Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2016

Brexit : du calme et de l'analyse...

Brexit blog.png

La victoire du vote  out  recèle de multiples paradoxes :


 

"Séisme", "catastrophe", "traumatisme", aucun terme n'est trop fort pour les eurofédéralistes qui sont 1 % de l'opinion mais règnent sur nos médias. "La seule explication du vote anglais d'hier, disent-ils en gros, est que les non-diplômés avaient mal compris la question." L'indignation des élites envers le peuple déborde de nos newsrooms ce matin : "l'optimisme des marchés" les avait informées que le vote in  allait l'emporter ;  les électeurs anglais viennent de faire un bras d'honneur aux marchés.

Mais la victoire du vote out est aussi celle d'ultralibéraux tel Boris Johnson : ceux pour qui Bruxelles - quoique machine libérale - était encore un frein... Le Brexit a été implanté dans l'opinion britannnique à coups de symboles Old England (croix de Saint-Georges et Britain First), mais son but véritable est de fabriquer une petite Angleterre de la finance mondiale : d'où la besogneuse sérénité de la City, où les financiers, arrivés dans leur bureau exceptionnellement à cinq heures ce matin, déclarent : "ce sera une grosse semaine mais il n'y a pas de panique." De même David Cameron, déclarant à neuf heures - sans vergogne - que le Brexit n'aura pas de conséquences sur l'économie britannique... alors qu'il faisait semblant de croire le contraire depuis six semaines ! On apprend aussi que les négociations de sortie de l'UE prendront deux ans, qu'elles seront complexes et techniques, donc fort ennuyeuses, et qu'elles se doubleront de négociations pour un traité de libre-échange entre Londres et Bruxelles. Tout ça va calmer les fièvres.

Autre paradoxe : le nationalisme anglais se croit vainqueur mais va déchanter. David Cameron a déclaré ce matin : "le Royaume-Uni continuera à vivre hors de l'Union européenne." Rien n'est moins sûr : l'Ecosse et l'Irlande du Nord ayant voté in, Nicola Sturgeon (Premier ministre d'Ecosse) laisse entendre qu'un nouveau référendum d'indépendance va se tenir ; Gerry Adams (président du Sinn Fein) demande un référendum de réunification irlandaise [*]. En votant out, les Anglais ont cru revenir de 2016 à 1966 ou 1866 ; ils risquent de revenir à 1706, avant l'Acte d'Union : ce qui donnera un hangover [**] aux super-patriotes.

Et il y a d'autres paradoxes. Voyant l'impasse d'une Europe dénuée de sens (sinon technocratique et financier), nos dirigeants parlent de "relancer le projet européen" sur le continent. Si "relancer" signifie renforcer la mécanique bruxelloise et les abandons de souveraineté, comme le voudrait Le Monde,  c'est l'explosion populaire garantie. Mais "relancer" peut-il consister (comme le voudrait Hubert Védrine) à convoquer une conférence de refondation, pour faire le bilan de Maastricht et repartir sur d'autres bases ? Il faudrait pour cela que nos dirigeants deviennent capables de renoncer à l'algorithme bruxellois, programmé - par l'Argent - pour dévitaliser les démocraties nationales. Ce serait un miracle. Est-il envisageable ?

Certains commentateurs, ce matin, estimaient que le Brexit vient de mettre fin au dogme imposé par les élites depuis vingt ans : "l'UE c'est le bien, l'euroscepticisme c'est le mal". Ce dogme était une utopie "téléologique", dit Védrine : il postulait un sens de l'histoire - ou de sortie de l'Histoire - selon lequel la construction européenne version Maastricht était irréversible. Nous venons de voir qu'elle ne l'est pas ; ce fait en lui-même (et quant à lui) est dénué d'ambiguité. La fin de l'utopie n'est pas la fin du monde : c'est un retour aux complications du réel. Ses conséquences pourront surprendre.

 

_______________

[*]  Les deux Irlande étaient rapprochées dans le cadre de l'UE ; le Brexit va de nouveau les séparer par une frontière.

[**]  gueule de bois.

 

Commentaires

VÉDRINE

> Votre analyse me parait excellente et me fait regretter ,une fois de plus,que la France n'ait plus Hubert Védrine comme ministre des Affaires étrangères,le seul ministre socialiste(voire ministre tout court ...) qui m'ait toujours inspiré une admiration sans réserve.

Girondin


[ PP à G. - Qu'il ait été écarté des affaires en dit long sur la vassalisation. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Girondin / | 24/06/2016

LEUR "PROGRÈS"

> Coup d'arrêt hautement symbolique au Mythe, que dis-je , à la religion du sens de l'histoire et du progrès. Oui!
Réflexion éclairante du funeste Jacques Attali:
http://blogs.lexpress.fr/attali/2016/06/20/sanctuariser-le-progres/
______

Écrit par : Pierre Huet / | 24/06/2016

MOINS

> Selon l'infographie du Guardian, c'est moins la City que l'Angleterre profonde et souffrante qui à choisi le "Out".
http://www.theguardian.com/politics/ng-interactive/2016/jun/23/eu-referendum-live-results-and-analysis

PH


[ PP à PH - Oui. Mais...
cf ce que je dis dans ma note. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 24/06/2016

PARADIS FISCAL

> La conséquence du Brexit… et conquête suprême de la finance ultralibérale, ne serait-ce pas que la Grande-Bretagne va devenir purement et simplement et très officiellement un paradis fiscal, ce qu’elle est déjà dans une large mesure, perfidement, pour la honte de l’Europe… ?
Reste à savoir quoi faire de ces millions de pauvres britanniques qui n’ont pas la City pour bouffer ? L’émigration vers l’Europe ou les Etats-Unis ?
Dans ma paroisse, nous avons accueilli deux familles de réfugiés irakiens… Demain, deux familles galloises ou écossaises ? (anglaises, j’y arrive pas encore… j’espère en être capable un jour).
______

Écrit par : Denis / | 24/06/2016

R&D

> Je passe beaucoup de temps en usine en UK ( Angleterre et Pays de Galle) Ils ont voté non pour de mauvaises raisons. La plus part mettaient en avant leur peur de l immigration et plus précisément celle de l'Europe de l Est. Mais cette immigration n a rien à voir avec l'EU car ils ne font pas parti de Schengen.....
Sinon il y avait une vraie fracture entre l'usine ( cadre compris) et le centre R&D ou ils ont principalement voté Remain. Au R&D ils sont plus au contact des autres pays européens ce qui peut expliquer. Mais personne ne m'a jamais vraiment parlé de business ou finance, cela n'a pas vraiment pesé dans leur choix.
______

Écrit par : Seb / | 24/06/2016

FAUSSE SORTIE ?

> Reste à savoir comment sera négocié la "sortie britannique" ... Leur "entrée" avait déjà eu un caractère exceptionnel, la sorite pourrait prendre des allures de fausse sortie ... Partenaire privilégié à influence sur la commission ...
Je demande à voir !
______

Écrit par : Benoit / | 24/06/2016

TOUT LE MONDE LA VOMIT

> Bon on pense la même chose de la question.
C'est délirant : on entend parler de "destin" ! Mais dans une société où tout est à l'échelle de l'individu et selon ses désirs, ce vocabulaire de la religion romaine n'a aucun sens.
On va voir si la reine Babeth va arrêter de toucher les aides européennes pour les hectares de terre à blé qu'elle possède en Beauce pendant que des milliers d'agriculteurs français crèvent de faim et que parmi eux il y a une tentative ou un suicide tous les deux jours.
Pour elle, pour les Grimaldi et les investisseurs ce sont des placements,pour d'autres ce serait un moyen de gagner leur vie.
Ces terres doivent être nationalisées et ce qu'elles rapportent doit alimenter un fonds d'aide aux paysans français en difficulté.
"La terre appartient à qui la travaille".
C'est valable aussi pour les purs investisseurs français. Non la terre agricole n'est pas un placement pas plus que l'eau et toute denrée de base.
Il paraît qu'après avoir acheté des terres agricoles en Afrique les Chinois en achètent en Berry
http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2016/02/04/L-offensive-chinoise-sur-la-terre-berrichonne-2613209
Voilà l'Union européenne qui est censée protéger les gens !
qu'on ne s'étonne pas si tout le monde la vomit.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 24/06/2016

VACANCES

> Il y aura bientôt le tour de France qu'un anglais peut à nouveau remporter. Et les vacances . Et beaucoup de choses se calmeront ....
______

Écrit par : BrunoK / | 24/06/2016

> Doit-on placer des missiles en Normandie ?
______

Écrit par : Benoit / | 24/06/2016

MAUVAISE FOI

> Ce matin, que de mauvaise foi partout: Attali veut supprimer le référendum, ou à tout le moins, mettre la barre à 60 %. Pascal Lamy a déjà dit que la procédure de départ allait prendre beaucoup de temps, des mois, des années, voire se diluer dans l'oubli de notre civilisation postmoderne.
Sur RCF, un invité, sous prétexte que les jeunes sont l'avenir de l'Europe, propose de donner le double de voix à un vote de jeune, et l'animatrice de reprendre "quelle belle idée !".
Toujours Lamy, l'argument pour expliquer que les français sont pro europe de Maastricht, est de rappeler la ferveur nationale sur l'euro... de foot !!.
Si on prend l'image du foot, c'est comme si l'arbitre était pour une des deux équipes et qu'il changeait les règle en fonction du déroulement du match.
En tout cas, tous cela fait sortir le loup du bois, et ils ne prennent même plus la peine d'enrober leur propos.
______

Écrit par : Pascal / | 24/06/2016

LIBÉRATION MENTALE

> Ce que j'espère, c'est l'impact psychologique sur les peuples d'Europe, à qui on fait croire effectivement que l'Europe est l'unique voie du progrès, c'est une libération mentale de l'emprise idéologique, c'est le retour des possibles. Quoi qu'en feront les élites toujours promptes à récupérer tout changement pour ne rien changer, et en pire si possible, le peuple anglais affirme ici à la face du monde: "yes, there is alternative". Merci à lui!
______

Écrit par : Anne Josnin / | 24/06/2016

BOOKMAKERS

> J'ai lu que les bookmakers avaient pariés sur le maintien. Mais un autre analyse dit le contraire : les montant pariés pour (le maintien) étaient nettement supérieurs à ce pariés contre; mais en réalité cela venait du fait que ceux qui avaient parié pour avaient en général mis de gros montants tandis qu'ayant mis de petits montants ceux qui avaient parié contre étaient nettement plus nombreux.
Les "petites" gens auraient été contre tandis que les "gros" auraient été pour ! Ainsi les "petits" majoritaires aussi dans les urnes ont raflé la mise. Les indices étaient là, il suffisait d'accepter de les lire ?
______

Écrit par : franz / | 24/06/2016

ESPOIRS

> Si ce Brexit amène un torpillage des accords du TIPP ce sera une très bonne chose.
Si le Brexit amène une réunification de l'Irlande ce sera un miracle magnifique et les irlandais pourront ajouter à leur panthéon de saints ... un anglais.
Mais bon, l'espoir fait vivre ...
Étrange que personne ne parle du TIPP à cette occasion. Enfin, pas vraiment....
______

Écrit par : bergil / | 24/06/2016

à PH ou + précisément son lien sur J.Attali ,

> Encore faudrait-il s'entendre sur ce qu'on appelle raison et progrès. La plupart des modifications à faible échelle ne sont pas nuisibles.
Ainsi, les premières exploitations du charbon apparaissaient raisonnablement comme facteur de progrès. Aujourd'hui raisonnablement on n'y voit guère un facteur de progrès. La raison a-t-elle changée ? La vision du progrès est-elle différente ? Je crois que ce n'est que le volume d'utilisation qui a changé, et bien malin qui y aurait pensé dès le début. Et pourtant sans ce moyen énergétique aurions-nous mécanisé notre(nos) production(s) ?
Quant à son idée de plusieurs votes, à majorité augmentée, espacés pour confirmer les grands changements ; elle semble irréaliste, là encore comment fixer la frontière ?
______

Écrit par : franz / | 24/06/2016

STIMULANTE

> Une chose dans cet événement en effet riche en paradoxes est stimulante pour l'esprit : la mise à mal de l'utopie téléologique, pour reprendre les termes fort pertinents de M. Védrine ; aucune construction humaine n'est intégralement irréversible. Peut-être est-ce faute d'avoir songé à cette éventualité, aveuglés qu'ils étaient par la certitude d'avoir raison d'une façon quasi-surnaturelle(*), que les "eurofédéralistes" semblent plongés dans la stupeur. Il faut prier pour que ces écailles leur tombent des yeux (à condition qu'ils le veuillent bien !).
(*) et pourquoi pas magique : http://www.telegraph.co.uk/books/what-to-read/celebrities-express-shock-at-brexit-result/
______

Écrit par : Sven Laval / | 24/06/2016

@ Anne Josnin

> C'est exactement ce que j'espère aussi : que ce soit le début de la désacralisation de l'UE, briser l'emprise psychologique (qui repose sur la peur) de l'UE libérale.
De toute manière, il faudra bien le faire si l'on ne veut pas qu'un jour une foule en colère prenne d'assaut le parlement de Strasbourg et les bureaux-bunkers de Bruxelles pour pendre les eurocrates aux réverbères.
De sanglantes "vêpres européennes", c'est ce qui leur pend au nez.
Mais ils planent.
_____

Écrit par : E Levavasseur / | 24/06/2016

RISIBLE

> Encore plus beau que le vieux sage Attali : le petit Gaspard n'est pas content, mais alors pas du tout. Et il tient à le faire savoir, sur un ton qui a tout de celui d'un vieux communiste, disons... en 1989 !
http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/06/24/31001-20160624ARTFIG00316-brexit-le-coup-de-gueule-de-gaspard-koenig.php

SL


[ PP à SL - Que 'Le Figaro' prenne ce personnage au sérieux n'est pas un bon symptôme. ]

répônse au commentaire

Écrit par : Sven Laval / | 24/06/2016

LA CITY EST CALME

> Parfaite synthèse. Fait intéressant, qui pourrait intéresser les mass media, s'ils étaient capables de réfléchir, les Bourses (après une très forte progression qui avait convaincu tout le monde (moi y compris, je le confesse) que le "Remain" allait l'emporter) s'effondrent, certes. Mais alors que Madrid et Milan tombent de 12%, Paris de 8%, Londres, qui devrait être la plus touchée comme étant au cœur du "cataclysme", est la moins touchée, en ne baissant que de 3%. Les financiers de la City savent très bien qu'ils pourront jouer tout aussi bien au casino en-dehors de l'UE qu'ils le faisaient à l'intérieur.
L'unique argument du zombie-UE ("There is no alternative") est anéanti. Tout est possible, le pire comme le meilleur. Pour la première fois depuis des décennies, il est impossible de savoir ce qui va se passer.
Tout est possible.

Thibaud


[ PP à T. - Vous mettez le doigt sur un signe révélateur : le calme de la Bourse de Londres. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Thibaud / | 24/06/2016

NDDL

> Et dimanche prochain : référendum local sur le projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes. Quelle semaine !

TM


[ PP à TM - On va voir le résultat, mais je crains une victoire des bétonneurs : limiter le corps électoral aux Nantais, c'est parier que seuls voteront les habitants du quartier subissant actuellement le bruit des avions - et la bourgeoisie locale, écolophobe s'il en est. D'autant que la police s'est montrée particulièrement complaisante (tiens donc, là aussi ?) envers les provocateurs-casseurs qui ont pourri les manifestations des anti... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Thomas Mousset / | 24/06/2016

ATTENDONS DE VOIR

> Wait and see disent-ils, il parait, de l'autre côté du Channel...Les eurosceptiques crient victoire bien vite à mon humble avis. Attendons de voir comment une Angleterre bientôt seule (vite l'Ecosse libre, l'Irlande libre, etc.) et désindustrialisée, avec une agriculture insuffisante fera pour s'en sortir. S'ils ont les hommes (ou femme...) à la hauteur, cela se peut. mais je ne vois pas de nouveau Churchill. Et un naufrage de l’Angleterre serait la plus belle victoire des fédéralistes. De toute façon, cela sera comme la chute de l'URSS, il faudra bien dix ans pour tirer des leçons.

VF


[ PP à VF - Dix ans après la chute de l'URSS, les médias français n'avaient toujours pas "tiré la leçon"... et ne l'ont toujours pas tirée aujourd'hui ! Le communisme est rétrospectivement toujours une belle idée des gentils Lénine et Trotski pervertie par le méchant plouc Staline, mais la privatisation sauvage de la Russie en 1991 par les gentils oligarques est toujours rétrospectivement un pas en avant vers le progrès, stoppé par le méchant plouc Poutine, etc.
Nos commentateurs auront du mal avec l'Angleterre : difficile de travestir le brillant cosmopolite Johnson en méchant plouc... Quant au méchant Farage, on commence à dire qu'avec lui c'est gin-o-clock toute la journée, mais c'était aussi le cas du gentil Eltsine ; rien n'est simple. ]

réponse au commentaire

Écrit par : VF / | 24/06/2016

HEUREUX

> Ceci dit, je suis très heureux de voir un peuple retrouver sa liberté (mêm si les Anglais étaient quand même moins pris par l'UE que nous).

VF


[ PP à VF - Se souvenir qu'ils n'étaient pas membres de la zone euro, et ne subissaient donc pas la véritable contrainte européenne. D'où la futilité des prédictions économiques et financières catastrophistes de nos commentateurs toute la journée d'hier...]

réponse au commentaire

Écrit par : VF / | 24/06/2016

L'OTAN D'ABORD

> Du calme et de l'analyse...pour le prochain conseil européen, mardi 28 juin 2016. Le Brexit sera traité entre la poire et le fromage. En effet le président Donald Tusk écrit :
"Specifically, I intend to organise our proceedings next week in the following manner. On Tuesday, after a traditional exchange of views with the President of the European Parliament, we will listen to brief presentations by the NATO Secretary General on EU/NATO cooperation, and by the EIB President on his initiative for the Southern Neighbourhood and the Western Balkans. Finally, I will propose that we adopt all of our conclusions, which should be possible given the good preparatory work conducted in the Council.
We will then move to dinner, where Prime Minister Cameron will explain the situation in the UK after the referendum, followed by a first exchange of views. This will mark the end of our meeting on Tuesday."
La priorité est donc donnée à la coopération entre l'UE et l'OTAN.
Le lendemain, on doit aussi parler de la crise migratoire. A ce propos, que deviendra l'accord du Touquet ? (Pour mémoire, cet accord impose à la France d'instruire les demandes d'asile au Royaume Uni).
______

Écrit par : JR Larnicol / | 25/06/2016

SMASHES

> Après le coup de pied au derrière (to smash the bottom) des Anglais à l'Union Européenne, voici ceux qu'on leur promet :
https://francais.rt.com/international/22697-brexit-cinq-menaces-dirigeants
On dirait des gosses.
______

Écrit par : Yann / | 26/06/2016

EUROPÉEN

> Bon, comme il en faut toujours un pour se lancer sur la piste de danse... Moi je suis Francais. Enfin Breton par le sang. Mais je n'ai jamais résidé dans ma region tant aimee (un jours je l'espere). J'habite et travail au Danmark (pays ou je me suis rendu par pragmatisme, car ne trouvant pas de travail a Paris). Et je suis, comme nombreux ici je pense, chretien et pratiquant. Donc une identite complexe. Ayant des amis dans la plupart des pays europeens (merci Erasmus), je n'ai connu de reelle frontiere que lors de voyages en Afrique et au Royaume Unis. Pour moi l'Europe est une fraternite et une realite. Revenir a des frontieres nationales? dans quel but? pour se proteger de quoi? le monde change et il faut s'adapter. C'est parceque la culture bretonne a des racines profondes qu'elle a put resister a plus de 500 ans de jacobinisme. En ce sens les regions et cultures locales furent plus respectees par la construction europeenne que par les centralismes des vieux Etats-Nation. Quand j'etudiais a Toulouse de nombreux jeunes, laisses pour compte de la mondialisation, tournaient leurs coeurs vers le pays occitan et leurs reves vers Barcelone. Pourquoi Paris? Pourquoi Londres? si je suis Ecossais, cela n'aurait il pas plus de sens de gerer ses affaires a l'echelon locale (le principe de subsidiarite vient du jargon europeen...)? Enfin je voudrais rappeller que le sens profond des 12 etoiles du drapeau europeen, c'est l'utopie de construire la Jerusalem Celeste, un bel ideal chretien democrate qui, bien que tres imparfait et depuis bien des annees mal servi, merite d'etre defendu. Je souhaitais simplement vous presenter un point de vue un peu different. Bonne soiree.
______

Écrit par : David / | 28/06/2016

Bonjour David,

> D'accord avec plusieurs de vos observations mais pas avec les conclusions que vous en tirez.
Je me demande même comment vous avez pu les en tirer !
Je n'ai pas très bien compris en quoi votre identité est "complexe": vous êtes de religion chrétienne, de nationalité française originaire de Bretagne et vous travaillez à l'étranger. Bon, rien de complexe sauf si l'on confond son activité économique avec son identité personnelle ? (question ouverte, aucune attaque; simplement un peu de surprise).
Aucune complexité mais de la richesse, ce qui est la première caractéristique de la "personne" (mais peut-être dans votre vie ne vous a-t-on parlé que de "l'individu" ? d'où la perplexité qu'il me semble voir chez vous quand vous pensez à vous-même)
L'Europe où l'on circule facilement n'est pas une nouveauté.
Les personnes et les denrées circulent facilement aujourd’hui en Europe mais cela n’est –relativement- nouveau que pour les denrées.
Bref, la première Europe sans frontière c'est l'Europe culturelle et chrétienne qui est née au Moyen Age** à partir de l'héritage gréco-latin, même si on ne veut plus en entendre parler aujourd’hui.
-Lorsque l'Europe s'est fondée sur le Libéralisme, on n'a plus vu les Européens comme des personnes mais comme des consommateurs.
Le choix de faire reposer l'Europe non sur la culture et sur un but commun humain mais sur le commerce reposant sur la libre concurrence, a mis automatiquement les Européens en concurrence avec un but purement matériel. Il n'y a peut-être pas de frontière au plan administratif mais on n'a jamais été aussi divisé en Europe parce que tout repose sur la concurrence au lieu de la complémentarité et de l’entraide.
-« Pour moi l'Europe est une fraternite et une realite. » Si vous parlez en théorie, je suis d’accord mais si vous parlez d’après ce que vous observez, on ne vit pas sur la même planète. D’ailleurs le DK où vous habitez a négocié des traités sur mesure selon ses intérêts en 1992, la vie avec l’UE doit y être beaucoup plus douce, ce qui expliquerait votre vision. Sinon p-ê que vous l’entretenez avec vos amis d’Erasmus qui ont eu la même formation que vous ?
-« des frontières nationales? dans quel but? pour se protéger de quoi? » écrivez-vous
Une frontière est la zone où l'on passe d'une culture à l'autre, d'une organisation territoriale (un pays) à l'autre. C’est tout. C'est donc aussi une protection dont bénéficient les plus faibles économiquement, ceux qui ne peuvent se protéger seul et ont besoin de la protection de la Nation à laquelle ils appartiennent, de l'État socialement responsable d’eux.
Ce ne sont pas les marchands qui ont fondé l’identité européenne mais les peuples et leurs gouvernements.
Que vous ne voyiez pas l'intérêt de ce genre de protection donne l'impression, si vous me le permettez, que vous appartenez à une classe privilégiée ?
-Vous écrivez " le monde change il faut s'adapter". Et dans le sens de votre texte, pour vous, « s’adapter » signifie « suivre ». Cela dépend à quels changements car il y en a qui sont immoraux ou inutiles. Dans une société hyper médiatisée comme aujourd’hui, le changement est souvent une opération de com’ plus qu’une utilité. Ensuite en partant du principe qu'il faut suivre le courant des événements, on ne prouve pas sa liberté mais simplement sa mollesse, son manque de caractère bref son manque de personnalité, on montre seulement qu'on n'a pas de liberté justement.
C'est l'ambition de ressembler à une branche morte tombée dans une rivière que vous proposez.
-Le Jacobinisme ça date de la Révolution donc 200 ans.
Il y a 500 ans nous étions sous François 1er. Et quand François 1er a pris son ordonnance de Villers-Cotterêts qui faisait de la langue française la langue commune des actes officiels des Français, il n'a pas du tout voulu gommer les langues régionales, il a simplement voulu que tout le monde en ait une commune pour les actes administratifs.
Aucun rapport avec l'esprit jacobin et son interdiction méprisante "de parler breton et de cracher par terre"!
-Vous avez raison de parler de culture et de cultures régionales.
Vous dites que l'Europe a favorisé les cultures régionales. Si elle l'a fait, ce n'est pas parce qu'elle les respectait mais parce que c'était un moyen d'affaiblir les cultures nationales, seules en mesure de s’opposer à « la dictature financière » comme dit le Pape François, c’est tout.
Mais les cultures régionales ne doivent strictement rien à la construction européenne. C'est l'Europe qui existe de par l’ensemble de nos racines culturelles qui ont toutes en commun de fonder la société sur la recherche du beau (l’art), la recherche de ce qui est juste (le droit), bref le bien commun : aucun rapport avec le but de l’UE qui est purement financier.

Au contraire nos cultures ont en commun de toujours avoir maintenu l'économie au niveau qui est le sien: l'économie cela sert gagner sa vie. Point.
L'économie ne peut être le but d'une vie, ce serait humainement pauvre et en contradiction avec l’Évangile. Vous êtes chrétien, donc vous êtes d’accord. Mettre ce but à l’échelon continental ne fait qu’agrandir l’erreur.
En plus, l’UE a une vision hyper financiarisée de l’économie, indifférente à la production, ce qui entraîne la séparation « monnaie »/ « ce qui est monnayable » (ce qui économiquement est IMPOSSIBLE) ; cette indifférence au concret rend la valeurs de la monnaie purement théorique et permet à l’UE de parler de croissance que comme si elle était infinie (non seulement c’est ridicule mais en plus cela revient à la voir comme Dieu qui est l’alpha et l’oméga ; à vous de voir si en tant que chrétien vous y pouvez y adhérer)
-« laissés pour compte de la mondialisation » : bcp ont adhéré à l’UE jusqu’au jour où la suppression des frontières économiques a amené leur entreprise à délocaliser et eux, à dormir sous les ponts.

-le principe de subsidiarité on en parle dans la doctrine sociale de l’Église. Je comprends difficilement comment on peut défendre une Europe supranationale et mondialiste et se dire attaché à l’échelon local. Bien sur que ela a du sens de gérer les affaires à l’échelon local, c’est ce que nous voulons ! et nous unir pour ce qu’il vaut mieux faire ensemble. Et cela … c’est le contraire de l’UE ! sortez de votre bulle du Modem et regardez autour de vous !

-les 12 étoiles et l’utopie: « utopie » est un mot créé par saint Thomas More qui doit se retourner dans sa tombe en entendant dire que l’UE est le « meilleur des mondes » qu’il décrit dans son livre, alors qu’elle n’est fondée que sur l’argent, pas sur l’homme. Prions la vierge Marie pour que l’UE devienne un ensemble au service des peuples et par là soit un chemin vers l’amour du prochain, là où nous sommes.
Oui à l’Europe ! celles des gens.
Priez pour moi, je prierai pour vous.
-----------------------------------------------------------------
**Dans toute l’Europe depuis le Moyen Age, il y a des universités, des églises « gothiques » de la Scandinavie à l’Espagne, dans toute l’Europe le centre du village c’est l’église (pas la banque comme aux USA) et le clocher rythme les journées de tous ; dans toute l’Europe médiévale et d’après, on dit aux rois qu’ils doivent gouverner d’abord pour les plus faibles (pas pour la croissance) dans toute l’Europe travailler c’est gagner sa vie, pas s’enrichir (le changement commence à venir au XIVe avec la montée en puissance des banquiers liée à la relative déchristianisation des élites et l’endettement des dirigeants).
Personne ne savait alors ce qu’était un passeport. Les frontières entre Européens n’étaient alors que des limites d’autorité ou des péages. Les guerres sont des affrontements d’armée professionnelles limitées en nombre (et au Moyen Age interdites à certaines dates https://fr.wikipedia.org/wiki/Tr%C3%AAve_de_Dieu https://fr.wikipedia.org/wiki/Paix_de_Dieu)
Au XIe siècle, la rupture Est orthodoxe/Ouest catholique n’est pas totale, elle le devient au XVe avec l’invasion turque, donc par un facteur exogène à l’Europe.
Au XVIe siècle, l’unité s’est rompue au plan religieux entre Nord protestant/Sud catholique mais demeure au plan culturel et politique.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 29/06/2016

RÊVE

> "Après le coup de pied au derrière des Anglais à l'Union Européenne, ..."

David,
Clavier qwerty, non ?
Je ne voudrais pas que ma désillusion par rapport à l'Europe que tu as dû percevoir dans mon post te laisse croire que je n'ai pas rêvé d'une Europe. Celle que tu vis ne dois pas être différente de celle que je vivais il y a 35 ans dans des chantiers de volontaires internationaux, bénévole dans des entreprises à vocation sociales ou écologiques au profit d'associations locales en Angleterre, en Allemagne et en France via des structures comme le National Trust et le Service Civil International. A l'époque Erasmus n'existait pas (de toutes façons j'y aurais pas eu droit, j'ai pas le bac), je suis né 1 an avant la CEE (https://fr.wikipedia.org/wiki/Union_europ%C3%A9enne). A l'époque j'étais encore un peu jeune pour remarquer que l'origine de l'Europe, que nous vivons maintenant, ne concernait que l'économie. Et 59 ans après c'est toujours pareil, mais en pire, en brutale, en sauvage, je pourrais même dire, en criminelle (http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20150325.OBS5465/le-chomage-tue-entre-10-000-et-20-000-personnes-par-an.html).
Je ne te parlerai pas d'une constitution qui ne parlais que d'argent et que nous avions refusée, la Hollande itou, et qu'on nous a fait quand même avaler comme on gave les oies. Voter en France à propos d'Europe ce fut la première et dernière fois, en Hollande itou.
Je rejoins VF, probablement pour les mêmes raisons; mais je n'adhère pas à toutes les raisons qui ont motivé le vote de chaque Anglais pour sortir de ce naufrage.
Après, le drapeau, l'hymne à la joie, tout ça, c'est pour nous faire rêver.
______

Écrit par : Yann / | 29/06/2016

> https://www.youtube.com/watch?v=g8GLTqd7ZzQ
______

Écrit par : Yann / | 29/06/2016

> Pis je viens de trouver cette version qui déménage bien :
https://www.youtube.com/watch?v=UULJkItZuKE
(Pis j'arrête là, Patrice va me prendre pour un troll)
______

Écrit par : Yann / | 29/06/2016

@ Yann

> merci !
en tant que cornemuseux, je sais de quoi je parle : je suis plein d'admiration pour cette virtuosité !
quel niveau !
______

Écrit par : E Levavasseur / | 30/06/2016

GIN

> Vous avez dit "gin-o-clock" ?
https://www.youtube.com/watch?v=1fASN9oYGdw
______

Écrit par : Thomas Mousset / | 02/07/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.