10/11/2011

Business à l'italienne : un "vaticaniste" professionnel...

...fait écho à une campagne de lobby contre le cardinal Turkson et le Conseil pontifical Justice et paix. Un correspondant de notre blog démonte pour nous cet article :


 

<< Sandro Magister affirme (sans le prouver) que la Curie n'est pas contente du document de Justice et paix. Il laisse d'abord entendre qu'elle n'aurait pas été mise au courant de la sortie de ce document ; mais, juste après, il admet la proximité entre le Conseil pontifical et le cardinal secrétaire d'Etat. Il admet aussi que le Conseil avait pris soin d'avertir les journalistes et de préparer la présentation de ce document plusieurs semaines à l'avance.

Sandro Magister prétend que ce document est un échec pour trois raisons :

 - Le G 20 n'a pas retenu l'idée d'une taxe sur les transactions financières à Cannes ;

 - Mario Draghi (nouveau patron de la BCE) agit comme si le problème était la déflation, non l'inflation comme le dit le document de Justice et paix ;

 - et Sandro Magister conclut en citant un papier de l'Osservatore Romano censé, selon lui, être un acte d'hostilité contre le document.

« Démonstration » absurde ! En effet :

1- Sandro Magister met sur le même plan : a) un document officiel de l'Eglise, b) les gesticulations d'un G20 dont il ne sort jamais rien, c) les postures d'un banquier central, ancien de chez Goldman Sachs, tout juste arrivé à son poste, et pas mieux placé qu'aucun de ses confrères pour donner des leçons de gouvernance économique (tant il est clair que personne ne sait quoi faire).

 2 - Le document du Vatican se place cent coudées au-dessus des coups de barre désespérés qui tiennent lieu de gouvernement des nations depuis trois ans. Inflation, pas inflation ? honnêtement on s'en fout ! Ce que dit le document, c'est qu'on ne s'en sortira pas sans une révision radicale du modèle économique et du gouvernement des peuples. Perspective qui horrifie évidemment les milieux d'affaires...

 3 - La chute de l'article de Magister invoque une élucubration du banquier Gotti Tedeschi comme si elle émanait d'une autorité morale. Or ce technocrate financier (sorti d'un musée Grévin du libéralisme) n'est rien sur le plan religieux ni philosophique, et son argument ne tient pas debout : reprocher au document du Vatican « de ne pas attribuer la crise mondiale de l'économie et de la finance à la baisse de la natalité », relève de l'ébriété.


Que cache cette campagne ? On sait que le Vatican est la cible des lobbies d'affaires, et que les grands patrons (« chrétiens ») militent durement pour que l'Eglise prenne à son compte la confusion entre liberté économique et capitalisme libéral. Un des nombreux vaticanistes - artisanat romain bien connu - peut hurler avec ces loups : le document du Vatican n'en fait pas moins son chemin. Rien n'empêchera des chrétiens lucides d'oeuvrer pour que le monde change. Les catholiques ouvrent les yeux sur la réalité de leur époque, même si certains d'entre eux restent des somnambules. >>

 

 

Commentaires

EXTRAITS INCOMPLETS !

> Il faut souligner que l'article de Sandro Magister a été publié tronqué par des sites libéraux français. Ils ont coupé toutes les informations dont parle ci-dessus notre correspondant : proximité Turkson-Bertone, conférence de presse, communiqués préalables, etc ; cela afin d'accréditer la "surprise" et le "mécontentement" prêtés au cardinal Bertone par le lobby libéral.
Cette affaire montre surtout les pressions effarantes dont le Vatican est l'objet de la part des lobbies économiques. (Cf. l'affaire des pressions de Monsanto, spectaculairement dénoncées par le P. Lombardi et le cardinal Turkson ; mais de cela non plus les sites libéraux - même "catholiques" - ne vous ont rien dit).
______

Écrit par : PP / | 10/11/2011

> Merci pour l'info !
______

Écrit par : Charles Vaugirard / | 10/11/2011

AÎE AÏE AÏE

> Ettore Gotti Tedeschi exprime une opinion personnelle - contestable - sur les causes de la crise et il ne fait aucune référence au texte de Justice et Paix. Comment dire alors qu'il s'agit d'un "désaveu total" ? Pour parler de "désaveu total", il faudrait quand même que l'auteur cite le texte et en fasse explicitement l'analyse critique. Cette affaire est donc truffée de raccourcis et de suppositions.
Par ailleurs, il y a une hiérarchie des sources : un document officiel d'un organe de la curie est revêtu, dans l'Eglise, d'une autorité que l'opinion personnelle d'un catholique ne possède pas. Et n'oublions pas que l'OR publie parfois des articles d'opinion, pas nécessairement la pensée officielle du pape.
Cependant, nous ne pouvons nous en tenir à cela. Car Ettore Gotti Tedeschi n'est pas une économiste lambda, mais le patron de la banque du Vatican. Son opinion, même personnelle - qui plus est exprimée dans l'OR - a une certaine portée. Et je trouve que cela "fait désordre". Non pas que je dénie à Gotti Tedeschi le droit d'avoir une opinion personnelle, mais, compte-tenu de sa fonction, une certaine réserve ne s'impose-t-elle pas quand cette opinion est en contradiction avec un document officiel de l'Eglise ?
Car tout de même, attribuer à la dénatalité la responsabilité de la crise - alors qu'elle n'est qu'un facteur aggravant - c'est, de facto, aller à l'encontre de la critique globale que l'Eglise fait du modèle économique et financier actuel.Le tout dans l'OR, par le banquier du Vatican : aïe aïe aïe...
Que se passe-t-il ? Lobbying des milieux financiers ? Cela semble crédible. Dans cette hypothèse, il faut admettre que le gouvernement de l'Eglise présente une certaine porosité à ce lobbying. Dénoncer cela, est-ce faire preuve de défiance vis-à-vis du gouvernement du Saint-Siège ? Ou faut-il se taire et "avaler les couleuvres" en se disant que la perfection n'est pas de ce monde ?
______

Écrit par : Guillaume de Prémare / | 14/11/2011

LE MAGISTÈRE DE MAGISTER

> Aujourd'hui tout le monde se dit "théologien" car une maîtrise dans ladite matière n'est pas si difficile à obtenir.
Et il est facile de se prétendre "spécialiste du Vatican".
Etre connu pour parler d'un sujet n'en fait pas le spécialiste.
Sandro Magister est un gars qui en mars dernier considérait que le Vatican par son silence, appuyait les bombardements de l'OTAN en Libye....
Lourde et idiote allusion aux "silences de Pie XII" ?
Complètement crétin et en plus prématuré puisque le Vatican s'est exprimé.
En fait sa thèse qui revient sans cesse est que le pape est très bien mais que les méchants cardinaux sont nuls.
Espère t-il que Benoit XVI va faire appel à lui ?
En fait j'ai l'impression qu'il cherche des choses à dire.
En effet il est éditorialiste option catholicisme à L'Espresso, il tient un blog et il faut bien pondre pr justifier un salaire et faire vivre un blog.
______

Écrit par : zorglub / | 14/11/2011

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.