Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2016

Lait : productivisme-libéralisme, le couple infernal...

agriculture,prix du lait

...qui tue la France agricole :


 

La guerre des producteurs de lait contre le groupe Lactalis dure depuis le début de l'été. Motif : ce groupe géant est "le pire payeur de France", disent les producteurs. Numéro 1 mondial de la filière lait, Lactalis ne cesse de rabaisser le prix d'achat du litre à l'éleveur et celui-ci finit par travailler à perte : Lactalis paie les mille litres 256 euros ; il faudrait 360 euros pour que l'élevage puisse simplement survivre.

"Nos exploitations vont disparaître : et sans producteurs de lait en France, Lactalis n'existe plus", affirme le président de la Fédération nationale des producteurs, Thierry Roquefeuil.

C'est le côté Ubu du système économique actuel, productiviste et libéral. Le productivisme mondial aboutit à la surproduction ; le libéralisme mondial érige "les marchés" en seule force décisive. Au nom "des marchés", Lactalis ne se soucie que de s'élargir "à l'international" (Etats-Unis, Europe de l'Est etc) et de cannibaliser ses concurrents. Selon le président de la Chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine, Marcel Denieul, "Lactalis rejette tout dialogue avec les organisations de producteurs" pour étrangler chaque éleveur individuellement. C'est la logique libérale. Mais Denieul ajoute : "Lactalis est une très belle réussite industrielle." Qu'est-ce qu'une réussite industrielle française qui étrangle ses sources françaises de matière première ? C'est aussi la logique libérale.

Des producteurs de l'Ouest français qui assiègent ses locaux de Laval, le PDG de Lactalis - Emmanuel Besnier, redoutable dynastie de chasseurs de profits - dit : "Ces syndicalistes agricoles irresponsables refusent la réalité des marchés, ils s'en prennent à une entreprise en particulier..." Phrase de mépris : mais sa seconde partie est exacte. Lactalis n'est qu'un rouage dans la machinerie globale des marchés. Là est le problème que la FNSEA ne veut pas comprendre (Xavier Beulin étant lui-même l'homme des marchés), mais qu'affrontent la Confédération paysanne et Via campesina : sans une "révolution courageuse" et internationale, comme dit le pape, le couple productivisme-libéralisme tuera la France agricole.

 

Commentaires

CRIQUETS

> Ces pdg libéraux sont des criquets, ceux des plaies d'Egypte. Ils se posent et dévorent tout. Une fois l'endroit épuisé, lessivé, ils partent ailleurs. le pdg de Carrefour disait il y a une dizaine d'année que le marché européen était fermé et presque mort. C'était l’Asie l'avenir (3 milliards de futurs consommateurs...). Idem pour Lactalis. Ils exploiteront les producteurs laitiers indiens ou éthiopiens et ainsi de suite jusqu'à la catastrophe finale. Mais ils s'en foutent car ils pensent vivre dans une station orbitale réservée (cf Elyseum) ou sur des îles artificielles en étant dotés de capacités supérieures grâce à la réalité augmentée ou au transhumanisme.
Leur hubris a un côté infantile si ce n'était si grave.
______

Écrit par : VF / | 23/08/2016

RÉVOLUTION

> Vous avez dit « révolution »… ?
1789 : crise de l’Etat royal (féodaux crispés sur leurs privilèges, noblesse de robe rebelle à l’absolutisme), crise budgétaire (faute de lever des impôts sur les couches sociales privilégiées), crise économique et sociale (montée du chômage liée notamment au traité de libre-échange signé en 1786 avec l’Angleterre), crise agricole (mauvaises récoltes de 1787 et 1788 consécutives au mauvais temps) – des prix qui explosent en 1789 sur le froment (+127%), sur le seigle (+150)… Le roi convoque les Etats généraux…
2017 : crise de l’Etat républicain (énarques soumis aux desiderata de Bruxelles, non-représentation électorale d’une partie significative de l’opinion), crise financière (faute de sanctionner les spéculateurs de tous ordres), crise économique et industrielle (suscitée par le libre-échangisme sans frontière et la concurrence de tous contre tous), crise sociale (chômage endémique, baisse du niveau moyen des salaires et des retraites), crise agricole (productivisme et spéculation ultralibérale, mauvaises récoltes consécutives au mauvais temps)… Le président de la République convoqué aux primaires…
Quelle Révolution en 2017 ? Marine Le Pen à l’Elysée, assiégée par la rue et incapable de ramener la paix civile… ? Le tandem « gagnant » Hollande-Macron bousculé par les grèves générales à répétition… ? Le roitelet Juppé conspué pour sa soumission aux euro-américanocrates et à leurs traités liberticides… ? Un(e) président(e) qui démissionne au bout de six mois… ? Des radicalisations populistes de gauche et de droite se vouant une haine implacable… ? La France au bord de la guerre civile, isolée, regardée comme une pestiférée par ses partenaires européens… ?
______

Écrit par : Denis / | 23/08/2016

PLUS

> Randonnant dans des hauts alpages des Alpes, je m'étonne de voir une gros troupeau là où d'autres années il semblait y en avoir 2 fois moins. Je discute qq minutes avec un des fermiers, qui m'explique qu'on leur demande de produire toujours plus ... [pour gagner plus ou moins ? j'aurai du poser la question] !
______

Écrit par : franz / | 23/08/2016

LIBRE-ÉCHANGE

> Lactalis (dont j'évite d'être client) est cohérent avec la tendance ambiante. Et il est vrai que manifester à Laval soulage peut-être mais évite de regarder les VRAIES questions.
A partir du moment ou on supprime les droits de douane et les contingentements dans un espace hétérogène, la distribution recherche les prix les plus bas. Si on trouve du lait à bas prix dans les Carpathes, cela pèse sur ceux qui seront accordés aux Bretons.
Tant que nous n'aurons pas dénoncé les traités qui nous imposent le libre échange (cf vos notes sur la relance de l'UE et aussi sur l'idéologue atlantiste) la grande distrib' se renforcera et les Lactalis qui sont au niveau précédent de distribution et de transformation, seront toujours plus exigeants eux aussi.
Mais les Idiots Utiles, parfois même mitrés, en sont toujours à faire de belles paroles sur la prééminence de l'Homme sur l'économie tout en dénonçant les danger des "égoïsmes nationaux".
______

Écrit par : Pierre Huet / | 23/08/2016

LE LAIT QUE NOUS CONSOMMONS

> On commence à reconnaître dans les médias autorisés ce que les gens à la marge de la société capitaliste affirment sans détour, preuves scientifiques à la clé, à savoir que le lait que nous le consommons est un poison.
A titre personnel, ex-grande consommatrice de lait, suite à une tendinite qui ne passait pas, mais aussi de douleurs de genoux au bout d'un moment lorsque je courais, j'ai arrêté d'en boire et je n'ai plus depuis ni tendinite ni douleurs articulaires, même en doublant mon temps de course ( et malgré le temps qui passe!).
Pour exemple de demi-aveu officiel: http://www.huffingtonpost.fr/2014/10/31/lait-danger-adultes-etude-suedoise-jette-trouble_n_6080356.html
Et pour mieux comprendre: http://www.alternativesante.fr/manger-sain/le-lait-de-la-colle-des-hormones-et-du-pus/
______

Écrit par : Anne Josnin / | 24/08/2016

Livre

> Sur la consommation de lait, voir aussi le livre du Pr Seignalet (http://www.seignalet.fr/fr/). C'est très intéressant sur l'évolution de notre nourriture et ses effets sur certaines maladies. En plus du lait, il rajoute les céréales modernes (trop modifiées) et la cuisson trop élevée des aliments.
______

Écrit par : VF / | 24/08/2016

@ Anne Josnin

> On ne peut plus se fier à personne! quand j'étais au CM2, on nous distribuait du lait à la récré de l'après-midi! ;-)
______

Écrit par : Pierre Huet | 24/08/2016

@ VF

> C'est là qu'ils partent se réfugier :
http://www.pauljorion.com/blog/2015/01/27/hallucinations-en-altitude-a-davos-des-super-riches-se-font-des-films-par-lazarillo-de-tormes/
Y'a que quand les riches, les très riches et les super-riches seront tous en Nouvelle-Zélande, les super-riches seront riches, les trés riches seront la classe moyenne et les riches seront pauvres. Quand au Néo-Zélandais de base...

@ Anne Josnin

> Le problème qui peut se poser, si on supprime le lait de vache, c'est par quoi le remplacer ? Pour 3 litres de lait journalier, en moyenne et en saison, il faut 1 chèvre, ou 1 brebis, ... ou 1/10ième de vache. Le lait de vache reste le moins cher (voir Lactalis ^^) et le plus facile à produire pour nourrir le plus de population même si sa qualité est mise en question.
En caricaturant, vaut-il mieux respirer de l'air pollué que de ne pas respirer du tout.
C'est un aliment qui reste, en l'état des choses, incontournable dans l'alimentation des masses même si imparfait. Je dis ça, j'ai pas d'action chez Lactalis et je ne suis pas producteur de lait. En plus, bébé, j'étais lacto-incompatible avec ma mère et avec les vaches, j'ai été élevé au lait de chèvre.

@ franz

> Tu connais l'histoire du randonneur qui arrive en fin d'après-midi dans un champ où il voit un vieux paysan en train de faire la traite ? Non ? Bon, alors il s'approche du vieux et il lui demande l'heure. Le paysan pivote sur son tabouret, derrière lui il y a le taureau et il lui soulève les testicules.
- il est 18 h 38 !
Le randonneur est estomaqué. Pfiuuu, non mais quelle science chez chez les vieux du terroir !!!
- Hé mais comment vous faites pour savoir si précisément l'heure en soupesant les machinchoses du taureau ?
- Je les soupèse pas, ça me gène pour voir le clocher du village, là bas !"
______

Écrit par : Yann / | 24/08/2016

TOTALITAIRE ?

> Pour ceux qui ne l’ont pas déjà lu, lisez 'La dérive totalitaire du libéralisme' de Mgr Schooyans, membre de l’Académie Pontificale des Sciences Sociales.
L’ouvrage est honoré d’une lettre personnelle de saint Jean-Paul II ; après avoir lu cela, il ne reste plus que deux solutions pour continuer à prétendre que ce dernier était libéral (et que 'Centesimus Annus' était une encyclique libérale) : mentir ou perdre la mémoire.
Vous le trouverez gratuitement et légalement là : http://michel-schooyans.org/images/publications/LivresFR/1995DeriveTotalitaireLiberalisme.pdf
On peut également lire avec intérêt son cours sur les idéologies consacré au communisme.
Et se rappeler que le libéralisme est qualifié d’idéologie par 'Octogesima adveniens' de Paul VI.
Une idéologie c’est pour faire court une vision du monde comme totalité fermée (qui peut mêler idées philosophiques, scientifiques, etc…) Bien évidement dans la réalité, le monde n’est pas une totalité fermée. Ici l’idéologue apporte des réponses à toutes les questions en extrapolant les réponses qu’il connaît quand il ne sait pas. Les conséquences en sont délétères quant au rapport à la réalité et sur le plan social. Il cite à un moment Alain Besançon à propos de Lénine : « Il croit qu’il sait. Il ne sait pas qu’il croit. » A mon sens il en va un peu de même avec le libéral. Ce qui, je le comprends ainsi, fait parler le pape François de « conception magique du marché ».
Vous le trouverez là : http://michel-schooyans.org/images/publications/LivresFR/1989IdeologiesContemporaines.pdf
Plein d'autres à lire là: http://michel-schooyans.org/fr/livres
______

Écrit par : ND / | 24/08/2016

PRIX PLANCHER

> Il serait temps d'intégrer des prix plancher à l'échelle européenne au moins. L'Europe doit servir plus à "réguler" et placer des garde-fous qu'à normaliser et imposer une concurrence déloyale (comme si on faisait jouer au basket des poussins contre des seniors). Ce qui favoriserait les productions locales et les circuits courts.
Cette logique de fuite en avant ne peut plus durer. Il n'est pas admissible de jouer au Monopoly avec l'alimentation et de prendre le risque de perdre notre indépendance alimentaire (les mauvaises récoltes en France devraient faire réfléchir).
______

Écrit par : Airault Alain / | 24/08/2016

@ Yann

> Par quoi le remplacer? Et bien par rien, si ce n'est des fruits et des légumes, de l'eau, naturellement riches en calcium, et pour les nourrissons le lait maternel.
Tout le discours autour de la nécessité du lait est construction récente, après-guerre dans un premier temps pour lutter contre la dénutrition des populations, les producteurs de lait soutenus par l'Etat Français, puis très vite pour écouler le surplus de production nationale, le lobbying agricole déjà très actif (le fameux verre de lait dans les écoles dont parle Pierre Huet).
D'où l'exception française, avec ses 5 produits laitiers en contradiction avec les recommandations de l'OMS.
Même l'Express en parlait déjà en 2012: http://www.lexpress.fr/styles/saveurs/la-verite-sur-le-lait-en-boire-ou-pas-telle-est-la-question_1133287.html
Un extrait:
"Thierry Souccar: "Les trois à quatre produits laitiers conseillés par le Ministère de la santé et l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (l'INPES) représentent une trop grande quantité. Nous sommes l'un des premiers producteurs de lait en Union Européenne et aussi l'un des premiers annonceurs: il leur faut écouler les stocks. Les enjeux sont plus économiques que sanitaires. La situation est anormale: les congrès médicaux sont payés par des industriels de la production laitière, cela pose un problème de conflit d'intérêt pour ces médecins qui ne sont pas complètement indépendants.
En outre, beaucoup d'études étrangères ainsi que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) préconisent au maximum 2 produits laitiers par jours (soit 500g environ, ce qui équivaut à une portion de fromage de 40g et un verre de lait ou un yaourt). Au-delà, il existe des risques de favoriser les maladies."
______

Écrit par : Anne Josnin / | 25/08/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.