Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2019

Notre-Dame de Paris : une étrange manoeuvre financière risque de disperser les donateurs

cover-r4x3w1000-5798add75ac60-guillaume-poitrinal-pdg-d-unibail-rodamco-club-business.jpg

Président de la Fondation du patrimoine depuis 2017, Guillaume Poitrinal [photo] décide unilatéralement de clore la souscription Notre-Dame et de diriger une partie de l'argent vers d'autres chantiers. Désarroi chez les donateurs. Désapprobation au ministère de la Culture, aux Monuments nationaux, à la Fondation Notre-Dame, à la Fondation de France. Et perplexité de l'opinion :


 

J'ai publié ici hier le communiqué de l'archevêché de Paris. Faisant le point de la situation de Notre-Dame, il mentionne l'étrange attitude de l'un des quatre organismes habilités à lever des fonds : la Fondation du patrimoine. Son président, le PDG franco-luxembourgeois Guillaume Poitrinal (ex-n°1 mondial de l'immobilier commercial [*]) a en effet décidé : a) de cesser la contribution de sa fondation à la souscription publique pour la cathédrale de Paris ; b) de diriger vers d'autres destinations que Notre-Dame une partie des fonds collectés. 

M. Poitrinal dit  être entré en contact avec "les grandes fortunes", qui seraient "ouvertes à l'idée de réallocation de leurs dons". Par ailleurs il a lancé le 14 mai une souscription concurrente "au bénéfice des cas les plus urgents parmi les 2800 sites les plus menacés en France".

Le désarroi est ainsi semé dans l'opinion publique.

Personne ne nie que les 2800 sites en question méritent eux aussi des efforts. Mais un malaise est créé par la précipitation avec laquelle M. Poitrinal, dès les lendemains de l'incendie du 15 avril, a invoqué ces sites comme une objection contre Notre-Dame. Et par la hâte avec laquelle il ferme la souscription dès maintenant, au nom du patrimoine, prenant le risque de démobiliser les donateurs – y compris ceux de la Fondation Notre-Dame, de la Fondation de France et du Centre des monuments nationaux... alors que les promesses de dons sont encore incertaines faute d'être concrétisées !  M. Poitrinal met ainsi en danger toute la restauration de la cathédrale.

Son annonce de clôture des dons est  "prématurée", déclare le ministère aux médias. Car : 1. l'expertise à Notre-Dame est loin d'être finie ; 2. "la phase de diagnostic n'a pas encore débuté" ; 3. l'indispensable dépollution non plus  (tout le site est contaminé au plomb) ; 4. on ne connaît donc pas "le coût total des travaux".

Fermer la souscription maintenant n'a aucun sens et autorise toutes les interprétations :  si M. Poitrinal se sent critiqué dans les jours qui viennent, il ne devra s'en prendre qu'à lui-même. Pourquoi a-t-il décidé cette chose absurde ?  L'hubris des princes du CAC échappe au commun des mortels. M. Macron, qui lui non plus n'appartient pas au commun des mortels, convoquera-t-il M. Poitrinal à l'Elysée pour une conversation entre Olympiens ?

 

Ne laissons pas la confusion s'étendre ! Avec le soutien du ministère de la Culture, la souscription continue : à la Fondation Notre-Dame, à la Fondation de France et aux Monuments nationaux.

 

@FondationND

https://www.fondationnotredame.fr/

 

 

__________

[*]  M. Poitrinal a dirigé (2005-2013) le groupe Unibail-Rodamco-Westfield : premier groupe coté de l'immobilier commercial au monde, pesant en 2018 64 milliiards d’euros (CAC 40 + AEX + EuroStoxx). Gestion, promotion et investissement de grands centres commerciaux dans les mégapoles transatlantiques...  M. Poitrinal a reçu le "Trophée d'honneur de la personnalité ayant marqué l'industrie des centres commerciaux" en 2007. Chaque année (de 2006 à 2013) il a été élu "Meilleur président d'une société immobilière en Europe" par le jury de financiers du magazine Institutional Investors. On sent l'homme attaché au patrimoine historique.

 

 

nd-travaux.jpg

 

Commentaires

LE MILLIARD FOND

> Entre le milliard annoncé en train de fondre et la précipitation dangereuse de Manu, je perds confiance. Si Notre-Dame peut retrouver un toit et être rouverte, ce sera déjà bien. Même mon désir de voir reconstruire la flèche me semble maintenant un rêve. Serait-on même capable de le faire ?
Mon expérience des architectes et des entreprises experts en restauration me rend méfiant. On nous éblouit en nous montrant les nouvelles technologies merveilleuses au service du patrimoine, mais on ne nous dit pas qu'elles aboutissent quelquefois à des erreurs et qu'elles ne remplacent pas les connaissances et les savoir-faire perdus. J'ai travaillé sur des monuments vieux de tout juste un siècle et j'ai pu constater qu'on avait déjà perdu toute connaissance d'une partie des techniques employées. Une restauration fidèle était déjà impossible.
______

Écrit par : Guadet / | 16/05/2019

QUI

> merci pour le CV de M. Poitrinal,
dans la famille "qui est-il vraiment",
voir le lien ci-dessous, une petite video de l'homme qui représente l'Europe :
https://www.stoptafta.com/jcj/
(je pense que tout commentaire est inutile)
______

Écrit par : franz / | 16/05/2019

à franz :

> Cette vidéo traduit-elle la réalité ou est-elle parodique ? Juncker dépeint en Boris Eltsine : les médias auraient pu nous mettre au courant un peu plus tôt... même le 'Canard' n'en a (à ma connaissance) pas parlé !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/05/2019

L'HÔTEL-DIEU

> https://www.nouvelobs.com/sante/20190518.OBS13092/plus-vieil-hopital-de-paris-l-hotel-dieu-en-partie-cede-a-un-promoteur-immobilier.html

Cette nouvelle ne présage rien de bon quant à l'avenir de Notre-Dame : voici un tiers de l'Hôtel-Dieu bradé à un promoteur immobilier. Il y a un mois à peine, on rappelait que les constructeurs de cathédrales érigeaient toujours à proximité de ces dernières un lieu d'accueil pour les nécessiteux. M. Hirsch, pourtant ancien président d'Emmaüs, a manifestement cédé aux sirènes du toujours-plus-de-croissance : on apprend que le nouveau projet se veut commercial, avec notamment pour objectif de vendre encore plus de trucs à touristes aux foules venues visiter Notre-Dame. Il y aura certes une maison du handicap, sans doute pour rappeler la mission première de l'Hôtel-Dieu... mais aussi et surtout un restaurant gastronomique et beaucoup de commerces car, selon l'ancien successeur de l'abbé Pierre, "il serait « absurde » de priver de shopping les millions de touristes attirés par Notre-Dame".
Quand on connaît l'état de l'AP-HP, pourquoi ne pas avoir offert ces espaces à des structures hospitalières (comme le demande la CGT) plutôt qu'à un promoteur ? Ne serait-ce pas plus sensé que d'ouvrir des commerces d'attrape-touristes vendant des tour Eiffel en plastique, made in China pour la plupart, au bilan carbone désastreux ?

PV


[ PP à PV – C'est à passer au scanner. On annonce que le projet divise le bloc (2,2 ha du parvis au quai de Seine) en deux parties :

1. La partie confiée à Novaxia, qui sera distribuée (avec avis de l'architecte des Monuments historiques P.-A. Gatier) entre :
a) un rez-de-chaussée de commerces et restaurants ("excluant les grandes enseignes mondialisées") ;
b) dans les étages, 10 000 m2 affectés à un "incubateur de laboratoires de biotechnologies et d'entreprises du secteur médical ; un espace de coworking sur l'intelligence artificielle ; et un auditorium ; le tout faisant un "cluster" censé "attirer les investisseurs du monde entier dans le domaine de la santé", mais confié à la firme US Biolabs ;
c) un "pôle habitat et services" : crèche, résidence étudiante, maison du handicap, confié à l'association Toit et joie dépendant de La Poste.

2. La partie du site qui restera un hôpital, "tourné vers les publics précaires et le traitement des maladies chroniques, avec un service d'accueil des urgences, un plateau de consultation pluridisciplinaire, un pôle de psychiatrie et un autre de santé publique."
Commentaire de Martin Hirsch (AP-HP) : "Ce sera notre premier hôpital du XXIe siècle, correspondant à l'offre de soins nécessaire à Paris". Coût de cette restructuration de la partie hospitalière pour l'AP-HP : 100 millions d'euros.

En attendant l'ouverture de ces énormes chantiers, l'AP-HP et Novaxia proposent à l'archevêché de mettre à sa disposition des espaces d'accueil des pèlerins ou d'événements culturels.

Ces informations sont dans 'Le Monde' daté des 19-20 mai. Reste à examiner tout ça de plus près (notamment la firme Biolabs). Et à poser des questions sur ce que signifie la langue de bois néolibérale employée par Hirsch : "faisant se rencontrer soins et entrepreneuriat..."

Réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 18/05/2019

LA MANIÈRE

> Ce qui était surprenant, c'était l'engagement de la Fondation dans la collecte de fonds pour ND de paris. Sa raison d'être est la sauvegarde du patrimoine de "second rang" délaissé: rural, artisanal, industriel, édifices inscrits ou non à l'Inventaire Supplémentaire, et non de pallier les insuffisances de l'Etat à l'égard des grands édifices classés.
Ce retrait est un sain retour à sa vraie mission.
Je manque peut-être d'objectivité car la FP m'a soutenu dans un petit sauvetage personnel ( four à pain et sa "chambre à four") et aide à la restauratiopn d'une église du village maternel.

PH


[ PP à PH – Ce qui est contestable n'est pas tant la décision que la façon "embuscade" dont elle a été assénée par Poitrinal, et qui aura pour effet de dissuader un certain nombre de gens de concrétiser leur promesse de don. Si Poitrinal considère que Notre-Dame ne fait pas partie des missions de sa fondation, il ne fallait pas qu'il accepte d'entrer dans le dispositif. D'autant qu'il l'at fait avec mauvaise grâce dès le début !
La Fondation du patrimoine aurait-elle agi de cette manière quand elle était présidée par Edouard de Royère (1996-2005) ou Charles de Croisset (2005-2017) ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 18/05/2019

HISTORIQUE ET ESTHÉTIQUE

> Oui, c’est un objet d’amour l’Hôtel-Dieu, comme dit Martin Hirsch, tant sur le plan de son rôle historique même si l'actuelle structure date du XIXe siècle que sentimental (j'y ai fait mon premier stage) et qu'esthétique avec son magnifique jardin intérieur !
Ne le détruisons pas !
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 18/05/2019

à Patrice :

> En effet, cet aspect s'est pas sans soulever certaines questions. Celles-ci se posent dans les mêmes termes au Val-de-Grâce, lui aussi fermé et en attente de transformation.

https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/05/18/au-val-de-grace-l-ancien-hopital-a-l-abandon_5463825_3234.html

Selon 'Le Monde', il existerait un projet d’hôpital privé autour du handicap (pourquoi privé ?) et un autre, proche de ce que propose Hirsch pour l'Hôtel-Dieu, consistant en "un vaste hôtel d’entreprises consacré à l’innovation dans le domaine de la santé" avec, en coulisses, promoteurs, hommes d'affaires et fonds d'investissement.
Je préfère à tout cela le Val-de-Grâce ancienne formule ! Faire cohabiter profit et offre de soins, cela nous conduit tout droit vers le système américain de santé ; pour l'avoir expérimenté, je peux assurer que notre sécurité sociale est un trésor à chérir !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 19/05/2019

FILIÈRE

> C'est marrant tout de même. Pour avoir à plusieurs reprises recherché un emploi,j'ai souvent été confronté à la question de la culture de filière. Les recruteurs sont frileux et conformistes et ont parfois du mal à imaginer pouvoir embaucher des personnes issues d'un autre domaine.
Et là on passe carrément d'un type qui est spécialiste des centres commerciaux à la préservation du patrimoine historique et culturel ! Peut-on faire plus dissemblable et antagoniste ?
Il est vrai que ces temples de la consommation que sont les centres commerciaux semblent devenus l'emblème de la civilisation occidentalisée
Pour ma part,je suis assez écoeuré par tous les intérêts politico-mercantis qui grenouillent et spéculent autour du grand corps blessé de N.D. de Paris.
Il y a quelque chose de vraiment pourri dans, ce qui n'est plus, le royaume de France...
______

Écrit par : Réginald de Coucy / | 20/05/2019

QUOI

> Avant de faire appel au don, ce serait bien de dire ce qu'on va en faire : pour restaurer la cathédrale, oui, pour construire une flèche futuriste, non !
______

Écrit par : professeur Tournesol / | 20/05/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.