Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2016

Transfert de M. Barroso chez Goldman Sachs à Londres

8185320-12781629.jpg

L'oligarchie financière défie ouvertement les peuples européens :


 

La nouvelle est d'une telle insolence qu'on a du mal à y croire. Président de la Commission européenne de 2004 à 2014 - deux mandats successifs -, José Manuel Barroso vient d'être nommé président-conseiller de Goldman Sachs International, branche  de la sulfureuse mégabanque américaine (installée à... Londres) !

On sait que Goldman Sachs a joué un rôle infernal dans la crise de 2007-2008, puis dans la catastrophe de la Grèce ; et que M. Barroso a voué ses dix années de présidence bruxelloise à faire de l'UE ce que dénoncent aujourd'hui (un peu tard), nombre de commentateurs [1] : "le valet de la finance internationale".

Sa mission maintenant ? Aider Londres à noyer le Brexit dans de la technocratie financière [2]... "José Manuel va apporter une analyse et une expérience immense à Goldman Sachs et notamment une profonde compréhension de l'Europe", déclare la mégabanque.

L'expérience "immense" de "José Manuel" est pourtant l'une des raisons qui ont fait naître l'euroscepticisme - voire l'europhobie - parmi les populations du continent. Sa carrière est si symptomatique qu'on dirait une allégorie anticapitaliste au second degré : atlantiste inféodé à G.W. Bush et collaborateur de l'invasion US de l'Irak [3], donc installé à Bruxelles en juin 2004 sous l'impulsion de Tony Blair, M. Barroso devenu président de la Commission s'est opposé à toute régulation du système financier... Reconduit à la tête de la Commission en 2009 par les gouvernements européens (malgré la crise provoquée par la dérégulation financière), il engage l'UE dans le piège du traité transatlantique de libre-échange, qui se met en place inexorablement malgré la révolte croissante de l'opinion et quelques rodomontades de gouvernants...  Il faut ajouter à cela, par exemple, le fait que M. Barroso ait voulu imposer - au mépris des opinions nationales - la directive Bolkestein libéralisant les services. Ou sa pression obstinée en faveur de l'industrie biotechnologique. Ou l'aggravation constante des conflits d'intérêts dans les sphères "scientifiques" et dirigeantes de l'UE - censées rendre des arbitrages dans des domaines engageant la santé publique...

L'indécence du transfert de M. Barroso chez Goldman Sachs "éclabousse toute l'Union", affirment nos médias. Mais ils admettent que ce transfert "n'a violé aucune règle" et que "c'est là le problème" [4].

Ils devraient aller plus loin, et admettre que cette absence de règle révèle la véritable nature de l'UE. Loin d'un fédéralisme qui reste l'idéologie de moins d'1% des Européens, et encore plus loin de toute idée de politique économique, l'Union n'est qu'une technocratie au service de la dérégulation financière.

Inutile d'objecter "l'idéal" ou "le rêve",  jamais concrétisés sinon dans des réalisations mineures (l'éternel argument Erasmus) ; réalisations qui eussent pu naître d'accords d'Etat à Etat... La véritable nature de l'UE est celle d'une utopie (le libre-échangisme absolu), imposée par la voie technocratique dans l'intérêt d'une oligarchie.

Les faits sont là. Tant que nos commentateurs et nos dirigeants ne les reconnaîtront pas, ils verront s'amplifier ce qu'ils nomment "populisme" par un abus de langage qui ne trompe plus personne. Un "populisme" que l'indécence de M. Barroso va encore renforcer.

 

________

[1]  cf. p. ex. notre note d'hier.

[2]  Notre note du 30/06.

[3]  Premier ministre portugais, il avait mis ses aéroports à la disposition des vols secrets de la CIA transportant des "suspects" arrêtés au mépris du droit des gens.

[4]  Jean Quatremer, liberation.fr, 9/07.

 

Euro goldman sachs.jpg

 

goldman-sachs-rouleau-compresseur.jpg

Commentaires

LA BOETIE

> C'est l'Empire tel que la notion est appréhendée ici:
https://comptoir.org/2016/07/04/brexit-lempire-la-nation-et-la-cite/
Ne m'en veuillez pas de citer encore Etienne de La Boëtie:

"Ce sont donc les peuples mesmes qui se laissent ou plutost se font gourmander, puis qu'en cessant de servir ils seroient quittes; c'est le peuple qui s'asservit, qui se coupe la gorge, qui aiant le chois ou destre serf ou destre libre quitte sa franchise et prend le ioug: qui consent à son mal ou plustost le pourchasse. Sil lui coustoit quelque chose a recouvrer sa liberté ie ne l'en presserois point; combien qu'estce que lhomme doit avoir plus cher que de se remettre en son droit naturel, et par maniere de dire de beste revenir homme ? "

Ou encore, sur nos responsabilités (le mal est-il si extérieur, ne sommes-nous pas complices, a minima tacitement ?):

"D'où a il pris tant d'yeulx, dont il vous espire, si vous ne les luy avez baillés ? Comment a til tant de mains pour vous frapper, s'il ne les prend de vous ? Que vous pourroit il faire, si vous n'estiés receleur du larron qui vous pille, complices du meurtrier qui vous tue, et traistres à vous mesmes ?"

Autrement dit:
Où sont nos Jacob pour lutter contre l'ange et franchir le Yabboq, arriver dans la ténèbre à la terre promise, vers l'inconnu dérangeant, vers une promesse d'existence nouvelle, laissant derrière les mensonges, les lâchetés, les compromissions que nous nous autorisons envers nous-mêmes, à chaque nouvelle déflagrante (le fameux plus c'est gros, plus ça passe) de l'envergure de celle-ci, je me demande quand serons-nous enfin à peny’el ?
______

Écrit par : Aventin / | 09/07/2016

MARXISME ET LIBÉRALISME

> Je ne sais si ce detail est pertinent. J'avais lu quelque part, et je viens de la verifier sur Wikipedia en langue anglaise : dans sa jeunesse, M. Barroso faisait partie d'un groupe maoïste et du parti communiste portugais. Il faut admettre que passer du maoïsme à Goldman Sachs est un exploit. Faut le faire !...

P. JCA


[ PP au Père A. - Il y a de nombreux précédents : à la fin des années 1970, nombre d'anciens militants trotskistes français sont devenus politiciens, publicitaires, voire grands patrons dans les assurances ou la banque. Aux USA, les "néoconservateurs", ultralibéraux bellicistes qui ont semé le désastre au Proche-Orient, étaient d'anciens trotskistes... La parenté entre libéralisme et communisme est implicite dans le 'Manifeste' de Marx en 1848. ]

réponse au commentaire

Écrit par : P. Jean-Claude Alleaume / | 09/07/2016

> Aucune leçon n'est tirée du Brexit !
______

Écrit par : Arnaud Le Bour / | 09/07/2016

TOUJOURS PAS

> Nous ne pouvons plus grand chose pour ceux qui n'ont toujours pas compris. Il y a quand même des limites à ne pas franchir.
______

Écrit par : BCM / | 09/07/2016

EX-MAOS

> Quelques précisions supplémentaires sur le sort, fort enviable, de quelques anciens maoïstes (bien représentés en France aussi) et les renvois d'ascenseur, par Asselineau :
https://www.youtube.com/watch?v=EOI-tUHWSHU&app=desktop
...confirmées dans 'l'Humanité' en ce qui concerne le rôle éminent d'un certain "Franck Carlucci, agent de top niveau de la CIA"
http://www.humanite.fr/blogs/commission-europeenne-barroso-et-juncker-anciens-maoiste-et-trotskiste-reperes-par-la-cia
______

Écrit par : Isabelle / | 09/07/2016

@ BCM

> Toutes les limites médiatico-politico-financières sont pulvérisées, sans vergogne (délibérément ?) , vers où que l'on se tourne. Comme s'il fallait rééduquer la masse à accepter sa vraie condition, celle du troupeau docile et consentant.
______

Écrit par : Yann / | 10/07/2016

LA FINE POINTE

> Chez nous, le plus représentatif des gaucho-libéraux, pas cité dans les commentaires ci-dessus, c'est l'omniprésent Cohn-Bendit.
Tout ceci tendrait à indiquer que la fine pointe de la Gauche n'est pas la justice économique mais la déstructuration de la société.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 10/07/2016

À QUOI S'EN TENIR

> Apparemment, on sait de plus en plus à quoi s'en tenir avec les anciens commissaires européens, l'exemple de M. Barroso n'étant pas le seul :
http://www.nltimes.nl/2016/05/05/uber-hires-fmr-dutch-transit-minister-neelie-kroes/
______

Écrit par : Sven Laval / | 10/07/2016

'BRAVE NEW WORLD'

> Je pense que c'est plus grave que du simple opportunisme et du banal intérêt, auquel on ne peut pas tout réduire.
Le cas des gens comme Barroso ou Cohn-Bendit et bien d'autres, venus de l'ultra-gauche et qui sont d'origine des idéologues, est révélateur: ils se sont rendu compte que le 'Meilleur de Monde' de Huxley (qui savait de quoi il parlait, son frère étant un illustre biologiste et eugéniste militant) ce 'Brave new world', donc, était encore plus déshumanisant que le totalitaritarisme nazo-soviétoïde d'Orwell dans 1984, dont certains personnages, malgré leurs faiblesses gardaient des sentiments humains. La technocratie supranationale et financière lorgne vers le 'Brave new world'.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 11/07/2016

SUMMUM

> Tout au long de l'histoire des hommes, les puissances d'argent ont toujours eu le dernier mot (mais là, on atteint le summum).
Et après, on dit que désespérer n'est pas une attitude chrétienne... Ben voyons.

Feld


[ PP à F. - Ça dépend de quoi (ou de qui) on désespère ! Désespérer des idoles est recommandé. Désespérer du Créateur ne l'est pas... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 11/07/2016

DRAGHI

> Réflexion faite et pour se consoler, c'est nettement moins grave que l'inverse, par exemple Mario Draghi, falsificateur de la comptabilité nationale grecque quand il dirigeait la branche européenne de G&S, devenant président de la BCE.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 12/07/2016

BARROSO ET LA C.I.A.

> Cela accrédite la thèse jamais confirmée ni infirmée que M. Barroso a bien été retourné par la CIA et en est resté a minima sous son contrôle.
(Président des étudiants maoîstes à la révolution des oeillets, parti ensuite pour les USA [comment, quels moyens ? son CV est quasi muet sur cette période], tout porte à penser que sa carrière a été appuyée par la CIA, à laquelle il rendu parfois ouvertement service [a ouvert aéroport et espace aérien portugais aux avions américain transportant prisonniers politiques vers Guantanamo]).
Il fait maintenant officiellement parti de l'Establishement gouvernant le monde !
(Goldman Sachs, c'est bien la banque qui a expliqué à la Grèce comment trafiquer ses comptes pour accèder au "graal de l'Euro" ... et cette dernière s'est ensuite retrouvée ruinée ... cette "noble" institution l'a alors abandonnée.)
.... sous le règne de Mammon ...
______

Écrit par : franz / | 19/07/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.