Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2016

Uburkini : un symptôme d'époque

240936_vignette_drapeauxconseiletat.jpg

Quelle que soit (vendredi) la décision du Conseil d'Etat sur les arrêtés municipaux anti-burkini, cette affaire est typique de notre époque d'Ubu :


 

Si nos élus - tétanisés par 2017 - veulent réellement interdire les plages au burkini, ils n'ont qu'à appliquer... la charia ! En effet, le burkini (invention de marchands de fringues australiens)  est condamné par les docteurs coraniques. La vraie musulmane n'est autorisée à se rendre sur une plage qu'à deux conditions : 1. qu'aucun homme ne soit là ("sauf à la rigueur le mari, le père ou les frères" - disent certains exégètes laxistes) ; 2. qu'elle garde robe longue et hidjab, à l'exclusion du pantalon "trop moulant" du burkini. Mais les islamo-juristes concluent que la meilleure formule est de ne pas aller à la plage, cet acte "ne pesant pas dans la balance des bonnes actions au jour du jugement". Cet avis d'experts met en porte-à-faux tous les protagonistes de l'affaire Burkini :

- ceux des islamistes qui, s'emparant de l'affaire pour crier à "l'islamophobie française", oublient que le burkini est un péché aux yeux du Coran ;

- ceux des anti-burkini qui croient combattre Daech en faisant verbaliser des femmes par les policiers municipaux ;

- et ceux qui invoquent "les valeurs de la République" ou "les repères de la société".

 

Car le maire de Nice a eu tort de signer un texte interdisant la tenue blouse-pantalon comme non "correcte" et non "respectueuse des bonnes moeurs". Veut-il dire que la tenue string et seins nus (avec ou sans tatouage au bas de la colonne vertébrale) correspond aujourd'hui à la "correction" et aux "bonnes moeurs" ? Les mots n'ont alors plus de sens, nous sommes dans l'enfumage officiel semi-porno que prédisait Brave New World (1931), et c'est un cadeau de plus à la propagande de l'islam rigoriste.

 

Le texte du maire de Nice contre le burkini invoque aussi "la laïcité dans l'espace public". Ce qui soulève au moins deux objections :

1. Nice autorise des cérémonies catholiques dans la rue : est-ce que le maire considère le catholicisme, non comme une religion, mais comme un marqueur identitaire local tel le carnaval des grosses têtes (ou le string seins nus sur la plage) ? ce serait à verser au dossier de l'athéisme pieux.

2. Qu'est-ce que "la laïcité dans l'espace public" ? Selon la loi, cette obligation ne s'applique qu'aux écoles et locaux officiels : elle ne saurait en déborder sans devenir liberticide... et prétendre imposer un certain look comme étant celui des "valeurs de la République" ; ce qui les rendrait totalitaires soft, à la façon de Brave New World.

La loi de 1905 garantit le libre exercice des religions tant qu'elles ne prétendent pas influencer l'Etat. La loi de 2010 sur le voile "ne s'impose pas à la société et aux individus", rappelait le Conseil d'Etat à l'époque.

 

Juridiquement incohérente, humainement injustifiable (en rendant laïque et obligatoire l'exhibition du corps-objet), idéologiquement contre-productive (en fournissant des arguments - même de mauvaise foi - à Daech), l'affaire de l'anti-burkini révèle une schizophrénie de la part d'une aile de la classe politique : souhaiter une immigration invisible. Ce n'est pas une posture : c'est un symptôme.

 

 

Commentaires

SYNONYMES

> Cher PP , je suis entièrement d'accord avec votre point de vue mais j'ai constaté que tous les catholiques ne le sont pas.
Je vous mets le lien d'une interview d'Olivier Roy qui explique que cette tenue est synonyme de modernité pour un certain nombre de femmes .
http://mobile.francetvinfo.fr/societe/religion/laicite/polemique-sur-le-burkini/pour-les-femmes-qui-le-portent-leburkiniest-un-compromis-entre-la-modernite-et-la-foi_1593515.html#xtref=acc_dir
Je pense aussi que ces arrêtés qui ne mentionnent pas le burkini pourraient s'appliquer ( si on s'en tient au texte ) aussi à des religieuses catholiques , je pense à ma fille qui vient avec nous sur la plage en tenue de Soeur des fraternités monastiques de Jérusalem et qui pourrait donc être verbalisée !!!!

NL


[ PP à NL - Des "catholiques" qui ne marchent pas avec l'Eglise ? Ce sont des gens qui croient que "catholiques" est synonyme d'ethnie et non de foi religieuse. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Nathalie Larnicol / | 25/08/2016

ISLAMISATION ?

> Si le burkini n'a en effet rien à voir avec la laïcité, il faut quand même se demander sérieusement pourquoi, comme par hasard, cette (soi disant) mode apparaît chez nous soudainement.
Et il faut être bien aveugle pour ne pas se rendre compte que depuis quelques années les exigences se multiplient : foulard et plus encore, repas spéciaux à la cantine, prières dans la rue (le nombre de musulmans a t'il à ce point augmenté en 20 ans qu'il n'y a tout d'un coup plus assez de place dans les mosquées ?), traitement spécial pour les femmes à l'hôpital et dans d'autres lieux publics.
A propos du burkini je reprends à mon compte le raisonnement de Luc Ferry : c'est une invention des fondamentalistes pour savoir jusqu'où ils peuvent aller dans l'islamisation de nos sociétés.
Il faut lire les écrits et les blogs de ceux qui savent, les Arales qui vivent l'islamisation de leurs pays, ils sont horrifiés par notre angélisme.

Vt Cauwe


[ PP à Vt Cauwe

À ceci près que :
a) le burkini n'est pas une invention de musulmans fondamentalistes mais de marchands de fringue australiens ;
b) les musulmanes fondamentalistes condamnent le burkini comme "indécent" (voir leurs interviews)...
Les seuls partisans déclarés du burkini sont des bobos du PS, totalement indifférents en matière religieuse... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Vt Cauwe / | 25/08/2016

LE VRAI SUJET

> Votre article paraît clair.
Il ne fallait pas mettre les mains dedans, attiser les passions n'est pas la bonne méthode.
Pourquoi n'a-t-on rien fait déjà en amont sur cette confection même australienne dont il était possible de penser qu'elle allait se déverser aussi dans notre pays ? Principe de précaution.
Mais au-delà de cela c'est interdire n'importe quel vêtement, alors on n'a pas fini. Christine Boutin avait réagi sur le sujet. C'est mettre un doigt dans un engrenage.
Au lieu de dériver sur ce type de faits, il vaudrait mieux s'occuper du sujet : comment intégrer les personnes et partager des valeurs communes.
______

Écrit par : Alain De Vos / | 25/08/2016

ÉPOQUE

> Notre époque a décidément les "affaires" qu'elle mérite, où tout est pipé depuis le début : de la création du burkini censé (sans doute selon un argumentaire marketing) "libérer les femmes musulmanes" aux condamnations les plus diverses (des islamistes aux rrrépublicains), en passant par les revendications des "antiracistes". Sans oublier, comme vous le faites remarquer, une perception pour le moins bizarre de la notion de tenue décente.
Toute cette confusion est, hélas, du nanan pour les extrémistes de tout pelage.
______

Écrit par : Sven Laval / | 25/08/2016

LA TÊTE

> Ils perdent la tête. Qu'ils fassent déjà respecter les règles anti-burka (parfaitement justifiées celles là) et mettre de l'ordre dans les cités gangrenés par les gangs et les dealers.
______

Écrit par : BCM / | 25/08/2016

INCOHÉRENTS

> Les commentaires journaleux et les déclarations (contradictoires) des "politiques" témoignent parfaitement de ces incohérences et de la gêne qu'ils en éprouvent, tous autant qu'ils sont.
______

Écrit par : Fondudaviation / | 25/08/2016

BOÎTES

> Sketch médiatico-politique, ok. mais pardonnes-moi, cher Patrice, je suis de Nice et après cet été (j'ai été profondément touché par ce qui s'est passé sur la promenade pour différentes raisons personnelles), il est clair que les promoteurs de ces tenues sont des provocateurs et dans ce cas, oui, il y a trouble à l'ordre public. C'est le seul argument utilisable (c'est la même chose que le défilé orangiste en Ulster et qui, il me semble, travers les quartiers catholiques de Belfast). Il y a une volonté manifeste de foutre le bordel et là, l'Etat se doit d'intervenir.
Par contre, utiliser la laïcité est une ânerie d'ignares décérébrés tel que le sont nos élus et dirigeants. Utiliser les références véritables du Coran est une bonne stratégie pour désarmer les provocateurs et interdire ces actions.
Mais il est vrai, et je l'ai assez souvent dit ici, que ces jeunes femmes qui veulent se voiler nous interrogent sur la place et ce que nous faisons de la femme dans notre société matérialiste-mercantile (un petit souvenir perso d'une nuit à Juan les pins il y a quelques lustres: il est très tard, ou tôt, cela dépend, une sortie de boîte pour jeunes, à côté du casino, des voitures de luxes et leurs propriétaires souvent la trentaine et une nuée de filles, la moitié de leur âge ou à peine majeures et des tenues difficiles à porter tellement il y a peu de tissu. Mais une m'a marqué. Elle portait la même jupe que le chanteur de Tri Yann, un kilt en plastique transparent mais elle le portait à l'écossaise....Le haut était en résille. Ce jour-là, j'ai réalisé que l'on détruisait nos femmes pour le seul plaisir d'en jouir et que cela se faisait à grande échelle (ces boites pour ados pulullent sur la côte).
( A ceux qui me demandent ce que je foutais là, eh bien je fêtais dans le bar d'en face le retour de service d'un ami marsouin ;-) ).
______

Écrit par : VF / | 25/08/2016

SARKOZY

> Cette lecture intéressante du storytelling:
http://info-antiraciste.blogspot.fr/2016/08/sarkozy-est-lordonnateur-direct-des.html
______

Écrit par : Anne Josnin / | 25/08/2016

"CATHOLIQUES" ATHÉES

> Et pour couronner le tout, des musulmanes se font dire par des gens sur la plage, « Rentre chez toi !, ici on est catholique, on veut pas de ça ! ». Si cela se trouve, on ne les voit pas souvent à la messe (à moins d'être de ces catholiques qui tweetent #PasMonPape):
http://jotay.net/cannes-arrete-anti-burkini-rentre-chez-toi-ici-on-est-catholique-on-veut-pas-de-ca/
Pour paraphraser Alain Juppé, les athées pieux commencent à être un vrai problème.
______

Écrit par : François Sarrazin / | 26/08/2016

LEUR LAÏCISME

> Je propose d'analyser cette posture anti-burkini adoptée par de nombreuses municipalités à la lumière du laïcisme militant qui semble la motiver. On cherche en effet par ce biais à laïciser l'espace public et, donc, la société toute entière : en d'autres termes à éliminer de la vie sociale la présence même des religions. Cette dérive répond à une orientation défendue de longue date par une partie de la franc-maçonnerie française et athée (le Grand Orient), largement promue par Daniel Keller (qui vient d'en quitter la Grande Maîtrise hier soir après trois ans de mandat).
Or, comme le notent un certain nombre de franc-maçons attachés à une vision nettement moins agressive de la laïcité, donc davantage conforme à la ligne de les lois de 1905 et de 1907, cette même laïcité ne doit en aucun cas se comprendre comme un musellement des religions dans l'espace public. Les lois de 1905 et de 1907 et la jurisprudence qui en a découlé depuis un siècle n'impliquent en aucun cas que l'espace public soit neutre de toute référence religieuse. De ce point de vue, la position défendue il y a deux ans par Daniel Keller (et reproduite ci-après) est incompatible avec le texte même des lois de 1905 et 1907 : "Le moment est venu de rappeler ce qu’est la laïcité à savoir un principe d’organisation de la société fondé sur la séparation des églises et de l’État, de telle sorte que dans l’espace public les confessions restent silencieuses.
S’il en est ainsi, ce n’est pas parce que la laïcité serait une antireligion, c’est simplement parce que l’espace public est le terrain à l’intérieur duquel les individus doivent faire l’expérience de leur qualité de citoyen. Et cet exercice exige que l’on se départe des assignations de toute nature qui pèsent sur nous".
De ce point de vue, les arrêtés anti-burkini, qui contreviennent à la notion même de laïcité, relèvent du laïcisme radical tel que défendu par M. Keller.
Mais là se dévoile une contradiction flagrante : si se vêtir pudiquement lors d'une baignade en réponse à un supposé commandement religieux relèverait d'une des "assignations de toutes natures" critiquées par M. Keller (et ne pourrait donc être toléré), l'usage de bikinis devrait être quant à lui autorisé car il se départirait de ces mêmes assignations "qui pèsent sur nous". Grossière erreur : la force de la publicité, les effets de mode puisés dans le cinéma hollywoodien ou l'omniprésence médiatique de mannequins vêtus à la limite de la décence sont autant d' "assignations" qui "pèsent sur nous" quant à la manière de se vêtir.
Je ne peux que conseiller, à ce sujet, la lecture du blog d'un franc-maçon (membre du Grand Orient) qui ne souscrit pas aux orientations de l'ancien Grand Maître (et à la frange du Grand Orient qu'il représente) sur ces questions et expose une vision beaucoup plus nuancée de la laïcité, bienveillante à l'égard de l'expression du fait religieux dans la vie sociale. Burkinis ou crèches dans l'espace public, même combat :

http://357.hautetfort.com/archives/tag/daniel+keller/index-2.html
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 26/08/2016

LE MOT

> J’ai personnellement du mal à accepter le mot « burkini », dérivé de la « burqa », ce voile intégral dissimulant même le visage, qui est comme chacun sait une création des salafistes dérivée du traditionnel tchadri afghan. La burqa, qu’il est difficile de ne pas regarder comme un outil d’asservissement de la femme musulmane et un instrument de prosélytisme religieux… A cet égard, j’admire la « conversion » des distinguées féministes que sont Mmes les Ministres Najat Vallaud-Belkacem et Marisol Touraine au « burkini ».
Reste que l’acceptation du phénomène et du mot « burkini » lui-même est sans doute un gage nécessaire à l'intégration des musulmans et la pacification de nos relations avec eux.
Pour accepter le mot « burkini », faisons donc un détour par « burkinabé ». L’habitant du Burkina Faso ou «Burkinabé » est littéralement « un homme ou une femme intègre ». Changeons notre regard et habituons-nous à considérer les baigneuses en burkini, avant toute chose, comme des femmes intègres !
______

Écrit par : Denis / | 26/08/2016

QUESTIONS

> Mais comment ces femmes justifient leur port du burkini?
1) faire évoluer l'islam vers une plus grande liberté de la femme, puisque selon vous la charia lui interdit la plage ?
2) C'est une mode venue de pays (l'Australie) bien plus progressistes que la France.
3) J'ignorais cet interdit
4) pourquoi ? la provoc est interdite au pays des droits de l'homme ?
Quelles seraient selon vous les bonnes questions à leur poser?

jm.


[ PP à JM
Les questions est à leur poser seraient sans doute :
- "pourquoi porter un vêtement déclaré non conforme à la charia par des docteurs de l'islam ?"
- "si ce n'est pas religieux, est-ce que c'est politique ?"
- "si c'est politique, pourquoi vous étonner que des gens ne soient pas d'accord ?"
Mais toute cette affaire est futile par rapport au vrai problème, que soulignent certains commentaires de ce fil de discussion.

réponse au commentaire

Écrit par : varcher / | 26/08/2016

MAMMON LAÏQUE ?

> Il est exact que le burkini qui moule certaines parties du corps est en contradiction totale avec le fait que la femme ne doit pas se dévoiler, sans compter que ses chevilles et ses pieds restent découverts ...
Ceci étant, pourquoi la femme doit-elle ne rien dévoiler de son corps ? sauf erreur de ma part c'est pour ne pas tenter l'homme. Ma question (provocatrice) est pourquoi n'est-ce pas l'homme qui, s'il est si tentable et ne sais se tenir, devrait se promener avec des oeillères et une camisole ?
A l'époque des razzias, il pouvait être compréhensible que les femmes, butin potentiel dont la valeur était liée à leur beauté sortent cachées et sous la protection d'un homme de la famille, mais à l'heure du string seins nus, il est difficile de ne pas donner raison à ceux qui affirment que cela relève du prosélytisme ...
Et pour tenir le raisonnement inverse, on peut tout aussi se demander de quel prosélytisme est la tenue string sein nus ? Libération de la femme, exhibition d'une femme objet, ou ?
Cela vaut-il bataille ? J'ai du mal à croire au succès du burkini : Je n'ai pas fait le test, mais j'imagine qu'au sortir de l'eau salée une tenue légère est plus agréable qu'un burkini ... ; mais bon on peut aussi choisir d'offrir ces désagréments à Dieu (quoique je ne sais si ce genre de chose est pratiqué dans la religion musulmane).
Mis à part dans certain film, il n'y a guère de surfeurs sur la côte méditerranéenne ; cependant il est notoire que certains surfeurs de la côte atlantique ou bretonne sont tout aussi couverts que s'ils portaient un burkini (certes la tenue du surfeur est moulante et une fois leur activité terminée ils se changent), alors, où placer le "curseur" ?
Après on pourrait aussi parler de ceux qui portent des vêtements avec certaines effigies, dont la signification biblique est plus ou moins évidente, va-t-on les interdire ? En quoi a-t-on le droit de porter un vêtement de certaines marques bien visible et pas de certaine foi ?
Seule l'idéologie de Mammon serait-elle laïque ?
______

Écrit par : franz / | 26/08/2016

JUDICIEUSEMENT

> Comment combattre l'obscurantisme assez judicieusement pour ne pas lui fournir des armes ?
La question nous ronge, en vérité.
Un de mes amis, Syrien de confession chrétienne orthodoxe, me dit volontiers que ce dont nous, Occidentaux, avons le plus besoin dans nos relations avec l'islam, c'est d'intelligence.

Jean-Marie Salamito


[ PP à JMS - "Avons", ou... "aurions" ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Jean-Marie Salamito / | 26/08/2016

LIVRE

> ... à propos d'intelligence ou de "non-bornitude" il y a un livre à deux-voix harmonisées-avec-dissonance et d'une très bonne probité intellectuelle : #Dieu est-Il l'auteur de la Bible et du Coran ?#
______

Écrit par : Gérald / | 26/08/2016

LE CONSEIL D'ETAT

> Le CE suspend l'arrêté de Villeneuve-Loubet. C'était couru : manque de base légale.
Il suspendra encore plus celui de Sisco : arrêté carrément absurde, il n'y avait jamais eu de burkini sur cette plage.
Le pb est en effet (merci à JM Salamito) un pb d'intelligence. Pas beaucoup distribuée aux élus apparemment.
______

Écrit par : Jean Bodin / | 26/08/2016

PAS RELIGIEUSE

> Sur le sujet connexe du hidjeb, l'université d'Al-Azhar a accordé la mention excellent au cheikh Mustafa Mohammed Rashid qui pour sa thèse de doctorat en charia et loi et qui a porté sur le thème du port du voile islamique en islam, entre obligation ou habitude.
Le soutenant a conclu, à travers sa thèse, que le hidjeb n'est pas une obligation religieuse, mais une habitude.
http://forumdesdemocrates.over-blog.com/2015/08/le-voile-n-est-pas-une-obligation-a-tranche-al-azhar.html?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_facebook&utm_campaign=_ob_sharebar
______

Écrit par : Pierre Huet / | 26/08/2016

à Franz

> "De quel prosélytisme est la tenue string sein nus ?" Peut-être de celui qui enjoint à chacun de se donner un peu partout et un peu tout le temps en spectacle. Les plages constituent pour cela un théâtre idéal.
D'ailleurs, de même que certaines choisissent (ou croient choisir ?) de se dénuder le plus possible en public, d'autres choisissent (même parenthèse que la précédente) de se montrer en "burkini". Dans les deux cas, il s'agit probablement de donner - et de se donner - une image de soi ("libérée" dans l'un, "pieuse" dans l'autre).
______

Écrit par : Sven Laval / | 26/08/2016

MAINTENANT

> Maintenant que le conseil d'Etat a autorisé le port de la tenue intégrale de bain pour les femmes, qu'est-ce qui empêche les élèves, collégiennes et lycéennes musulmanes d'aller aux cours de natation vêtues d'une variante du burkini qui laissera libre leur visage ? Grâce à ce burkini sans voile, elles pourront participer à des cours mixtes sans craindre d'émouvoir les garçons. Le conseil d'Etat ou l'Education nationale n'a aucun argument juridique pour s'y opposer. L'argument de sécurité ne vaut pas plus que pour la baignade en mer et si le tissu est celui d'une combinaison de plongée, cette tenue respecte les normes d'hygiène.
On entendra une fois de plus les féministes et les bonnes consciences dire qu'elles sont opposées à cette aliénation de la femme dès son plus jeune âge mais que l'interdiction n'est pas la solution et on passera à l'épisode suivant.
Pour exemple de ce qui se joue dans ce combat où chacun se positionne davantage pour ou contre le Front national que dans le souci des femmes musulmanes, une étudiante musulmane qui ne porte pas le voile m'expliquait quelle fierté elle avait ressentie quand Michele Obama avait refusé de mettre un voile lors d'un voyage en Arabie saoudite. Pour elle, c'était un bel exemple. Le conseil d'Etat vient de lui en offrir un autre.
______

Écrit par : Yann / | 26/08/2016

EMBROUILLE

> Le laïcisme paranoïaque d'une partie de la classe politique et des médias embrouille tout au lieu d'aider chacun à réfléchir. Le laïcisme aussi a besoin de la raison pour ne pas sombrer dans la déraison et l'émotion tyrannique, comme il l'a fait trop souvent dans l'histoire moderne et comme il le fait aujourd'hui encore dans cette affaire.
Merci à vous cher PP pour vos interventions si précises et si utiles. Je souhaite que beaucoup de journalistes, d'hommes et de femmes politiques lisent votre blog.
______

Écrit par : B.H. / | 26/08/2016

SAGESSE

> La laïcité n’a rien à voir avec cette polémique…
Le Conseil d’État, dans sa grande sagesse, a tranché, et c’est bien ainsi !
La lutte contre l’islamisme radical ne passe pas par des querelles vestimentaires…
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 26/08/2016

Yann,

> les piscines ont leur propre règlement intérieur, où entrent en compte les règles d'hygiène et de sécurité, les tenues réglementaires pour la pratique en club. Ainsi dans la plupart le bonnet de bain est obligatoire, idem le passage au pédiluve, le caleçon de bain interdit, et vous pouvez essayer de vous rendre au club de natation en tenue de plongée...
Pour ce qui est de l'Education Nationale chaque établissement a aussi son règlement interne, avec ceci en plus que les élèves sont pour la plupart mineurs et que l'établissement a mission d'éduquer.
Qu'on arrête de légiférer, et qu'on retrouve le bon sens!
Pour ma part j'ai bien l'intention de travailler avec mes élèves sur le regard: comment j'habille ou dénude l'autre des yeux,comment j'honore sa liberté ou l'asservis à mes désirs, selon les intentions qui habitent mon coeur. Car au fond c'est toujours le coeur qui habille.
Le reste, c'est du folklore identitaire qui fait tourner le commerce, des armes, de la mode comme des campagnes politiques.
______

Écrit par : Anne Josnin / | 26/08/2016

SALAFISME CONTRE TRADITION

> Cet article est intéressant; cela nous sort du bruit de fond ambiant: http://www.lefigaro.fr/vox/religion/2016/08/26/31004-20160826ARTFIG00189-le-salafisme-fantasme-l-islam-originel-contre-la-tradition-musulmane.php
______

Écrit par : ND / | 26/08/2016

Bonjour à tous,

@ Jean-Marie Salamito,
> Je travaille depuis plusieurs années avec un collègue syrien, chrétien également, avec lequel j'échange beaucoup sur les problématiques actuelles que traversent de nombreux pays, car la France n'est pas le seul pays concerné. Lui les connaît bien, comme tous les chrétiens d'Orient qui ont toujours vécu avec leurs voisins musulmans.
Il m'a précisé qu'il n'y avait quasiment pas, il y a 30 ans, en Syrie, de femmes voilées, quand elles le sont toutes aujourd'hui. Pourquoi?
Je vous invite à visionner le reportage "La confrérie, enquête sur les frères musulmans", de Michaël Prazan, diffusé sur France 3 en 2013, accessible sur internet.
Les premières femmes voilées de notre pays sont des militantes, ou sont soumises par leur entourage masculin, ou parfois féminin, militant.
Puis, cette obligation se diffuse, et vient le temps de celles qui subissent à grande échelle. Car il en est ainsi aujourd'hui dans l'islam : Ceux qui s'épanouissent dans l'applications scrupuleuse de certains préceptes les imposent ensuite à leurs coreligionnaires moins convaincus. Cf le film "Timbuktu", le livre "Le prix à payer" de Joseph Fadelle, et TANT D'AUTRES TEMOIGNAGES que nous serions bien inspirés d'écouter attentivement aujourd'hui.
Un ami musulman non pratiquant m'a dit que son fils de onze ans lui avait sévèrement reproché de ne pas faire le ramadan il y a deux ans, son père étant passé pour un mécréant auprès de ses camarades d'école...
Aussi, s'il nous faut de l'intelligence, il nous faut aussi BIEN COMPRENDRE ce qui se passe aujourd'hui.
Comme le dit Patrice de Plunkett, le burkini un symptôme. Est-ce le symptôme d'un refus de la différence? Ou de ce que cette différence revêt... Doit-on s'arrêter à la forme, ou se poser la délicate question du fond?
Car la France héberge sur son sol des milliers d'hommes et de femmes immigrés de culture différente sans que cela pose problème.
Peut-être est-ce le symptôme d'un tournant dans la civilisation de notre pays, qui comme bien d'autres est confronté à une immigration culturelle et religieuse dont UNE PART TENUE cherche à imposer sa culture et sa religion. Un symptôme qui ne peut en aucun cas se défaire d'une intentionnalité.
Et ce mouvement, aussi certain que déterminé, craint par bien des musulmans qui ont émigré pour ne plus subir les obligations de leur propre religion dans leur propre pays, avance pion par pion en utilisant la faille sémantique de ce que tous brandissent sans même la comprendre, la laïcité !
N'oublions pas tout de même que "la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres", ce qui est au moins aussi difficile à comprendre que la laïcité, surtout lorsqu'on est de mauvaise foi !
______

Écrit par : Christophe / | 27/08/2016

> Quelque chose me dérange dans cette querelle vestimentaire.
Non tout ce qui est excessif n'est pas insignifiant, cela vaut pour les uns et pour les autres, l'excessif fut toujours du côté oppresseur il n'est donc en rien insignifiant.
Mais au-delà ce dont cette lutte entre provocation des unes, arrêtés et arrêts des autres, fait l'impasse est une déclaration, juridiquement contraignante car de dispositions internationales, la Déclaration de l'ONU de 2007 sur les droits des peuples autochtones, dont, entre autre, et pas uniquement, son article 11:
" Les peuples autochtones ont le droit d’observer et de revivifier leurs traditions culturelles et leurs coutumes. Ils ont notamment le droit de conserver, de protéger et de développer les manifestations passées, présentes et futures de leur culture, telles que les sites archéologiques et historiques, l’artisanat, les dessins et modèles, les rites, les techniques, les arts visuels et du spectacle et la littérature."
Ou encore l'article 13:
"Les peuples autochtones ont le droit de revivifier, d’utiliser, de développer et de transmettre aux générations futures leur histoire, leur langue, leurs traditions orales, leur philosophie, leur système d’écriture et leur littérature ..."
Lentement s'instaure un autre paysage culturel, d'autres schèmes de penser, d'agir, de dire, d'être.
Ces principes, signés par la France, s'appliquent-ils toujours aux autochtones dont je fais partie? .....
L'enjeu est moins la laïcité que le fait culturel, la religion que le mode de vie.
Retenir cette phrase dont on semble vouloir nous priver de ses implications: " Ils ont notamment le droit ... de protéger .... leur culture .... "
______

Écrit par : Albert E. / | 27/08/2016

CHARIA

> Au moment où j'écris, l'information vient de tomber : la décision du Conseil d'Etat a été revendiquée par l'EI...
Plus sérieusement : ce qui vient d'arriver démontre encore une fois, j'allais dire magistralement, les limites du droit dans le service du bien commun.
Totalement d'accord avec VF (et quelques autres rares commentateurs...) sur le fait que cette apparition des burkinis est une opération de provocation des milieux salafistes. Un (nouveau) test de la capacité des autorités- et de la population- françaises à résister au grignotage progressif des règles et représentations communément admises.
Autoriser les burkinis (qui par parenthèse sont des tenues extrêmement dangereuses, véritables "éponges" qui ne facilitent pas le travail des sauveteurs quand ils doivent ramener une personne en difficulté), c'est avaliser, dans l'espace public, la conception islamique des rapports homme/femme. L'homme (qui, lui, sur la plage, peut se mettre à l'aise...) n'a pas à réprimer ses instincts ; c'est à la femme de s'en protéger comme elle peut.
Je regrette, mais ce n'est pas notre conception des choses, si je ne m'abuse ? Nous appartenons à une sphère culturelle qui a inventé l'amour courtois, qui (dans l'épure...) valorise la maîtrise des pulsions. Où est né le naturisme : la nudité partagée entre hommes et femmes, sans connotation sexuelle...
C'est clair : la décision du CE sera lourde de conséquence...

Feld


[ PP à Feld - Selon la charia, l'homme n'a pas le droit se se dénuder au dessous de la ceinture. Ni le droit d'être sur la plage en même temps que des femmes autres que la sienne... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 29/08/2016

@ PP
>
"l'affaire de l'anti-burkini révèle une schizophrénie de la part d'une aile de la classe politique : souhaiter une immigration invisible"
Heu... je ne sais pas, mais, quand mes grands-parents sont venus de Pologne, dans les années 20, ils ont tout fait pour être "invisibles", ils ont accepté toutes les difficultés, toutes les humiliations, pour s'intégrer à leur pays d'accueil. Ils ne se seraient JAMAIS permis de parler polonais en public. Ils ont poussé leurs enfants à faire des études. En travaillant dur, sans jamais revendiquer quoi que ce soit (du genre "droit à la différence " ou ce genre de c..ie).
Mais il est vrai que c'était une époque où la France représentait encore quelque chose. Ce n'était pas une abstraction ("La République") enchâssée dans une autre abstraction ("L'Union" eu...), membre d'une autre entité ("l'Empire" am...) qui elle, sait ce qu'elle veut.
A force d'exercer la "magistrature de l'Universel" (pour reprendre l'expression d'E. Balladur), au titre de "valeurs" et dans un cadre de plus en plus vide de sens, la France ne sait plus ce qu'elle en tant que communauté particulière. Plus de "roman national" susceptible d'attirer des populations qui, elles, peuvent se prévaloir du mythe de l'oumma...
______

Écrit par : Feld / | 29/08/2016

LE CONTEXTE

> Comme je l'ai dit, je viens de la Côte (Nice, Cannes, Antibes furent mes résidences durant plusieurs décennies). Mon meilleur ami est actuellement le curé de la paroisse de Cagnes sur mer qui comprend les clochers de Villeneuve-Loubet entre autre. On a parlé longuement des problèmes religieux, du dialogue entre communauté et de l'Islam dans ses paroisses encore cet été. Je sais de quoi je parle. Comme le dit si bien Patrice, la Chariâ interdit à une femme de se baigner autrement qu'entre femmes ou en présence de son mari. Le "burkini" est une invention récente d'une femme d'affaires libanaise installée en Australie histoire de faire de fric sur la vague intégriste.
Ici, connaissant le contexte, nous sommes clairement dans une provocation politique identique à celles du foulard il y a une quinzaine d'années. Provocation d'autant plus facile étant donné les nuls qui sont aux commandes dans la région et la forte présence pied-noir.
Ceci dit, cette affaire amène un bien, celui de parler de la laïcité et de clarifier ce qu'elle doit être. L'espace public est à tous. L'Etat, la loi doivent être laïcs, c'est-à-dire neutres, mais la rue, la plage etc. sont à tous, foulard ou pas. Ici, c'est la notion de trouble à l'ordre public et la volonté clairement affichée de créer des affrontements violent qui sont à traiter.
Mais, comme je l'ai déjà dit, nous n'en serions pas là si la système matérialiste-mercantile et un certain féminisme n'avaient pas imposé comme un norme la nudité et la sexualité vulgaire, le corps, surtout celui des femmes, exposé comme sur un étal, chosifié, trituré (voyez ce que nos pauvres adolescentes s'imposent comme tortures pour être dans le mouv....). Les femmes ont été déshumanisée, réifiées et les hommes animalisés, comme le loup de Tex Avery. Nous sommes des mâles en rut tout le temps selon le système. Non, il FAUT être en rut tout le temps et les femelles doivent nous allumer tout le temps. Mais, comble de frustration, il faut aussi être politiquement correct : donc on bave, on éructe, on transpire mais on ne touche pas, ah non! (comme ce test de cosmopolitan http://www.cosmopolitan.fr/,les-reactions-choquantes-des-hommes-face-a-une-femme-en-mini-short,1967453.asp).
Eh bien, allez dire cela dans les banlieues et on en reparle.
______

Écrit par : VF / | 30/08/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.