Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2017

La plaque arrachée dans la cathédrale d'Orléans

23722625_10214257405046731_3505186271956887284_n.jpg

Apposée en octobre, cette plaque œcuménique vient d'être arrachée et volée. Sans doute au nom de la "défense de l'Identité" ?


 

Dans leur insondable ignorance religieuse, les arracheurs ignorent que le concile de Trente fait partie des "dons reçus à travers le renouveau occasionné par la Réforme"...

 

 

 

09:46 Publié dans Oecuménisme | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : christianisme

Commentaires

SEMPER REFORMANDA

> C'est exactement à quoi j'ai pensé en voyant le terme "Réforme" : il s'applique autant aux réformés qu'aux catholiques
"Ecclesia semper reformanda".
Dans le livre 'Réforme grégorienne' de Sylvain Gouguenheim, j'ai été surpris de voir que les dérives de l’Église de l'époque combattues par les réformateurs grégoriens forment une hydre de Lerne dont les têtes surgissent à toutes les époques et qui nous ont valu diverses réformes monastiques clunisiennes puis cisterciennes puis franciscaines et tant d’autres.
Quelle vitalité et quelle richesse ! Ça me semble être un don de l'Esprit qui redresse inlassablement les tords de l’Église.
S. Gouguenheim souligne d'ailleurs le sens du mot "réformer" qui doit s'entendre dans l'acception de l'époque comme une volonté de re-former l’Église, de revenir à la pureté évangélique. En ce sens la réforme n'est pas une fin en soi menant vers un mieux indéfini dans la tendance du progressisme actuel mais bien un retour perpétuel au Christ.
Dans notre histoire personnelle c'est aussi notre travail de tous les jours de nous re-former sans cesse dans la matrice de notre baptême !
PS : au passage la déclaration a aussi le mérite de reconnaître des torts des deux côtés donc aussi du côté protestant qui a pris sa part de violence à son niveau, c'est une belle rupture avec la vision anti-cléricale et hémiplégique héritée du XIXe.

DV


[ PP à DV - Merci de ce rappel à l'histoire. La faculté de "reverdir" est une caractéristique de l'Eglise. Hildegarde de Bingen l'appelait "viriditas"... J'en parle dans le livre que je publie en janvier sur les nouveaux défis du catholicisme en France. ]

réponse au commentaire

Écrit par : DV / | 26/11/2017

DIOCÈSE

> J'habite ce diocèse, mais je n'ai même pas entendu parler de cette histoire...
______

Écrit par : Alex / | 26/11/2017

HYPOTHÈSES

> En réalité, on ne connait pas l'identité du ou des auteurs de ce méfait. Le curé de la cathédrale avance, quant à lui, dans la République du Centre, que "l'on sait toutefois que quelques protestants auraient préféré que la célébration finale du 500e anniversaire de la Réforme se déroule au Temple plutôt qu'à la cathédrale, dans un souci de mieux faire connaître le protestantisme."
Vendredi matin, sur RND, Jean-Pierre Denis a conclu un peu prématurément au retour des années 30 en évoquant les tags "Juifs" sur des rideaux de fer de magasins vus à Marseille. Quelques heures plus tard, l'auteur des inscriptions se rendait à la police : il s'agirait "d'un jeune de la communauté juive de Marseille" (Le Figaro).

TM


[ PP à TM - L'éventualité que le vandalisme ait été commis par des protestants par possessivité théologique n'est pas très vraisemblable ! Ni la comparaison avec l'affaire de Marseille : la nature des faits est trop différente. Ne nions pas l'existence de dingues activistes chez les catholiques aussi... On les a vus à l'œuvre il n'y a pas si longtemps. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Thomas Mousset / | 26/11/2017

RACINES

> En toute hypothèse, il me semble surtout qu'on ignore pour l'instant qui sont les arracheurs. Un peu rapide pour faire des spéculations sur leurs motivations. Le vandalisme n'a pas toujours des racines idéologiques.
______

Écrit par : Benjamin / | 27/11/2017

@ TM et PP

> Toutes les supputations sont possibles, de l'athée fâché de voir les chrétiens se réconcilier, au collectionneur de nains de jardins qui avait besoin d'une plaque en marbre pour déposer sa dernière pièce "de collection".
Donc arrêtons nos supputations ouaseuses.
Je connais des "recycleurs de panneaux de circulation" qui en font un autre usage (que celui prévu par l'administration). C'est aussi un bien public, ... et tout le monde s'en fout (du vol et de la dégradation).
Donc évitons d'interpréter les motivations de personnes que nous ne connaissons pas (et dont nous ne connaissons pas plus les motivations). Jésus a dit que c'est à la façon dont nous jugeons les autres que nous serons nous même jugé ...
Cdt,

B.


[ PP à B. - Pourquoi crier au "jugement" alors que personne n'est mis en cause ? Le "ne jugez pas" ne peut servir à refuser d'envisager aucune hypothèse, et surtout pas à dédouaner a priori notre propre communauté - qui est tout de même la première concernée dans cette affaire.
Voir les clameurs poussées par certains groupes catholiques contre le pape lors de la commémoration de Luther en Suède ! Si de cela non plus on ne peut pas parler, alors c'est carte blanche aux diviseurs de l'Eglise. Non ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Bergil / | 28/11/2017

à Bergil

> Ne confondons pas "ne jugeons point" avec "entretenons le consensus mimétique", cf René Girard. À propos de la plaque d'Orléans on serait absurdes de ne pas regarder du côté de ceux qui effectivement ont pris feu et flamme contre la cérémonie catholique-luthérienne à Stockholm. Si vous voulez des indices consultez leurs sites à cette date, c'est éloquent ! Je ne donne pas leurs noms pour ne pas être accusé de les "juger".
______

Écrit par : André Biguet / | 28/11/2017

à André Biguet

> c'est vrai, ne les jugeons pas et laissons-les juger (et condamner) le Saint Père. On reconnaît le vrai catho au fait qu'il tourne le dos au pape.
______

Écrit par : amicie t. / | 28/11/2017

MALAISE

> Toute acte de dégradation dans une église est blâmable et je réprouve celui-ci. Ce qui ne m'empêche pas d'être TRES mal à l'aise avec ce texte et plus généralement la façon dont on a commémoré allègrement la Réforme. Nous aurions du porter le deuil. Deuil de l'unité du christianisme occidental. La révolte de Luther, récupérée par les princes allemand puis les souverains d'Europe du Nord a ouvert la voie à l'exacerbation des nationalismes et on connait la suite. Et faut-il parler la peu édifiante seconde partie de la vie de Luther et de son antisémitisme? Nous aurions du porter le deuil de tous les malheurs qui on suivi. Quant au redressement de l'Eglise, comme le rappelle Sylvain Gouguenheim cité par DV, il y a eu d'autres périodes de décadence dans l'Eglise suivies de redressement sans rupture luthérienne.

PH


[ PP à PH - Jean-Paul II, Benoît XVI (accord luthérano-catholique sur la justification) et François ont expliqué à de nombreuses reprises ce qu'est l'œcuménisme : regarder ensemble le Christ et l'avenir, au lieu de regarder les dégâts du passé. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 30/11/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.