Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2019

Plus de père et de mère aux yeux des députés

familles

Paris, le 14 février 2019
DÉCLARATION

PÈRE ET MÈRE

 Une fois encore, nous constatons, à regret, une tentative au Parlement qui, au prétexte d’unifier les démarches administratives, déconstruit la réalité familiale. Il n’est pas indifférent pour un enfant de se recevoir, en particulier à travers les formulaires administratifs, d’un père et d’une mère. Loin d’être « arriérée » ou « dépassée » cette pratique de mettre « père » et « mère » permet à chacun d’entre nous de se repérer dans les générations qui se succèdent. L’école, en particulier, se doit de participer à cette perception profondément structurante.

Cette aseptisation administrative de la vie familiale représente le énième avatar de la théorie du genre qui voudrait qu’il soit indifférent d’avoir des parents de même sexe ou de sexe différents. De plus, dans aucune famille, y compris les rares familles où il y a deux adultes de même sexe, on ne se présente comme parent un et parent deux. Faut-il, enfin, se demander qui serait le numéro un et qui serait le numéro deux parmi les parents ? Et en cas de divorce, le numéro deux deviendra-t-il numéro un ? Nous voyons-là tout le ridicule de cet amendement.

Nous espérons que le bon sens puisse reprendre toute sa place pour le bien premier des enfants !

 

Mgr Bruno FEILLET
président du conseil Famille et Société de la CEF
évêque auxiliaire de Reims

 


-

18:08 Publié dans Idées, Société | Lien permanent | Commentaires (45) | Tags : familles

Commentaires

L'administration est tombée sur la tête

> Sans compter le côté inégalitaire de la chose. Le parent 2 a-t-il la même dignité que le parent 1 puisqu'il passe après dans l'ordre numérique ? Ou alors on alterne : on tire à pile ou face qui est le parent 1 sur le premier imprimé à remplir. Sur le deuxième, on inverse et ainsi de suite. Et si suite à un divorce, deux parents 1 se marient et ont un enfant ensemble ? On pourra trouver l'un d'eux parent 1 de ses premiers enfants issu de son premier mariage et parent 2 du petit dernier ?
On savait que l'administration française compliquait à plaisir, mais là on bat des records de stupidité.
______

Écrit par : Bernadette / | 14/02/2019

FOLIES

> Beaucoup de choses sont fort bien dites en peu de mots dans cette déclaration. J'y relève en particulier :
"une tentative au Parlement qui, au prétexte d’unifier les démarches administratives, déconstruit la réalité familiale" : le prétexte est déjà pervers, puisqu'il place les démarches administratives au-dessus d'une réalité donnée.
et
"Faut-il, enfin, se demander qui serait le numéro un et qui serait le numéro deux parmi les parents ? Et en cas de divorce, le numéro deux deviendra-t-il numéro un ? Nous voyons-là tout le ridicule de cet amendement"
Ridicule est bien le mot ; nous vivons à une époque où ce qui il y a quelques années ne pouvait être raisonnablement considéré que comme une blague, une absurdité ou une folie devient un sujet des plus sérieux, discuté et voté par des députés.
Force est, avec nos évêques, d'espérer un retour à ce qui n'est que du bon sens.
______

Écrit par : Sven Laval / | 14/02/2019

> A quand la numérotation des grands-parents ?
______

Écrit par : Pierre Huet / | 14/02/2019

SUR LA TÊTE

> On marche sur la tête !
Mais bien sûr en cas de divorce le numéro 2 devient le numéro 1, et qui risque fort de passer à la trappe... (voir scène culte de James Bond dans "Dangereusement Vôtre"...). Enfin, pour l'instant j'ai plutôt l'impression d'être dans la série "Le Prisonnier" ! : "Je ne suis pas un numéro !", hélas si !
______

Écrit par : BCM / | 14/02/2019

> Bravo !!!
______

Écrit par : Ludovic / | 14/02/2019

@ Bernadette:

> Les chiffres, c'est l'ouverture à l'infini des possibles: parents 3, 4, parent 1-2, 2-1, 1 bis, 2 ter, 1/2 (pour reconnaître symboliquement la mère porteuse), 1/3 (pour le donneur de sperme)...
Personnellement, en tant qu'amoureuse des mots, je m'indigne du primat donné aux seuls chiffres, et au nom de la non-discrimination demande qu'on autorise l'usage de mots en place des chiffres. Par exemple: la terre et l'eau, le pot et la serre, l'artisan et l'artiste, etc: osons, osons, toujours plus loin! Et vous verrez que bientôt les petites filles naitront d'une rose rose et d'une rose blanche, les garçons d'un chou frisé et d'un chou rave. Et qu'on ira jusqu'à donner comme petit nom à son chou frisé papounet, et à son chou rave mamounette.
Sérieusement, profitons-en pour désacraliser l'administration, nous concentrant sur cela seul qui marquera les enfants: leurs familles réelles et leurs besoins à entendre, et laissons les débats de papier aux esprits fonctionnaires.
______

Écrit par : Anne Josnin / | 14/02/2019

TROUPLES

> Parent 1, parent 2. Et les trouples avec enfants, comment font-ils ? N'importe quoi, ce truc.
______

Écrit par : Feld / | 14/02/2019

> Au même moment sort Sodoma.
Le but de ce livre est précisément de faire taire l’Eglise sur la dérive des mœurs neo libérale
En effet l’Eglise est le dernier rempart à la redéfinition totale de la société : si homosexualité a la même valeur que la sexualité d’un homme et d’une femme dans le mariage, la sexualité est totalement dissocié de la procréation. Le mouvement issue de la pilule est achevé. On n’a plus de couple mais des individus vivant dans toutes sortes de combinaisons sexuelles d’un côté et ayant des enfants de l’autre, l’idée du marché étant que la production d’enfant lui soit délégué
On est en plein meilleur des mondes, j’ai d’ailleurs toujours considéré le livre de Huxley bien plus intéressant que celui d’Orwell. Curieusement on parle plus de ce dernier, car Huxley est bien trop gênant !
______

Écrit par : Ludovic / | 15/02/2019

HANOUNA À L'ASSEMBLÉE NATIONALE

> Pendant ce temps, Marlène Schiappa invite à débattre des familles monoparentales à l'Assemblée Nationale (spécial "mères isolées"... la gender neutrality est un long chemin, n'est-ce pas), avec un panel d'experts dont... Cyril Hanouna.
Ce dont elle se vante dans un tweet bien musclé :
https://twitter.com/MarleneSchiappa/status/1095722863590555653
______

Écrit par : Valérien Kempf / | 15/02/2019

'LIBÉRATION'

> En 2012, Libération se gaussait de ce "fantasme total" des opposants au mariage pour tous :

"C’est l’argument médiatique favori des opposants au mariage pour tous. A les croire, le texte de loi entraînerait la disparition des termes «père» et «mère» du code civil et des documents administratifs.
(...)
DESINTOX [sic!!!]
Des parents A et B (ou 1 et 2) en lieu et place des pères et mères ? L’image a le mérite d’être frappante. Mais elle a l’inconvénient de ne reposer sur strictement aucune réalité. Il n’y a nulle trace de ces termes dans le texte du projet de loi. On les retrouve, en revanche, très tôt dans les argumentaires des associations familiales et des réseaux catholiques les plus farouchement opposées au projet."
(...)
"le texte de loi n’en parle pas. Et si un changement était nécessaire, rien ne permet de dire que l’on «numérotera» les parents dans le cadre des futurs documents.
Ce qui n’empêche pas, là encore, l’argument de s’étaler, se tordre, jusqu’à devenir l’objet d’un fantasme total."

l'article : https://www.liberation.fr/france/2012/11/27/parent-a-parent-b-la-droite-part-en-live-sur-le-mariage-pour-tous_863502

Sans compter qu'il va falloir modifier les dialogues des films :
-Dark Vador : "Luke, je suis ton parent 1 !"
Voire leurs titres :
-le Parent1-Noël est une ordure
-parent2, j'ai raté l'avion !
______

Écrit par : E Levavasseur / | 15/02/2019

@ Ludovic

> Les conséquences de cette dissociation de la sexualité et de la procréation et des dérives eugénistes avaient été analysées en 1974 dans deux ouvrages quelque peu prophétiques : "Le choc du passé - Avortement, néo-nazisme, nouvelle morale" de Georges Naughton et "Morituri - L'humanisme biologique et le racisme scientifique", publiés par le GARAH.
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 15/02/2019

@ Ludovic:

> avez-vous lu Sodoma? Votre avis m'intéresse.
Pour avoir entendu son auteur ce matin sur France Culture, je n'ai pas eu la même impression que vous: il défendrait plutôt le pape François quand il dit" le carnaval est terminé", dénonçant les distorsions entre condamnations officielles et pratiques cachées, montrant comment le secret autour des pratiques homosexuelles a permis aux pratiques pédophiles de s'épanouir en toute impunité, par le jeu du chantage.
Il a même affirmé que, du fait qu'il montrait le lien chez les hommes d'Eglise entre discours officiellement homophobe et pratiques homosexuelles cachées, ses propos viseraient particulièrement la tendance Vigano.
Je vais aussi de ce pas le commander. Au plaisir de lire les commentaires et avis des uns et des autres !
______

Écrit par : Anne Josnin / | 15/02/2019

DU MAL

> Le nouveau film de François Ozon vient à point nommé pour parachever le tout: gageons, sans pouvoir toutefois le prouver, qu'il n'eût même pas réuni les fonds nécessaires pour un scénario identique, s'il s'était agi des ravages d'un pédophile enseignant, ou d'un éducateur spécialisé.
Ne nous y trompons pas, qu'un prêtre consacré sème le Mal à ce point relève, comme c'est du reste prévu en droit canon, non seulement des pires ignominies mais des sentences les plus lourdes, et être ministre du culte est à mes yeux un facteur aggravant, mais:
nous aurons de plus en plus de mal à évangéliser, à faire ouïr la Bonne Nouvelle à défaut de la faire écouter, sur un tel terreau.
______

Écrit par : Aventin / | 15/02/2019

Anne

> Non je n’ai pas lu Sodoma
Mais pour le moment un article du Monde qui en parle : il présente exactement les choses comme vous les dites et là j’ai deux remarques:
1/ sur le pape François : celui-ci est épargné car il a dit sa fameuse phrase « qui suis-je pour juger ? » donc l’article sous entend qu’il serait bien placé pour faire évoluer les choses
2/ je trouve que Sodoma ne fait que paradoxalement confirmer ce que dit Vigano: l’attitude gay friendly d’une certaine partie du clergé .
En revanche l’amalgame pédophilie = homosexualité est une des plus grandes entourloupes de ces dernières années: ce n’est sûrement pas Vigano qui l’a fait, ce sont tous les grands médias sans s’en rendre compte car l’immense majorité des scandales des abus était bien homosexuels (sur des ados et jeunes adultes garçons et non sur des enfants). Mais ils se sont gardés de le dire car cela aurait été dangereux pour le mouvement LGBT.

Ludoivic


[ PP à Ludovic - Sur l'opération Vigano, pardonnez-moi de vous dire que vous avez un regard inexact.
1. Vigano opère (en grand) l'amalgame homosexualité-pédophilie ! c'est même le ressort de son texte ;
2. le vrai but de son texte est de tenter d'impliquer le pape pour exiger sa démission : cela au prix d'un montage d'arguments bidon, comme l'ont montré Tornielli, Winters, O'Brien etc.
Mais la haine d'une partie de la bourgeoisie française envers ce pape est obstinée. Ces gens avaient applaudi automatiquement Vigano en septembre dernier (certains parlant même de "pape Borgia")... avant que les enquêteurs ne mettent au jour la véritable personnalité de l'ex-nonce - et les coulisses américano-curiales de l'opération. Aujourd'hui la droite bergogliophobe s'empare du livre de Martel (qui est d'ailleurs lui aussi une opération, mais venant d'un autre secteur) pour tenter de réhabiliter Vigano... Il fallait s'y attendre. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 15/02/2019

à Anne Josnin :

> Cette appréciation portée par M. Martel à l'action du pape François est tout à son honneur : l'hypocrisie d'une double vie est insupportable pour tout chrétien, a fortiori quand celui-ci est prêtre, évêque ou cardinal.
Cependant, il m'a semblé trouver dans les propos de M. Martel l'idée selon laquelle tout le monde au Vatican est plus ou moins homo ; ne serait-ce pas là faire une hasardeuse généralisation ? Voir trois papes, Pie XII, saint Jean XXIII et saint Paul VI, en homos, comment ne pas froncer les sourcils, ne serait-ce qu'au niveau des sources ? De même, présenter Mgr Gänswein en drag queen, ou sa consécration épiscopale comme "cérémonie fellinienne"... n'est-ce pas aller un peu loin ? Benoît XVI est quant à lui qualifié de "dandy homosexualisé" : je vois plutôt en lui un théologien très au-dessus de toutes ces choses, à l'érudition proche de celle d'Hans Urs von Balthasar. Il suffit de lire ses "Dernières conversations" pour constater qu'il n'a rien d'un "dandy", encore moins "homosexualisé".
Martel a raison de pointer du doigt l'hypocrisie de certains (Keith O'Brien, Theodore McCarrick), comme le fait le pape François, mais de là à tenter la comparaison avec le quartier gay de San Francisco...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 16/02/2019

"DUR"

> Oui, d'accord avec Aventin. Il sera de plus en plus dur d'évangéliser dans ces conditions (pour ne pas dire : totalement impossible). Tout ce matraquage me fait penser au début de 'Père Elijah- une apocalypse' de Michael O'Brien : une ambiance de dégoût instinctif (et profond) vis-à-vis de l'Eglise. La préparation de la venue de l'Antéchrist (le "Président", dans le roman).
Là, en diffusant ces "informations" (même si elles sont - au moins en partie- vraies), on éloigne de l'Eglise des gens qui cherchent un sens à leur vie, on conduit les chrétiens catholiques à douter de leurs pasteurs, on décourage les vocations religieuses et sacerdotales, on attire le mépris des musulmans qui vivent sur notre sol...
Je suis peut-être une âme simple, mais je pense que la majeure partie des prêtres et religieux de France (ce qu'il en reste....) sont intégralement dévoués au service de la foi, qu'ils respectent la chasteté liée à leur état, qu'ils sont SAINTS. S'il ne se repent pas, l'auteur de 'Sodoma' ira en enfer.
______

Écrit par : Feld / | 16/02/2019

"MERDE ALORS"

> C'est tout de même invraisemblable. Nos évêques sortent un très bon texte pour défendre la paternité et la maternité,
et voilà qu'on trolle les commentaires en déplaçant le sujet vers le livre de Martel (mais quel rapport ?) pour réhabiliter Vigano le diffamateur du pape !
Merde alors.
______

Écrit par : André Tilmont / | 16/02/2019

QUESTIONS

> Voilà des questions :
Ça ne vous surprend pas que le livre de F. Martel soit lancé en HUIT LANGUES à la fois ?
Ni qu'il sorte au moment où le pape tente d'extirper l'Eglise du bourbier en réunissant les évêques pour combattre les abuseurs ?
Vous n'avez pas l'impression que le but est d'empêcher justement l'Eglise de s'en sortir, et de la faire taire dans tous les débats d'aujourd'hui ?
______

Écrit par : Olivier Lemas / | 16/02/2019

à Olivier Lemas :

> La manœuvre paraît grossière, en effet. Mais il demeure un problème de double vie pour certains clercs que Benoît XVI puis François, bien avant M. Martel, ont abordé de front.
Ce problème est lui aussi un frein considérable à l'évangélisation, d'où l'absolue nécessité d'agir.
Dans ma famille proche, ma grand-mère maternelle cessa de pratiquer régulièrement à cause de cela. En effet, alors rappelé en Algérie, mon grand-père y avait fait la connaissance d'un prêtre lui aussi officier de réserve. Le hasard voulut que, quelques années après les accords d'Évian, ce prêtre fût nommé curé de la paroisse de mes grands-parents ; en anciens frères d'armes, les deux hommes se retrouvaient souvent le dimanche après la messe, autour de la table familiale. C'est au cours de ces repas que le prêtre en question fit part de ses déplacements réguliers de l'autre côté du Rhin, en civil, pour fréquenter incognito les bordels et ainsi soulager sa libido. Ma grand-mère m'a souvent raconté avoir été offusquée, sinon dégoûtée, par le décalage entre les propos grivois tenus par ce prêtre à la maison, et une demi-heure plus tard, par la vue de ce même homme, droit comme un i, portant chasuble et encensoir, chantant les vêpres du dimanche. La double vie de ce prêtre l'a éloignée de la pratique : la liturgie célébrée par un homme qui venait d'exposer dans le détail ses prouesses sexuelles ne pouvait lui apparaître, avec raison, que comme une comédie insipide.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 16/02/2019

LE SUJET

> Mon but n’est pas de réhabiliter Vigano. Celui-ci est allé beaucoup trop loin en demandant la démission du pape avec beaucoup de mensonges sur l’attitude de celui-ci.
En revanche le sujet du livre 'Sodoma' est bien évidemment lié à cette déclaration puisque le but du livre est de rendre inaudible la parole de l’Eglise et/ou de faire évoluer sa doctrine (le pape actuel étant vu comme « gay friendly » , terme piégé car on ne doit pas confondre l’amour des personnes et la dénonciation de l’idéologie LGBT).
Après, que des personnes réhabilitent Vigano avec ce livre, c’est l’alliance de ceux qui veulent détruire l’Eglise (ou la faire évoluer) de l’extérieur et ceux qui à l’intérieur , tel Vigano, on choisi la désobéissance.
Ensuite sur le fait que la majorité des abus était homosexuels, les faits sont les faits. Il n’y a pas à en tirer des conclusions pro ou anti Bergoglio. Ce dernier a d’ailleurs bien compris la nuance, puisque il a démis Mc Carrick dès qu’il a compris qu’il avait, après une longue activité homosexuelle, commis deux actes pédophiles.
______

Écrit par : Ludovic / | 16/02/2019

NONCE

> Et comme par hasard, cette histoire de main au c.. (d'un homme) du nonce à Paris qui sort ...

https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/Le-nonce-apostolique-France-vise-enquete-agressions-sexuelles-2019-02-15-1201002817

Feld


[ PP à Feld - Comme dit le Saint-Siège : attendons le résultat de l'enquête. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 16/02/2019

DES NOMBRES

> Il faut reconnaître, à leur décharge (publique) que l'état civil n'est pas très rationnel. Allons plus loin. Tous ces noms propres, c'est le bazar, la chienlit, il faut les remplacer par des nombres. En hexadécimal, ça conservera la poésie des chiffres et des lettres. Et en même temps ça facilitera l'informatisation des fichiers. Et puis, pour faciliter les contrôles, on pourrait tatouer ce nombre sur chaque individu...
Quoi ? Ça s'est déjà fait en d'autres temps ? Faut croire que notre régime se dirige vers des chemins bien scabreux (d'ailleurs, ses références obstinées aux « années trente » en disent long sur le refoulé de ses porte-parole) ...
______

Écrit par : Réginald de Coucy / | 16/02/2019

PUCE

> Fi, tatouer, vous n'y songez point ! Cela a des relents nauséabonds mon ami. Mais le dit chiffre inscrit sur une puce électronique implantée sous la peau, voilà qui est moderne, pratique (plus d'erreur d'identification, plus besoin de transporter des papiers d'identité) et probablement écologique (je n'ai pas trouvé en quoi, mais comme cela fait bien dans le tableau…).
______

Écrit par : Bernadette / | 16/02/2019

L'AFFAIRE VENTURA

> Concernant le nonce Ventura, si les faits sont avérés, il ne manquait plus que ça ! Comme si les problèmes actuels ne suffisaient pas, voici l'ambassadeur du pape soulageant ses pulsions chez Mme Hidalgo. Irresponsable, choquant, grotesque.
Une question demeure, toutefois : pourquoi maintenant et pas le 17 janvier ? Pourquoi, précisément, le lendemain de la sortie de 'Sodoma' ? Laissons l'enquête progresser, sachant que le nonce ne risque rien, jouissant de l'immunité diplomatique.

PV


[ PP à PV – Le gag, c'est que ce nonce (contrairement au précédent qui était remarquable) s'était environné d'ultra-conservateurs bergogliophobes dès son arrivée à Paris ; d'où la tonalité étrange des rapports que l'équipe Ventura, clercs et laïcs, envoyait à Rome ! Je n'en tire aucune conclusion ; simplement je constate. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/02/2019

EXIT McCARRICK

> http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/02/16/97001-20190216FILWWW00038-l-ex-cardinal-mccarrick-accuse-d-abus-sexuels-defroque-par-le-vatican.php

Cette bonne nouvelle pour contrebalancer le choc de la supposée "main au c..." du nonce Ventura : l'ex-cardinal McCarrick sera dorénavant "Monsieur McCarrick". C'est, à ma connaissance, la première fois qu'un cardinal est défroqué. Juste épilogue. Comme dit le pape François (rappelé par Martel, d'ailleurs) : le carnaval est terminé. Ceux des clercs qui prennent l'Église pour un baisodrome devront choisir entre leur sacerdoce et leur autre vie. D'autres têtes vont tomber.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/02/2019

FILM

> https://www.liberation.fr/france/2019/02/15/affaire-preynat-barbarin-grace-a-dieu-sortira-t-il-le-20-fevrier_1709606

Qu'on ne nous fasse pas croire que, là encore, il y a pure coïncidence de dates... Le titre lui-même en dit long...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/02/2019

TÉMOIGNAGES

> La lecture de quelques articles tend à confirmer les soupçons pesant sur le nonce Ventura. En effet, 'La Croix' écrit avoir recueilli d'autres témoignages de jeunes hommes, dont beaucoup sont proches de l'Église, qui "disent avoir subi les mêmes gestes - mains sur les fesses ou les cuisses, gestes équivoques - de la part de Mgr Ventura". On n'imagine pas Mme de Gaulmyn affirmer cela à la légère.
'Têtu' a également publié vendredi le récit d'un autre homme qui accuse le nonce d'attouchements sexuels en janvier, lors d'une autre réception: "Il m'a salué de la main droite et effleuré les fesses de la main gauche". Et maintenant cette main baladeuse à l'Hôtel de Ville, là encore visant un jeune trentenaire.
Ces éléments me déstabilisent profondément et me choquent. Comment un archevêque, diplomate pontifical de haut rang, à la tête d'une des plus prestigieuses nonciatures dans le monde, peut-il trahir à ce point la confiance qui lui est faite par le Saint-Père, qu'il représente personnellement en France ? Ventura mesure-t-il la portée de son inconscience ?
Ici encore, les masques tombent : le prélat et avec lui toute l'institution sont décrédibilisés. Je ne parviens pas à imaginer qu'en ces temps si agités pour l'Église, à l'heure d'une repentance et d'une conversion salutaires, un nonce puisse agresser sexuellement d'autres hommes. Comment l'Église peut-elle continuer à être audible dans un tel contexte ? Car si les coïncidences de dates sont douteuses, les faits semblent avérés : un nonce qui met, de manière répétée, la main au c... d'autres hommes est un acte gravissime qui affecte le corps ecclésial dans son ensemble.
Nous avons besoin d'une Église propre, vivante, loin de toute hypocrisie cléricale. Relisons la 'Lettre au peuple de Dieu' : devant cette affaire Ventura, soyons vigilants. L'existence de l'Église est en jeu.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/02/2019

ILLUSIONS

> La Confédération des évêques de France a promu de toute sa force l'Union européenne, nouveau nom du capitalisme libéral pseudo modéré. A l'instar de la grande presse catholique (La Croix, La Vie ; voir la couverture sidérante n°3741 du 11 mai 2017)
http://www.lavie.fr/papier/2017/3741/
aligné sur cette même tendance (cherchez aussi pourquoi du côté des mécènes type M. Mulliez), elle se désole aujourd'hui des conséquences sur les mœurs de ses choix politiques. Mgr Feillet et ses confrères devraient aussi s'interroger ici. Le feront-ils ? Un doute m'assaille.
______

Écrit par : Hébert / | 17/02/2019

DISCUSSION

> C'est sûr que le refoulé est terrible chez les catholiques.
Expliquez-y - que certaines les tenues des cardinaux, robes roses-carmins-violettes, assorties de dentelles, quand on prend un tant soit peu de recul par rapport à sa culture, - que la tendance à gouter des milieux exclusives masculins, ou féminins pour des sœurs, - que « heureux les doux », - que la tendance naturelle de nombreux clergés, pas exclusivement catholiques, - que la vie consacrée, et plus spécialement la Curie, a de tous temps été un refuge pour les homosexuels dans une société moins tolérante qu'aujourd'hui, que...
et vous constaterez alors la puissance de la « névrose catho ». Qui agit à commencer en nous.
De l'autre côté, un monde qui a chassé Dieu, pour qui tout est désir, et qui ne peut que déclarer une guerre totale à ce qu'il juge comme une hérésie, mais semble en même temps fasciné voire sidéré par l'Eglise. Car la vraie procession religieuse aujourd'hui, c'est la Gay pride ; on y porte le « Plus-à-jouir » sur un char. Rien ne peut être refoulé et sublimé, tout doit s'accomplir. La frustration y est jugé insupportable dans tous les domaines.
D'où aussi des paradoxes. L'homosexualité tant glorifiée devient péché pour les bigots--calotins-dévots du plus-à-jouir quand elle pratiquée dans l'Eglise « entre adultes consentants ». Ce qui leur est insupportable, c'est que la pulsion s'accomplisse et qu'elle soit condamnée, ou qu'elle soit condamnée et mais ne s'accomplisse pas. Plus de sexe, seulement des parents A et B ! Le sexe est à la fois partout et nulle part. L'homosexualité est l'accomplissement du genre humain ; le Même se réalise, mais satanique dans l'Eglise pour ces « athées-religieux » !

Hébert


[ PP à Hébert :
– D'accord sur de nombreux points (dont presque toute la seconde moitié).
– Dans la première moitié : cette lecture du "Heureux les doux" peut être faite par un certain type de cathos, soit niais (ceux qui croient qu'un chrétien doit dire oui à tout sinon c'est pas sympa), soit tordus (ceux qui cachent du pervers sous la "douceur" revendiquée).
Mais la proclamation "heureux les doux" de Matthieu 5,5 a dans le contexte de l'évangile un sens indéformable et irrécupérable, souligné par Hans Urs von Balthasar :
"Que signifie 'heureux' ? Certainement pas 'heureux' au sens que les hommes donnent à ce mot. Ce n'est certainement pas un appel à aller son chemin, tranquille et de bonne humeur. En réalité le mot ne signifie rien qui appartienne à l'homme (que l'homme sente et vive), mais signifie QUELQUE CHOSE EN DIEU qui concerne cet homme..."

réponse au commentaire

Écrit par : Hébert / | 17/02/2019

CALANQUES

> En lisant récemment un livre sur l'histoire du naturisme, j'ai appris l'existence d'un prêtre, l'abbé Urbain Legré qui, au début du siècle dernier (! ), avait réussi à convaincre les parents de ses jeunes fidèles d'aller les laisser se baigner nus en sa compagnie, dans les Calanques de Marseille. Et, apparemment, il n'y avait jamais eu de "débordements". Bel exemple de relation confiante vis-à-vis du clergé (et pourtant, c'était un peu avant 1910 de mémoire.. époque réputée pudibonde). Totalement impensable aujourd'hui (que le responsable du groupe soit prêtre ou non ) !
______

Écrit par : Feld / | 18/02/2019

JEAN XII

> Au moins, la chance que l'on a est que le pape actuel fait plus que tenir la route. Imaginons que nous ayons un zozo comme Jean XII (pape de 955 à 964) :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_XII

Une petite vidéo très amusante sur le personnage :

https://www.youtube.com/watch?v=M6PCvuMDFNw

Là, honnêtement : Alexandre VI Borgia enterré ! Question : ce mec croyait-il seulement en Dieu (ce qui est un peu la base, quand on est pape) ?
______

Écrit par : Feld / | 18/02/2019

EN HOMME

> https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Jacques_Esterel

Après le concile, la volonté appuyée des évêques français d'abandonner le port de la soutane s'inscrivait d'une certaine manière dans l'abandon de ce refoulé séculaire. Ainsi, le cardinal Veuillot exigeait-il de ses séminaristes qu'ils portent le clergyman. S'ils n'obtempéraient pas, ils leur lançaient un ravageur "allez vous habiller en homme !". Tout est dit.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 18/02/2019

LOL

> http://perepiscopus.over-blog.com/article-quand-mgr-luigi-ventura-entrera-en-fonction-39194204.html

Sur le conservatisme du nonce Ventura, je me souviens avoir lu cette note il y a quelques années. Les cercles catho-conservateurs se réjouissaient de sa venue à Paris, Ventura étant un lecteur du 'Salon Beige'. Ils ont dû tomber de haut avant-hier !
Je viens par ailleurs de trouver cette photo qui, dans le contexte actuel, m'a causé un fou rire pour tout ce qu'elle a de comique : l'ambassadeur gay interdit de Vatican reçu par le nonce dont Mme Hidalgo a aidé à faire le coming-out. Les voies du Seigneur sont impénétrables !

https://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Actualite/Carnet/Le-nonce-apostolique-rend-hommage-Laurent-Stefanini-2016-07-08-1200774540
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 18/02/2019

@ Ph de Visieux

> " L'existence de l'Église est en jeu."
qu'entendez-vous par là ? car elle a les promesses de l'éternité.
Du fait de la confusion, la possibilité d'agir de l'Eglise est en jeu, sa "crédibilité" est en jeu. Mais pas son existence ; ce n'est pas l'Eglise du Christ qui se manifeste par ces horreurs, c'est justement le contraire.
"L'existence de l'Église est en jeu" c'est la croyance qui a amené à la suppression des réductions jésuites pour plaire aux libéraux et à la franc-maçonnerie au Portugal et en Espagne et donc l'abandon de populations aux mains des esclavagistes : en croyant sauver sa peau, on a abandonné des populations. La politique à courte vue l'a emporté sur la foi
______

Écrit par : E Levavasseur / | 18/02/2019

parents 1-2

> Il ya 3 ans déjà dans un hôpital (pour un des mes enfants) j'avais eu, avec ma femme, à remplir un formulaire ou je devais préciser si j'étais parents1 ou 2, et alors que j'avais ironisé sur ces appellations, très sérieusement il nous avait été dit de bien se souvenir du choix car si nous avions à revenir il faudrait refaire le même choix....
Plus récemment, pour un papier scolaire, plus subtilement, un paragraphe pour chacun des parent et dans chaque paragraphe il fallait cocher si les informations concernées la mère ou le père, donc rien n'empêchait que les 2 fois soient cochées "père" ou les 2 fois "mère" !
______

Écrit par : franz / | 18/02/2019

PAS DE NOMS

> l'auteur est très malin, car j'ai lu qu'il ne voulait donner aucun nom, donc cela lui donne tout loisir de citer les chiffres qu'il veut et de pouvoir ensuite brandir quelques "trophées" à ceux qui mettraient en doute les chiffres.
Je crois qu'il faudra surtout veiller à témoigner de notre appui (et nos prières bien sûr) à nos prêtres, qui seront les premiers devoir le poids de cette ambiance médiatique délétère contre l'église qui va s'aggraver.
______

Écrit par : franz / | 18/02/2019

MALSAINE

> A propos du film de Ozon dont certains ici s'offusquent. Attendons qu'il sorte avant de présager quelconque intention malveillante de la part du réalisateur. Je retiendrai seulement ce qu'a déclaré Mgr Pontier récemment à ce sujet : "Il existe une vénération de l'Église qui est malsaine et peut empêcher la libération de la parole" A méditer par nous cathos...
______

Écrit par : Tangui / | 18/02/2019

à Ph de Visieux

> Vous dites « on a besoin d’une Église propre « 
Bien sûr on a besoin de saints prêtres ! Cependant le mot propre me semble déplacé. Qui veut faire l’ange fait le bête dit Pascal : le péché originel est là et il est vain et même dangereux que l’Eglise soit propre. La faiblesse humaine sera aussi une force comme le dit St Paul.
______

Écrit par : Ludovic / | 18/02/2019

à E Levavasseur :

> Vous avez raison, je me suis mal exprimé. L'Église existera en effet jusqu'au retour du Christ. Je voulais parler de son existence pour les médias, qui ne se privent pas de la ridiculiser lorsque de tels événements surviennent.
Les scandales n'aident pas non plus les vocations : imaginez un jeune qui s'interroge sur une vie sacerdotale, est décontenancé par le livre de Martel et découvre que même le nonce est homo ! Accepterait-il néanmoins d'entrer dans le "club de gays" décrit ?
L'existence 'numérique' du corps ecclésial tel que nous le connaissons aujourd'hui me semble être en jeu, en effet. Ratzinger en 1969 avait déjà prédit que l'Église se réduirait comme peau de chagrin, mais sans doute n'avait-il pas en tête ces questions.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 19/02/2019

à Ludovic :

> Par "propre", j'entendais débarrassée de tous ces scandales manifestement incompatibles avec toute œuvre évangélisatrice. Quand un nonce caresse les fesses d'un trentenaire à deux mètres de Mme Hidalgo, quand un cardinal a couché avec ses séminaristes pendant des années, quand un prélat romain se livre à une orgie gay à cinquante mètres de Sainte-Marthe, je pense, oui, que l'Église du Christ mérite mieux. Le carnaval est fini, a dit le pape : aidons-le dans cette tâche.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 19/02/2019

"SAINTETÉ" etc

> Cette idée de « sainteté » mal comprise est au cœur de la problématique comme le dit Philippe de Visieux. C'est vraiment là que se joue le « névrose chrétienne », et plus encore catholique (L'Immaculée Conception), soit le conflit sexuel refoulé qui entraine les catastrophes, car le sexuel est à l'image du spirituel chez les athées : un arc que l'on tend en le refoulant. Ce qui ne signifie pas ne pas renoncer, s'empêcher. Au contraire. Mais cela n'est en rien garantie : des personnes fautent en en ayant conscience, comme d'autres en toute bonne conscience, ces dernières étant d'autant plus dangereuses.
Pourtant nous commençons bien la messe en rappelant que nous sommes pécheurs. Et notre religion est bien fondée sur le péché originel. Trop de catholiques n'y sont pas assez sensibles malgré, ou à cause, l'évidence.
Pour notre ego il est plus facile de se concevoir saint que pécheur. L'idée même de « saint prêtre » entraine bien des drames. Alors que la condition humaine est fondée sur le paradoxe.

Hébert


[ PP à Hébert – Sauf à commettre (ce que vous ne faites certainement pas) le contre-sens vulgaire sur la notion d'Immaculée Conception, il est incompréhensible de placer cette notion dans le sujet qui vous occupe ici (*). Que voulez-vous donc dire ?

(*) La notion mariologique d'Immaculée Conception est en effet le cas exemplaire de l'idée de "sainteté" bien comprise (selon votre propre expression), puisque cette sainteté de Marie est un reflet nécessaire de la seule sainteté : celle de l'Uni-trinité divine ! C'est la définition même de ce dogme, qui ne saurait être interprété comme concernant la "névrose chrétienne".
A moins de considérer la foi elle-même comme une névrose : mais ce serait une autre affaire... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Hébert / | 19/02/2019

REPENTIS

> "Qui suis-je pour juger", dit le pape François.
La sainteté n'est pas la perfection, nous (l’Église) sommes tous des pécheurs repentis qui nous tournons vers le Christ.
A cet égard, il me paraîtrait plus qu'opportun que Jacques Fesch soit béatifié, comme le bon larron a été canonisé par le Christ lui-même sur la croix.
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 20/02/2019

@ Hébert

" notre religion est bien fondée sur le péché originel."
Non, sur la Miséricorde.
Ce qui sous-entend qu'il y a eu faute, certes.
Mais le fondement de notre foi c'est que Dieu est bon, qu'Il nous avait créés bons et que nous sommes appelés malgré la cicatrice du péché originel et les blessures de nos péchés, à devenir saints. Pour cela Il propose aide et pardon.
C'est le fondement des Évangiles : on n'en reste pas à la faute.

Qu'il y ait eu une faute originelle, les Grecs par exemple, le disaient déjà et comme il n'y avait pas de pardon dans leur religion (Zeus n'est pas miséricordieux ; ils avaient des rites de purification mais on ne parle pas de sanctification), ils en restaient là : LEUR religion était fondée sur la faute originelle, pas notre foi.

EL


[ PP à EL – Notre foi ne peut se fonder sur le péché originel, puisque c'est au contraire le péché originel qui est une déduction (ou une induction) de notre foi ! Il a fallu du temps pour le théoriser... et le débat ne cesse de se rouvrir entre théologiens. ]

réponse au commentaire

Écrit par : E Levavasseur / | 20/02/2019

à Hébert et Michel de Guibert :

> Oui, nous sommes tous des pécheurs et l'Église du Christ ne pourra jamais que tendre vers la sainteté. Cependant, il est indispensable que les actes manifestement déplacés, constituant de graves outrages aux fondements mêmes de la morale chrétienne sinon humaine, cessent. Il ne s'agit évidemment pas de demander au clergé d'être parfait, mais plutôt de ne plus commettre de faute lourde au plan moral : un nonce n'a pas à mettre les mains aux fesses de qui que ce soit, un cardinal n'a pas à fêter son élévation à la pourpre dans les saunas gays de la Ville éternelle, etc.
Ces scandales sont sans doute une conséquence du cléricalisme entendu comme un abus de pouvoir ou un sentiment de supériorité ou d'intouchabilité : c'est cette culture que le pape François, avec raison, entend dénoncer.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 20/02/2019

@ PP

> par définition, la foi en Dieu/l'Amour ne peut se fonder sur le péché/la haine, le tout provenant du père du péché, Satan

comme l'économie ne peut se fonder sur des dettes, des déficits continuels (sinon ce n'est pas "économique" !), mais ces choses font partie de la vie économique, nuance ; mais ça c'est un autre débat.

-" nous commençons bien la messe en rappelant que nous sommes pécheurs."
oui pour demander pardon. Pas de complaisance (qui mènerait à la désespérance)
La formule est "Préparons-nous à la célébration de l'Eucharistie en reconnaissant que nous sommes pécheurs."
c'est-à-dire : préparons-nous au renouvellement non sanglant du sacrifice du Christ opéré pour le pardon de nos péchés, justement en reconnaissant que nous en avons besoin car nous faisons des péchés.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 20/02/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.