Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2020

EELV en majesté : c'est souvent Ubu maire

ubu roi.jpg

Quand les nouveaux maires EELV s'imaginent (fumées de gloire) avoir été élus non par dégagisme ou pour verdir les villes, mais pour leurs idées "sociétales"... et pouvoir faire de leur mairie un relais d'incohérences libérales-libertaires peu écologiques :


 L’affaire Darmanin suit son cours. Selon l’engrenage prévisible, elle s'inscrit dans l'agitation commnautariste multi-domaines. Par exemple : le commando usuel perturbe à St-Etienne-du-Rouvray une cérémonie d’hommage au défunt P.  Hamel, en criant « culture du viol ! » (parce que les pouvoirs publics étaient représentés à la cérémonie par le ministre de l’Intérieur*)... Le nouveau maire EELV de Colombes dans les Hauts-de-Seine profite de la commémoration annuelle de la rafle du Vél d’Hiv’ (1942) pour associer l'actuel ministre de l'Intérieur au régime de Vichy – parce que, selon lui, "les migrants" seraient victimes d'une politique comparable à celle qui frappa les juifs... Je cite le maire de Colombes : « Les policiers français, les gendarmes français qui ont obéi aux ordres de leurs supérieurs en mettant en œuvre la rafle du Vél' d’Hiv' et d’autres rafles après et ailleurs, sont les ancêtres de ceux qui aujourd’hui avec le même zèle traquent les migrants, les sans-papiers… »

On comprend l’indignation du ministre qui assigne le maire en diffamation. Ou celle, hier, de l’avocat Gilles-William Goldnadel et du médecin journaliste Jean-Daniel Flaysakier. La rafle de 1942, organisée pour l’occupant allemand par la police de Vichy, visait 22 000 étrangers juifs ; elle en a arrêté et livré 13 152, qui furent déportés et tués à Auschwitz. Cette rafle, produit de la collaboration d’Etat devenu l'un des symboles historiques du mal, ne peut pas être comparée à la politique des gouvernements actuels envers les immigrés sans papiers. Politique critiquable ? Oui : mais sans rapport, sans commune mesure, avec celle de Pierre Laval et René Bousquet ! Le savent notamment tous ceux qui ont vu en juillet 2012 les documents officiels de 1942 (du soi-disant 'Etat français') exposés à la mairie du 3ème arrondissement de Paris.

La phrase du maire de Colombes est donc un nouveau symptôme de la perte de sens (jusqu’à l’absurde) des références 1940-1944, quand on les applique à tout et n'importe quoi.

Cette phrase soulève des colères. Le maire en est décontenancé. Il a donc fallu une tempête pour lui faire comprendre l’obscénité de sa comparaison !  Dès qu’il l’a eu comprise, il a tenté de l’effacer par un communiqué disant « regretter que [son] propos ait pu porter à confusion » – et rappelant son « soutien aux policiers et aux gendarmes qui exercent la lourde responsabilité républicaine de sécurité dans des conditions extrêmement difficiles ». « Il n’y a pour moi aucune comparaison possible entre police et gendarmerie d’un Etat démocratique, d’une part, et police et gendarmerie de l’Etat pétainiste, d’autre part », insiste-t-il,  récusant maintenant « tout parallèle » entre « le sort des migrants » et celui « des Juifs promis à l’extermination ». Mais s'il récuse ce parallèle, pourquoi a-t-il commencé par le tracer, noir sur blanc et en suggérant plus qu'un parallèle : une véritable filiation (« les ancêtres ») ?

Deux explications se proposent :

a) Nouveau maire de Colombes mais sexagénaire issu d'un certain milieu sociologique (celui de la vieille gauche bobo avec son système de réflexes remontant à Mai 68), l'urbaniste Patrick Chaimovitch voit spontanément un SS en tout policier. On a pu mesurer depuis les années 1980 ce à quoi aboutit cette “culture” de diabolisation du régalien : en faire cadeau à l'extrême droite, ce qui a tiré celle-ci du néant pour faire son relatif succès ! C'est un exemple-limite de ce que Raymond Boudon appelait l’effet pervers et Jules Monnerot l’hétérotélie : atteindre un résultat autre que celui que l’on croyait poursuivre.

b) Une ivresse présomptueuse gagne EELV depuis ses victoires municipales dans une série de grandes villes. Victoire moins par adhésion que par dégagisme : notamment à Lyon, qui a voté vert pour changer de têtes ; ou à Colombes, dont la maire sortante LR Nicole Goueta avait sombré dans l'impopulaire… Mais les Verts s’imaginent qu'on a plébiscité leur “vision de la société” (dit le secrétaire national Julien Bayou), alors que ce mélange de communautarisme libéral, d’activisme antifa et d’écologie décontextualisée montre surtout incohérence et confusion.

Les premiers jours de M. Chaimovitch à Colombes (l’esclandre Vichy), ceux de M. Doucet à Lyon (la bourde de l’écriture inclusive), ou ceux de plusieurs autres néo-maires verts (la PMA), ont illustré cette confusion et cette présomption peu écologiques de leur part. Elles persisteront jusqu'à ce que l’écologie politique officielle, revenant aux sources, se nettoie du narcissisme et du conformisme "sociétaux".

 

__________

* Rappelons que M. Darmanin ne fait l’objet d’aucune mise en examen bien que l’enquête préliminaire ait été re-rouverte (à la demande de MeeToo, après avoir été classée deux fois sans suite puis close sur un non-lieu faute d’éléments objectifs)... Notons aussi que les mêmes gens : 1. justifient les “radicalisées” de harceler M. Darmanin, 2.  s’indignent qu’elles aient harcelé M. Girard. Deux poids, deux mesures ?

 

hqdefault.jpg

 

Commentaires

DÉBUT DE SENSIBILITÉ ?

> Le "dégagisme" peut être une explication du succès de pas mal de candidats EELV, en effet, mais il ne faut peut-être pas négliger non plus un début de sensibilité écologique chez certains électeurs. Lesquels, peu au fait des extravagances de ce parti, auront pris ses candidats pour des écologistes.
Je ne dis pas qu'il n'y a aucun écologiste chez EELV, mais force est de constater qu'on entend peu d'élus ou de représentants de ce parti s'exprimer sur l'écologie. Ou protester contre le fort peu écologique projet de loi bioéthique en cours d'examen (et il n'y a pas que la "PMA pour toutes" comme joyeuseté dans ce projet).

SL


[ PP à SL – Non seulement les jeunes caciques d'EELV admettent que l'on fasse à l'humain ce qu'on ne doit pas faire à la nature, mais ils le revendiquent et l'imposent là où ils peuvent : et sous ses formes extrêmes. Ce n'est plus de l'incohérence, c'est de la schizophrénie...]

réponse au commentaire

Écrit par : Sven Laval / | 28/07/2020

LA MACRONIE

> La présomption d'innocence étant posée, il n'est pas interdit de s'étonner de la sottise politique – ou s'agit-il d'une provocation arrogante – d'un gouvernement qui nomme un personnage objet d'accusations de viol et ceci fans le contexte d'une opinion publique particulièrement sensible (affaires Weinstein, Polanski, etc.) et de campagnes contre les violences faites aux femmes.
Nous sommes en Macronie, pays de l'en-même temps et de ses incohérences...
______

Écrit par : Réginald de Coucy / | 28/07/2020

> merci
______

Écrit par : Ludovic / | 29/07/2020

SYNDROME

> Il y a aussi une conseillère de Paris EELV qui mériterait de figurer sur le podium. Mme Coffin a "explosé" hier en séance, le mot est faible : à réécouter la vidéo, je parlerais volontiers d'implosion, hurlant "la honte, la honte, la honte" de manière, n'ayons pas peur des mots, hystérique. La pédophilie est un crime, les pédophiles sont des criminels. Mais le fait pour M. Girard d'avoir déjeuné avec un homme qui jusqu'à peu était reçu sur tous les plateaux télévisés ne fait pas de lui un pédophile, à moins que la justice n'en décide autrement à l'issue d'un procès équitable. Or il n'y a rien de cela aujourd'hui.
La réalité du féminisme radical défendu par Mme Coffin est exprimée dans l'entretien qu'elle donna à Russia Today : n'étant pas mariée à un homme, cela lui évite d'être battue, violée, harcelée. Heureusement que toutes les féministes ne pensent pas la même chose : très peu probable en effet que Yourcenar, Beauvoir, Veil ou Halimi auraient partagé cette opinion. Ce n'est plus du féminisme, c'est de la misandrie.

PV


[ PP à PV – Ou même de la phobie : syndrome pathologique sévère. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 29/07/2020

HILARITÉ

> à Philippe de Visieux – Lisez dans 'Libération' le récit de la soirée entre le jeune Darmanin (27 ans) et la future "ex-call-girl" Olga Patterson, alias aujourd'hui Sophie Spatz : un échange de bons et loyaux services resté unilatéral, devenu selon l'effrayante DeHaas et ses "soeurs" une affaire de... viol, légitimant des exhibitions incongrues et odieuses telles que la perturbation de la cérémonie d'hommage au martyr Jacques Hamel sous prétexte que Darmanin y parlait.
En plus, 'Libé' explique en quoi consistait le service que la future-ex-call-girl attendait du jeune politicien Darmanin, après avoir échoué auparavant auprès d'autres politiciens moins novices : faire effacer une condamnation pour chantage et usurpation de chéquier ! On sait que les "interventions" sont monnaie courante chez les politiciens, mais là c'était du domaine de l'impossible. D'où la fureur de la future-ex-call-girl, etc. Et l'action en justice, bien plus tard, impulsée par le monsieur que cette personne allait épouser...
On est mort de rire devant ce dossier, et sa qualification de "drame du viol" par les LGBHTQ+.
Mais on est indigné de voir la presse prendre ce montage au sérieux. On dirait un "kompromat" du KGB autrefois !
______

Écrit par : Cléo de Mérode / | 29/07/2020

à Cléo de Mérode :

> https://www.femmeactuelle.fr/actu/news-actu/ambiance-stricte-au-palais-de-lelysee-les-collaborateurs-nont-plus-de-libido-2088762
Un maître d'hôtel de la présidence de la République rapportait récemment : "On s'ennuie ferme à l'Élysée. Plus personne ne baise ! Avant, il fallait frapper deux ou trois fois aux portes avant d'être certain de ne pas en déranger un en délicate posture".
Chacun sait que Chirac était connu sous le sobriquet "cinq minutes, douche comprise", son épouse allant jusqu'à reconnaître s'être habituée à ses innombrables frasques.
Cela veut dire que jusqu'à peu, sexe et politique étaient étroitement liés. On peut le regretter, mais cela ne signifie pas pour autant que toutes ces relations n'étaient pas consenties : les hommes politiques ne sont évidemment pas tous des violeurs !

PV


[ PP à PV – Certes. Et les histoires pittoresques sont légion : parfaitement consenties par ailleurs. Mais puisque maintenant on-peut-se-faire-un-max-de-thune en taxant de viol ce qui fut un échange de services volontaires et réciproques...
Il paraît que cette évolution s'appelle "progrès des valeurs".
Il y a progrès dès que ça se monnaie, Hayek l'explique très bien : de la barbarie du troc aux lumières de la spéculation, le orocès devenant outil financier. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 29/07/2020

MAZARINE, ESPRIT LIBRE

> https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/07/28/mazarine-pingeot-ce-mortel-ennui-qui-me-vient_6047461_3232.html
Un point de vue intéressant exprimé par Mazarine Mitterrand-Pingeot :
"Ce mortel ennui qui me vient, devant une certaine jeunesse sans désir mais pleine de colère, ces jeunes femmes mieux loties que leurs mères et leurs grands-mères, qui ont mené la lutte pour elles, déblayé le terrain pour leur laisser en héritage de continuer le combat : les unes se sentent insultées quand un homme, de sa violence ancestrale, ose un compliment – et c’est comme une gifle en plein visage, certaines appellent ça un viol, au mépris de celles qui en ont vraiment été victimes ; les autres se déguisent en putes pour imiter les danseuses des clips de rap qui vantent l’argent facile et l’amour monnayable."
Un homme ne pourrait plus écrire ces lignes.

PV


[ PP à PV – L'homme qui écrirait cela aurait intérêt ensuite à se faire accompagner de gardes du corps armés. Et de dormir dans un bunker entouré de fleurs d'eil...]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 29/07/2020

CARICATURAUX

> Les écologistes d'EELV, les néo féministes et les néo(anti)racistes sont tellement caricaturaux qu'ils finissent par nuire à la cause qu'ils prétendent défendre.
Les manif' contre "Darmanin-le-violeur" sont déjà scandaleuses, mais quand ça va jusqu'à perturber la commémoration d'un assassinat terroriste, c'est particulièrement odieux, de même que profiter des commémorations de la Shoah pour faire sa propagande politicienne.
______

Écrit par : Tryphon Tournesol / | 31/07/2020

GAEL GIRAUD ET DARMANIN

> https://mobile.twitter.com/GaelGiraud_CNRS/status/1288887896406208512
Un peu estomaqué à la lecture de ce commentaire publié par Gaël Girqud, sj : "La nomination du Min. de l'Int. est 1 provocation politique & 1 faute morale.
Comment ne pas songer à DSK, au silence d'1 partie du PS qui savait ? Les DSK-boys sont auj. chez Macron ? Pas étonnant..."
Certes, on peut légitimement considérer la nomination de G. Darmanin comme politiquement inopportune, position que je partage. Mais comme il a été écrit sur ce blog, rien ne prouve à ce jour que le ministre de l'Intérieur ait violé qui que ce soit. Ce parallèle avec D. Strauss-Kahn est étonnant, tout particulièrement venant d'un prêtre. Qui sommes-nous pour juger M. Darmanin, en l'absence de toute preuve et de toute condamnation ?
Il est vrai que Bercy savait DSK très porté sur la chose ; un ami haut fonctionnaire de l'INSEE m'en avait fait part dès 2006... comme il est vrai que beaucoup, à Ste-Foy-lès-Lyon, savaient que B. Preynat se livrait à des pratiques condamnables... On ne peut porter de jugement a posteriori sur des manquements supposés à un devoir de dénonciation : qui en effet peut rapporter des faits qui ne l'ont pas directement concerné ou dont il n'a pas été le témoin ? C'est le cas de G. Darmanin, innocent jusqu'à ce qu'une juridiction le déclare coupable. Ce fut le cas des cardinaux Pell et Barbarin. Ce fut le cas de DSK qui aurait pu être mis en examen et jugé si l'une ou l'autre de ses conquêtes avait rapporté leur relation aux autorités en se plaignant de viol ou d'agression sexuelle ; aucune ne le fit, en tout cas jusqu'à l'affaire Diallo. En quoi ses collaborateurs auraient-ils dû dénoncer les pratiques de DSK, auxquelles ils ne prenaient pas directement part, se fondant sur de seules rumeurs ? Et en quoi le fait qu'ils aient rejoint E. Macron serait-il une faute qui s'ajouterait à cette supposée non-dénonciation ?
Non, il me semble que G. Giraud use de raccourcis regrettables. Les affaires Darmanin et DSK n'ont rien à voir ; la nomination du ministre de l'Intérieur ne sera une "provocation" que lorsqu'un juge le déclarera coupable. Ignorer la présomption d'innocence, c'est donner raison au tribunal médiatique ; c'est permettre à n'importe qui de détruire la carrière d'autrui sur le fondement d'une accusation fallacieuse. Faisons confiance à la justice et à elle seule avant de jeter l'opprobre sur quelqu'un.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 01/08/2020

à Philippe de Visieux

> Le fait est que Gaël Giraud sj a une faiblesse pour le politiquement correct en matière de MeToo. Personne n'est parfait. Le travail qu'il fait par ailleurs contre le système économique ultralibéral et financiarisé est excellent et ne doit pas être oublié sous prétexte qu'il y a un brin d'ivraie dans son bon grain.
______

Écrit par : Amicie Terray / | 01/08/2020

à Amicie Terray :

> Oui, entièrement d'accord avec vous. Ce que fait le P. Giraud en matière écologique et en matière économique est remarquable et doit être diffusé. Soutenons-le dans ce combat, bien entendu.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 01/08/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.