieu
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 25/05/2017

CETTE VIOLENCE

> Pas une guerre civile. Mais c'est bien une guerre, pas conventionnelle, mais la volonté de conquête du territoire est maintes fois prouvée.
Ceci-dit, je pense que les attentats jouent un rôle mineur dans cette conquête, voire insignifiant.
La démographie et la soumission culturelle et religieuse n'ont pas besoin de cette violence un peu naïve.
______

Écrit par : Ludovic / | 26/05/2017

VEGANS ET MESSE...

> "on trouve de plus en plus de jeunes vegan et, quoi qu'on en pense, c'est autrement exigeant que de s'afficher en famille à la messe le dimanche."
Soit. Soit. Mais l'exigence n'a jamais été un critère suffisant de ce qui est juste et bon ! D'autre part, je ne connais pas d'adolescents qui "s'affichent en famille à la messe le dimanche", j'en vois par contre à la messe en semaine, sans leur parent ni aucun affichage. Je crois qu'il faut arrêter avec une certaine haine de soi. N'y a-t-il pas là un oubli de la sacramentalité de l'Eglise ?
______

Écrit par : Michel Collin / | 27/05/2017

> Ludovic, ce n'est pas une soumission, c'est une agonie...
______

Écrit par : VF / | 27/05/2017

@ Michel Collin:

> Pardon pour mon imprécision, je parlais des adultes qui s'affichent à la messe le dimanche, non des jeunes.
Et oui je connais aussi des jeunes qui vont à la messe en semaine, qui sont engagés à la fois sur le terrain du social et sur le plan politique, à droite toute, qui font des choix de métiers courageux, bref avec une authenticité et des convictions qui les rendent proches de la jeunesse de gauche, par-delà les clivages cathos/pas cathos, nationalistes/altermondialistes ( ce sont pour beaucoup des différences de style, de cultures de milieu plus que de fond).
Ils seront aussi demain je l'espère leurs frères et soeurs de résistance.
Mais je sais aussi, derrière les figures de bons bergers d'un certain nombre des guides spirituels et politiques de la jeunesse catholique de droite, les loups qui se cachent.
Ce n'est pas haine de soi comme vous dites, c'est réalisme.
Notre petit monde reproduit ce qu'il refuse de regarder en face par commodité, et il y a un moment où la naïveté devient une forme de lâcheté complice.
Ce n'est pas nouveau, c'est même devenu chez nous un mode de fonctionnement bien huilé que ce déni de réalité: déjà nos grands-parents vichystes (je parle pour moi) s'étaient persuadés que tout se passait pour le mieux pour les "Israélites", et continuaient de s'auto-persuader après-guerre qu'ils ne pouvaient se douter de rien, puisque n'est-ce-pas, même leurs héros Pétain et ses ministres n'en savaient rien, dans des associations "bien pensantes" où l'on cultivait l'art du secret et l'obsession des agents communistes infiltrés.
Pour en revenir à aujourd'hui, ces nouveaux "saints" à la père Marie-Do ou à la Villiers ne sont pas mieux que leurs aînés, ni sur le plan personnel ni sur le plan de leurs rapports au pouvoir (seule raison de leur complicité avec le libéralisme économique: ils y ont leur petite place d'idiots utiles, -pardon, de moralisateurs, ah, ce besoin d'exister aux yeux du pouvoir et de son monde!), et je crains pour cette belle jeunesse aux mains de Sens Commun et autres mouvances de droite identitaire.
______

Écrit par : Anne Josnin / | 27/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.