Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2017

Un danger : la macron-économie

 macron-cac-40.jpg

Un article de La Tribune dénonce l'idéologie financière de l'ex-banquier d'affaires :

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/emmanuel-macron...


-

Commentaires

BRAVO À GODIN

> Bravo à l’auteur de l’article, Romaric Godin. Il tape juste. Avec Emmanuel Macron, en état d’adoration devant la financiarisation de l’économie – qui lui a apporté de si substantiels revenus –, nous n’avons aucune chance de voir la France et l’Europe ouvrir enfin les yeux et œuvrer à la régulation du système bancaire, le nécessaire encadrement des « logiques » actionnariales et la mise au pas des paradis fiscaux qui pourrissent l’économie réelle.
Souvenons-nous que le jeune banquier, étrangement mal à l’aise quand Médiapart lui rappelle ses quatre années chez Rothschild, comme le note l’auteur de l’article, a commencé à téter le lait frelaté de la spéculation financière à l’occasion du rachat par Nestlé de la filiale 'laits infantiles' de Pfizer (cf. à ce sujet mon commentaire en réaction à un article de PP, en avril 2016 : http://plunkett.hautetfort.com/archive/2016/04/11/un-produit-marketing-usine-sous-vide-5787005.html ). Une affaire aussi juteuse qu’exemplaire de la totale amoralité du système financier, en ce que ses protagonistes font leur beurre en abusant de la misère, la crédulité et la sous-éducation sanitaire des populations pauvres dans les pays en voie de développement ou émergents. Typique d’un système financier global meurtrier pour le plus petit. Et dont la logique principale est de prolétariser l’immense masse des classes moyennes au travail dans le but de régaler une petite minorité d’adeptes du casino boursier.
______

Écrit par : Denis / | 09/03/2017

DÉFENDONS GODIN !

@ Denis
> C'est le moment de soutenir Romaric Godin dont l'approche est effectivement tout à fait remarquable dans le cadre d'un titre historique de la presse financière française.
D'autant plus que la suppression de son service vient d'être annoncée par le nouveau propriétaire de la TRIBUNE et que son maintien y est désormais hypothétique...
______

Écrit par : PH94 / | 10/03/2017

LE PAPE FRANÇOIS

> Rien à voir, mais 'Le Figaro' se lâche: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/03/10/01016-20170310ARTFIG00335-quatre-ans-apres-son-election-le-pape-francois-face-a-l-adversite.php
Manifestement, ils n'aiment pas le pape François. Le problème c'est qu'ils sont à côté de la plaque, comme à l'accoutumée. On ne doit pas trouver beaucoup de catholiques dans leur rédaction.
De ce que j'ai pu lire, le pape François serait aimé hors de l'Eglise et pas à l'intérieur.
Il se trouve que j'ai eu l'occasion d'entendre le cardinal Barbarin qui nous a expliqué la raison pour laquelle le pape François a choisi le nom "François". Il nous a précisé que le pape a délié les Cardinaux du secret de ce qui s'était dit lors des congrégations générales et immédiatement après son élection. Aussi le pape leur a expliqué après son élection, que le nom de "François" lui était bien évidemment en pensant aux pauvres, mais pas uniquement. C'est aussi parce que saint François d'Assise était un fêtard, qui a fini par atterrir en prison probablement après une des nombreuses rixes ou beuveries auxquelles il a pris part. Or c'est dans sa prison de Spolète que saint François d'Assise s'est converti, et a fait le choix de revenir à Dieu. Et Dieu lui a demandé de sauver l'Eglise, comme en atteste le songe fait par le pape et l'immense rayonnement de saint François et de son ordre.
Aussi, l'interrogation du pape François est la suivante: où se trouvent les prisons de Spolète d'aujourd'hui, qui sont les François d'aujourd'hui? De mémoire également, le pape François a expliqué lors des congrégations générales que l'Eglise semble un lieu d'où on ne peut entrer et sortir.
Les cardinaux ne l'ont donc pas élu par hasard. Le pape François connaît parfaitement le christianisme dans lequel chacun a à se convertir chaque jour. La conversion n'est pas une chose qui arrive une bonne fois pour toutes. Mais aussi, et cela arrive, c'est une réalité, des gens qui n'étaient pas chrétiens se convertissent au Christ. Sommes-nous prêts à y croire? Sommes-nous prêts à croire que Dieu agit réellement? Ou préférons nous croire à Mammon?
______

Écrit par : ND / | 10/03/2017

FOI VIVANTE EN UN VIVANT

> Pour rajouter à mon précédent commentaire, me sont revenues les paroles du pape François lors des congrégations générales, rapportées par le cardinal Barbarin, (les cardinaux étant délivrés du secret sur ce point), qui précèdent donc, le conclave: le pape François avant d’être élu a dit aux cardinaux, que l’Eglise lui apparaissait comme un endroit où ceux qui sont à l’intérieur, disent : « laissez-nous sortir » et ceux qui sont à l’extérieur disent : « laissez-nous entrer ». Il a paraît-il fortement insisté sur les « portes », sur les lieux de passage.
Les cardinaux l’ont donc élu en connaissance de cause, et certainement pas par hasard.
Pour ce qui est de l’accès des divorcés remariés à la communion, 'Le Figaro' me semble bien faire mauvaise route. Tout d’abord cette question n’a rien de nouveau. J’avais entendu, il y a bien longtemps, sur Radio Espérance, bien avant l’élection du pape François, le cardinal Schönborn, expliquer que lui-même, fils de divorcés, il lui arrivait parfois, dans de très rares cas, de dire à divorcés remariés d’aller dans un sanctuaire marial en Autriche et d’y communier une fois par an. Et le cardinal Schönborn est un proche de Benoit XVI.
'Le Figaro' semble dire qu’Amoris Laetitia change la morale. Ce qui est surprenant, c’est que le cardinal Müller, préfet de la congrégation pour la Doctrine de la Foi dit explicitement le contraire. 'Le Figaro' n’est pas le Magistère. Ce que dit Mgr Müller, c’est qu’il y a des carences dans le droit canon, et que dans certains cas très rares, il n’est pas possible de déterminer si un mariage est valide ou non. Le pape François, a pour ces très rares cas, permis qu’un discernement soit possible.
Pour ce qui est du discernement, il faut se figurer qu’il s’agit de rencontres avec les personnes concernées. J’ai eu l’occasion d’entendre des personnes organisant ce type d’accompagnements. Il s’agit d’un parcours pour couples qui comprend un certain nombre de rencontres, mais seule la dernière porte sur le sacrement du mariage. Aussi, toutes les autres rencontres sont ouvertes à des divorcés remariés, ou à des couples non mariés. La dernière ne l’est qu’aux seules personnes mariées.
Les rencontres ont lieu sur une année.
On imagine bien que les personnes qui se trouveraient dans ce type de situation se verraient proposer d’être suivies, si elles le souhaitent. Un accompagnement (qu’il s’agisse du mariage ou d’autre chose), c’est un lieu où l’on dit tout ce que l’on veut, en toute liberté, où les échanges sont secrets, c’est un lieu où l’on peut être en vérité avec soi-même, Dieu et les autres, où il est difficile de se dissimuler sans quoi l’accompagnement stagne et ne débouche sur rien, etc…
J’ai lu un évêque qui parle d’accompagnements pour des divorcés remariés sur des périodes de 10 à 20 ans…
Qui plus est, qui dit accompagnement, dit discernement et il ne s’agit pas de n’importe quoi. Saint Ignace de Loyola n’a pas écrit ses Exercices Spirituels pour rien : on y trouve des règles de discernement très précises. On y discerne ce que dit l’Esprit-Saint qui est lui aussi, une personne vivante.
Enfin il me semble important de retenir de tout cela une chose. Le Coran parle du judaïsme, de l’islam et du christianisme en appelant les membres de ces confessions les « gens du livre ». C’est ce qu’indique le Coran, car le Coran lui-même est une récitation, la récitation de l’ange Gabriel à Mahomet. Mais pour les chrétiens, le christianisme n’est pas une religion du livre, mais la religion d’une personne, Jésus-Christ. La Bible n’est que la Parole de Dieu mise par écrit pour nous. Et la Parole de Dieu c’est une personne, vivante, Jésus-Christ, mort et ressuscité. « Et si le Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, vaine aussi est votre foi. » I Co 15,14
Le but de la morale, le bien ultime qui donne son sens à la morale n’est autre que Dieu, le bien que tout homme doit désirer, et donc Jésus-Christ lui-même. La Bible, la théologie, le droit canon, les Encycliques, … tout cela n’a de sens et d’intérêt qu’en référence à Jésus-Christ vivant aujourd’hui.
Si on ne croit pas cela alors tous ces domaines resteront morts, sans intérêt et incompréhensibles. Si on les étudie on fera de l’archéologie ou de la dissection tout au plus.
______

Écrit par : ND / | 11/03/2017

A LA RESCOUSSE ?

> Et encore le pape François... Appelé à la rescousse pour sauver l'Europe de la grande noyade :"Pour éviter l’hospice, l’UE doit donc suivre les divins conseils du locataire du Vatican". Véritable préoccupation pour la maison commune ou œuvre de récupération ? https://ruptures-presse.fr/perles/papeuropeen/
______

Écrit par : isabelle / | 11/03/2017

Remarque un peu marginale, à propos de Macron: sa sacralisation par le terrorisme intellectuel dont nous avons ce morceau de bravoure:
http://www.liberation.fr/france/2017/03/11/caricature-antisemite-de-macron-la-defense-des-republicains-tient-elle_1555019
Bien qu'ayant lu l'article, je n'arrive pas à comprendre en quoi celle-ci est antisémite.

PH


[ PP à PH
- Notre système délirant atteint un point-limite : trouver de l'antisémitisme dans une attaque lancée par un parti non-antisémite contre quelqu'un qui n'est pas juif. Absurdité totale.
Et qu'y a-t-il d'antisémite dans ce (très médiocre) dessin ? Le haut-de-forme et le cigare ? Plantu a dessiné un Macron avec haut-de-forme-cigare il y a quelques temps mais ça n'a choqué personne. Le nez crochu fait à Macron ? Il a réellement le nez busqué et il n'est pas juif : donc il n'y a d'autre intention que de dessiner un portrait-charge (raté en l'occurrence, le dessinateur étant mauvais comme souvent à droite). Enfin la caricature du capitaliste avec haut de forme, cigare et rictus faisait partie du répertoire de la propagande soviétique autrefois : mais dire que l'anrticapitalisme est antisémite était une idée... antisémite. Pas une idée communiste. (Lénine : "l'antisémitisme est le socialisme des imbéciles").
- Deux conclusions :
1. Notre époque politico-médiatique voit des antisémites où il n'y en a pas, mais n'en voit pas là où il y en a : dans les milices ouest-ukrainiennes et chez les djihadistes ;
2. Notre époque politico-médiatique est gâteuse. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 12/03/2017

à PP et PH

> Attendez la suite : ils vont dire que le "dessin antisémite" de LR montre "la lepénisation des esprits". Alors que Marine Le Pen a évincé son propre père pour mettre fin aux provocations antisémites... Etc.
______

Écrit par : maksoud / | 12/03/2017

@ PP :

> que pensez-vous du programme de F. Asselineau ?
http://www.la-croix.com/France/Politique/Francois-Asselineau-un-programme-souverainiste-et-antiliberal-2017-03-15-1200832057
______

Écrit par : Alex / | 15/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.