Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2018

Leur "nouveau monde" est une dévastation

vague.jpg

Libération de ce matin est un dossier spécial sur le monde des océans et son ravage par notre économie. Illustration de la tribune publiée par le même quotidien hier, signée de l'historien Johann Chapoutot (Sorbonne). Extraits :


<<  ...L’homme, se rend-on enfin compte, est devenu une force géologique. [...] C’est l’homme, désormais, qui remue, convulse et transforme, présidant à un réchauffement climatique qui, à terme, rend la terre – seule planète propre à la vie dans un rayon de quelques milliards d’années-lumière (et encore, il n’est pas certain qu’il y en ait d’autres) – inhabitable pour le vivant : les espèces s’éteignent par dizaines chaque mois, et le trend économique suscite un réchauffement qui, à moyen terme, pourrait rendre la vie impossible pour la quasi-totalité des humains.

[...]  Le déploiement universel, via la colonisation notamment, de la technique occidentale, a permis la dévastation. «Machination», «calcul», disait Heidegger dès les années 30 : en effet, c’est bien la machine occidentale, celle du charbon et d’une transformation énergétique au rendement inégalé, qui a permis de creuser, excaver et, littéralement, déplacer des montagnes. [...]  Plus sûrement que la «bombe», remarque Hicham-Stéphane Afeissa dans un livre passionnant (La Fin du monde et de l’humanité, PUF), c’est bien le réchauffement climatique qui provoque cette obsolescence. Hannah Arendt s’effrayait que la bombe faisait de l’homme un facteur de mutations elles-mêmes incontrôlables par l’homme. Les effets d’emballement (la fonte du pergélisol libère des gaz qui eux-mêmes réchauffent, etc.), les boucles rétroactives (la disparition de la calotte glaciaire diminue la réflexion des rayons solaires et contribue au réchauffement, etc.) rendent les mutations du système Terre incontrôlables et proprement catastrophiques – une chute sans fin.

Face à cela, la bêtise à front de taureau, l’imbécillité morbide des climatosceptiques à la Trump, qui tweetent leur nihilisme avec la jouissance narcissique du cynique heureux d’insulter l’évidence et l’avenir. Ils sont nombreux et puissants. Ils s’en foutent. Ajoutez-y les indifférents, les enfants des «Trente Glorieuses», qui aiment leur bagnole, leurs centres commerciaux du samedi (pratiques, avec leurs immenses parkings), et qui chauffent fenêtres ouvertes.

Enfin, en France notamment, les thuriféraires béats du «nouveau monde» : croissance, «libération des énergies», bus à gogo, fermeture de lignes de train, étouffement de la ruralité, concentration mégalopolitaine… Les apôtres autoproclamés de la modernité ont des idées, des recettes et des astuces du siècle dernier. Tout ce qui a échoué partout, ils veulent l’appliquer en France – pays coupable d’avoir de bons services publics, un maillage de villes, de bourgs et de villages équilibré, et un patrimoine naturel et culturel exceptionnel. Ils se disent modernes, parce que c’est la mode. Ils sont simplement les derniers venus, et ils sont peut-être les derniers des hommes. Ils se disent progressistes, alors qu’ils charrient le lourd fardeau des idées les plus périmées, les plus faisandées. Ils sont le masque souriant de la dévastation...  >>

 

 

mers pol.jpg

 

Commentaires

> La puanteur du monde libéral et de ses libéraux.Combien de puants puent ainsi ?
______

Écrit par : De Vos Alain / | 31/08/2018

LUMIÈRES

> Mais ce sont nos "z'élites" attachées aux "idées des lumières",aux forces du progrès, à l'athéisme militant et à son darwinisme social qui sont responsables de cette catastrophe... vous serez comme Dieu disait le diable...voici maintenant qu'arrivent les fruits amers et mortels de la mise en application des idéaux défendus par la raison coupée de son Dieu Créateur. Fils indignes, qu'avez-vous fait du paradis que le Seigneur vous a laissé? Qu'advienne maintenant le retour de Celui qui a tout remis au Père.

Z.


[ PP à Z. - Certes. Mais je crains que les Lumières ne soient pas pour grand'chose dans les abus commis par des membres du clergé... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Zitoun / | 31/08/2018

LA COMPÉTITION OSTENTATOIRE

> Un concept intéressant évoqué par Hervé Kempf dans un article du' Monde Diplomatique' : "Comment les riches détruisent le monde"(Juin 2008).
Le sociologue et économiste américain Thorstein Veblen, mort en 1929, parle de "rivalité ostentatoire". La tendance à manifester une supériorité s'observe dans toutes les sociétés. Chaque couche sociale, dans une recherche de distinction et de "chic", a tendance à imiter la classe qui lui est directement supérieure. Dans cette compétition ostentatoire, l'oligarchie donne le la avec la complicité des médias qui entretiennent ce modèle de société contribuant au passage à dilapider notre patrimoine naturel. La classe moyenne suit, autant que faire se peut. https://www.monde-diplomatique.fr/mav/99/KEMPF/16157
Une solution : cultiver l'esprit de pauvreté. Un modèle : saint François d'Assise.
______

Écrit par : isabelle / | 31/08/2018

OZONE

> Je profite de ce billet pour partager un documentaire : https://www.arte.tv/fr/videos/079396-000-A/ozone-un-sauvetage-reussi/
C'est à propos des gaz aérosol et du trou dans la couche d'ozone, sur le combat écologiste et les freins de l'industrie chimique... Très intéressant, avec l'ouverture vers les leçons à en tirer pour aujourd'hui.
______

Écrit par : TonyZ / | 01/09/2018

IRLMAIER ?

> A la page 198 de l'"essai graphique" 'Saison brune', de Philippe Squarzoni, publié en 2012 (https://www.editions-delcourt.fr/special/saisonbrune/) :
"Si nous voulons éviter un dérèglement climatique majeur, il faut donc que les habitants des pays pauvres n'augmentent pas leurs émissions (de CO2) , que les Chinois diminuent les leurs et que les habitants des pays riches baissent au plus vite leurs émissions... jusqu'à celles d'un Indien très mal loti. Personne n'a envie de ça. Moi pas plus qu'un autre".
Tout est dit, non ?
C'est un peu ce qui est dit dans cet article du site 'Carfree'. On ne veut pas voir, car le prix à payer serait trop élevé. Se rendre compte que, compte tenu de l'ampleur du désastre, tout action, même d'envergure, serait à la fois douloureuse et vaine : http://carfree.fr/index.php/2018/09/05/dernier-appel-avant-la-fin-du-monde/
Personne ne sait comment tout cela se terminera.
Pour éviter le pire du pire, je vois bien la Providence permettre ce qu'aurait vu pour notre temps le médium allemand Alois Irlmaier, à la fin des années 1940 : un conflit entre grandes puissances, à la fois relativement circonscrit dans l'espace, court mais extrêmement meurtrier (en substance : en une seule nuit, il mourra plus d'hommes que pendant les deux guerres mondiales dans leur totalité). Avec, à la fin, un mode de vie frugal pour les rares survivants... qui n'auront de toute façon pas le choix !
Sur les visions d'Irlmaier : beaucoup de choses sur le net.. à appréhender avec les précautions d'usage (les dites visions sont souvent pas mal surinterprétées ! ).

Feld


[ PP à Feld - Est-il possible de surinterpréter des visions aussi... extrêmes ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 06/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.