27/03/2012

Quelle société voulons-nous ?

C'est la question 2012 posée par ce clip :

http://www.youtube.com/watch?v=B-RThgNzwlk


-



Commentaires

JUSTEMENT

> Justement cet appel à nos consciences pose une question à laquelle on ne peut pas répondre facilement; En conscience et pour le moment je ne vois aucun candidat correspondant à l'idéal défini par cette séquence visuelle.
______

Écrit par : Clémence / | 27/03/2012

> à Clémence - D'accord. Je ne veux pas voter pour la justice sociale et la fraternité mais contre le droit à la vie. Ni pour le droit à la vie mais contre la justice sociale et la fraternité. Etc.
______

Écrit par : jeanmi / | 27/03/2012

> et Clémence n'est pas la seule.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 27/03/2012

D'ACCORD

> D'accord avec les précédents commentaires. Aucun candidat ne semble à la hauteur des enjeux. C'est bien beau d'inciter les gens à voter, encore faut-il avoir ne serait-ce un bon candidat.
Par ailleurs, le clip est très bien fait.
______

Écrit par : Eude / | 28/03/2012

AUCUNE ALLUSION

> Dommage qu'il n'y ait aucune allusion aux enjeux écologiques. Pourquoi, alors qu'ils sont si graves?

Amélie


[ De PP à A. - Il y a au moins une allusion à l'économique, et pas pour chanter (on eût pu le craindre en d'autres temps) le libre marché entrepreneurial opprimé par l'Etat. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Huard / | 28/03/2012

CAUCHEMAR

> Nous sommes tellement immergés dans cet univers de "clips" qui a tout colonisé, jusqu'en Eglise, cela nous semble tellement banal et normal, que nous ne voyons même plus une telle séquence pour ce qu'elle est : la mise en scène et l'expression d'un cauchemar terrifiant, du cauchemar dans lequel nous n'en finissons pas de nous enfoncer, duquel nous sortirons par un cri immense et retentissant, car la vie naît toujours par un cri. Nous l'avons oublié, car nous avons oublié ce qu'il y a de viscéral et d'animal en nous. A force de l'avoir oublié, ce retour du refoulé va se manifester avec une violence inouïe. C'est ainsi. Cela ne relève pas d'un "goût pour la violence, c'est une question de vie...
______

Écrit par : Serge Lellouche / | 28/03/2012

PONCIFS

> Sur le site dont le clip fait la promotion, l'environnement est l'un des douze enjeux cités. C'est déjà un progrès. Mais le clip en lui-même est à mon avis complètement raté. On dirait un condensé en trois minutes de tous les poncifs du milieu catho "bien-pensant", avec quelques concessions sur des points qu'il faut bien citer parce que le pape en parle (sans compter la musique niaise à souhait). Le résultat est qu'on peut lire sur les réseaux sociaux que ce clip est à l'image du discours des évêques de France: il ne dit pas pour qui il faut voter mais on le devine (et évidemment, il faut voter pour la droite ultra-libérale au nom du quatuor IVG-euthanasie-mariage homosexuel-liberté d'éducation).
La version complète du site sort demain. Espérons qu'elle sera plus profonde.
______

Écrit par : Mahaut / | 28/03/2012

@ Mahaut

> le clip n'est pas génial, soit, mais il rappelle beaucoup de choses!
Quant au quatuor IVG-euthanasie-mariage homosexuel-liberté d'éducation, on ne peut pas le mésestimer. Sur ce, le GROS problème avec les candidats qui ne le piétinent pas est la question de leur sincérité. Pensent-ils vraiment qu'il faut le défendre ou est-ce un positionnement sur un segment de marché?
______

Écrit par : Pierre Huet / | 28/03/2012

SARKOZY

> Le vote blanc est sans aucun doute un acte civique qui a sa dignité, comme l’a rappelé Mgr Barbarin. Cependant, la perspective d’une élection de François Hollande serait – à ce stade – une catastrophe pour les catholiques, et une double catastrophe : la France cèderait brutalement au relativisme éthique et familial, et l’idolâtrie du marché se poursuivrait (l'une découlant de l'autre).
Je ne suis pas un desperado du club des Sarkoboys, et j’essaie d’être le plus lucide possible (malgré mon jeune âge…), mais dans ces conditions, ne vaut-il pas mieux nous épargner la première catastrophe, en tâchant de reconduire (à contrecœur) le régime en place ? Un gouvernement Sarkozy « bis » fragilisé sera sans doute beaucoup plus propice à un combat des valeurs qu’un Etat-PS, avec les collectivités territoriales, les médias et la justice sous contrôle de la même mouvance politique bobo. Si tel est le cas, chaque bulletin compte…
______

Écrit par : Pierre Jovanovic / | 28/03/2012

SARKOZY

> Pourquoi Sarkozy aurait-il dans ces domaines une sincérité qu'il n'a pas dans les autres ?
Croire que l'Hexagone ne s'alignera pas sur la quasi-totalité des autres pays d'Europe dans le domaine des moeurs serait bien naïf. Par ailleurs un second sarko-quinquennat promet des choses inquiétantes sur d'autres dossiers.
______

Écrit par : Mathias Kop / | 28/03/2012

@ Pierre Huet

> Non, bien sûr qu'il ne faut le mésestimer. Mais certains courants de pensée confondent "condition nécessaire mais non suffisante" et "condition nécessaire et suffisante" et considèrent qu'il suffit qu'il soit présent dans un programme politique pour que celui-ci soit authentiquement chrétien même si tout le reste piétine la DSE.
Quant au clip, un message est souvent jugé en tenant compte de son support. Si le support est mauvais, la crédibilité du message peut perdre beaucoup.
______

Écrit par : Mahaut / | 28/03/2012

ENCORE PLUS

> On a déjà bien du mal à faire admettre autour de nous que le catho français n'est pas toujours un DRH tartuffe. Faire campagne pour un re-quinquennat de re-Sarko compromettrait encore plus l'image des catholiques dans notre pays. En plus ça ne garantirait absolument rien, voir ce qui se passe pour le travail du dimanche. Le catho est-il un cocu par destination ?
______

Écrit par : le balp / | 28/03/2012

REMARQUABLE

> Je trouve que les commentaires sont bien sévères. Moi, j’ai trouvé ce clip remarquable, tant sur la forme que sur le fond. Celui qui veut y voir une orientation de vote pour tel ou tel me semble porter des lunettes déformantes. Pour moi, ce clip renvoie à la conscience de chacun.
Ce clip ne se veut pas exhaustif, il est un outil de communication pour inciter à visiter le site http://www.quellesociete2012.fr/ qui exprime les 13 critères de discernement proposés par la CEF. Ce clip n’émane pas de tel ou tel milieu, mais constitue une incitation à prendre connaissance de ce que disent les évêques de France. Je pense même qu’il émane de la CEF.
Parmi les 13 critères de quellesociete2012.fr, bien sûr l’environnement n’est pas oublié : « La terre est un don d'amour fait par le Créateur pour que l'homme soit le gérant de ce bien donné. En l'invitant à dominer la terre, Dieu ne l'a pas invité à l'épuiser ou à la détruire. C'est pourquoi l'Église invite la société à promouvoir des modes de vie respectueux de l'environnement et à intégrer cette préoccupation dans le développement économique et social. Les prouesses techniques dont la société est capable sont à encourager si elles sont respectueuses de l'« écologie humaine » (Benoît XVI).
Attention donc à ne pas tirer de conclusion hâtive. Oui, ce clip précise que « certains sujets sont plus décisifs que d’autres » et met en avant les points dits non négociables, mais c’est tout à fait légitime. N’est-ce pas le pape lui-même qui les a définis ? Oui, dans la balance, il y a trois points qui pèsent davantage que les autres, c’est bien ce que dit l’Eglise.
Mais le clip balaye différents sujets, me semble-t-il avec équilibre et intelligence. Pour mémoire, voici quelques questions posées dans le clip : « Voulons-nous soutenir la famille ou la redéfinir ? Laisserons-nous grandir l’individualisme et l’isolement ou aiderons-nous chaque citoyen à se construire et à se sentir partie prenante de la société ? Sommes-nous prêts à respecter les plus fragiles quels qu’ils soient ? Sommes-nous prêts à respecter la liberté religieuse de chacun ? L’économie sera-t-elle au service du bien commun et de la justice ou de notre seul bien-être ? »
Je pense que quand on critique, il faut être précis, et non général.
888888

Écrit par : Guillaume de Prémare / | 28/03/2012

@ Amélie

> Je pense que les enjeux écoloqiques sont bien présents, peut-être de façon subtile: ils constituent même une inclusion dans l'ensemble des thèmes évoqués et du clip lui-même: au tout début, (0:26) l'image d'une centrale nucléaire ouvre le défilé de ces thèmes, accompagné de la phrase "aucun sujet ne doit être négligé" et le clip se termine par une image de la France (3:00) qui évoque la terre et ces enjeux.
______

Écrit par : klara / | 28/03/2012

FAIRE QUELQUE CHOSE

> Je ne fais pas partie des cocus de 2007, puisque je fuis le "sarkozysme" depuis le début... Et je sais bien que la DSE est largement piétinée par les profiteurs du régime. Mais je ne peux pas m'en tirer à si bon compte en refusant de faire quelque chose quand on menace, en deux coups-trois mouvements, de légaliser des mesures qui sont autant de blessures infligées à l'Eglise et à la société.
Je ne me reconnais dans aucun courant de pensée, sinon le credo de l'Eglise catholique. Je sais, grâce à ce blog, que les points non-négociables ne se limitent pas à la Sainte Trinité de la "cathosphère" militante, et je me fais volontiers attaquer et traiter de "tiède" pour cela. Mais tout comme trouver le candidat catholique idéal est impossible, il me semble que refuser de chercher à freiner certains risques réels, sous prétexte de résistance contre le système, n'est pas satisfaisant non plus.

PJ


[ De PP à PJ - Quand on demande l'application intégrale du catholicisme social, être traité de "tiède" par ceux qui n'en réclament qu'une application limitée, c'est un comble...]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Jovanovic / | 29/03/2012

à Pierre Jovanovic

> Ne disons pas "une catastrophe pour les catholiques", ou "un moindre mal pour les catholiques". Nous ne sommes pas une communauté fermée sur elle-même. Le catholicisme social n'est pas une posture partisane. C'est "une proposition à tous, croyants ou non, sur la base de la condition humaine partagée". Avant de choisir électoralement il faut se poser la question du bien commun, qui ne se réduit pas aux "points non négociables". Quant à ces derniers, ils ne sont pas non plus à défendre "pour défendre l'Eglise et les catholiques" ! surtout pas ! ils sont à défendre dans l'intérêt de la condition humaine ! Arrêtons de faire comme si "catholique" était le nom d'un parti.
______

Écrit par : Geneviève / | 29/03/2012

EXCELLENTE

> Je rejoins entièrement Pierre Jovanovic. Je comprends très bien que le sarkozysme n'est guère satisfaisant mais la perfection n'est pas de ce monde...en revanche avec Hollande le pire est à venir. Evitons-le et pour cela je ne connais qu'un moyen de faire barrage...Reconduire le pouvoir en place.
Concernant la video je la trouve excellente. Du très bon travail qui portera de nombreux fruits.
______

Écrit par : Charles Vaugirard / | 29/03/2012

ET APRÈS

> à Charles Vaugirard : et après, quand votre candidat réélu fera tout de même le mariage homosexuel et l'euthanasie mais à la façon de la droite, en oblique ? N'imaginez pas que le gouvernement libéral sera le village gaulois résistant aux nouvelles moeurs approuvées par la grande majorité de la population et adoptées par les lois dans le reste de l'UE !
Moi en tout cas je ne veux pas avoir la moindre responsabilité dans ce futur nouveau cocufiage
des cathos.
______

Écrit par : le balp / | 29/03/2012

IL N'Y A QUE MELENCHON

> Sarkozy papiste, il n'y a que Mélenchon pour le croire - d'ailleurs il ne le croit pas vraiment,
il connaît trop Sarko.
______

Écrit par : jean-roch / | 29/03/2012

LE GAZ

> Sarkozy n'est pas plus opposé à l'euthanasie et au mariage gay qu'à l'extraction du gaz de schiste par fracturation hydraulique. Un coup on fait semblant d'être contre, le coup d'après on est pour, cest ça le sarkozysme.
______

Écrit par : habakuk / | 29/03/2012

REVEILLEZ-VOUS

> Pourquoi les "points non négociables" s'arrêtent ils aux moeurs nom d'un chien??? Réveillez vous les gars! On est VRAIMENT en danger de mort, nous tous, les cathos, les cocos, les fachos,les pauvres, les riches... Ne faut il pas sauver nos vies en santé avant de décider si 2 hommes peuvent adopter? Moi je trouve que l'ordre d'importance devrait changer là...
Oui je trouve ce clip bien bien tiède...C'est ça qui doit servir d'electrochoc aux cathos? Mon Dieu... ça donne une idée de l'endroit où ils sont, remarquez...
En tant que catholique, je ne peux voter pour aucun.
en tant qu'être humain, je ne peux voter pour aucun non plus.
Géante abstention revendiquée????
______

Écrit par : catherine / | 29/03/2012

JE NE VOIS PAS LA DIFFERENCE

> Pourquoi donc penser que Sarko est moins pire qu'Hollande? Le style est différent mais la politique est la même. Il n'offre que des postures mais fait les choses en douce. Sarko ou Hollande, on aura le mariage homo ( et franchement, sur le plan des conséquences, je ne vois pas la différence car le mariage ne représente plus rien pour nos contemporains depuis un bon moment. Alors se battre à en devenir hystérique sur ce thème... non, là l'urgence est à ré-éduquer nos contemporains à l'amour, au don de soi, à la dignité humaine, etc. ), l'euthanasie etc.
Par contre, un truc qui me ferais vraiment rigoler, c'est que, dans un ultime sursaut de révolte, les électeurs envoient au second tour Le Pen et Mélenchon. Alors là, ce sera vraiment intéressant. Non que je croie une seule minute à la sincérité ou à la compétence des ces personnages, mais à la secousse que cela entraînerait en Europe.
______

Écrit par : VF / | 29/03/2012

RIEN D'EVIDENT DANS TOUS LES CAS

> Sarkozy n'a pas (encore) mis l'euthanasie dans son programme; c'est une différence de poids. Pour le moment du moins, nous ne pouvons l'accuser d'un plan concerté d'élimination physique de certaines catégories de citoyens (les plus de 60/65 ans selon Attali).
Cela dit, je ne me suis toujours pas décidé. Le vote blanc est très séduisant; il permet de n'avoir pas à donner son aval à la politique criminelle des soi-disant "socialistes" tout en ne se compromettant pas avec les autres partis, fort peu ragoûtants. Mais voter blanc, n'est-ce pas implicitement se résigner à la légalisation de l'euthanasie?
D'un autre côté, les présidentielles ne sont pas les seules élections qui comptent; les jeux sont en partie déjà faits. Voter blanc ne devrait pas trop peser sur la conscience.
Dans tous les cas, le "bon" vote n'a rien d'évident.
______

Écrit par : Blaise Join-Lambert / | 29/03/2012

à Le Balp :

> Je ne pense pas que Sarko le fera. Non pas que j'ai confiance en ce type, mais il y a encore quelques résistances au sein de l'UMP...
En tout cas je préfère prendre le risque de me faire cocufier que ne rien faire...
______

Écrit par : Charles Vaugirard / | 29/03/2012

@ Pierre Jovanovic:

> je suis de votre avis. Mais l'erreur de raisonnement faite par beaucoup, c'est la focalisation sur M. Sarkozy. Ce que l'on choisit, c'est aussi une majorité. Et parmi les députés de la droite parlementaire, on trouvera des gens pour défendre ces valeurs comme ils l'ont fait pendant cette mandature, pas parmi ceux de la gauche. Le positionnement du président n'est peut-être pas excessivement sincère mais si les catholiques considèrent son projet et celui de François Hollande comme blanc bonnet et bonnet blanc, c'en est fini de tout espoir de peser contre le libéralisme des moeurs.
Pour moi d'un côté il y a une certaine défense des libertés économiques assumée, (relatif) conservatisme moral, et soumission à l'unilatéralisme américain et au libre échangisme; de l'autre, il y a soumission à l'unilatéralisme américain, soumission au libre-échangisme pimenté d'entraves aux libertés économiques en interne (en gros: la porte ouverte aux délocalisations) et avec cela des réformes qui nous conduisent en pleine culture de mort.
La politique migratoire sera la même. Avec discours sur l'identité d'un côté et discours compassionnel et culpabilisant de l'autre.
La politique de l'environnement sera la même.
Ne pas faire de choix, c'est refuser même d'essayer de peser. Ceci dit, avant le probable duel Sarkozy-Hollande, il y a un premier tour, on n'est pas obligé de l'ignorer.
______

Écrit par : Hubert Houliez / | 29/03/2012

à Hubert Houliez

> Ne nous faisons pas trop d'illusions sur les élus UMP. Pour une poignée d'entre eux qui gardent des attaches avec les moeurs "classiques" (= avec le reste de parfum d'un vase vide), la plupart sont "bien dans leur époque" et jugent ringard de la contredire. Exactement comme les conservateurs britanniques. Ne comptez pas sur eux pour faire le village gaulois. Ils feront la même chose que les hollandistes mais un peu moins vite et sans le crier sur les toits. Depuis vingt ans que ça dure on devrait commencer à connaître la chanson ! Les barils ont des étiquettes différentes mais la lessive est la même. Moi je n'achète pas.
______

Écrit par : Louis-Marie Ramos / | 29/03/2012

LA SITUATION EST DESESPEREE MAIS ELLE N'EST PAS SERIEUSE

> Même sur ce blog une bouffée d'électoral ? C'est vraiment une pandémie alors ! Mais pas de panique. Hollande vainqueur ce ne serait pas la mort. Ca fait vingt ans que cette Ve République est morte et le politique avec, depuis que les marchés ont remplacé le débat. Alors aujourd'hui les messieurs-dames comme il faut s'affolent, les chères familles sont menacées, et les chères zécoles privées, et la si chère institution du mariage (alors que leurs propres enfants vivent en compagnonnage). On en est là, repliés sur des positions de l'extrême arrière juste avant la fin des haricots. C'est dire le recul depuis l'époque où la France avait encore une politique internationale ! (années 1960).
De toutes manières restons calmes, la situation est désespérée mais elle n'est pas sérieuse. Notre république-zombie avance à reculons vers la vraie grande crise économique qui va détruire tout le système de société. Après on verra à repartir à zéro, et là les petites peurs actuelles seront oubliées. On aura (nos enfants auront) bien d 'autres problèmes.
______

Écrit par : lodbrog / | 29/03/2012

LE MONSTRUEUX SERAIT QUE CE MONDE SOIT STABLE

> Je crois aussi que les problèmes du mariage gay et de l'euthanasie sont bien plus secondaires que le microcosme catholique s'imagine. Non pas qu'ils n'aient pas d'importance en eux-mêmes, mais pourquoi perdre notre temps à éviter l'inévitable, c'est à dire la chute de son monde? La seule chose qui serait vraiment monstrueuse, c'est que ce monde soit stable. Mais heureusement, il est incapable d'éviter de s'enfoncer de plus en plus dans l'inhumanité, jusqu'à son prochain effondrement.
"Le Fils de l'homme, quand il reviendra sur terre, trouvera-t-il la Foi ?" C'est la Foi le coeur de ce monde, c'est elle qui le fait vivre, c'est elle qui confère toute sa beauté à la morale catholique et qui donne la force de vivre cette morale profondément, sans sombrer dans le désespoir ou l'orgueil. C'est d'elle qu'il faut repartir si on veut rebâtir un nouveau monde. Pas de la morale, ni même de la politique...
______

Écrit par : Gilles Texier / | 29/03/2012

@ Gilles Texier

> Si nous devons regarder avec la plus stricte indifférence ce monde s’enfoncer dans l’inhumanité, pouvez-vous me dire pourquoi des chrétiens s’indignent ? Si nous devons accepter les défaites sans combattre, pouvez-vous me dire où subsiste la responsabilité personnelle ? Et vous avez peut-être noté que tout le monde n’a pas la foi : dirons-nous « démerdez-vous avec votre monde et votre société, nous, nous avons la foi, nous ne craignons rien » ? Gilles, le mariage gay et l’euthanasie ne concernent pas un microcosme catholique, cela concerne toute la société. Vous savez, cette société dont vous et moi avons la charge… Oublions les catholiques 5 minutes de temps en temps, ça nous fera le plus grand bien.
______

Écrit par : Guillaume de Prémare / | 29/03/2012

ABSTENTION MILITANTE ?

> Personnellement, au deuxième tour (dans le cas d'un duel Sarkozy-Hollande), je suis vraiment tentée par l'abstention militante. Le choix du moindre mal ne me semble pas du tout prophétique, ni efficace. Je préfère enlever de la légitimité à celui qui sera élu en faisant grimper le taux d'abstention. Mais c'est vrai que la question de l'euthanasie est vraiment préoccupante et me fera voter pour le plus ferme sur ce plan-là aux législatives (ne pas oublier que ce sont les députés qui font la loi). La question du mariage est aussi importante, mais
1) Sarkozy est pour (il fera l'union civile à la mairie, ce qui dans l'esprit de tout le monde reviendra au même. Il y aura quand même une progression dans le mal par rapport à la situation présente).
2) Ne vaut-il pas mieux laisser le système s'effondrer - il ne tient plus que comme un décor de mauvais western, tout dans la façade et rien derrière- et reconstruire à côté notamment par l'évangélisation ? N'est-il pas temps de montrer que le mariage chrétien c'est vraiment autre chose que le mariage civil, qui n'est plus bien souvent qu'un mariage d'intérêt et de sécurité bourgeoise (payer moins d'impôts, avoir une mutation, pouvoir adopter plus facilement, être un président plus crédible dans le cas du chef de l'Etat...) ? Il faudra juste se battre pour réserver le mot mariage au mariage religieux. Donc l'union civile pour l'union temporaire d'intérêt entre deux personnes et le mariage pour l'alliance pour la vie entre un homme et une femme devant Dieu.
Je m'intéresse en revanche au programme de Bayrou. Car je pense qu'il détient la clé d'une authentique réforme des institutions indispensables à une refonte du système et à l'engagement de nouvelles têtes en politique (baisse du nombre des députés et sénateurs, interdiction du cumul des mandats et limitation de leur renouvellement, reconnaissance du vote blanc...). Par ailleurs, son programme sur l'éducation est intéressant, et il y urgence sur ce plan-là aussi. Ainsi, la disparition de la chronologie en histoire, la systématisation de la démarche inductive (découverte à partir de cas particuliers) au détriment du raisonnement déductif, analytique et logique, l'illettrisme de nombreux élèves (tabou absolu) etc... me semblent porter gravement atteinte à la formation de l'intelligence des jeunes générations. Comment se relever d'une telle crise économique et écologique si nous n'avons plus d'intelligences bien formées pour reconstruire ?
______

Écrit par : M / | 29/03/2012

MICROCOSME

> Parlons du « microcosme » catholique, ou plutôt d'un certain microcosme.
Gilles Texier met en tête des problèmes que pose le programme socialiste le mariage gay. L'euthanasie vient en seconde position. De sa part, très probablement, il ne faut y voir aucun sous-entendu. Sauf que... les personnalités catholiques, complètement obsédées par le mariage gay, ne manquent pas, qui ne font que survoler rapidement la question de l'euthanasie. Bien sûr, un mariage factice, une « parentalité » imposée, ce n'est pas génial. Mais tuer son prochain, voilà qui est bien plus grave.
Tout homme, même l'individualiste le plus acharné, devrait comprendre qu'un meurtre est un meurtre.
Alors je reste suffoqué par l'échelle des valeurs de certains catholiques, plus soucieux de la défense de la famille que du droit basique à la vie.
______

Écrit par : Blaise Join-Lambert / | 29/03/2012

AUSSI

> A mon humble avis, "attendre que tout flambe" pour espérer reconstruire ne me paraît pas plus judicieux et légitime que de chercher à "vivre l'aujourd'hui" et évangéliser jour après jour, dès à présent. Evangéliser embrasse aussi nos actes civiques, dès que l'on cherche à mettre Dieu au coeur de nos vies.

@ Blaise Join-Lambert:

Personnellement, je suis tout autant préoccupé par le mariage-l'adoption accordés aux personnes homosexuelles que par l'euthanasie. En revanche (et j'ai eu de longues discussions sur la "cathosphère" militante à ce sujet), je ne suis pas de ceux qui font l'impasse sur la DSE ou Justice & Paix au nom du seul combat pour la vie.
______

Écrit par : Pierre Jovanovic / | 30/03/2012

CATHOCENTRISME

> Certains commentaires révèlent un glissement vers un dangereux "cathocentrisme". Je dis à M que le mariage n’est pas seulement pour les catholiques, il est pour tous et il est un socle indispensable à la construction et à la vie de la société. L’Eglise n’a pas inventé le mariage. Un mariage civil est un mariage. Si des catholiques refusent de défendre le mariage et la famille pour toute la société, c’est une grave démission. Les catholiques doivent réfléchir à ces questions en citoyens, pour le bien commun, pour tous. Je pense, cher M, que vous jugez avec des a priori sans fondements les aspirations de vos contemporains. Beaucoup de jeunes se marient parce qu’ils croient au grand amour, pour la vie. Bien souvent (mais non pas toujours), ils n’y arrivent pas et ils divorcent dans les 5 ans : nous devons les aider, aider cette société à comprendre les enjeux de la famille, nous devons avoir de la considération pour ce pays, avoir de l’amitié pour ses habitants et non les juger du haut de nos sacrements. A quoi ça sert de s’indigner pour demander une société et une économie orientées vers le bien et la justice si la société n’a plus ses fondements essentiels ? Sans le mariage, sans la stabilité de l’institution familiale, toute construction sociale est vouée à la destruction.
Attention camarades, un communautarisme mortifère guète certains d’entre-vous. Ce communautarisme peut mener au cynisme et à la démission. Le pape et les évêques, eux, ne démissionnent pas ; et ils ne parlent pas pour leur chapelle, ils parlent pour tous.
______

Écrit par : Guillaume de Prémare / | 30/03/2012

A Guillaume :

> Je n'ai sans doute pas été clair mais je vois pas comment vous avez pu faire pour déduire de mon message ce que vous en retenez :
- je n'ai pas dit qu'il ne fallait pas se battre pour ce monde, mais qu'il ne fallait pas mener en priorité ce combat sur le terrain de la politique mais sur celui de la foi.
- quant à la foi, elle n'est pas réservée aux catholiques, elle répond à l'aspiration profonde de tout homme et c'est pour ça qu'il faut la proposer. Ce n'est pas comme aimer les motos ou la peinture, ce n'est pas la marque d'un club.
Votre réaction illustre un peu ce que je viens dire : en disant que l'évangélisation était plus importante que la lutte contre l'euthanasie et le mariage gay (dans le bon ordre de priorité cette fois-ci ;o) ), on se fait accuser d'être indifférent au sort du monde. Bref, il y a pour moi une réelle inversion des priorités.
______

Écrit par : Gilles Texier / | 30/03/2012

DEBAT

> Bien d'accord avec Blaise Join-Lambert. Le mariage homosexuel est bien moins grave que l'euthanasie parce qu'il s'agit d'homicide et que, dans une logique purement comptable, on voit bien où cela mènerait. Sans compter le sentiment de culpabilité que ressentiront ceux qui veulent se battre pour vivre et à qui on fera remarquer (bien involontairement peut-être) qu'ils coûtent cher.
Je trouve beaucoup de monde très pessimiste. Je ne suis pas convaincu que tous les combats soient perdus d'avance. La même personne dit refuser le moindre mal et prône la politique du pire: que tout s'effondre et on pourra reconstruire. Cela me rappelle trop l'attente maurrassienne de la "divine surprise". Entre moindre mal et politique du pire, convertissons notre regard et visons le meilleur possible avec humilité et sans illusion.
Revenons à l'euthanasie. Aujourd'hui se développent des soins palliatifs, se met en place la loi Leonetti... Tout cela devrait faire reculer la demande d'euthanasie. Encore un peu de temps et on prendra mieux conscience des effets pervers des législations libérales en ce domaine. Le discours sur l'euthanasie reculera. Surtout si nous savons adapter notre discours, préciser les termes. Avant nous disions: "non à l'euthanasie", aujourd'hui: "non à l'acharnement thérapeutique et à l'euthanasie, oui au soins palliatifs", il faut reconnaître que cela passe mieux. Mais si demain on légalise l'euthanasie tous ces efforts s'effondreront. Parce que les soins palliatifs c'est plus compliqué que la piqure létale...
Et ce n'est pas un problème de catholiques. Je passe une bonne partie de mon temps en centre de radiothérapie, les gens autour de moi qui se demandent s'ils vont vivre ne sont pas tous cathos. Et moi si on légalise l'euthanasie, je m'en fiche à titre personnel parce que je sais que je n'en veux pas et que personne autour de moi ne fera pression en ce sens. Mais la petite vieille à côté qui se demande parfois si ça vaut la peine de se battre encore, si demain on lui dit "vous savez, vous pouvez mourir dans la dignité" et si après demain on lui sussure qu'être digne c'est ne pas coûter trop cher à la société... Elle, ça sera son problème; catho ou pas. Et le problème de la stabilité de la famille ne se pose pas qu'aux cathos non plus. Et puis merde: que les commandements de Dieu soient l'expression d'une loi naturelle accessible à tout homme même sans la foi, ça fait partie de la foi catholique alors cessons de faire comme si ces problèmes étaient des problèmes cathos. Maintenant si le "microcosme" catho est plus conscient de ces enjeux que le macrocosme matérialiste, ça peut s'appeler être le levain dans la pâte ou le sel de la terre...
Enfin, Gilles Texier, vous opposez la foi à la morale et à la politique. Ne serait-ce pas retomber dans l'opposition entre la foi et les oeuvres? Relisons l'Epître de Jacques: une foi qui ne s'incarne pas dans des oeuvres est une foi nécrosée (1 22-25 et surtout 14-26). Alors que la foi s'incarne dans une morale ou une politique, il n'y a rien là que de très normal. A condition que chaque chose soit à sa place et que la foi soit l'inspiratrice et non l'instrument de la politique.
______

Écrit par : Hubert Houliez / | 30/03/2012

> Relisez votre premier paragraphe, Gilles. On ne peut écrire une chose et dire ensuite qu’on ne l’a pas écrite… alors qu’elle est encore écrite : « La seule chose qui serait vraiment monstrueuse, c'est que ce monde soit stable. Mais heureusement, il est incapable d'éviter de s'enfoncer de plus en plus dans l'inhumanité, jusqu'à son prochain effondrement. » Réfléchissez à la portée de telles sentences. Et s’il vous plait, ne vous étonnez pas qu’elles fassent bondir.
A méditer, ce que dit Hubert : « Je ne suis pas convaincu que tous les combats soient perdus d'avance » ; « Et ce n'est pas un problème de catholiques » ; « le problème de la stabilité de la famille ne se pose pas qu'aux cathos non plus ». Merci Hubert et courage !
Autre point évoqué dans divers commentaires : le problème ne se pose pas en termes de hiérarchisation du mal et de priorité. Le fait qu’un mal ne soit pas LE plus grand mal n’exonère pas de le combattre s’il est grave. A ce compte, la folie de la financiarisation de l’économie n’est pas non plus LE plus grand mal. Dirons-nous à ceux qui veulent le prendre à bras le corps « C’est inutile parce que ce n’est pas la priorité » ou encore « c’est perdu d’avance, ne perdez pas votre temps » ? Et dirons-nous à celui qui s’en saisit qu’il fait une « obsession », le disqualifiant ainsi d’emblée. Démission vous dis-je, voilà ce qui guette…Pourquoi démission ? Parce que certains combats sont difficiles à mener, et ils font peur. Camarades, avez-vous peur ?

GP


[ De PP à GP :
- Excusez-moi, Guillaume, mais la phrase qui vous fait bondir... ne me fait pas bondir. Que ce monde-là s'effondre n'a rien de navrant, au contraire. Un autre naîtra. Je vous rappelle que nous n'avons pas ici de cité permanente, que "nous attendons la cité future", et que l'Apocalypse sera un joyeux avènement...
- Et qu'est-ce que ce combat qui ne doit pas être perdu d'avance ? coller des rustines au vieux pneu crevé du matérialisme mercantile ? toujours les mêmes combats de retardement face à l'inéluctable ? un inéluctable qui n'est absolument pas notre défaite ("j'ai vaincu le monde"), mais la défaite de ce monde qui sera roulé comme une toile de tente ? Ne réagissons pas en sédentaires anxieux (anxieux de quoi ?), mais en nomades prêts à bouger. Ne soyons pas les défenseurs d'une chose indéfendable au nom du moindre mal, la vieille chanson stérile... Le "moindre mal" de 2012 aurait paru une infamie inimaginable aux gens de 1912. Et ça ne veut pas dire que la société de 1912 était recommandable. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Guillaume de Prémare / | 30/03/2012

RESTONS FRÈRES

> Camarades, restons frères ! ;o)
Et ne vous inquiétez pas, je n'ai pas le mépris de la morale et de la politique : je cherche tant bien que mal à vivre la morale naturelle, et je me pose la question (sans l'avoir résolue pour le moment) sur les moyens de prendre une juste place dans cette société... Simplement, c'est la foi qui me donne l'envie et le souffle. Quand bien même on convaincrait par des arguments rationnels l'ensemble des personnes à vivre la morale naturelle et à rechercher un régime politique visant le bien commun, il est à craindre que sans la foi, il soit très difficile de mettre en pratique ces aspirations (je pense même impossible) : on manque parfois plus de volonté que de clairvoyance, et le mauvais est plus rusé que nous. Il sait très bien détourner les bonnes intentions. Bref, rebâtir ce monde en se plaçant uniquement sur le domaine rationnel parce qu'il est universel et qu'il permet de communiquer avec ceux qui ne partagent pas la foi, ne paraît être la bonne tactique. Mais nous pouvons sans doute marcher sur nos différents chemins sans nous anathématiser.
______

Écrit par : Gilles Texier / | 30/03/2012

OASIS

> Je prie tous les jours, comme vous Patrice, et avec toute l’Eglise, pour hâter le retour du Christ en gloire : adveniat regnum tuum ! Je serais très heureux si cela arrive demain matin. Et ce jour-là, le Christ sera très heureux s’il trouve des hommes occupés à leur travail ordinaire, affairés réparer ce qui est abîmé, à préparer l’avenir de leurs enfants et de leurs petits enfants, à aider leurs frères les hommes à construire sur cette terre en vue du Ciel. Ce jour-là, il y aura des hommes et des femmes qui mourront quelques minutes avant le grand événement ; il y aura des femmes qui accoucheront à la seconde même où le Christ paraîtra ; il y aura un chirurgien qui vient d’achever une opération à cœur ouvert pour sauver un nouveau-né ou un petit vieux ; il y aura un pape et des évêques pour expliquer aux hommes qu’ils doivent prendre un grand soin de la famille et préserver le mariage pour construire l’avenir.
Je ne suis pas un nomade, je suis un pèlerin enraciné là où Dieu l’a mis, qui essaie de construire avec les conditions présentes et avec les contemporains que Dieu met sur mon chemin. Le nomade ne construit que de l’éphémère. Lorsque l’oasis s’assèche, cela lui est indifférent car il part trouver ailleurs l’eau vive. Il y aura toujours des nomades, et ce mode de vie a ses grandeurs aussi. Moi, je suis un sédentaire, qui veut préserver l’oasis, construire des puits, travailler la terre que j’ai reçue de Dieu via mes ancêtres et la transmettre à mes enfants et petits-enfants. Et si le Christ choisit de revenir avant que j’aie vue mes petits-enfants, ce sera très bien ainsi.
______

Écrit par : Guillaume de Prémare / | 30/03/2012

NAPPE PHREATIQUE

> Il faut en effet s'occuper du puits. Mais quand la nappe phréatique est polluée aux métaux lourds par l'extraction de gaz de schiste à trois kilomètres de chez vous, il n'y a plus qu'à se faire nomade. Pas le choix.
______

Écrit par : Amoretti le jeune / | 30/03/2012

NOMADES PAR FORCE

> Le mode de vie traditionnel est rendu impossible par la société libérale qui a tout pulvérisé en poussière d'individus. Déracinés, nomades par force... Si la Providence nous fait ainsi nomades ça doit avoir un sens et rien ne sert de regretter l'état antérieur...
______

Écrit par : tobol / | 30/03/2012

Les commentaires sont fermés.