Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2016

Un candidat catholique mais qui tourne le dos à l'écologie du pape

11005425.jpg

Jean-Frédéric Poisson s'est disqualifié hier à Issy-les-Moulineaux :


 

 

Président d'un "parti chrétien" (?) et candidat à la primaire de droite, M. Jean-Frédéric Poisson - lors de son dernier meeting - a déclaré que le ministère de l'Environnement devait être subordonné au ministère de la Famille "parce que les parents et les enfants sont plus importants que les papillons et les brins d'herbe".

Cette punchline écolophobe a dû plaire à Nicolas Sarkozy ; si ce dernier est élu, Poisson s'est placé.

On regrette néanmoins d'avoir à lui dire que : 1. l'environnement est autre chose qu'une question de papillons et de brins d'herbe ; 2. la responsabilité envers l'environnement engage l'avenir des générations futures ; 3. il est donc absurde d'opposer la notion d'environnement à la notion de famille.

Et puisque Poisson se pose en voix des catholiques, on doit s'étonner de le voir ironiser sur un des points-clés de la doctrine sociale de l'Eglise.

Le pape a publié en 2015 une encyclique particulièrement puissante - Laudato Si' - pour rappeler que la foi chrétienne ("la rencontre personnelle avec Jésus-Christ") inspire une "écologie intégrale" qui unit  - inséparablement -  la défense de l'humain et celle de la biosphère. 

Non seulement l'état de la biosphère conditionne l'avenir des humains (d'où l'urgence de changer le système économique qui la saccage), mais notre rédemption par le Christ incarné, Alpha et Oméga, donne la clé de notre responsabilité envers le reste de la création : cela sur tous les plans, y compris l'eschatologie. Responsabilité annoncée par la Genèse, portée au sommet par l'Apocalypse, et proclamée par saint Paul au chapitre 8 de l'épître aux Romains... Tout cela est expliqué par l'encyclique.

Force est de constater que M. Poisson ne semble pas avoir lu Laudato Si'  (ce qui fait de lui un imposteur en tant que candidat catholique).

À moins qu'il ne l'ait lue et qu'il en prenne volontairement le contrepied, ce qui ferait de lui un ennemi partiel de la pensée sociale catholique ?

Dans tous les cas il est disqualifié, en tant que candidat d'électeurs se réclamant du catholicisme. [*]

Les catholiques réels acceptent que l'Eglise, vecteur de la foi, les mène où parfois ils n'auraient pas voulu aller. Les catholiques réels marchent avec l'Eglise réelle. Mais marcher avec elle semble répugner à certains catholiques professionnels : ainsi Poisson et ses papillons ;  Larminat soufflant dans sa trumpette climato-négationniste pour assourdir les prélats ; Billot  paradant aux AFC après avoir hué le pape François dans un éditorial de Liberté politique ; ou les "économistes chrétiens" levant les yeux au ciel chaque fois que le pape attaque Mammon... Etc.  Que des embrouilleurs se posent en "voix du catholicisme" alors qu'ils rejettent des pans entiers de la pensée sociale catholique, c'est une imposture à faire hennir les constellations - aurait dit Léon Bloy, l'un des auteurs favoris du pape.

 

_______________

[*]  "Oui mais il est le seul à vouloir abolir la loi Taubira..."  Et alors ? La pensée de l'Eglise n'est pas un libre service, où l'on puisse choisir certains points et en rejeter d'autres.

 

 

 

445e6730-8d94-441e-9115-37271423847a.png

Son logo de campagne annexe le symbole des premiers chrétiens.

 

Commentaires

ICHTHUS

> "Libérons nos convictions", dit son logo récupérant l'Ichthus des catacombes.
On ne sait pas ce qu'il libère mais ça sent le fauve.
C'est le Colisée mais côté lions.
______

Écrit par : a. ancelin / | 13/11/2016

INTENABLE

> Il faut dire que la position politique de JFP est intenable : sur les questions fondamentales il est anti-libéral, mais les logiques culturelles qui fermentent dans l'opinion ont pour effet que les seules miettes électorales qu'il lui reste à se mettre sous la dent pour tenter d'exister face à ses concurrents "républicains" se résument à quelques lambeaux sur la droite du FN - cet électorat précisément que rebute la ligne gaullo-chevènementiste du couple Marine-Philippot.
Faire de la politique, dans de pareilles conditions, relève de la totale abnégation ou du plus absolu cynisme.
______

Écrit par : Benoît Girard / | 13/11/2016

PRIMAIRE

> C'est dommage, c'est une occasion manquée car l'écologie permet de rassembler
D'autant plus dommage que Poisson n'est pas un libéral ou atlantiste comme la plupart des écolophobes
Mais je trouve l'article du coup un peu injuste car il ne marque pas de nuance sur ce candidat qui reste le plus intéressant de la primaire vis à vis de la DSE.

Ludovic


[ PP à Ludovic :
JF Poisson n'ayant pas l'ombre d'une chance, sa candidature n'était que l'occasion de faire entendre la "différence catholique". Il n'aurait rien eu à perdre s'il avait parlé comme le pape.
Au lieu de ça, le voilà dans une dérive qui l'a conduit chez Ménard & Cie, et qui le mène à donner une image non seulement partielle, mais déformante, du chrétien en politique : témoin la phrase sur les papillons et les brins d'herbe, faite pour plaire à un micro-milieu d'électeurs... (en l'occurrence une ultra-droite qui hait l'écologie depuis trois générations).
C'est la logique des aventures électorales, même microscopiques. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 13/11/2016

PAS D'ACCORD

> Poisson n'oppose pas la notion d'environnement à celle de famille, il subordonne seulement première à la seconde et on ne perçoit pas très bien en quoi cela constitue une contradiction par rapport à la pensée sociale de l'Eglise, et à Laudato Si en particulier.
L'environnement est fait pour la famille ( comme un don précieux de Dieu remis en gérance à l'Homme) , mais la famille n'a pas été faite pour l'environnement ( ce qui ne signifie en rien que l'Homme soit libre de saccager la nature à laquelle il appartient aussi).
Cette relation de subordination traduit simplement la primauté de l'Homme , roi de la Création et seule créature voulue pour elle même en tant que "capable de Dieu".
Dans ce sens la première des écologies devrait être l'écologie humaine , qui passe notamment mais pas exclusivement par la préservation de la biosphère, puisque " tout est lié" et que le sort de la famille humaine est étroitement lié à celui de la nature qui lui permet de vivre.
Le fait que Poisson rappelle cette subordination, et la centralité de la famille ( Il les fit homme et femme) n'est en rien anti doctrinal, et témoigne plutôt de son souci des priorités à l'heure où la famille fait l'objet d'attaques frontales puissantes et délétères.
On peut toutefois regretter que son parti soit étiqueté "chrétien " , le christianisme n'étant pas un label politique , et qu'il se soit égaré en se présentant à la primaire du parti "Les républicains ", ce qui fait que personne ne portera ses idées et son programme, pourtant les seules d'inspiration chrétienne, lors des élections présidentielles.

Patrick S.


[ PP à Patrick S. :

- 'Laudato Si' va plus loin. Elle reconnaît au reste de la création une valeur propre. Elle critique l'anthropocentrisme qui dévié la vision catholique aux temps modernes. Je m'étonne que des catholiques passent sous silence les aspects de cette encyclique qui les dérangent...
- Ce que je reproche à JF Poisson n'est pas principalement l'idée farfelue de hiérarchiser les deux ministères (ce qui n'aurait aucun sens sinon pour les plus doctrinaires des ultras).
- Ce que je lui reproche, c'est la petite phrase sur les papillons et les brins d'herbe. Cette façon de ridiculiser le dossier dramatique de l'environnement contredit 'Laudato Si'. Et puisque JF Poisson parlait à un public vraiment très à droite, écolophobe par tradition, ce public a entendu la phrase comme il souhaitait l'entendre : c'est-à-dire comme ridiculisant l'écologie. Exactement l'inverse de ce que l'encyclique demande de faire.
- Si JF Poisson est aussi fidèle au pape que me l'assurent ses partisans (sur Facebook), alors il a eu tort de prononcer cette petite phrase, digne de Sarkozy, pour complaire au type d'électorat qui était venu l'entendre... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Patrick S / | 13/11/2016

OUI, MAIS...

> Je ne voterai pas pour lui, mais pour d'autres raisons.
Effectivement, Jean-François Poisson fait preuve d'une grande légèreté (c'est un euphémisme) avec ces propos et je vous approuve.
Néanmoins, si le catholique ne fait pas son marché en choisissant ce qui lui convient dans la doctrine de L’Église et dans la doctrine sociale en particulier, quand il s'agit des élections, il est rarissime qu'il trouve un candidat qui "coche toutes les cases" (géostratégie, économie, social, "points non-négociables", environnement...): il doit donc choisir parmi l'offre proposée et voter pour ce qu'il estime être le moindre mal... même si tous les volets du programme ou des propos ne conviennent pas!
Alors oui, il a tort sur cet aspect... mais les autres candidats qui ont une vision conforme sur l'environnement sont en contradiction sur d'autres points avec la DSE!
On ne peut pas tout voir à travers un seul prisme, que ce soit la famille ou l'environnement. Vous accusez à juste titre ceux qui ne voient que le premier, mais vous sombrez souvent (je n'ai pas dit toujours) dans le second défaut...

Hotonnes


[ PP à H. :

Je comprends ce que vous voulez dire.
Mais j'y réponds ceci :
- je bataille pour aider, non seulement les catholiques mais le reste de l'opinion (dont quelques-uns de mes ex-confrères journalistes), à saisir les véritables orientations et la véritable ampleur de la pensée sociale de l'Eglise : pensée amputée et déformée par la présentation qu'en faisaient les ultra-cathos, bruyants depuis 2013.
- La logique de cette bataille fut de me faire insister sur les aspects méconnus de la pensée sociale catholique : sans doute l'écologie (dont Jean-Paul II levait le drapeau dès les années 1980), mais surtout la critique du système économique ultralibéral, sévèrement critiqué par les trois derniers papes.
- La puissance de l'écho populaire de cette critique depuis l'arrivée de François comble mes voeux. Mais le contrecoup de cet écho est la vague de réticence, voire de malveillance, dirigée contre ce pape par les milieux français de droite, y compris chez les catholiques.
- D'où mon regret lorsque j'ai vu JF Poisson, pourtant proche de la pensée de François dans sa dimension économique, déraper vers l'extrême droite à partir du moment où sa candidature a échoué à obtenir le soutien de tous les membres catholiques du parti LR (affaire Sens Commun).
- C'est dans la logique de ce dérapage qu'il faut comprendre l'attaque verbale de JF Poisson contre l'écologie, attaque faite pour flatter un public rivé à quelques idées fixes.
- Et c'est la raison pour laquelle j'ai publié la note de ce matin sur JF Poisson. Elle peut irriter. Mais elle est cohérente avec le combat d'ensemble auquel j'ai voué mon blog. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Hotonnes / | 13/11/2016

SON INCOHÉRENCE

> Un complément: ce qu'on peut le plus reprocher à JFP, finalement, ce n'est pas tant cette opinion (quoi qu'on en pense par ailleurs)que l'incohérence avec sa revendication de candidat catholique... Mais la cohérence va rarement de pair avec les candidatures politiques. A chacun d'identifier celui qui lui semble le moins "divergent" avec ses valeurs.
______

Écrit par : Hotonnes / | 13/11/2016

GRILLÉ

> "Piscis assus, Christus est passus"... dixit saint Augustin. "Poisson grillé, le Christ a souffert".
Je vous laisse méditer l'application (totalement accommodatrice) de cette image à la situation présente.
______

Écrit par : Alex / | 13/11/2016

PAS D'ACCORD

> Déçu par cet article !
Cher Patrice, je vous lis souvent (et même vous écoute) avec bienveillance, mais je commence à voir dans votre combat pour la pensée sociale de l'Eglise et pour l'écologie intégrale, quelques traces des mêmes défauts que vous brocardez chez vos adversaires : une opposition radicale (voire intégriste, ou alors épidermique ?) et quelques amalgames.
Vous interprétez une phrase de JF Poisson qui peut prêter à confusion, mais qui n'en limite pas, ni ne représente la pensée complète du candidat PCD sur la question de l'écologie. Ce n'est pas la première fois que ses propos sont sources de mauvaise interprétation et sont utilisés contre lui. J'ajouterai pour sa défense, qu'il est difficile d'avoir un candidat hors système et convaincu, et de lui demander de maîtriser sa communication au niveau des politiciens les plus habiles.
Vous déduisez qu'il n'a pas lu Laudato Si : c'est une conclusion non fondée, car vous n'avez aucun élément pour l'affirmer. (A noter, raisonnement par l'absurde, qu'il pourrait aussi l'avoir lu sans y adhérer ?)
Et ensuite, vous concluez en mettant dans la même phrase Poisson, Larminat, Billot, les AFC, (je suis surpris de ne pas y trouver Delsol d'ailleurs !) Vous êtes un journaliste suffisamment professionnel pour savoir que mettre ces personnes dans la même phrase, c'est les mettre dans le même paquet des "bergogliophobes" que vous exécrez tant)...
Je continuerai à vous lire toujours avec bienveillance, mais toujours avec un esprit critique, que je ne voudrais pas qu'on prenne pour un esprit de critique !

Xavier


[ PP à Xavier :

- Vous avez parfaitement raison de me lire avec un esprit critique. C'est pour ça que ce blog et ses commentaires existent !
- Sur le cas Poisson : sa phrase n'a rien d'anodin et révèle bel et bien ce que j'y ai vu.
Chacun est libre de l'en approuver ; mais ce n'est pas mon cas.
Je pense que le milieu auquel Poisson s'identifie désormais, et les alliés qu'il s'y est négociés, sont un contre-témoignage permanent et un obstacle à l'évangélisation.
Dire cela est dire la vérité. Ce n'est pas "offenser la charité", comme le crient sur Facebook ceux qui - deux messages plus loin - me traitent de franc-maçon.
- "Si je me trompe, corrigez-moi", comme disait Benoît XVI ! Ce blog est ouvert à la controverse argumentée ; l'émotionnel n'est pas notre affaire. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Xavier / | 13/11/2016

LA RACINE DU MAL

> En politique aussi il faut aller à la racine du mal et ne pas se focaliser sur ses fleurs les plus ostensiblement monstrueuses.
Ainsi le crime de l'avortement, la destruction de la famille n'ont pas commencé avec la légalisation du premier et le mariage pour tous.
Ce qui à mon sens attaque la vie dans ses fondements, c'est l'esprit de captation/appropriation/privatisation/morcellement en parts marchandes de ce Bien Commun Universel qu'est la vie en partage, Bien Commun Universel qui fait de la totalité des êtres vivants des coopérateurs.
L'homme ayant cette mission particulière d'être non seulement coopérateur avec les autres espèces dans l'écosystème de notre maison Terre, mais aussi comme enfant de Dieu co-créateur responsable et de ces autres espèces et de notre maison commune.
Donc si nous voulons lutter contre ce qui détruit la famille et la vie humaine en ses vulnérabilités, il nous faut prioritairement dé-privatiser et dé-marchandiser tout ce qui touche à la vie pour en faire de nouveau Bien Commun Universel.
C'est pourquoi à mon sens, quoique les écologistes et mélenchonnistes en pensent, le respect retrouvé de la vie, de toute vie que le système exploite et détruit, mènera à une redécouverte de la beauté de la vie de l'enfant à naître, du vieillard et du grand malade, comme de la communauté naturelle qu'est la famille (mais pas le modèle familial bourgeois, qui est déjà privatisation du mot et négation des autres modèles, ouvriers et paysans chez nous, des familles méditerranéennes, d'Afrique,...).
La priorité est de libérer la vie de la mondia-machine. Les esprits pourront ensuite s'ouvrir. Mais imposer à des hommes enchaînés nos discours sur la vertu, c'est ajouter de la violence à la violence.
Jean-Frédéric Poisson participe sans doute involontairement à cette ghettoïsation des cathos en "pères la morale", insensibles aux souffrances des pauvres d'aujourd'hui comme à celles des papillons et des brins d'herbe.
______

Écrit par : Anne Josnin / | 13/11/2016

CONTRE-TÉMOIGNAGE

> Cette tendance à réduire la doctrine de l'Eglise à des questions de mœurs n'est pas seulement erronée. Elle est véritablement un contre-témoignage.
Les chrétiens sont appelés à se faire "tout à tous" pour la mission. Autrement dit à rejoindre les autres dans leurs préoccupations et leurs inquiétudes. En ne cherchant pas à comprendre la souffrance et les préoccupations des "gôchos", des musulmans et des "bobos écolos", c'est la mission de l'Eglise que certains détournent. Hormis les mœurs, leur seule préoccupation est l'entreprise qu'ils idolâtrent comme le grand martyr de cette époque.
Une personne qui passe son temps à radoter et pérorer sur la décadence des mœurs et la morale en-dessous de la ceinture ne cache rien de bon. Ça peut d'ailleurs parfois être le masque d'une personne perverse. Même en se cachant derrière la défense de la famille. Les non-chrétiens ne s'y trompent pas.
Mettez-vous d'ailleurs à leur place. Ils voient des gens qui se moquent des plans sociaux, des catastrophes écologiques et des inégalités. Par contre ces mêmes gens luttent bec et ongle contre l'homosexualité, le préservatif et le sexe avant le mariage. Ajoutez à cela quelques scandales de prêtres pédophiles, et les non-chrétiens acquièrent vite la certitude que les cathos ne sont que des gens bloqués par le sexe. Exactement l'image que le Planning familial et LGBT veulent renvoyer de nous.
Cyril B.


[ PP à Cyril B. - Excellente analyse, que je partage à 100 % ! Et c'est pour plaire à ce public spécial que M. Poisson a lancé sa vanne des "papillons" samedi matin... alors qu'il n'était pas spécialement écolophobe jusque là. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Cyril B / | 13/11/2016

'DEUS CARITAS EST'

> Il n'a pas du lire non plus 'Deus caritas est' :
" L’ordre juste de la société et de l’État est le devoir essentiel du politique. Un État qui ne serait pas dirigé selon la justice se réduirait à une grande bande de vauriens, comme l’a dit un jour saint Augustin: «Remota itaque iustitia quid sunt regna nisi magna latrocinia ? » ".
JFP est ridicule chaque fois que je l'entends (il n'est pas le seul, mais ce type s'arroge une foi et fait passer les croyants pour des idiots psychorigides).
Il n'y a plus rien à espérer de ce gars-là.
Conseillons-lui de lire 'Spe Salvi'.
______

Écrit par : Patrick / | 13/11/2016

PESANTEURS SOCIOLOGIQUES

> Ce genre de propos (ceux de M. Poisson, pas les vôtres Patrice !) a le don de me mettre hors de moi. Du point de vue de l'évangélisation, c'est catastrophique... Beaucoup de gens sont attirés par le pape François, par ses propos, par la cohérence chez lui entre le dire et le faire. C'est comme si l'on disait à ces gens-là (qui n'ont pas l'honneur d'appartenir au "micro-milieu" catho dont vous parlez Patrice) : vous n'avez rien à faire dans l'Eglise... "nous n'avons pas les mêmes valeurs".
J'ai l'impression que c'est un peu la même chose avec ceux de nos frères musulmans qui vivent une rencontre avec le Christ : beaucoup de témoignages attestent qu'ils ne sont pas vraiment attendus par les chrétiens (sauf peut-être par les évangéliques).
Sincèrement : connaissez-vous un seul homme politique français affichant sa foi qui n'ait pas constitué un contre-témoignage ? Qui ait été un chrétien AVANT que d'être un politicien ? Pas moi... Quoique si...le maire de Montfermeil ?
En tout cas, plus largement, il est une notion à laquelle je suis très attaché et à laquelle je crois de moins en moins : celle de convergence des luttes. Plus précisément : je n'y crois plus du tout. Ceux qui sont conscients que "tout est lié" (les atteintes à la famille, à l'environnement, ...) sont rares, ceux qui agissent en fonction de cela le sont encore plus. Et ils se prennent des pierres sur la g... de tous les côtés (vu de façon humoristique dans le dernier numéro de 'La Décroissance' : la BD double page "Stef se scissionne").
Satan est vraiment très fort : il sait jouer sur les pesanteurs sociologiques, sur les appétits minables des hommes, pour transformer le christianisme en idéologie ! En France, globalement (je dis bien : globalement), on en est là.
______

Écrit par : Feld / | 14/11/2016

LOGO

> "Son logo de campagne annexe le symbole des premiers chrétiens."
Ah! quand on s'appelle Poisson, c'est pardonnable.
Ce qui n'empêche pas son parti de s'affirmer "non confessionnel" sur son site web.
Sur la question du la position des électeurs et politiciens catholiques vis à vis de l'écologie, je pense qu'on ne change pas les mentalités rapidement, même avec un fort enseignement. Pendant deux générations, le Parti Unique, pardon, l'Action Catholique, a simultanément :
- infusé l'admiration pour le Progrès
- cultivé le sans-frontièrisme qui nous a désarmé devant la mondialisation financière
- accentué les clivages entre milieux sociaux dans l'Eglise dans les mouvements dits spécialisés.
Pas facile de remonter la pente.
Et il me faut aussi vous dire que je connais quelques personnes définitivement rebutées par la rugosité de votre style. Dommage.

PH


[ PP à PH :
- croyez que j'en suis navré.
- Mais est-ce mon style qui les rebute ? (Celui de Trump, qui lui est vraiment "rugueux", ne rebute pas - c'est le moins qu'on puisse dire - mes nombreux contradicteurs de Facebook). N'est-ce pas plutôt le contenu de ce que je dis ? Les mêmes analyses exprimées en langage roudoudou leur déplairaient autant. Tant que des catholiques persisteront à dissoudre les réalités dans le verbiage unanimiste, les erreurs que vous critiquez continueront à circuler... Je suis là contre le roudoudou, et je me permets de souligner que je ne travaille ni en solo, ni à l'écart de l'Eglise. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 14/11/2016

@ Anne Josnin

Une personne que nous devons admirer (et plus) tous les deux a employé pour décrire ce dont vous parlez le terme de «structure de péché».
______

Écrit par : olivier / | 14/11/2016

@ Cyril B

> Je partage moi aussi à 100% cette analyse et j'aime reprendre cette citation de Bossuet, maintes fois citée sur ce blog : 'Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes' "...
______

Écrit par : Tangui / | 14/11/2016

@ Feld

> Ceux qui viennent de l'Islam mal accueillis: OUI, c'est le moins qu'on puisse dire! Mais cela vient plutôt, me semble-t-il, de milieux "progressistes" et âgés (enfin, relativement, par rapport à mes 72 ans) ou l'on surestime fortement l'Islam tout en le connaissant fort mal.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 14/11/2016

À LEUR TOUR

> pas étonnant que les twittos et facebookeurs ultracathos soient furieux. Ils ont pris l'habitude de jouer les accusateurs (et de traiter le pape comme un rigolo). Se faire engueuler à leur tour et au nom de la fidélité au pape, ça leur fait bizarre.

SR


[ PP à SR - Le fait est que sur quarante messages Facebook sous ma note Poisson, un bon tiers ne parlent du pape que pour dire qu'il faut l'esquiver - et pour chercher (dans un passé pourtant intransposable) des précédents illustres qui envoyèrent le pape se faire voir...
Plutôt malsain, comme obsession. ]

réponse au commentaire

Écrit par : S. Reymondon / | 14/11/2016

"À HURLER"

> Chère Anne, ce que tu dis rejoint ce qu'exprime Tolkien à la fin du 'Seigneur des anneaux', lors du retour des Hobbits à la Comté qu'ils trouvent ravagée et "industrialisée". De très belles pages.
Ceci dit, pour évangéliser , il faut être capable de toucher toutes les souffrances de la société. C'est ce que faisait le Christ. Et quand je vois mes élèves et leurs parents, il est impossible de témoigner si je commence à classer les gens selon leur rapports à la moralité, au sexe, au mariage ou autre. Il faut écouter et accueillir l'autre, dans ce qu'il est, sans trahir la Vérité, mais on ne peut pas vouloir témoigner du Christ là où Il a voulu que l'on soit et se "bunkeriser" dans son code morale de pureté. j'adore l'expression du pape François: l'Eglise doit être un hôpital de campagne".
Il y a tellement de souffrance et le monde a tellement besoin du Sauveur que c'est à hurler quand je vois ou j'entends certains propos tenu par des gens se disant chrétiens...
Entièrement avec Toi, Cyril
______

Écrit par : VF / | 14/11/2016

LA PRIMAIRE

> C'est bien beau tout cela, mais moi qui suis catho, d'accord avec le pape François et avec les analyses de Patrice (sur celle-ci hum...) , je vote pour qui à la primaire ? Pour Juppé , Sarko et les autres- de l'encyclique de François ils ne savent même pas que ça existe !
Patrice , je vous suggère de prendre votre bâton de pèlerin et d'aller voir JFP pour lui expliquer ce qui ne colle pas dans son raisonnement ou son attitude !

dqe


[ PP à DG - A ceci près : je ne voterais en aucun cas à la "primaire de la droite et du centre".
Ce n'est pas dans sa perspective que je suis intervenu. ]

réponse au commentaire

Écrit par : dgarroux / | 14/11/2016

à HH

> Vous ne dites pas la vérité sur JFP et l'encyclique : tout le monde dans le micro-milieu sait que JFP ne suit pas le pape en ce qui concerne l'écologie (cf sa déclaration à la soirée de 'Limite'). Alors prenez-le de moins haut et abstenez-vous de ces attaques au for interne qui sont la marque du micro-milieu : avant d'imputer à autrui des "errements" moraux, interrogez-vous.
______

Écrit par : PP à HH / | 14/11/2016

DES LIGNES BOUGENT

> Parfois, de façon assez inattendue, les "lignes bougent" aussi.
Ainsi, il y a quelques semaines, dans une paroisse assez BCBG près de chez moi, le jeune curé (assez BCBG lui aussi), de retour de Corée, a rappelé en chaire que la dernière fois que l'Eglise catholique sud-coréenne s'était opposée au pouvoir, c'était pour défendre les petits paysans contre la généralisation de la culture intensive.
Autre surprise : le dernier billet du père Yannik Bonnet :
http://www.yannikbonnet.com/Les-deux-ideologies-qui-nous-menacent-sont-deja-condamnees-Pere-Y-Bonnet_a347.html
"Ce mondialisme financier est bien profondément athée, voire luciférien (...)"
Décidément...
______

Écrit par : Feld / | 14/11/2016

à dgarroux:

> pourquoi participer aux primaires ?
______

Écrit par : VF / | 15/11/2016

> "Oui mais il est le seul à vouloir abolir la loi Taubira..." Et alors ? La pensée de l'Eglise n'est pas un libre service, où l'on puisse choisir certains points et en rejeter d'autres."
Il vaut mieux en effet voter pour ceux qui violent systématiquement tous les points de la pensée de l'Eglise, c'est plus saint ! Leur cruauté souriante et leur indifférence absolue envers les souffrances des plus pauvres est sans danger.


PE


[ PP à PE :

Votre message n'est pas un message, c'est un... flagrant délit.
Qui a dit que marcher avec l'Eglise menait à soutenir des politiciens ?
Qui a dit qu'il fallait voter ceux dont vous parlez ?
Moi ? Certainement pas.
Ni aucun des amis de ce blog.
Ni aucun catholique loyal envers le Magistère.
La politique catholique telle que la conçoit le pape François, c'est celle du discours de Santa-Cruz ou de 'Laudato Si' : se mobiliser à l'échelon international pour la résistance à l'idole Argent, et pour la recherche d'un modèle économique autre que le casino financier ultralibéral.
Tout le reste est boniment : carriérisme individuel drapé dans les "valeurs" pour piéger le gogo. ]

réponse au commentaire

Écrit par : PE / | 15/11/2016

MALENTENDU ?

> Je pense qu'il y a un malentendu dans nombre de commentaires, ce qui envenime la discussion :
Il y a la position de ceux qui pensent avoir une influence politique, et se demandent donc comment l'exercer : pour qui faut-il voter, pour qui faut-il militer ? Etc.
Et la position de ceux qui pensent que le jeu politique tel qu'il existe actuellement n'est pas l'enjeu : la question n'est pas tant de voter, que de se mobiliser dans nos réseaux "pour la résistance à l'idole Argent, et pour la recherche d'un modèle économique autre que le casino financier ultralibéral" (dixit PP).
N'agonisons donc pas d'insultes notre hôte, parce qu'il ne nous donne pas de "bonne solution" pour les élections à venir en France : ce n'est tout simplement pas l'objet de ses prises de position.
Personnellement, je me place dans la position n°2. Mais je vais tout de même aller voter aux primaires de droite et de gauche, et aux élections. Non parce que je crois que cela va révolutionner la face de la terre, mais parce que je tiens à saisir tous les leviers que la Providence met à notre disposition. Même une petite goutte d'eau dans l'océan peut avoir son importance.
Mais je ne m'intéresse absolument pas à la "campagne" qui est pour moi surtout un jeu de dupes. Je ne crois pas aux discours, seulement aux faits. Donc ce qui m'intéresse c'est : le développement de l'agriculture locale et respectueusement de l'environnement près de chez moi, le soutien aux petits commerçants, le soutien aux réseaux éducatifs vraiment humanisants et catholiques, etc.
Amitiés à tous,

Pema


[ PP à Pema :
Merci de votre témoignage. Vous voyez juste.
L'énorme arnaque de Trump aux Etats-Unis ouvrira-t-elle les yeux à nos naïfs (?) coreligionnaires, qui ont applaudi sa brutalité (menteuse) en feignant de croire qu'elle converge avec la vision catholique de la vie en société ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pema / | 15/11/2016

DISCUSSION

> Je n'ai pas assisté à ce meeting et vous fais confiance pour ce vous relatez (et effectivement il semble que le personnage ne soit pas du genre [à minima dans sa rhétorique] à pratiquer bcp la miséricorde); cependant je ne partage pas votre point de vue sur le fait de s'abstenir à la primaire.
Je pars du principe qu'il n'y a aucun risque à voter pour un candidat qui n'a aucune chance MAIS dont le poids relatif pourrait inciter à faire bouger ceux (les autres) qui suivent les média et sondages (aux questions biaisées) pour juger que les questions de mariage pour tous, filiation, PMA voire GPA n'intéressent plus les français et appartiennent au passé.
Maintenant si vous voyez d'autres occasions de le manifester avant les élections, je suis prêt à en prendre note.

franz



[ PP à Franz :

1. Sur l'affaire du meeting : j'ai tout simplement trouvé la déclaration de JFP dans les dépêches, puis dans les quotidiens. Il ne l'a pas démentie. Son sens est clair. Ce sens exprime un éloignement très dommageable entre la posture du "candidat chrétien" et l'encyclique 'Laudato Si', en dépit de ce que clament les ultras - qui n'en sont pas à une contre-vérité près, et passent leur temps à esquiver les directives de ce pape qu'ils n'aiment pas.

2. Sur la primaire : je respecte votre point de vue.
Le juge ultime et inviolable est la conscience personnelle.
Voter contre sa conscience est une absurdité, à laquelle le clergé d'autrefois (hélas) poussait les fidèles avec cet axiome pseudo-catéchétique : "C'est un péché que de ne pas voter."
Non : en bonne doctrine catholique, le péché serait de voter contre sa conscience personnelle. Elle siège à un niveau très supérieur à celui des calculs de soi-disant "moindre mal", et autres carabistouilles.
Ma conscience me pousse à l'abstention dans les deux primaires : y compris envers le "seul candidat chrétien", parce que - justement - il choque la conscience de beaucoup de gens par des positions qui ne leur semblent pas évangéliques ; ce qui est de sa part un contre-témoignage.
Les fans de ce candidat écument de colère en entendant dire ça ; tout ce qu'on peut leur conseiller serait de sortir un peu, comme dirait le pape. On peut aussi leur faire observer qu'ils s'en sont pris très méchamment à ceux des catholiques LR qui soutiennent d'autres candidats, et que ça n'était pas très édifiant. Bref : question conscience, chacun doit se mettre au clair avec la sienne... ]

réponse au commentaire

Écrit par : franz / | 15/11/2016

REFOULÉ

> "ils s'en sont pris très méchamment à ceux des catholiques LR qui soutiennent d'autres candidats, et ça n'était pas très édifiant"
Et même pathologique dans pas mal de tweets.
Le même degré de haine que les bourgeois parisiens hystériques à la réunion de Dauphine
sur le foyer SDF du XVIe arrondissement.
Une partie de ces gens devaient être les mêmes, en tout cas c'était le même délire verbal.
Le retour du refoulé ? C'est ce qui arrive quand on vit la religion comme un surmoi freudien.
______

Écrit par : a. ancelin / | 15/11/2016

RÉFLEXE

> Oh que je partage votre point de vue sur le vote "en conscience" : mais nos cathos, de droite pour la plupart, ont du mal à se départir de ce vote réflexe, comme si voter (à droite) était le 11eme commandement, tropisme ?

Tangui


[ PP à Tangui -
Oui : tropisme, réflexe... Tout un milieu prisonnier de l'erreur selon laquelle être catholiques consisterait à être des assiégés, toujours dans l'attente d'on ne sait quelle armée de secours (forcément "politique"). Toujours dans l'attente de l'homme providentiel (forcément "politique").
Et toujours moins regardants sur la qualité - voire sur la stature - de l'homme providentiel.
C'est la séquelle du très ancien traumatisme du XIXe siècle : la peur des "rouges", la quête du "bon gouvernement" qui nous en protégerait, et la réduction du catholicisme à cette peur (assortie de considérations moralisatrices)... Aujourd'hui l'immigré a pris la place du "rouge", mais c'est le même réflexe et ça n'a rien à voir avec l'Evangile.
D'où l'animosité de ces cathos-là à l'encontre de tout appel de l'Eglise à ouvrir les fenêtres.
Aujourd'hui leur tête de Turc est "François qui ne voit pas le danger musulman". Mais j'ai connu la période où leurs parents criaient contre "le Concile qui n'a pas voulu re-condamner le communisme". Et encore avant les grands-parents pestaient contre "les prêtres ouvriers". Etc... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Tangui / | 15/11/2016

LIRE L'ENCYCLIQUE POUR POUVOIR EN PARLER

> Article de mauvaise foi. Je doute fortement que le pape dise que les papillons et les brins d'herbe sont plus importants que les parents et les enfants.
Pour être plus précis, l'urgence anthropologique dépasse de loin l'urgence écologique.

renaud


[ PP à Renaud :
Mais ce que j'ai écrit, c'est le contraire ! J'ai écrit que la responsabilité environnementale est un sujet urgent et grave qui n'a justement RIEN À VOIR avec des âneries de "papillons" et de "brins d'herbe" ; et que JFP est fautif de l'avoir suggéré à ses auditeurs.
Vous n'avez pas lu l'encyclique (ce qui devrait vous retenir d'en parler). Si vous l'aviez lue, vous sauriez qu'elle montre :
1. que l'urgence écologique et l'urgence anthropologique sont simultanées et inséparables ;
2. que la place centrale de l'homme dans la création lui impose le devoir immédiat de sauvegarder celle-ci, dans son propre intérêt et dans celui du reste de la création.
Quels enfants laisserons-nous à notre terre ?
Mais quelle terre laisserons-nous à nos enfants ?
D'où l'appel du pape à changer le système économique, qui saccage la planète et compromet l'avenir des générations futures.
C'est noir sur blanc dans l'encyclique, il vous suffirait de la lire pour vous en rendre compte.
(Si par hasard vous faisiez partie des gens qui nient le problème environnemental et la responsabilité du système économique, l'encyclique vous donnerait tort ! De même qu'elle donne tort à JFP, qui ne se cache pas pour dire qu'il ne suit pas le pape sur ce terrain. Ce qui est gênant de la part d'un catholique affiché, mais pas très surprenant, dans la mesure où une partie de son public catho de droite tourne le dos à ce pape et à son enseignement... Je serais surpris que vous ne sachiez pas cela, que tout le monde sait).
Donc voilà : achetez 'Laudato Si', lisez-la, crayon en main, et reparlons-en après. Ce sera intéressant. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Renaud / | 15/11/2016

BOURGEOISISME

> le résultat du bourgeoisisme en religion est l'image ridicule que le Français moyen se fait du milieu "catho".
Par exemple, dans un article gentillet du chanteur Florent Marchet sur Bruno Le Maire :
"Bruno est bien trop paradoxal pour être enfermé dans une image d'homme de droite ultralibéral, catho coincé qui ne rate jamais un déjeuner dominical en famille..."
"Ce féru de Rimbaud et de Nabokov (pas très catho tout ça)..."
Voilà. Pas méchant, le catho. Juste risible.
Mais s'il y en a qui ne sont pas comme ça, qui hurlent à l'idée d'être pris pour des libéraux, qui savent que l'ultralibéralisme est le prédateur de la famille, et qui en ont lu encore bien d'autres que Rimbaud et Nabokov : pourquoi laissent-ils le bourgeoisisme accaparer la visibilité ?
______

Écrit par : frère Léon / | 15/11/2016

DU CHEMIN À FAIRE

> Je pense qu’il serait plus cohérent d’avoir un grand ministère économie-écologie-énergie-consommation, pour bien articuler le lien entre ces quatre domaines. Quant à la famille, il serait plus logique de lui adjoindre l’éducation.
Il faut manifestement du temps pour faire comprendre l’enjeu écologique, le « tout est lié ». Une encyclique ne suffit pas, c’est une rampe de lancement. Derrière, il faut des pratiques concrètes, aujourd’hui à l’œuvre de manière assez marginale.
Je pense que la relativisation de l’enjeu écologique chez JF Poisson ne vient pas du prisme économique puisque le candidat rejette le libéralisme, mais d’ancrages culturels. Non pas ici une culture de milieu - JFP ne vient pas du sérail sociologique catholique urbain - mais une culture politique.
Il est nécessaire que la question écologique entre donc à la fois dans des pratiques concrètes et dans une culture politique. Il y a un chemin à faire, beaucoup à expliquer, à argumenter.
De mon côté, je voterai en conscience pour JFP malgré cette "petite phrase" qui ne me plaît pas. Voici un candidat qui promeut un catholicisme social (certes incomplet puisque l’écologie en fait partie), tout en rejetant le libéralisme et l’angélisme européiste qui prévalait jadis dans les milieux démocrates-chrétiens. Cela est peu fréquent.
Ceci dit en précisant que je n’attends pas grand’ chose du jeu partisan.

Guillaume de Prémare


[ PP à GP - Merci de ton témoignage, Guillaume. Tu devines que je ne partage pas ta conclusion électorale (je suis plus sévère que toi sur le personnage en question) : mais je suis d'accord avec le reste de ton analyse. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Guillaume de Prémare / | 15/11/2016

COMMENT SE PLACER

> JFP ne savait pas comment se placer sur les question écologiques: il a maintenant l'occasion de le faire. Ce qui a été dit est une énormité à tous points de vues: écologique, symbolique, économique, catholique ... et en effet, beaucoup de réponses sont dans LS.
C'est quand-même fou pour une personne qui brigue les plus hautes fonctions, se disant chrétien!
OK on attend pas un saint ni un spécialiste, mais quand même! Qui plus est, 'LS' n'est pas une encyclique de 1932...
Et puis sur les 2 mots employés:
- l'herbe: c'est le sol nourricier et ses graminées (céréales), c'est la qualité de l'eau si précieuse, c'est le support physique de nos vies, ce sont les grandes étendues sauvages ...
- Le papillon: c'est l'insecte fragile au climat et aux pollutions humaines signe d'une bonne qualité des sols et de l'air, c'est le pollinisateur(), c'est c'est la beauté gratuite...etc
______

Écrit par : Didier / | 15/11/2016

JUSTEMENT

> petite remarque humoristique :
Il est plaisant que JF.P ait ironisé sur les papillons et les brins d'herbes : justement
- les papillons par leur présence et diversité avérée ou au contraire leur absence sont un marqueur du degré de pollution !
- quant aux brins d'herbes on pourrait aussi dire que l'usage effréné d'herbicides allié aux monocultures entraîne une perte colossale de biodiversité. Nous avons perdu énormément de petites plantes nourricières, médicinales, au cours du 20 siècle...
Donc n'en déplaise à monsieur Poisson, oui précisément les papillons et les brins d'herbes sont importants !
(sans qu'il soit nécessaire d'aller jusqu'à rappeler ce que disait la "petite" Thérèse des petites fleurs).
______

Écrit par : franz / | 15/11/2016

@ PP

> "Voter contre sa conscience est une absurdité, à laquelle le clergé d'autrefois (hélas) poussait les fidèles avec cet axiome pseudo-catéchétique : "C'est un péché que de ne pas voter." "
Pourquoi autrefois? Dans plusieurs paroisses américaines les prêtres et même quelques évêques ont envoyés des signaux assez clair quand à leur préférence pour... Donald Trump...
http://www.americamagazine.org/content/dispatches/some-catholics-say-politics-prevalent-parishes-ahead-election
On crois rêver d'en être rendu là moins de deux ans après Laudato Si.
En passant, Trump vient de nommer un véritable raciste comme conseiller principal. Mais bon du moment qu'il dit être contre l'avortement on va nous expliquer que tout cela n'est pas si grave j'imagine...
______

Écrit par : François Sarrazin / | 16/11/2016

PAS D'ACCORD

> En fait, je crois que votre analyse est quelque peu réductrice. En effet, JF Poisson a précisé que l'environnement n'était pas une priorité car EN FRANCE le dispositif législatif et réglementaire lui semblait suffisant. Travaillant dans le domaine de la protection de l'environnement je considère qu'il a globalement raison et que même si des perfectionnements peuvent être apportés, ils restent marginaux par rapport au défi que constituerait l'application de la doctrine sociale de l'Eglise pour les sujets sociétaux ET économiques, car il faut rappeler que JF Poisson est le seul candidat à promouvoir ces deux aspects de la DSE.
Laudato Si est certes très importante mais s'adresse au monde entier et en l'occurrence la partie sur l'écologie humaine me paraît davantage d'actualité pour la France que la protection de l'environnement qui est déjà bien ancrée dans la loi et les moeurs par rapport à d'autres régions du monde.

EME


[ PP à EME
- Je crains que votre opinion sur la situation française soit peu partagée par les écologues. Leurs constats ne sont pas rassurants, et la cour d'appel administrative de Nantes vient d'en donner une raison supplémentaire...
- Quant à JFP (à placer sur les autels si j'en crois ses partisans), je suis navré de vous répondre qu'il fait partie d'un courant catho français qui reste sourd à la moitié de l'écologie intégrale du pape. Réduire celle-ci à l'écologie "humaine", alors que le pape insiste pour qu'on ne sépare pas l'humain de l'environnemental, n'est-ce pas un réductionnisme plus grave que celui que vous m'imputez ?
Un an après l'encyclique, ce milieu fait comme si elle n'existait pas - et revient à sa rhétorique antérieure. Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre... ]

réponse au commentaire

Écrit par : EME / | 16/11/2016

LA DISCUSSION

> Merci à tous (et à PP en premier) pour cette excellente discussion, qui rejoint beaucoup de mes préoccupations actuelles.
J'irai moi aussi voter JFP aux primaires, parce que je pense que c'est un homme sincère et donc capable de se remettre en cause. J'ai bien conscience que je peux me tromper, mais ses positions économiques, à l'opposé de celles de son "camp" (s'il en a un) montrent qu'il est prêt à réfléchir avant d'adopter une position. Hélas, on ne peut pas en dire autant de ses adversaires à la primaire, qui se contentent d'études de marché et de positionnements marketings, nous traitant comme des consommateurs et non des citoyens.
Souhaitons à JFP d'entendre ce que beaucoup de gens soulignent et que le pape a déjà dit : Tout est lié. Pas de famille sans brin d'herbe ou papillon.
Encore merci à tous,
et oui, Patrice, soyez vigilant, votre combat (juste) vous amène parfois à prendre un ton qui vous dessert. Vous avez une plume efficace et tranchante, parfois un peu trop ?

Dgeni


[ PP à Dgeni - Voyez-y l'effet de mon inexpérience, comme disait de Gaulle ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Dgeni / | 16/11/2016

à PP,

> Who do you think you are ?

[ PP à BG - A citizen, who thus has the right to criticize the speeches of the politicians.
And why do you speak globish ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Bernard Gindre / | 16/11/2016

PIÈCE À CONVICTION

[ De PP à tous - Pour défendre M. Poisson contre ma sacrilège critique, un "Jean Paul Merci" m'envoie le message que vous lirez ci-dessous. La bêtise et la grossièreté du texte m'ont fait hésiter à le publier, mais je m'y résoud parce que c'est un élément du dossier : Voilà ce qu'il y a dans la tête d'un bon nombre des prétendus 'catholiques' de l'ultra-droite : ]

Message de 'Jean Paul Merci" :

> Et le pape lui il tourne le dos au catholicisme. Point barre ! François est un hypocrite, un guignol, c'est pas un pape, c'est le mec qui veut toujours aller dans le sens du vent. Et vous vous indignez quand Trump lui répond mais vous ne voyez pas que Trump ne fait que se défendre face à son intrusion débile dans la campagne.
Pape gauchiste qui cherche toujours à être bien vu comme l'a bien montré Yves Daoudal (je suis pas toujours d'accord avec lui, mais là si) et qui tourne le dos au catholicisme. La raison : l'amour, l'amour. Il faut rien dire, c'est l'amour.
Rien que quand je vois cet imposteur, j'ai envie de vomir...
Il n'est même pas chrétien vu toutes les hérésies qu'il sort.
Vous le défendez toujours même en faisant des contorsions, mais admettez, sauf si vous êtes un gauchiste (ce que vous n'êtes justement pas) qu'il y a un problème avec un pape qui ose comparer la persécution des chrétiens par des islamistes avec les coups portés à sa femme par un "catho"... ]

Écrit par : Jean Paul Merci / | 16/11/2016

IL SE DEMANDE

> Je me demande si je serais posté...
(Merci à Jean Paul II, mépris pour François)

Jean Paul Merci


[ PP à "Jean Paul Merci" - Oh mais oui,vous êtes posté. Quand au mépris, c'est un mot à double tranchant dont il est imprudent de vous servir. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Jean Paul Merci / | 16/11/2016

PINGOUIN

> En plein dans le sujet, un livre à lire, et à faire lire à M. Poisson :
http://revuelimite.fr/lce-23-adieu-pingouin
______

Écrit par : PMalo / | 16/11/2016

"POISSON ET L'ENJEU ÉCOLOGIQUE"

> Une pièce au dossier, cette interview de JFP sur... l'écologie :
https://etsictaitpossible.com/2016/11/15/jean-frederic-poisson-le-probleme-de-l-homme-contemporain-c-est-le-consumerisme/
Quelques extraits:
- Sur la logique libérale-libertaire : « l’alliance de deux logiques qui plongent leurs racines dans une philosophie commune : le refus de la limite »
- Sur l'enjeu écologique : « Nous constatons aujourd’hui que nous sommes entrés dans une ère nouvelle où, par son action, l’homme est devenu capable d’influencer le cours de l’histoire naturelle. (...) la cause fondamentale de ce phénomène est liée au refus des limites auquel nous faisions référence précédemment. Nous devons changer radicalement notre manière de voir le monde. Cela se joue notamment dans la consommation, qui est devenu le mode quasi exclusif de rapport au monde et aux autres »
- Sur Laudato si : « Ce qui m’a particulièrement intéressé dans Laudato’ Si, c’est la question de la frugalité, c’est-à-dire notre rapport à la consommation des biens matériels, qu’ils soient naturels ou artificiels. Le problème de l’homme contemporain, c’est le consumérisme ! L’homme n’a plus avec le monde un rapport de service mais un rapport de consommation ! Y compris avec les autres personnes. Nous sommes face à un problème majeur d’attitude intérieure par rapport au monde qu’il s’agit de modifier. Le politique peut bien sûr aider pour opérer ce changement – et même il doit le faire -, mais ce ne sont pas les lois seules qui vont le faire, mais l’éducation, la prise de conscience collective, la culture partagée… C’est cette éducation à la frugalité qu’il nous faut engager pour faire face à la crise écologique »
- Sur la croissance verte : « Face au défi écologique, la « croissance verte » ne suffit pas. Il faut changer de paradigme. Je défends un modèle économique tourné résolument vers l’emploi, le respect du travailleur, les circuits courts et la qualité des produits. C’est dans cette perspective que je suis résolument opposé à la signature du traité de libre-échange TAFTA. »
- Ou encore : « Ce que nous apprend la crise écologique, c’est à cesser de penser le monde sous un rapport de domination utilitariste. C’est un travail de longue haleine dans lequel l’éducation et la culture ont un rôle majeur à jouer. »
En lisant cela, je révise ma thèse sur une relativisation de l'enjeu écologique liée à une culture politique ; et j'avance plutôt celle d'une formule malheureuse de meeting (ce sont rarement les lieux où les choses les plus profondes se disent)...

GP


[ PP à GP - Mais dire précisément cela, et précisément à ce public-là, n'était pas innocent. Je me permets de te suggérer de voir ci-dessous ce que je réponds à Alex. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Guillaume de Prémare / | 16/11/2016

COMBIEN SONT-ILS

> Le message de "Jean Paul Merci" n'est-il pas un canular fabriqué ad hoc ? C'est quand même tellement caricatural (jusqu'au style)... Je n'arrive pas à y croire, mais j'avoue que je ne connais pas de gens se revendiquant de "droite catholique", que je ne suis sur aucun soi-disant "rézosocial", etc. Ils existent, PP ne cesse de les rencontrer. Ne sont-ils pas epsilonesques (mais numériquement bruyants), au vu des catholiques français en général ? C'est peut-être impossible à évaluer. Il n'y avait que 1000 personnes au "grand meeting" de fin de campagne de JFP (qui est certainement un chrétien et un homme courageux).

Alex



[ PP à Alex :

► J'ai reçu ces messages par la voie normale des commentaires : il n'y a, hélas, aucune raison de douter de l'existence du personnage.
Il m'a d'ailleurs envoyé trois autres messages, tout aussi furieux, pour me dire :
1. son irritation d'avoir été qualifié par moi de "grossier",
2. son attachement à la mémoire du pape Jean-Paul II.
Le ton de ces messages sonne juste (c'est dramatique à constater) : il va avec les infamies crétines qu'on peut lire sur Twitter (moins sur Facebook - quoique...).
Il y a même des sites "catholiques" dédiés à la lutte contre "le clown Bergoglio"... Je n'en donnerai certes pas les références.
Dernier point : même pour combattre les bergogliophobes, quel catholique attaché au pape rédigerait des ignominies ? Outre l'hypocrisie damnable du procédé, écrire des trucs pareils serait impossible à un croyant sincère.
► Sur le faible nombre probable des bergogliophobes :
Il est difficile d'évaluer ce nombre.
D'autant que les trois quarts d'entre eux ne disent pas le fond de leur pensée (elle gicle par mégarde de temps à autre), et prétendent tout ce qu'il faut pour avoir l'air 'mainstream' : "j'ai lu l'encyclique..." Ou : "je respecte tous les papes...", après quoi ils chipotent à n'en plus finir pour savoir s'il faut vraiment obéir à celui-là.
Par ailleurs, la visibilité internet est accaparée depuis 2013 par ce milieu, qui affecte d'être le fer de lance de la MPT - et par ce moyen a acquis une influence (difficilement quantifiable elle aussi) sur de braves gens déboussolés.
Raison pour laquelle nous devons être vigilants et ne rien laisser passer qui puisse conforter cet état de choses illégitime.
D'où par exemple ma mise au point sur la phrase de Poisson. Je savais que cette mise au point allait scandaliser une partie desdits braves gens. Mais en cassant la vitre j'ai aussi réveillé des dormeurs. C'était nécessaire. Et je vois évoluer dans le bon sens un certain nombre de mes contradicteurs : après m'avoir bien injurié, ils commencent à se demander s'il n'y a pas quand même un petit problème quelque part... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Alex / | 16/11/2016

Pour rebondir sur la question de hiérarchie des ministères:

> On distinguait traditionnellement les fonctions de souveraineté des fonctions plus simplement administratives.
La souveraineté, c'était la Justice, la Défense, la Police, la Monnaie. Il serait judicieux d'y ajouter une vaste fonction de Patrimoine, culturel et naturel, ces deux aspects étant ensemble fort malmenés par la mentalité utilitariste.
Je ne vois pas qui, à droite comme à gauche prend vraiment en compte cette unité nécessaire de la civilisation.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 17/11/2016

DISCUSSION

Bonjour,
Peut-être JFP à lu votre article, en tout cas il a précisé sa pensée :
https://etsictaitpossible.com/2016/11/15/jean-frederic-poisson-le-probleme-de-l-homme-contemporain-c-est-le-consumerisme/
Je retiens cette déclaration qui m'apparait particulièrement pertinente :
"Ce qui m’a particulièrement intéressé dans Laudato’ Si, c’est la question de la frugalité, c’est-à-dire notre rapport à la consommation des biens matériels, qu’ils soient naturels ou artificiels. Le problème de l’homme contemporain, c’est le consumérisme ! L’homme n’a plus avec le monde un rapport de service mais un rapport de consommation ! Y compris avec les autres personnes. Nous sommes face à un problème majeur d’attitude intérieure par rapport au monde qu’il s’agit de modifier. Le politique peut bien sûr aider pour opérer ce changement – et même il doit le faire -, mais ce ne sont pas les lois seules qui vont le faire, mais l’éducation, la prise de conscience collective, la culture partagée… C’est cette éducation à la frugalité qu’il nous faut engager pour faire face à la crise écologique."
Je suis assez d'accord avec son analyse car la multiplication des lois "environnementales" me paraissent particulièrement contre-productif. Prochaine loi en date, l'obligation d'isolation par l'extérieur qui va permettre à deux/trois marchands de matériaux de vendre quelques milliers de tonnes de mousses de polyuréthanes bien "écologiques" (c'est ironique). En fait il faut changer d'état d'esprit et cela passe par du culturel et même du spirituel, et non par des lois et des décrets : cessez de regarder la nature comme un bien de consommation tout simplement, mais comme un don.
En ce qui me concerne, au vu de ces éléments, je pense que j'irai voter pour ce monsieur, je partage assez l'analyse de Guillaume de Prémare.
Qu'en pensez-vous?

RB


[ PP à RB :
- Voter ou non pour lui ? je n'en pense rien puisque je n'envisage pas de voter à la "primaire de la droite et du centre".
- Sur sa lecture de 'Laudato Si', je ne pense rien non plus : ce qu'il dit n'engage pas à grand-chose, et il ne parle pas des points centraux de l'encyclique. C'est une lecture "latérale".
- Ce qui est par ailleurs gênant, c'est qu'il a le soutien de tout ce qu'il y a d'extrémistes hyper-écolophobes et ultralibéraux à Paris : Valeurs Actuelles, Minute, Salon Beige, 4 Vérités.. etc, etc. Il n'en manque pas un. Je vous suggère de lire (Facebook) ce qu'Erwan Le Morhedec a révélé sur les supports de la candidature Poisson. "Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es" ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Raphaël Blohorn / | 17/11/2016

POISSON ET LES LECTEURS

> En résumé, je constate que beaucoup de personnes qui vous suivent, cher PP, ont ou avaient envie de voter JFP. Il faut peut-être vous interroger sur cette affinité et comprendre pourquoi vos lecteurs qui ne sont pourtant pas des ultra-droitiers écolophobes font ce choix.
Au bout du compte, nous sommes tous un peu déboussolés.
Je suis déçu moi aussi par cette phrase malheureuse tenue lors de ce meeting. A croire que cette campagne est trop longue pour lui alors qu'il avait su globalement se tenir à l'écart de cette dérive politicienne qu'est la communication en mode "punchline".
J'ai l'impression que les campagnes politiques galvanisent les candidats de sorte qu'ils se sentent poussés vers une surenchère verbiale peut-être payante à court terme mais qui ne grandit ni leurs auteurs, ni leurs électeurs.
Je comprends bien la tentation de l'abstention, qui en résulte, mais bon à la fin, si nous ne votons plus, nous nous excluons du jeu démocratique, aussi imparfait soit-il.
Etienne


[ PP à Etienne :

► "Beaucoup" ? non... (pour autant que je puisse en juger). Ce blog a aussi nombre de lecteurs très opposés au milieu d'extrême droite auquel JFP a malheureusement fini par s'identifier.

► Quant au fait qu'un certain nombre ne "voient" pas le danger qu'est devenu l'identitarisme d'ultra-droite pour la foi des catholiques qui s'y laissent aller, c'est dû à deux facteurs :
1. le "déboussolement" dont vous parlez (que j'attribue à la panique rôdant dans une fraction des milieux cathos depuis la loi Taubira et les attentats),
2. la traditionnelle naïveté du catho face à la politique politicienne (dont il ne veut pas comprendre le mécanisme en forme d'engrenage),
3. un certain refus de s'informer à la source... (Mes contradicteurs sur Facebook refusent d'admettre qu'ils ne savent pas ce qu'il y a dans 'Laudato Si' : or ils ne le savent visiblement pas, sinon ils n'affirmeraient pas des faussetés flagrantes à propos de l'encyclique),
3. un refus du raisonnement logique. On s'indigne que je puisse trouver une courte phrase révélatrice d'une attitude générale, alors que cette constatation est : a) exacte, b) légitime. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Etienne / | 17/11/2016

JUPPÉ HARCÈLE

> J'avais également réagi devant cette subordination hors de propos d'un ministère à l'autre dans les propos de JFP transmis par ses messages réguliers de campagne.J'avais surtout été irrité par la note élogieuse que lui attribue 'Liberté Politique' (dont je recevais les messages réguliers jusqu'à hier) au sujet de ses positions environnementales : quand on écoutait le message youtube (totalement anti-environnemental) de M.Billot de Lochner accompagnant ce message, il y avait de quoi réagir.
Pas de réponse à ce jour à ma demande d'explication auprès de l'équipe JFP mais je suis heureux de voir que G. de Prémare nous apporte des éléments concrets et positifs émanant du candidat et non de ceux qui parlent en son nom sans le moindre droit. Lecture" latérale", dit PP : peut-être, mais tous les angles de vue sont possibles dès lors que la substance du message (de LS) n'est pas altérée; et au moins le candidat semble bien avoir lu l'encyclique.
Il faut certainement maintenir la pression pour que JFP ne renonce pas une attitude écologique sérieuse ( c. à d. intégrale) pour complaire à certains milieux en opposant arbitrairement l' écologie humaine à l' écologie environnementale, alors que tout son discours conduirait normalement à les lier.
Autre manipulation d'envergure toute récente en direction des cathos :
j'avais eu l'impression à partir d'une lecture très en oblique de la lettre de la CEF que le message subliminal en était "vive l'identité heureuse et votez Juppé". Et bien ça n'aura pas trainé. Je viens, comme beaucoup de gens fichés cathos sans doute , de recevoir un message de l'équipe Juppé se prévalant de cette lettre de la CEF. Manipulons, manipulons !

Girondin


[ PP à Girondin :

1. Le harcèlement Juppé :
Je l'ai reçu également. Mais...
- quand on voit la contradiction entre le programme économique de Juppé et 'Laudato Si',
- quand on voit avec quelle sévérité les évêques parlent de la classe politique dans 'Retrouver le sens du politique' (je ne partage pas votre avis sur ce document),
- et quand on mesure à quel point le problème de fond soulevé par le livre des évêques est absent de l'esprit et du programme de Juppé...
...on ne voit pas comment la CEF ferait voter pour ce personnage.
Cela dit, un fichier informatique est facile à copier et à "prêter" (sans que les évêques signataires du document soient au courant) ! Cette petite manip a dû être trop tentante pour quelqu'un, survolté par le grand crucial suspense de La Primaire De La Droite Et Du Centre.

2. 'Liberté politique' :
depuis que M. Billot s'en est emparé (virant les "historiques"), il y prône l'écolophobie la plus obsessionnelle. On se souvient de sa phrase à Gautier Bès, lors du débat à l'Espace Bernanos : "Nous vous avons écouté, espérons que vos propos ne vont pas rétablir les échafauds." Au fou ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Girondin / | 17/11/2016

POSTDÉMOCRATIE

> Brillante analyse dans votre commentaire ci dessus PP, je souscris.
Néanmoins, avant de discuter de tel ou tel candidat, posons nous la question : est ce que toute cette agitation rime encore à quelque chose ? sommes nous encore réellement en démocratie et non à son stade ultime, ce que Colin Crouch nomme "postdémocratie" ?
______

Écrit par : Tangui / | 17/11/2016

"REFUSER MON VOTE AUX CRÉATURES DU SYSTÈME"

> à Etienne
Je ne suis pas si sûr que tant de lecteurs de ce blog soient tentés par M. Poisson. Nous sommes probablement beaucoup plus nombreux à lire Patrice que les quelques réactions suscitées jusque-là. Personnellement, je n'ai pas la moindre intention de voter aux prochaines élections, pour M. Poisson pas plus que pour les autres. Et je ne suis sans doute pas le seul.
Et pourquoi "tentation de l'abstention", comme si y céder était un péché ?
Loin de moi l'idée de juger ceux qui, en conscience, apporteront leur voix à ce candidat : mais, réciproquement, je vois mal comment on pourrait me juger de décider, en conscience, conscience fortifiée par la lecture successive à laquelle je me suis astreint cette année de toutes les encycliques économiques et sociales depuis trente ans, de refuser mon vote à des créatures d'un système qui prospère sans entrave en dépit des isoloirs et de la comédie des fausses alternances.
______

Écrit par : Lucas / | 17/11/2016

@ Raphaël Blohorn

> Je ne connaissais pas ce blog. Merci de m'avoir permis de le découvrir !
https://etsictaitpossible.com
______

Écrit par : Feld / | 17/11/2016

DISCUSSION

> Nous sommes allés mon mari et moi et un ou des milliers de personnes avec nous, au Palais des Congrès d'Issy les Moulineaux... nous avons écouté tout d'abord tous les témoignages à son sujet, puis JF Poisson. Nous avons suivi les débats TV... Nous l'avons vu aux Manifs pour tous.... Bref, je ne comprends pas du tout vos tristes propos, tristes car ils sont extrêmement décevants par rapport à tout ce que nous avions cru de vous..... Je dirais plutôt que JF Poisson est un saint.....Ce n'est pas moi qui décide, mais je suis sûre que Jésus sera là pour le rassurer.VOTEZ POISSON pour vous racheter.... Son LOGO avec le signe d'ICTUS en dit long sur qui il est.... P.S. je n'ai pas lu les commentaires trop nombreux.....J'espère que je ne suis pas la seule à être outrée...ou alors je n'ai rien compris ?

Anne du Merle



[ PP à Anne du Merle :

Je suis, Madame, attristé que vous puissiez dire n'avoir pas compris. J'avais essayé d'être clair, et je crois y être parvenu.
Peut-être n'admettez-vous pas l'existence du problème que j'ai soulevé ?
Peut-être pensez-vous qu'il y a des choses plus importantes que l'avenir de l'environnement, inséparable de l'avenir des générations futures ?
Le pape a pourtant pris la peine d'expliquer cela en détail dans 'Laudato Si', encyclique qui insiste puissamment sur l'écologie environnementale - en tant que responsabilité de la créature privilégiée : l'homme.
Je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de plus important que cela.
Je ne comprends pas qu'un certain milieu, très minoritaire parmi les catholiques français, puisse persister à rejeter la responsabilité environnementale prescrite par le pape.
Cette responsabilité est fondée spirituellement par le livre de la Genèse et l'épître aux Romains ; elle est dramatiquement soulignée par les constatations scientifiques aujourd'hui, que le pape prend en compte parce que la réalité est la même pour tout le monde.
Je dois vous dire que dans toutes les paroisses qui m'invitent à parler de l'écologie intégrale à la lumière de 'Laudato Si', les fidèles comprennent l'ampleur des devoirs fixés par l'encyclique - et ne cherchent pas à la biaiser en la réduisant à un seul de ses aspects. Ce que fait, hélas, le milieu dont je vous ai parlé.
La phrase de M. Poisson a été prononcée pour être applaudie par ce milieu, qui constitue la seule base électorale de M. Poisson depuis que l'électorat MPT dont Sens commun est une expression a choisi François Fillon. Il est extrêmement dommage que M. Poisson se soit engagé dans cette voie. Comme est dommage (s'agissant d'un candidat chrétien) le rapprochement de M. Poisson avec des personnalités et des médias notoirement extrémistes : contre-témoignage flagrant, nuisible à l'évangélisation de nos contemporains.
Permettez-moi de vous indiquer que je suis loin d'être le seul à penser cela.
Mais bien entendu, c'est une question de point de vue et de "priorités".
______

Écrit par : Anne du Merle / | 18/11/2016

@ Feld :

> il s'agit du blog d'un mien petit frère. On y trouve des choses intéressantes ! ;)
______

Écrit par : PMalo / | 18/11/2016

BLANC

> Si l'abstention pose un problème de conscience, on peut toujours voter blanc. C'est ce que je fais quand ma conscience me travaille un peu.
______

Écrit par : VF / | 18/11/2016

DISCUSSION

> Il n'y a peut être pas de choses " plus importantes que l'avenir de l'environnement " mais d'autres le sont presqu'autant et à beaucoup plus court terme donc, prioritaires cette année.
Exemple, savoir si le passage d'un monde unipolaire à un monde multipolaire, c'est à dire le recul de l'Empire Atlantique se fera avec ou sans guerre mondiale. En notant au passage qu'une telle guerre est rarement écologique.
D'autre sont également capitaux: L'enseignement de l'Ignorance, pour reprendre un titre d'Olivier Rey, la destruction de la famille, celle des peuples-sujet qui préoccupe aussi notre pape. Ils déterminent les mentalités et il n'est pas aberrant de les considérer comme devant intervenir en amont de la prise de conscience écologique. C'est au moins un point de vue discutable qui ne mérite pas d'anathèmes.
Aucun des candidats adoubés par les grands médias n'est parfait. Il en est toutefois à qui il faut éviter de laisser le champ libre et d'autres que, pour ma modeste part, je ne place pas en liste noire, JFP en fait partie Il n'y a peut être pas de choses " plus importantes que l'avenir de l'environnement " mais d'autres le sont presqu'autant et à beaucoup plus court terme donc, prioritaires cette année.
Exemple, savoir si le passage d'un monde unipolaire à un monde multipolaire, c'est à dire le recul de l'Empire Atlantique se fera avec ou sans guerre mondiale. En notant au passage qu'une telle guerre est rarement écologique.
D'autre sont également capitaux: L'enseignement de l'Ignorance, pour reprendre un titre d'Olivier Rey, la destruction de la famille, celle des peuples-sujet qui préoccupe aussi notre pape. Ils déterminent les mentalités et il n'est pas aberrant de les considérer comme devant intervenir en amont de la prise de conscience écologique. C'est au moins un point de vue discutable qui ne mérite pas d'anathèmes.
Aucun des candidats adoubés par les grands médias n'est parfait. Il en est toutefois à qui il faut éviter de laisser le champ libre et d'autres que, pour ma modeste part, je ne place pas en liste noire, JFP en fait partie, de ces derniers, il n'est pas le seul.

PH


[ PP à PH :

► Vous avez raison sur les grands problèmes de demain : mais on ne voit pas en quoi ils sont concernés par la candidature symbolique de M. Poisson.
► Prendre part "efficacement" à la primaire de droite obligerait à voter pour un ultralibéral (et avoir ainsi une petite part de responsabilité dans la politique économique désastreuse qu'il mènera).
► Voter pour l'un des candidats dénués de la moindre chance n'est évidemment pas "efficace" ; militer pour l'un d'eux était une dépense d'énergie inutile ; il était peccamineux de lancer des accusations atroces contre ceux qui ont préféré "l'efficace" en allant chez Fillon (cf. les poissonnistes déchaînés sur Twitter contre les membres de Sens Commun). Peu édifiant ! Ils ont bonne mine aujourd'hui de nous accuser de "diviser les catholiques".
► M. Poisson n'ayant aucune chance de l'emporter, le placer ou non sur une "liste noire" n'engagerait à rien. C'est d'ailleurs ce que je n'ai pas fait ! (n'ayant pas l'intention de participer à la primaire, dont je récuse le principe).
► Si l'on redescend au niveau (plus réel) de la pagaille mentale des catholiques français depuis 2013 et de l'urgence d'y remédier :
- je maintiens (sous l'angle politique) ce que je disais des connivences de M. Poisson avec le micro-milieu DHM : la droite dite "hors-les-murs" car trop extrémiste pour LR et le FN ;
- sous l'angle de la loyauté intellectuelle et morale envers la doctrine sociale de l'Eglise, je maintiens que la petite phrase de M. Poisson ridiculisant l'écologie en dit long. En tout cas elle dit le contraire des passages correspondants de 'Laudato Si', qui sont des appels à nous mobiliser tous (sans chipotages et "incertitudes" entretenues) pour l'écologie intégrale.

► Autant la présidentielle est hors d'atteinte, autant il est à notre portée de dissiper le brouillard qui mène une partie de la droite catho vers les récifs. C'est au moins ce que j'ai tendance à penser : mais c'est une question de point de vue et de priorité. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 19/11/2016

CLAIR ?

> je ne sais que faire : d'une certaine façon, cette primaire n'est qu'une mascarade, mais JF Poisson me semble être - et de loin- des candidats en lice celui qui, humainement et spirituellement, est le plus solide.
Sur le fond : beaucoup plus proche de Mélenchon que de ses concurrents, c'est clair...même s'il sait donner des "signaux forts" à un électorat de la "droite de la droite " complètement déboussolé.

Feld



[ PP à Feld - Votez donc Poisson : en compagnie de Ménard, Minute, Le Salon Beige, TV Libertés & Cie... D'ailleurs l'alternative est simple (on m'en a prévenu sans ambages sur Facebook) : si vous ne votez pas Poisson, c'est que vous êtes franc-mac. ]

[ PP à Feld, lundi matin - Le compte est fait : il y a 98,5% de franc-macs parmi les électeurs. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 20/11/2016

FILLON

> Si vous me permettez, cher PP, un double témoignage.
Celui de ma chère maman, 88 ans, militante LR, jusqu’à il y a peu farouche sarkozyste (ambiance du déjeuner dominical…). Ce qui l’a fait basculer pour Fillon, m’a-t-elle raconté il y a quelques jours : un débat télévisé où celui-ci était confronté à un couple de lesbiennes avec enfants débitant les habituelles niaiseries LGBT ; calmement, posément, fermement, Fillon a simplement développé pour elles et tous les téléspectateurs l’exigence d’une filiation clarifiée, respectant l’enfant, et donc sa volonté de réformer en ce sens la loi Taubira. Une révélation pour ma mère qui n’en pouvait plus par ailleurs du « 1er de la classe » Juppé et de son libéral-libertarisme arrogant, et qui a fini par se rendre compte tout à la fois du manque de finesse de Sarkozy sur bien des sujets, dont les sujets sociétaux, et de sa disqualification comme compétiteur de droite à proportion du nombre de casseroles accrochées à ses basques.
Autre témoignage, le mien : père et grand-père de 60 ans ; ayant manifesté contre le « mariage pour tous » en 2013 ; catholique écœuré par la gauche hollandaise, sa faiblesse devant la finance spéculative dévastatrice et devant le conformisme ultralibéral de la Commission européenne ; salarié (depuis peu chômeur) dégoûté par la loi Travail, les concessions au Medef, au point d’être tenté par un vote Mélenchon à la prochaine présidentielle ; journaliste depuis trente-huit ans, ayant dans ses jeunes années bossé à France-Soir sous les ordres d’un rédacteur en chef qui était par ailleurs adjoint de M. Juppé à la mairie du XVIIIe arrondissement de Paris (ce maire posait déjà un vrai problème)…
Bref, j’avais quelques raisons de craindre la percée d’Alain Juppé à la primaire de la droite, porté par les « I love Péju » et « I love Prisu » de l’électeur sans boussole.
Or, qui voyais-je face à lui : au moins deux personnes pétries de culture chrétienne, et le prouvant dans leurs prises de position et leurs actes : Jean-Frédéric Poisson et François Fillon.
Sur le premier, vous avez tout dit, cher PP, je vous ai suivi. Sur le second, vous avez été certes discret ; et, pour ma part, j’en suis venu à considérer qu’il n’était pas possible de réduire Fillon à son programme apparemment ultralibéral, à son discours trop tempérant sur la filière nucléaire, de même que nous ne devions pas passer sous silence son intérêt réel, tranchant avec l’opportunisme de ses rivaux de la primaire, pour l’accompagnement des personnes ayant basculé dans la pauvreté (intérêt dont a témoigné récemment la présidente du Secours catholique, Véronique Fayet, lors d’une émission télévisée).
Alors oui, j’ai décidé d’agir pour soutenir mon espérance de voir élu en 2017 un chef de l’Etat partageant ma foi en Dieu et en l’homme, et j’ai donc bravement rejoint dimanche la file d’attente de mes concitoyens « de droite et du centre ». Pour voter Fillon ; pour son humanisme chrétien ; parce que j’estime qu’il est plus intelligent que ses rivaux ; pour son regard non biaisé sur les grands dossiers de politique étrangère, et notamment l’indispensable dialogue avec la Russie ; pour son expérience d’homme d’Etat, son ancrage local (intégrant, heureux homme, la prière des moines de Solesmes), entre autres raisons…
______

Écrit par : Denis / | 21/11/2016

@ Feld & PP :

> "Il y a 98,5% de franc-macs parmi les électeurs." Vous en doutiez encore ? ;)
On peut voir les choses différemment : "Ménard, Minute, Le Salon Beige, TV Libertés & Cie... " ne représentent que 1,5% des électeurs...

PMalo


[ PP à PMalo - c'est-à-dire 1,5%... de 30% seulement des électeurs français ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : PMalo / | 21/11/2016

POISSON ET LE F.N.

> Quoiqu'on puisse penser de JFP (mérites indéniables, erreurs regrettables voire plus), on a vu hier soir que les thématiques qui lui sont chères n'intéressaient pas beaucoup les électeurs du Front national qui ne se sont pas mobilisés pour lui.
Preuve s'il en était besoin que les points de convergence ne sont pas si nombreux.
Il suffit de lire aujourd'hui les réactions moqueuses d'une bonne partie des responsables FN au sujet de JFP pour s'en rendre compte.
Si cela pouvait au moins ouvrir les yeux de quelques uns...

Etienne


[ PP à Etienne :
Personne ici n'a soutenu que M. Poisson serait proche du FN. Ce dont il est devenu proche il y a quelques mois, c'est d'un microcosme ultra comprenant des exclus du FN pour extrémisme (et/ou intégrisme religieux). Ce n'est pas la même chose.
Quant à "ouvrir les yeux", c'est ce que devraient faire les cathos égarés dans la politique politicienne - où ils jouent le rôle du ravi (mais sans crèche). ]

réponse au commentaire

Écrit par : Etienne / | 21/11/2016

DE TRUMP À FILLON

> Un peu comme Denis, j'ai "fait mes jeux" dimanche, en refusant Sarkozy et Juppé. Je vois les mêmes contradictions que Denis dans la personne de Fillon (et suis en total accord avec Natacha Polony sur LCI hier soir).
J'ai fait le pari que le diagnostic de Victor Loupan sur Trump était le bon : l'élection de Trump va entraîner un début de démondialisation, obligeant l'UE notamment à changer son fusil d'épaule. Espérons que Fillon ne conserve pas ses 30 ans de retard en matière économique...
Je sais que PP ne partage pas le diagnostic de son camarade du grand débat. On verra bien.
En tout cas je ne voulais ni de la stupide "identité heureuse", ni du mari de Carla... Cela me rendait folle de les imaginer à l'Elysée.

Maud


[ PP à Maud :
Je partage le pronostic de VL sur l'effet "démondialisation" de Trump (si celui-ci tient parole).
Là où je diffère de VL, c'est quand il écarte l'autre aspect du problème Trump : la terrifiante dérégulation financière qu'il met en place, et qui n'aura aucun besoin du libre-échangisme commercial pour ravager de nouveau le monde. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Maud / | 21/11/2016

@ PP

> "Votez donc Poisson : en compagnie de Ménard, Minute, Le Salon Beige, TV Libertés & Cie." Et en compagnie de Guillaume de Prémare et de Xavier Lemoine...
En tout état de cause : le positionnement de M. Poisson n'enlève rien à ses qualités intrinsèques (que, de mémoire, il y a quelques mois, vous reconnaissiez bien volontiers...).
Mais bon, finalement, après avoir bien réfléchi (et prié devant le Saint Sacrement... ) je ne suis pas allé voter dimanche.
Le Christ porte-glaive n'a pas laissé choir son bras vengeur sur moi... je suis rassuré, mon Salut éternel n'est pas définitivement compromis (lol).

ps 1 : en France, j'ai l'impression que la position de "chrétien-en-politique" est impossible à tenir. Quand on pense à ce qu'est devenue Mme Boutin...
ps 2 : au scrutin de dimanche, j'ai vu que des gens avaient voté "blanc". Intérêt de la chose ? A moins d'habiter dans un endroit où ne pas s'afficher de droite se situe quelque part entre la faute de goût impardonnable et le crime contre l'humanité ? Chez moi, en tout cas, il n'y a pas de souci à ce niveau-là !

Feld


[ PP à Feld :
Il ne faut pas confondre les niveaux.
Les qualités intrinsèques de M. Poisson existent par elles-mêmes ; je continue à penser d'elles ce que j'en disait "il y a quelques mois".
Pourquoi a-t-il engagé ces qualités dans l'engrenage malfaisant de la politique politicienne ? On en a vu l'effet : ayant échoué à devenir l'expression électorale de Sens Commun (MPT 'mainstream') à l'intérieur de LR, M. Poisson s'est cherché un nouveau biotope sociologique et l'a trouvé - c'était fatal - beaucoup plus à droite. Les profondes qualités de cet homme se sont ainsi trouvées piégées dans la tapette à souris de l'ultradroite. Le catholique de conviction qu'est M. Poisson s'est retrouvé au micro des athées pieux, voire des néopaïens lancés dans leur OPA sur l'ultradroite catho (cf 'La Nef'). Cette manoeuvre soi-disant réaliste aboutit à un score de 1,5 % de 30% de l'électorat français : SPQR, Si Peu Que Rien. Ni candidature "symbolique", ni candidature "efficace".
C'était couru d'avance. Je l'ai dit quelques jours avant le scrutin. Navré de constater que j'avais raison... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 21/11/2016

@ Denis (21/11/2016)

> cit. : "M. Juppé à la mairie du XVIIIe arrondissement de Paris (ce maire posait déjà un vrai problème)…" (fin de cit.)

- au cas où, par chance, l'auteur du commentaire a l'occasion de revenir sur ce billet, et la patience de répondre à ceci :
Quel vrai problème posait donc déjà ce maire d'arrondissement ?
______

Écrit par : Fondudaviation / | 22/11/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.