Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2017

Servier : l'affaire Mourad gêne Macron

Frachon.jpg

Ce que disent Irène Frachon [photo] et Anne Chailleu :


 

 

►  Lire ici l'impressionnant article du Monde :

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/03/07/soupconne-de-conflit-d-interets-avec-le-laboratoire-servier-un-membre-de-l-equipe-de-campagne-de-macron-demissionne_5090643_4854003.html

 

Au-delà de cette affaire, écrit Le Monde, « c’est le programme même d’Emmanuel Macron qui inquiète Anne Chailleu, la présidente du Formindep [association pour une information médicale indépendante] : "Dans son discours de Nevers, on retrouve tous les éléments de langage du lobby de l'industrie pharmaceutique, la similitude est vraiment frappante, dit-elle. M. Macron reprend à son compte notamment les justifications apportées par l’industrie pour ses prix devenus très élevés, et son plaidoyer pour un allégement de la procédure d’autorisation de mise sur le marché." »

 

 

 

►   Mon commentaire :

L'affaire Mourad ajoute encore une fausse note à la cacophonie de la présidentielle 2017. Pour  mettre celle-ci en perspective, rappelons l'omniprésence des lobbies industriels dans la post-démocratie occidentale : en particulier autour de l'exécutif européen à Bruxelles, qui s'obstine (par exemple) à esquiver les alertes concernant le glyphosate cancérigène... Raison supplémentaire - pour nous - de ne pas céder à la fièvre quinquennale, mais de souligner que rien de décisif ne se fera sans une nouvelle naissance du politique : un politique émancipé de la finance.

 

 

 

 

 

Commentaires

QUI

> bien sûr, mais qui propose une politique émancipée de la finance et qui est cohérent avec l' encyclique LAUDATO SI ' ?

CD


[ PP à CD :
- Aucun candidat ne propose cette émancipation, sinon Mélenchon... dont le programme contient par ailleurs une proposition incompatible avec la vision chrétienne de la vie.
- Libre à chacun de voter ce qu'il voudra : mais libre à chacun aussi de constater qu'aucun des éligibles ne donne satisfaction. On ne vote pas contre sa conscience... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Claude Delaunay / | 09/03/2017

@ PP

> Puisque vous citez le nom de Mélenchon, il y en a un autre: François Asselineau. Et sur le reste de son programme, je peux vous renseigner !

PH


[ PP à PH - Ne vous en inquiétez pas, je connais son programme. Il était d'ailleurs question de lui il y a une heure sur BFM : comme de "l'anti-Le Pen". ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 09/03/2017

"DIFFICILE"

> La politique étant l'art du meilleur possible, je n'ai jamais voté réellement en accord avec mes convictions mais voter pour éviter le pire m'a toujours permis d’être en accord avec ma conscience... La phrase "on ne vote pas contre sa conscience" me paraît impraticable en démocratie ?
Il est vrai que plus ça va, plus il est difficile de discerner le pire ; je me disais juste que voter de cette façon nous laissait un peu plus de temps pour réagir et faire entendre la voix des chrétiens !
______

Écrit par : carmel / | 10/03/2017

MACRON

> La différence entre Macron et Fillon, semble résider dans la "protection rapprochée" dont celui-ci jouit : à la moindre "alerte médiatique" tout est mis en oeuvre pour faire celle-ci vers une autre cible.
- Consommation en 3 mois de 80% du budget com' de son ministère (juste avant son départ) : M. Sapin se précipite pour juger qu'il n'y a rien d'anormal que tout cela entre dans un fonctionnement normal, et plus aucun média n'insiste
- Pas d'ISF, pas de patrimoine après plusieurs années passées à gagner des centaines de milliers d'euro : M.Macron ne donne aucune explications, le Parquet National financier ne bouge pas d'un iota, M. Macron a très naturellement dépensé l'équivalent d'un SMIC par jour pendant près de 3 ans, tout en fournissant le travail méritant cette rétribution, sans que quiconque le remarque ... Silence médiatique.
- Profitant d'un salon en Bretagne, M. le ministre organise un show aux frais de son ministère sans appel d'offre, une fois encore, M. Sapin se précipite que si l y a bien anomalie, celle-ci peut être "justifiée" et en aucun cas on ne peut en faire porter l'erreur à M. Macron.
- Ici un proche est touché, toute l'équipe se mobilise pour minimiser le rôle de celui-ci tandis qu'il quitte l'équipe de campagne.
- ayant quitter depuis plus de 6 mois son poste ministériel, M. Macron n'a plus aucun revenus autre que ceux de son épouse ex prof, mais arrive à mener campagne à grands frais , rien que très normal.
Après le président normal, voici le candidat normal, hors système soutenu par aucun parti, qui annonce vouloir prendre en considération tout le monde (comment mystère).
Rien que du très normal.
Ses anciens co-étudiants mettaient en avant ses dons extra-ordinaires de parfait caméléon.
Ajout-on à cela un éléve cultivé et très doué pour le théâtre.
Mais comment ne pas se rappeler la phrase prémonitoire de Martine Aubry : "Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup" ...
Tiens, ne parle-t-on pas depuis toujours, du loup de la finance.
M. Macron n'est-il pas un ancien financier ?
Ne serait-il pas temps de réviser les "comptines" pour enfants ?
(de notre temps il ne faut plus compter un chasseur providentiel).
______

Écrit par : franz / | 10/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.