Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2016

Le pape invite les maires pour parler des migrants

pape françois,europe,migrants

Le Saint-Siège, ultima ratio du bien commun : 


 

Au mois de décembre prochain, le pape François invite au Vatican les maires des grandes villes d'Europe pour affronter ce que les Etats esquivent : l'accueil des migrants, qui sont là et en nombre  - qu'on le veuille ou non. Plus les pouvoirs publics regardent au plafond, plus le drame humain s'aggrave, accumulant ainsi les dangers pour les migrants et les habitants. Fait-on tout ce qui est faisable [1] ?  En posant lucidement cette question, le Vatican assume le bien commun [2] que n'assument pas les gouvernements. Mais s'ils ont entendu cette information ce matin à Europe 1, MM. Zemmour et Ménard  - imprécateurs bergogliophobes -  doivent sonner le tocsin du "vrai catholicisme" : un catholicisme caractérisé (à leur avis) par le fait de tourner le dos au Saint-Siège et au Magistère.

Décevons MM. Zemmour et Ménard : Rome n'a jamais été l'aumônerie de la droite. En 1992, Jean-Paul II (ayant enterré le soviétisme) consternait la bourgeoisie en interpellant le capitalisme. En 2009, Benoît XVI ulcérait les climato-négationnistes en envoyant Mgr Migliore à la conférence de Copenhague réclamer des mesures contraignantes contre les gaz à effet de serre. En juillet 2015, la "France bien élevée" [3], désorientée par Laudato Si', s'ébahissait de voir François réunir élus régionaux et maires du monde pour parler d'écologie intégrale : lutte contre "le développement incontrôlé des villes", contre le réchauffement climatique, contre "l'esclavage moderne" (prostitution et trafic d'organes)... Ces grands élus se rassemblaient au Vatican pour "confronter leurs expériences" ; on entendait par exemple Jerry Brown - gouverneur de Californie, ex-maire d'Oakland -  dénoncer les lobbies "qui dépensent des milliards de dollars pour faire élire des troglodytes climato-négationnistes"

Décevons aussi les  bien-pensants. Non, l'Eglise ne "sort pas de sa mission" en affrontant le concret : le "spirituel" s'incarne, sinon il n'est pas chrétien. Si la pensée sociale catholique distingue la causalité divine et les causes secondes (dont font partie le politique et l'économique), les secondes ne peuvent entrer en concurrence avec la première : et moins encore lui être opposées, comme voudraient les libéraux. Les papes sont  dans leur rôle en plaidant pour le bien commun ;  croire que François contredit Benoît et Jean-Paul, c'est ne rien comprendre au catholicisme.

 

_______________

[1]  Question récusée par les racialistes avoués ou inavoués. On regrette d'apercevoir des "catholiques" dans la seconde catégorie : suggérons-leur d'ouvrir un Evangile  - en français - et de le lire.

[2]  Ce qui met mal à l'aise les laïcards.

[3]  Célèbre (et risible) formule de 2013 pour désigner les señoritos en colère.

 

 

 

pape françois,europe,migrants

 

Commentaires

POST-CATHOLICISME

> Je ne vois pas bien à quel titre M. Zemmour s'arroge le droit de donner des bons points de catholicisme...

Philippe


[ PP à Philippe :
Ni d'ailleurs M. Ménard !
Force est de constater qu'aujourd'hui, pour une partie des Français, "catholique" veut dire... non-musulman. A partir de là, on peut donner des leçons au pape : s'il ne paraît pas islamophobe, c'est qu'il n'est pas "catholique". C'est le point de départ du grand confusionnisme, la posture anti-musulmane n'étant souvent que le masque d'un ethnicisme. A l'arrivée, le mot "catholique" aura été vidé de son sens, au profit d'un sens incompatible avec la foi ; "catholique" signifiera pour ces gens : "Français de souche ethniquement blanc". ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe / | 12/09/2016

ORBITE

> Peut-on faire quelque chose sans sortir de l'orbite américaine? Agir pour ceux qui sont là est nécessaire et urgent mais il faut aussi penser au long terme et là, il faut réfléchir à la situation géopolitique. On ne pourra améliorer la situation des population que si l'on arrive à forcer les Américains à cesser leurs interventions criminelles, non ?
______

Écrit par : VF / | 12/09/2016

ÉNIGMATIQUE

> Si je pouvais vous contacter par mail, je vous dirais que vous vous trompez et surtout que vous trompez les autres. Et régulièrement, hélas !
Voyez-vous, Saint Jean-Marie Vianney (pour donner un exemple crédible) ne disait pas du tout cela; ni Bernanos, ni le père Popielusko ni ... etc.
C'est très difficile de croire que c'est de l'erreur non volontaire.
Que le Saint Nom de Marie (12 sept., merci Saint J-P II aussi) nous garde

Chambon


[ PP à Chambon :
1. Avant de mettre des accusations énigmatiques sous l'égide du "saint nom de Marie", faites donc un discernement des esprits.
2. - De quoi donc m'accusez-vous ? Dites-le ici, en public : que ça nous instruise. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Chambon / | 12/09/2016

QUESTIONS

> Le Liban a eu sa crise migratoire au début des années 70. Cela lui a donné la guerre civile que vous connaissez. Maintenant, les chrétiens de la région, avec les Syriens, ne se demandent pas s'ils devront fuir le Liban pour sauver leur vie mais quand. Ils s'attendent à une réédition de cette guerre. La source attendue est les migrants syriens.
L'angoisse est là, sourde, mais intense. Chaque chrétien cherche un moyen de fuir. Ils trouvent parfois la situation vraiment saumâtre quand ils voient des Syriens qui leur font peur être acceptés à ce qu'il considèrent être leur place.
Que répond le pape à cette question ? Que répondez vous à cette question ?

DidierF


[ PP à DidierF:
1. Posez-lui la question. Ou plutôt : demandez-vous pourquoi vous ne consultez pas ses analyses sur ce problème. Elles sont disponibles sur le site du Saint-Siège ; aller à la source n'est pas un effort surhumain. A moins que l'on ne préfère écouter Zemmour (l'homme qui accuse Marine Le Pen d'être "de gauche") ?
2. Question subsidiaire : si le pape n'abordait pas les problèmes dans la perspective de l'Evangile, dans quelle perspective voudriez-vous qu'il les aborde ?
3. Ce ne sont pas les gardes suisses qui sont chargés de la sécurité dans les pays d'Europe. ]

réponse au commentaire

Écrit par : DidierF / | 12/09/2016

'LA DÉCROISSANCE'

> Commentaire parallèle : dans 'La Décroissance' de ce mois, une réflexion admirative mais aussi critique p. 4 à partir de propos récents du pape François, Tugdual Derville écotartuffé en longueur p. 6 à 8 (et 'Famille chrétienne' traité de presse traditionaliste, arf, arf), Denis Tillinac déglingué en "libéral-conservateur et fier de l'être' dans la BD p. 10-11 (sur un scénario de PP, avec du Bossuet dedans ;-), 'La Vie' harponnée p. 13 comme servant la soupe à NKM, car pilotée par Berger-Niel-Pigasse...
Bref : la convergence des luttes est rugueuse, virile, mais correcte ; elle existe. Merci 'La Décroissance' pour le gant de crin et la paille de fer décapant les hypocrisies de trop de chrétiens en France. On croirait lire PP écrivant, comme une antienne : "Catholiques de France, encore un effort"...
Je suis abonné à FC depuis 12 ans, et à 'La Décroissance' depuis cette année. Comme quoi, rien n'est impossible (à Dieu). Les chrétiens y vont (trop ?) doucement, comme un escargot...
______

Écrit par : Alex / | 12/09/2016

ULTRAS

> Cette fixation des cathos d'extrême droite contre le pape François est très datée : ils n'arrivent pas à sortir de la mentalité XIXe siècle faisant du Pape un substitut au Roi Absolu disparu depuis longtemps.
Du coup ils le rendent responsable de tout ce qui se passe dans le monde et la société. Par exemple ils hurlent parce que ce pape parle le langage du Christ devant les réfugiés, problème dont il n'est en rien responsable et dont les conséquences humaines appellent pourtant un regard chrétien. Ils voudraient un pape qui oublierait l'Evangile et ferait du Zemmour.
Cet antipapisme par ultrapapisme n'est juste pas... chrétien. Donc pas catholique.
______

Écrit par : bernard gui / | 13/09/2016

DIEU ET CÉSAR

> Difficile de comprendre comment on peut abominer l'idéologie libérale et son prolongement économique capitaliste et productiviste d'un côté et valider l'impératif d'accueil des migrants de l'autre, tant il a été démontré et admis par les principaux intéressés que, derrière le verbiage pseudo-humaniste de circonstance, se dissimulaient des considérations bien plus prosaïques concernant les éventuels super-profits qu'en tirerait un patronat avide de main d’œuvre à bas coût. On se souvient à ce propos des fameux "job à 1 euros de l'heure" mis en place récemment en Allemagne afin d'"intégrer les réfugiés". Cette vague migratoire sans précédent et dont il faudrait examiner en détail les motivations réelles (nous apprenons aujourd'hui qu'un certain nombre de "réfugiés de guerre" rentreraient au pays pour les fêtes) menace de mettre en bas l'édifice d'un droit du travail arraché de haute lutte au patronat au même titre que la tristement fameuse loi Macron. Par ailleurs, celle-ci est porteuse de risques sociaux immenses tant l'afflux incontrôlé d'individus issus de cultures étrangères menace la cohésion de la communauté historique que nous formons. Si nous adhérons avec St Thomas d'Aquin à l'idée selon laquelle la charité bien comprise nous oblige à privilégier le bien commun d'une société sur le bien particulier des individus qui la composent, alors les menaces dont ces migrations sont porteuses devraient nous engager à la plus grande des prudence à l'égard des injonctions à l’accueil qui nous sont adressées de toutes parts.

EVS


[ PP à EVS - A supposer que votre angle soit le bon et le seul, c'est aux gouvernants qu'il faut expliquer tout ça. Non au pape. Ce n'est pas lui qui dirige les sociétés politiques. Sa mission est l'Evangile. Laissez à César ce qui est à César ! Pourquoi les gens de droite semblent-ils vouloir exonérer César de ses responsabilités, et les faire peser sur l'Eglise alors que ce ne sont pas les siennes ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : EVS / | 13/09/2016

POLITIQUE

> Au premier coup d'oeil, l'Eglise phantasme. Car Allah en dieu d'amour, ça m'a échappé chez les Musulmans. Un autre détail m'ennuie parmi d'autres. Le Christ n'est pas Dieu chez les Musulmans. Nous sommes des associateurs selon eux et cela est un des plus horribles péchés pouvant être commis en Islam. Ces "détails" ne sont pas pris en compte.
je vais piocher le sujet et prie pour y trouver une cohérence avec l'Islam.

DidierF


[ PPà DidierF :
Non, il ne s'agit pas d'inventer des convergences théologiques inexistantes.
Il s'agit de faire vivre ensemble des incroyants, des chrétiens, des musulmans, des juifs etc.
Et c'est un problème politique, pas un problème d'Eglise !
Pourquoi transférer sur le pape et les évêques une responsabilité qui est celle de nos gouvernants ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : DidierF / | 13/09/2016

LE PAPE ET LES MUSULMANS

> Je pense que c'est une réponse à ma question.
http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/letters/2014/documents/papa-francesco_20141221_lettera-cristiani-medio-oriente.html
Il manque cette ligne qui sépare les musulmans normaux des actes terroristes commis en leur nom. Ils doivent se lever pour dire non très clairement ou l'Islam est condamné par ces actes et ses adeptes le seront avec lui.
Je reconnais que le pape fait son possible et il a raison.
Mais ne rêvez pas, la miséricorde d'Allah est l'envoi du coran au monde à travers Mahomet et c'est tout. Les musulmans remercient Allah de cette révélation en le nommant miséricordieux.
L'histoire du Liban montre un avenir très probable pour toute l'Europe. Je désire que ce ne soit pas le seul possible.

DidierF


[ PP à DidierF :
Personne ne "rêve".
Personne de notre côté ne se fait d'illusion sur le contenu de la posture islamique.
Mais une chose est la théorie et une autre chose est le vécu des gens.
Le musulman est convaincu que la miséricorde d'Allah est le don du Coran à toute l'humanité, comme le chrétien est convaincu que le Christ est la Parole de Dieu pour toute l'humanité. Et la force des choses oblige le musulman et le chrétien à cohabiter : c'est désormais le cas dans l'univers entier.
Aucun raisonnement sur le contenu comparé des deux religions ne peut effacer la réalité qui nous est donnée à vivre... ]

réponse au commentaire

Écrit par : DidierF / | 13/09/2016

St MATTHIEU

> 37 Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? Tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? Tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
38 Tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? Tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
39 Tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?”
Saint Matthieu (25, 31-46)
Faut recaser ça dans son contexte parce que là les justes ils donnent plutôt l'impression de s'être débinés.
______

Écrit par : Yann / | 13/09/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.