Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2016

La fable d'une "radicalisation" sans contexte

daech,nice

...empêche de comprendre les faits :


 

Le terme de "radicalisation" est un de ces leurres dont les politiques raffolent : ce milieu fabrique des mirages pour esquiver les réalités. Ainsi, dire que X. ou Y. se sont "radicalisés" (sans précision), c'est laisser entendre que n'importe qui peut devenir djihadiste du jour au lendemain : comme s'il s'agissait d'un virus hors-sol, dénué d'origines et de contexte. A propos du massacreur de Nice, on a commencé par nous dire qu'il n'avait aucun contact islamiste et qu'il n'était pas religieux du tout. On en a donc conclu qu'il s'était "radicalisé" par magie, comme ça, d'un seul coup, tout récemment... Peut-être le jour où il a loué le camion ?  ou quand il a pris le volant ? ou quand il a embrayé la troisième ?

Si nos politiques se satisfont de ce genre d'inepties, les citoyens sont plus lucides. On voit même des journaux s'interroger. Dans Le Monde du 17/07 (débats et analyses), Yves Trotignon relativise le mythe du "loup solitaire". Le "loup", dit-il, n'est jamais "solitaire" : il dispose souvent d'une petite base arrière de copains de quartier. Il est "autonome, mais pas sans liens" : les sites internet djihadistes sont extrêmement fréquentés, leurs lecteurs baignent dans cette sous-culture de carnage, et ils y recourent le jour où leur vient - éventuellement pour une raison personnelle - le désir de passer à l'acte. Après quoi Daech n'aura plus qu'à revendiquer... C'est ce qui vient d'arriver à propos de Nice, pour la honte renouvelée de commentateurs qui nous assuraient, trois heures plus tôt, que rien ne permettait d'attribuer cette tuerie à l'islamisme.

Trotignon explique : pour Daech, le pseudo-solitaire représente "le combattant idéal, répondant aux appels lancés depuis des années par les principaux groupes de la mouvance". Le massacreur de Nice connaissait nécessairement ces appels. Et "c'est à Younes Al-Mauritani, un stratège d'Al-Qaida dont les réflexions sont essentielles, que l'on doit véritablement le projet de voir agir, dans les villes occidentales, des djihadistes isolés menant de façon largement autonome de véritables actions de harcèlement. Il s'agit ainsi de provoquer un effet sécuritaire et politique sans commune mesure avec les moyens effectivement employés."

D'où l'absurdité de l'état d'urgence avec ses patrouilleurs inutiles. La seule guerre efficace serait celle des services de renseignement (extérieurs mais surtout intérieurs, sur le terrain) ; des services à refondre pour les rendre efficaces... M. Hollande ne veut pas en entendre parler, et l'ectoplasme de la radicalisation continue à hanter France Info.

 

01:55 Publié dans Idées | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : daech, nice

Commentaires

PSY

> Sujet "radicalisé" ou souffrant de troubles mentaux ? Qu'a-t-on dit pour le pilote de l'avion de Germanwings auteur de 149 morts en mars 2015 ?

JRL


[ PP à JRL - Le pilote allemand n'entrait pas dans le cadre "objectivement idéologique" de Bouhlel. Quant à ce dernier, sa pathologie mentale (loin d'être avérée) ne serait pas contradictoire avec l'imprégnation de la propagande sanguinaire de Daech. Au contraire : Daech, comme tous les totalitarismes, mise sur les fragilités psychiques. ]

réponse au commentaire

Écrit par : JR Larnicol / | 17/07/2016

ON SE SUICIDAIT SEUL

> J'ai vu aujourd'hui sur i-télé un sociologue qui rejetait cette thèse de la radicalisation express ou de la folie psychiatrique et qui parlait de nihilisme. Il développait l'idée d'une culture de la mort mais malheureusement n'est pas allé jusqu'au bout en faisant le lien avec le civilisation moderne.
Mais en a-t-il eu le temps vu les 5 minutes qu'on lui donnait ? et surtout, j'ai bien l'impression que les présentateurs du plateau étaient largués.
Mais il a fait le lien avec le tueur des plages de Sousse en Tunisie, le pilote de ligne allemand qui a écrasé sont avion à Barcelonette, Breivik en suède ou celui d'Orlando. Tous en état de fragilité psychologique, certes, mais absolument pas cliniquement fous et ne trouvant que le carnage et la mort des autres pour évacuer leurs frustrations et leurs souffrances.
Autrefois, on se suicidait seul.
______

Écrit par : VF / | 17/07/2016

ÉCHEC SOCIAL

> L'invocation du "terrorisme" paraît être devenue le mantra pour masquer l'échec social.
Le consensus global à évoquer assez systématiquement le "terrorisme" et l'instrumentaliser politiquement en le répliquant sur des smartphones fabriqués avec des "minerai de sang" avec la caution des milieux financiers qui recyclent les commissaires européens porte à s'interroger sur la crédibilité du discours de l'Europe.
______

Écrit par : Patrick / | 17/07/2016

EXACT

> Exact. La seule action efficace serait celle des services de renseignement. À l'israëlienne : identification des cellules, infiltration/isolement, élimination. Sans haine, mais également sans pitié. À Nice, nous avons franchi une étape supplémentaire : la population sait maintenant que face au péril, l'Etat est totalement impuissant... La situation peut très vite tourner à la guerre civile. Je l'avoue : j'ai peur. Très peur.
______

Écrit par : Feld / | 17/07/2016

NOM

> Ça porte un nom : manipulation.
______

Écrit par : Alain De Vos / | 18/07/2016

PAS NIHILISTES

> Les RG auraient été probablement les plus à même de mener cette guerre de l'intérieur.
"j'ai vu aujourd'hui sur i-télé un sociologue qui rejetait cette thèse de la radicalisation express ou de la folie psychiatrique et qui parlait de nihilisme"
On ne comprendra rien à ce genre d'acte si on continue de parler de nihilisme ; c'est en fait tout l'inverse du nihilisme puisqu'on est dans le cadre du martyre sauce islam. Les nihilistes, c'est l'Occident qui n'est plus capable de produire que l'homo festivus festivus.
______

Écrit par : Vince / | 18/07/2016

> Pourquoi "Fêlé" (lol) ?

F.

[ PP à F. - Mais parce que c'était bel et bien le mot figurant en signature ! J'en ai été le premier surpris. Je vais rétablir "Feld". ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 18/07/2016

@ PP

> À tous les coups : l'outil de correction auto du smartphone à partir duquel je rédige mes messages (je suis en vacances à l'étranger ). Là : il insiste pour "Gel". Grrr...

Feld


[ PP à Feld :
- Parce que vous avez un smartphone ? Shame on you.
- Reviens, Ned Ludd ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 18/07/2016

SMARTPHONES

> Ouh! Feld a un smartphone! Ouh Feld à un smartphone! (à chanter en dansant en rond la danse du totem de Lucky Luke autour de Feld).
Ceci dit, il parait que mon ministère envisage de nous obliger à être équipé de smartphones pour le dialogue numérique ou l'évaluation en temps réel des "compétences du socle" des élèves. Rien d'officiel pour le moment : mais par contre, des inspecteurs nous suggèrent de demander des tablettes en classe qui seraient connectées en continu afin d'évaluer ces dites compétences (notamment le fameux "savoir être").
______

Écrit par : VF / | 18/07/2016

A Vince,

> je pense que le sociologue a en grande partie raison. Le tueur s'est "radicalisé" trop vite. Il n'a pas pu adhérer à cette idéologie si vite. Il a plongé dedans attiré par l'extrême violence destructrice qu'il y a trouvé et qui lui était plus proche par l'aspect culturel je pense (islam etc.). Mais, vu ce que l'on dit du personnage, j'imagine qu'il était très ignorant de ce qu'est l'Islam, le djihadisme ou le salafisme. Il n'en connaissait que quelques vidéos gore et quelque slogan de Daech. Par contre, sa haine des autres, son goût pour la violence, la mort et la destruction sont établis et cela remonte à loin selon le procureur.
______

Écrit par : VF / | 18/07/2016

à Vince :

> il ne faut pas oublier d'où vient le terrorisme, les anarchistes nihilistes... J'avais entendu une fois dans l'émission "Rendez vous avec X" de France Inter que la pratique de l'attentat-suicide avait été introduit au Proche-Orient, dans les territoires palestiniens par une organisation d'extrême-gauche japonaise qui aidait la guérilla palestinienne ! (à l'époque, la résistance palestinienne était laïque).
______

Écrit par : Marie / | 19/07/2016

HOLLANDE ET "LA MORT"

> La radicalisation sans cause et a fortiori sans contexte est une donnée du politiquement correct de notre Hollandie, tellement mal à l'aise avec la métaphysique, la transcendance… avec Dieu, car il faut bien nommer ce souverain Bien qui lui semble tellement étranger.
Dans cet ordre de choses, M. Hollande ne connaît que la mort dont il se goberge (cf. son interview du 14-juillet)* parce qu'il a le pouvoir, indirectement, de l'ordonner (étant chef des armées) et qu'elle lui conférerait soi-disant, à l'entendre (à entendre ce que suggère cette intimité revendiquée avec la mort), un statut à part, d'intouchable et de quasi-vénérable.
La vérité oblige à dire que le rapport du chef de l'Etat avec la mort est à bien des égards celui d'une justice surannée, celle de la loi du talion… Réagissant aux 84 morts dans un attentat à Nice, il annonce de nouvelles frappes en Syrie : mort pour mort, il semble ne connaître que cette réponse, issue, impasse.
Mais la diplomatie ? Les moyens nécessaires pour venir à bout de l'Etat islamique ? La vision du monde qui justifie la guerre à conduire au Proche et Moyen-Orient ? Le choix de civilisation – conduit par l'amour ou la haine du prochain ? A confier par exemple aux disciples du Christ, les plus crédibles en ce domaine… Pas un mot sur ces questions.
Qu'on se le dise : le contexte, pour M. Hollande, c'est la mort… Qui semble écraser toute autre considération !

* « Etre président de la République c’est être confronté à la mort, c’est être confronté à la tragédie, c’est être confronté au drame. Et si on n’est pas préparé, alors… ». Il avait précédemment déclaré : « Voilà ce qui vous change : la mort habite la fonction présidentielle ».
______

Écrit par : Denis / | 19/07/2016

à VF,

> On peut imaginer ce qu'on veut. Les faits sont que :
- L'islam propose une eschatologie (et un messianisme millénariste) ; on ne peut donc pas accuser les islamistes, quels qu'ils soient, de nihilisme. Il faut se mettre dans le crâne qu'idéologiquement on est ici à des années lumières du terrorisme du XIXe.
Dans une contrefaçon grotesque du martyre chrétien, l'islam propose aussi un martyre - de mourir pour sa foi en Dieu. Le martyre religieux par définition ne peut être un nihilisme.
- Le nihilisme, ce culte du rien, est propre à l'Occident, la seule civilisation qui ait délibérément tué Dieu. Dire d'un islamiste qu'il est nihiliste, c'est n'avoir compris ni l'un ni l'autre des termes.
Par ailleurs je ne vois pas selon quelle loi il serait impossible de se "radicaliser trop vite".

Vince


[ PP à Vince :
Martyre chrétien et "martyre" islamiste sont aux antipodes l'un de l'autre.
Le martyr chrétien ne se laisse tuer que s'il le faut pour ne pas renier le Christ, qui a Lui-même donné sa vie pour la multitude ; le chrétien n'est martyr que s'il a été tué "en haine de la religion" par des non-chrétiens.
A l'opposé, le "martyr" islamiste cherche délibérément la mort en tuant les autres. Dans les cas de bombe humaine, ce n'est qu'un suicide prémédité. Et par dérive, les régimes et organisations islamistes qualifient de "martyrs" tous leurs membres mourant de mort violente. (Exemple : Erdogan, avant-hier, qualifiant de "martyrs" ses soldats et policiers tués en combattant les putschistes : musulmans contre musulmans, donc la foi en Allah n'est pas en cause). ]

réponse au commentaire

Écrit par : Vince / | 19/07/2016

SECTES ?

> Cher Vince,
je ne parle pas des djihadistes (je connais assez bien l'Islam). Je parle du tueur de Nice. Lui, l'Islam, il connait pas ou presque. Si l'on en croit les infos, il s'est radicalisé par le net en quelques jours. Il ne peut pas avoir étudié et assimilé le salafisme en quelques jours. On parle de deux choses différentes.
Se radicaliser trop vite n'est pas une loi, mais une impossibilité. Se radicaliser, c'est retourner aux racines, comme le disent nombre de salafistes qui veulent donc vivre comme le prophète lui-même. Ce n'est pas un objectif atteignable en 15 jours, même à coup de vidéos de Daech. Je veux dire par là, que le tueur de Nice n'avait pas le corpus idéologique ou spirituel en tête. Il se gavait de vidéo de décapitations et de clip guerrier mais pas de prêches longs et lourds ou de textes des différents émirs saoudiens ou de Daech. Je ne suis même pas sûr que l'on ait trouvé un Coran chez lui. C'est un type de 30 ans issu de la culture geek et vidéo et des boites de nuit de la Côte d'Azur. Regardez Timbuktu, on y voit le salafiste qui fait la leçon à l'imam du bled. Voilà ce dont je parle. les "vrais" djihadistes ont un bagage politique et religieux élevé (Mohamed Atta pour le 11 septembre).
Par contre, oui, certaines familles (confréries) de l'Islam donnent un cadre existentiel, métaphysique et politique à des jeunes perdus dans notre société nihiliste et déshumanisée. Mais c'est à l'image de nombre de sectes.
______

Écrit par : VF / | 19/07/2016

@ PP
> entièrement d'accord évidemment sur la différence des signifiés du vocable "martyre" - c'est ce que j'entends par contrefaçon. Il n'empêche que via cette eschatologie et ce messianisme mahdiste, l'islam dit radical propose un "tout" bien packagé et non un nihilisme.

@VF
> On peut se "radicaliser" en 15 j ou même en 1 j ou même en une heure, si par radicaliser on entend l'acte de prendre une mesure radicale pour atteindre une fin ou un objectif précis.
En l'occurrence Daech, qui professe un islam radical, un islam de retour aux racines en effet, a convaincu rapidement via sa propagande cet individu de passer à l'acte, de façon préméditée et pensée.
Que celui-ci soit "déséquilibré", ait une culture de l'islam rudimentaire etc, n'a aucune importance pour une petite main de Daech - un "crash course" sur le parfait martyre suffit. Inutile d'avoir le niveau d'un cheikh, émir ou mufti ou que sais-je pour être qualifié d'islamiste radical.
______

Écrit par : Vince / | 20/07/2016

@ Vince et PP

> Dans les pays arabes, le terme de 'martyr' est employé sans lien avec son sens de témoin, mais est devenu presque synonyme de 'victime'.
En Syrie, on voit un peu partout des photos de "martyrs" en treillis: ce sont des militaires tués au combat contre les terroristes.
Dans les communiqués officiels le mot en vient à désigner les victimes civiles des bombardement par les rebelles ou par les Occidentaux.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 20/07/2016

Cher Vince,

> Franz met un lien qui va nous réconcilier dans le sujet sur Nice (https://www.opinion-internationale.com/2016/07/19/lahouaiej-bouhlel-le-tueur-de-nice-est-il-fou-ou-terroriste-lanalyse-de-patrick-amoyel-psychanalyste-nicois-specialise-dans-linterculturel_45801.html)
Le tueur baignait dans une éducation et une culture "islamiste" et ne s'est donc pas radicalisé en 8 jours et, comme vous le dites, il sait bien ce qu'il fait au nom d'une des visions de l'islam.
______

Écrit par : VF / | 21/07/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.