Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2016

Le "bébé à trois ADN"... et les coulisses du biotech

maxresdefault1.jpg

Vers un eugénisme commercial, avec connivence des législateurs ?


 

Excitation médiatique autour de la "percée réalisée par une équipe new-yorkaise au Mexique" l'enfant "issu génétiquement de trois parents" ! (par ablation de l'ovule, substitution en laboratoire d'une mitochondrie de donneuse anonyme à une mitochondrie de la mère, puis fécondation in vitro par le père, et implantation de l'embryon dans l'utérus de la mère)... L'enfant est né depuis cinq mois, explique le  New Scientist (27 septembre). L'information était jusque là confidentielle ; elle sera confirmée en octobre "par une communication au congrès de l'Association américaine de médecine reproductive" qui va se réunir à Salt Lake City.

"Médecine reproductive" est une expression récente, qui peut inclure indifféremment médecine réelle (soigner les malades) et eugénisme ("améliorer" l'humain). Total business en vue : les "avancées décisives de la science" sont détournées par les intérêts financiers et transformées en offres commerciales. Dans son livre Le corps-marché (Seuil 2015), la sociologue Céline Lafontaine explique : "La bio-économie est l'idée que, dans un monde où la croissance risque d'être ralentie par l'épuisement des énergies fossiles, le vivant est une nouvelle source de profits. La possibilité de le transformer et de le manipuler permettra de 'poursuivre la croissance'. Dans ce cadre, les processus biologiques dans leur ensemble 'doivent être exploités'. Les organismes vivants sont considérés comme une ressource renouvelable et non polluante, grâce à laquelle la croissance infinie peut continuer..."

La production d'enfants à trois ADN est un seuil franchi vers l'artificialisation de la reproduction humaine, donc sa déshumanisation. Fabriquer en laboratoire une personne qui n'est plus tout à fait la fille de ses parents mais d'une technologie (une addition génétique transmissible) ? C'est la porte ouverte à la main-mise du business biotech sur la vie intime.

L'OPA du biotech est une opération commerciale. Elle joue sur l'attrait d'une forme d'eugénisme "privé", proche du consumérisme, donc conforme à l'idéologie libérale... On ne s'étonne pas que le premier pays à l'avoir légalisée soit celui du  thatchérisme : la conception de bébés à partir de trois ADN différents a été autorisée par un vote des conservateurs aux Communes, le 3 janvier 2015 ! Le turbo-capitalisme est le grand accélérateur des dérives sociétales... (Il serait temps que la droite catholique française le comprenne).

Lors du vote des Communes en 2015, des médecins avaient protesté : "Il faudra surveiller ces mères et ces enfants toute leur vie. Nous ne connaissons pas encore l'interaction entre les mitochondries et l'ADN nucléaire. Dire que c'est comme changer une pile est simpliste, la réalité est autrement plus complexe", soulignait par exemple le Dr Trevor Stammer (université St Mary de Twickenham) dans le Daily Telegraph. Sur le plan sociétal, les Eglises avaient réagi et l'association 'Human Genetics Alert' sonné le tocsin : "Une fois franchie cette frontière éthique, une fois acté le fait qu'il est permis de manipuler le génome humain, il deviendra difficile de ne pas franchir les étapes suivantes pour aboutir à un monde de bébés fabriqués sur mesure, scénario que tout le monde veut éviter."

Tout le monde ? 'Human Genetics Alert' est trop optimiste. Les états-majors de l'industrie biotech ne cherchent nullement à "éviter" cette perspective. Jamais le capitalisme n'hésite à étendre les domaines du marché, puisque cette extension perpétuelle est sa raison d'être depuis toujours ! On mesurera l'ampleur de la perspective en relisant La reproduction artificielle de l'humain, précis d'Alexis Escudero édité en 2014 (http://lemondealenvers.lautre.net)... "Peut-être l'auteur est-il de la dernière génération d'humains nés et non produits", avertissait l'éditeur.

Quand on lit les réactions de certains spécialistes français sur l'annonce du New Scientist, on constate que leurs seules réserves visent "le degré de sécurité de la technique" et le battage médiatique : mais pas la légitimité de l'opération. Julie Steffann (laboratoire de génétique moléculaire de l'Institut Necker à Paris)  voit tout de même des aspects négatifs dans ce qui vient de se passer : elle semble craindre les manipulations reproductives "de confort" et la multiplication des "cliniques de fertilité privées" ; "marché bien plus vaste que celui des maladies liées à des anomalies mitochondriales", commente Le Monde du 27 septembre.

Lors du vote britannique de 2015, l'opinion publique anglaise était défavorable à cette "nouvelle conquête" : 41% des sondé(e)s s'opposaient à la légalisation ; 20% seulement l'approuvaient. Où en est-on en 2016 ? Difficile à dire en l'absence de nouvelles enquêtes. Mais de vastes campagnes d'information deviennent urgentes.

 

 

biotechnologies,génome

 

Commentaires

HUMAINE

> "campagne d'information urgente" : à proposer aux dévots de l'écologie-seulement-humaine. Cela leur révélerait que Mammon n'est pas si sympa qu'ils croyaient.
______

Écrit par : jf.devred / | 29/09/2016

BERNANOS

> "Le turbo-capitalisme est le grand accélérateur des dérives sociétales... (Il serait temps que la droite catholique française le comprenne)" : la droite catholique (et la droite en général) française a du mal à comprendre cela depuis assez longtemps, si j'en crois ce passage des 'Grands cimetières sous la lune' :
"Que tenter contre une puissance qui contrôle le Progrès moderne, dont elle a créé le mythe [...] ?
De telles vues sont généralement désagréables aux gens de droite. On se demande pourquoi."
C'était en 1938. Mais cela ne signifie pas qu'il faille désespérer.
SL


[ PP à SL - Mais quand on dit aux cathos de droite que Bernanos combattait les "valeurs" bourgeoises, ils ne le croient pas. Ils ne l'ont d'ailleurs jamais lu. Pas plus que Péguy... Ce qui ne les empêche pas de saluer leur nom quand ils l'entendent mentionner (dans un discours dévot à la gloire du Passé). ]

réponse au commentaire

Écrit par : Sven Laval / | 29/09/2016

EUGÉNISME

> L'eugénisme, l'Homme sur mesure! C'est un vieux rêve des milieux scientistes. Il n'y a pas lieu d'être surpris.
La seule différence est qu'avant ont sélectionnait des "donneurs" qui opéreraient (si on peut dire) par les voies et bons vieux procédés naturels. cf : le sinistre programme national-socialiste Lebensborn.
Ou au contraire par stérilisations, comme cela se produisit massivement en Suède.
La seule différence est que les biotechnologies ouvrent la porte à des décisions individuelles, consuméristes, et non plus étatiques.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 30/09/2016

à PP :

> Ce n'est pas faux. Ou alors ils lisent avec d'étranges lunettes ainsi qu'une paire de ciseaux et un pot de colle à portée de la main. Ce qui est regrettable, car il est bon qu'un écrivain que l'on lit avec un a priori partisan, même lorsque cet a priori lui est favorable, réserve des surprises.
______

Écrit par : Sven Laval / | 30/09/2016

Genèse 3:24

> C'est ainsi qu'il chassa Adam; et il mit à l'orient du jardin d'Éden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l'arbre de vie.
______

Écrit par : Gilles / | 06/10/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.