Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2016

Cambadélis accuse déjà Fillon d'être "d'extrême droite"

3781615.jpg

Les crises électorales ne favorisent pas l'intelligence :


 

 

► Le résultat de la "primaire de la droite et du centre" ne sidère que les journalistes. Les citoyens ordinaires sentaient venir la vague Fillon depuis quinze jours.

► Cette vague ne venait pas du programme antisocial et ultralibéral de M. Fillon, étranger aux aspirations de la majorité des Français. Elle venait : 1. de sa façon d'être, qui plaisait par comparaison ; 2. d'une allergie épidermique envers M. Sarkozy, ancrée dans une grande partie de la population (et qui avait résisté au désastre hollandien) ; 3. des prestations de M. Juppé, qui avait commencé à décevoir dès qu'il était sorti de son silence ; 4. de la démolition réciproque Juppé-Sarkozy, qui avait ouvert un boulevard à leur challenger Fillon.

Le PS souhaitait M. Sarkozy et redoutait M. Juppé.Totalement décontenancé par la probable investiture de M. Fillon,  M. Cambadélis tente de se réorienter en qualifiant M. Fillon d' "extrémiste de droite". Incantation rituelle. Mais l'homme de Cérans-Fouilletourte (localité sarthoise où FF naquit en 1954) n'a rien d'un extrémiste - sauf sur le plan économique, puisque l'ex-gaulliste de gauche s'est converti au pire ultralibéralisme en pensant faire comme tout le monde.

► Où est l'extrême droite dans le camp Fillon ? Nulle part... Sauf, évidemment, si l'on prend Sens Commun pour une "extrême droite" : ce qui est inexact d'après ses documents de propositions. Sens Commun est vomi par la véritable extrême droite, qui fut ralliée à M. Poisson sous la pression du consortium Ménard-Thieulloy-Minute-TVLiberté et Cie... Mais pour Cambadélis et les salles de rédaction, être "d'extrême droite"  veut simplement dire avoir manifesté (comme le fit Sens Commun) contre le "mariage pour tous" ; d'où la croyance  - fantasmatique - à l'existence d'une vaste "extrême droite" beaucoup plus grande que nature, avec des contours changeants, extensibles au besoin jusqu'à M. Fillon... et utilisable comme épouvantail 2017.

► Comme une partie des lecteurs de ce blog, je n'ai pas voté hier. Nous savions ce qu'il en sortirait quel que soit l'élu : la destruction du modèle social français. Natacha Polony disait avec  raison (LCI hier soir) que les Français doivent à ce modèle d'avoir été peu touchés par la crise de 2008. Le programme de M. Fillon (plus encore que celui de M. Juppé) consiste à raser ce modèle social, à couper les filets de sécurité, à livrer nus le salarié et le chômeur au prochain typhon financier, qui couve depuis un an et que va aggraver la déréglementation Trump.

►  J'ai essayé d'expliquer ça, sur Facebook, à des contradicteurs cathos rendus "hystériques" (selon le diagnostic de Philippe de Saint-Germain) par une candidature symbolique se prenant pour une candidature réelle [*]. J'ai trouvé un certain nombre de facebookeurs attentifs à mes observations. J'ai aussi été agressé à coups de canne et d'éventail par une petite foule de messieurs et dames chic mais bizarrement affolés ; on aurait dit l'incendie du Bazar de la Charité (photo). Il y a des paniques même sur la rive droite.

incendie_940_340_bis.jpg

_______________

[*]  Une candidature symbolique n'a d'autre utilité que d'être une candidature d'idées. Si les idées du candidat présentent des failles, le symbole est défectueux. Si ces failles ont pour but de plaire à un certain électorat, ça montre les limites de ce genre d'entreprise : le candidat symbolique s'est pris au jeu, s'est mis à manoeuvrer comme si sa candidature avait une chance d'aboutir, et par le fait il a abîmé son symbole. Mais ses partisans avaient déjà perdu de vue le symbole ; ils ne voyaient plus que leur "moi" collectif (de partisans) et enjoignaient aux autres de les rejoindre. D'où p. ex. les folles fureurs de twittos poissonnistes contre Sens Commun, il y a quelques semaines...

 

12:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : fillon, juppé

Commentaires

FILLON

> Vous ne cessez de dire que le programme de Fillon est antisocial et ultra libéral, ce qui est sans doute vrai.
Mais...
Pourriez-vous faire un article détaillé sur le sujet, avec preuves à l'appui, comparaisons avec d'autres pays, etc...? En quoi ce programme risque-t-il de détruire le modèle social français ?
Merci d'avance parce que les incantations du type "il est ultra libéral" sans jamais entrer dans le détail, c'est un peu fatigant !
Cordialement,

Etienne


[ PP à Etienne :

Nous parlons ici depuis dix ans des effets concrets de l'ultralibéralisme, dans le monde et en France.
Ces effets sont répertoriés par une pléiade d'économistes et de sociologues (à condition qu'on veuille bien les lire ou les écouter). Des dizaines de livres d'analyse ont été publiés.
Comment prétendre que l'analyse ne serait pas faite, qu'il s'agit d'incantations et que l'ultralibéralisme serait un moulin à vent ? Ceux qui affectent de nier son existence sont, de fait, ses partisans.
Le programme de M. Fillon est connu de tout le monde ; il est si excessif que même M. Juppé, à peine moins libéral, peut en tirer argument contre M. Fillon. Si vous dites ne pas voir en quoi les projets de M. Fillon sont ultralibéraux, il n'est guère utile de poursuivre cette discussion ; vous considérez d'ailleurs ce sujet comme "fatigant", et je m'en voudrais d'aggraver votre lassitude. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Étienne / | 21/11/2016

NATACHA POLONY

> Bonjour,
Je suis fort surprise de lire que les français auraient été "peu touchés" par "la crise de 2008" (qui n'est qu'un épisode particulièrement brutal de l'effondrement en cours du capitalisme). Si vous le souhaitez je peux vous inviter (ainsi que Madame Polony , si elle me lit) à la permanence juridique hebdomadaire d'une association de lutte contre le chômage et la précarité afin que vous soyez édifiés sur la situation des catégories populaires... Quant à votre certitude sur le fait que le vote Fillon ne viendrait pas de son programme en effet "antisocial et ultralibéral", je ne peux que la relativiser au vu de ce que m'en ont dit ses partisans catholiques rencontrés dans ma petite ville provinciale ("en finir avec les fonctionnaire et les "rouges" ", en gros).
Salutations syndicalistes révolutionnaires,

Annick Lachosme


[ PP à AL :
Natacha Polony n'a pas dit que les Français n'avaient pas été touchés. Elle a dit qu'ils l'avaient été moins que d'autres peuples "grâce à ce qui reste du modèle social issu de 1945". Seriez-vous contre ce modèle social ? Vous m'étonneriez.
Vous me parlez de partisans "catholiques" antisociaux. Je ne sais pas ce que c'est qu'un "catholique" qui pense contre son Eglise, et spécialement contre son pape. Comme dit une épître de saint Paul : "Ils étaient parmi nous mais n"étaient pas des nôtres." ]

réponse au commentaire

Écrit par : Annick Lachosme / | 21/11/2016

VOTE RÉFLEXE

> Le vote réflexe a encore de beau jour devant lui, je viens de lire l'analyse d'un célèbre bloggeur catho et avocat que je ne partage pas du tout. M. Fillon, quoique plus policé et fréquentable, ne fera que perdurer le "jouissez sans entrave" de cette fin de civilisation.
______

Écrit par : Tangui / | 21/11/2016

TÉMOIGNAGE GÂCHÉ

> Autant je reste sceptique quant à la démarche de "Sens commun", autant j'acquiesce (sans m'en réjouir) au constat de votre note sur les mornes manœuvres de M. Poisson, lesquelles ont gâché les chances d'un témoignage qui eût pu être intéressant.
Les coups de canne et d'éventail que vous avez dû essuyer n'étaient que "numériques", j'espère (mais dans tous les cas, sans doute pas très catholiques).

SL


[ PP à SL - Non, le baron des Alentours (www.reac.fr) ne m'a pas fait bâtonner par ses laquais. Ce n'est pas l'envie qui lui en manquait. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Sven Laval / | 21/11/2016

LE LIBÉRALISME N'EST PAS CATHOLIQUE

> Fillon n’est pas d’extrême droite, il est juste libéral. Il se livre : il est libéral et catholique (http://www.la-croix.com/Actualite/France/Francois-Fillon-se-livre-chretien-et-liberal-2015-09-20-1358638).
Le Bienheureux pape Paul VI aussi se livre :
« Aussi le chrétien qui veut vivre sa foi dans une action politique conçue comme un service, ne peut-il, sans se contredire, adhérer à des systèmes idéologiques qui s’opposent radicalement, ou sur des points substantiels, à sa foi et à sa conception de l’homme : ni à l’idéologie marxiste, à son matérialisme athée, à sa dialectique de violence et à la manière dont elle résorbe la liberté individuelle dans la collectivité, en niant en même temps toute transcendance à l’homme et à son histoire, personnelle et collective ; ni à l’idéologie libérale, qui croit exalter la liberté individuelle en la soustrayant A toute limitation, en la stimulant par la recherche exclusive de l’intérêt et de la puissance, et en considérant les solidarités sociales comme des conséquences plus ou moins automatiques des initiatives individuelles et non pas comme un but et un critère majeur de la valeur de l’organisation sociale. » ('Octogesima adveniens', 1971).
Pie XII aussi se livre :
"La première recommandation concerne la doctrine sociale de l'Eglise. Vous savez parfaitement combien de rapports essentiels et multiples rattachent et subordonnent l'ordre social aux questions religieuses et morales. Il s'ensuit que, surtout en période de bouleversements économiques et d'agitations sociales, l'Eglise a le droit et le devoir d'exposer clairement la doctrine catholique en si importante matière. Elle l'a fait, et même de nos jours. Mais si cette doctrine est fixée définitivement et sans équivoque dans ses points fondamentaux, elle est toutefois suffisamment large pour pouvoir être adaptée et appliquée aux vicissitudes variables des temps, pourvu que ce ne soit pas au détriment de ses principes immuables et permanents. Elle est claire en tous ses aspects ; elle est obligatoire ; nul ne peut s'en écarter sans danger pour la foi et l'ordre moral ; il n'est donc permis à aucun catholique (encore moins à ceux qui appartiennent à vos organisations) d'adhérer aux théories et aux systèmes sociaux que l'Eglise a répudiés et contre lesquels elle a mis ses fidèles en garde. Vous comprenez maintenant pourquoi le Saint-Siège doit intervenir et intervient chaque fois que surgissent, même parmi ceux qui se disent catholiques, des idées sociales erronées ou des tendances pernicieuses. Soyez donc prudents et vigilants. Essentiels, à l'heure présente, sont la fermeté des convictions et le courage de les mettre en pratique, sans faiblesses et sans hésitations."
(allocution de Pie XII le 25 avril 1945 aux membres du Congrès de l'Action catholique italienne sur la doctrine sociale de l'Eglise)
En fait, quand on lit les libéraux comme Elisabeth Montfort qui a rejoint avec Sens Commun François Fillon, on est frappé de voir que les pauvres ne semblent faire aucunement partie de ses préoccupations.
C’est clair là : http://www.famillechretienne.fr/politique-societe/politique/elizabeth-montfort-sens-commun-a-choisi-une-voie-alternative-203013
« Après avoir rencontré tous les candidats ou leur équipe, et conformément à notre vocation, nous avons choisi une voie alternative, celle du levain dans la pâte : complémentaire et plus risquée, puisqu’il s’agit de soutenir, dès le premier tour, le candidat «présidentiable», dont le programme se rapproche le plus de notre socle programmatique. Avec, pour priorités, la défense des enjeux qui nous sont chers : la famille et la protection de l’enfant, l’éducation, la sécurité, la place de la France dans le monde, le rebond économique et la juste place de l’État. Après de longs et riches débats avec les responsables du mouvement, nous avons estimé que François Fillon, sans oublier ses soutiens, avec sobriété constance et détermination, est le mieux à même de défendre ces convictions au premier tour. »
On a bien lu, ce qui les intéresse c’est la famille, l’enfant, l’éducation, la sécurité, le rebond économique, etc… Les pauvres… ? Non.
Eux ce sont des libéraux. Ils aiment la subsidiarité.
Eux ce qui les branche, ce n’est pas l’option préférentielle pour les pauvres, c’est plutôt l’option préférentielle pour les riches.
Pour les pauvres, c’est l’option subsidiaire…
(Quant à la subsidiarité, ils lui font bien évidemment dire n’importe quoi, ainsi que tout le monde le sait, les libéraux étant coutumiers des sophismes).
______

Écrit par : ND / | 21/11/2016

FILLON

> Et toujours le même vomi* :
- "économie de 110 milliards d’euros sur les finances publiques. Un tiers de la baisse des dépenses serait assuré par l’Etat, 20 % par les collectivités locales et le reste en rognant sur la Sécurité sociale"
- "supprimer 500 000 emplois publics,"
- "reporter l’âge de la retraite à 65 ans en 2022,"
- "réinjecter 40 milliards d’euros pour alléger les charges des entreprises et baisser l’impôt sur les sociétés à 25 %, le tout financé par 2 points supplémentaires de TVA"
- "négocier leur temps de travail dans la limite d’une durée maximale de 48 heures hebdomadaires, il supprimerait le « monopole » syndical et reviendrait sur les seuils sociaux..."
Pitié pour nous, pitié pour nous, pitié pour nous, pitié pour nous !
Il suffira à Marine Le Pen** qu'elle ne dise rien pour l'enfoncer aux prochaines élections.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/11/21/francois-fillon-un-programme-economiquement-liberal-socialement-traditionnel-et-prorusse_5034888_823448.html

*désolé, j'ai cherché un autre mot mais pas trouvé; mais bon pas cherché longtemps non plus; et puis finalement ce mot convient très bien.
** Je précise qu'elle n'est pas ma candidate.
______

Écrit par : Yann / | 21/11/2016

TABOU

> Nous sommes dans le système suivant:
Le gens s'appauvrissent en grand nombre.
Ils ont besoin de produits nécessaires au quotidien peu coûteux.
Ils achètent donc du "low cost" importé.
Cela fait encore davantage de pauvres.
Si nous restons dedans, pour arrêter l'effondrement de notre activité, il faut effectivement baisser drastiquement le coût du travail via salaire, impôts et prélèvements sociaux.
Donc il faut en sortir : or ce système vicieux, c'est la mondialisation économique à laquelle nous sommes livrés, pieds et poings liés par une monnaie surévaluée, car cette surévaluation est la différence de potentiel qui, justement, fait marcher cette mondialisation.
Combien de catholiques, même sociaux, même écologistes en sont conscients ? Le sujet paraît tabou.
Le document de la CEF l'évite soigneusement.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 21/11/2016

CAMBADÉLIS

> Cambadelis ? Pourquoi écouter celui qui ne ferait pas mieux que Copé aux primaires de la gauche ?

MLudovic


[ PP à Ludovic - Pour l'instant il est premier secrétaire du parti socialiste, bien représentatif de cette machinerie. C'est à ce titre qu'il parle. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 21/11/2016

STUPIDE ET IRRÉALISABLE

> C'est justement en réaction à la ligne économique absurde de Fillon que j'ai voté Poisson. J'étais parti pour ne pas voter mais le premier débat m'a fait basculer dans le camps des votants. ils étaient tous à jouer à celui qui a la plus grosse (excusez moi de l'expression mais c'est la seule qui convient) avec la réduction du nombre des fonctionnaires sauf Poisson qui a dit répondu de manière au dessus du lot
Je trouve la ligne Fillon stupide et irréalisable.
______

Écrit par : sebastien / | 21/11/2016

LE GOUVERNEUR DU FRANCHOUKOUO

> Ces présidentielles ressemblent un peu à l'achat d'un appartement. Dimanche dernier (avec confirmation plus que probable dimanche prochain), on a signé le compromis. Au printemps prochain, il s'agira simplement de passer chez le notaire pour la signature de l'acte de vente et les dernières formalités.
Côte pratique de la chose : cela laisse un peu plus de 5 mois pour prendre les contacts utiles, afin de se "placer" dans les cabinets (ministériels) qui vont se constituer. Pendant ce temps (ça a déjà bien commencé...), les gens des cabinets sortants se casent comme ils peuvent dans les services.
Là, ça me paraît plié. Je ne vois pas comment Mme Le Pen pourrait retourner la situation à son profit. Si elle y parvient... cela tiendra du génie politique (ou plutôt politicien).
M. Fillon est "Mr Nobody" (mais après tout, le gouverneur du Franchoukouo a -t-il besoin d'être Louis quatorzième du nom, Napoléon Bonaparte ou le Grand Charles ? ), c'est une version masculine de Mme Thatcher, mais... il se dégage de sa personne quelque chose de rassurant.
Qui vivra verra....
______

Écrit par : Feld / | 22/11/2016

ILS N'ONT RIEN COMPRIS

> J'ai tendance à penser que l'essentiel de la classe politique n'a rien compris au monde dans lequel nous vivons et continue à penser l'économie et le social avec des grilles de lecture du XXème voire du XIXème siècle... Notamment avec le mythe d'un retour à la croissance qui pourrait créer de la richesse pour mettre fin au chômage. Cela fait plus de 40 ans que tous ceux qui nous gouvernent courent après cette chimère, allant d'échec en échec... et pourtant, cela ne les empêche pas de continuer dans la même voie, qu'ils soient de droite ou de gauche...
______

Écrit par : Patrick Pique / | 22/11/2016

BRÜNING ?

> Sur le plan politique, la politique que pensent mener la classe politique gauche et droite confondues, et tout spécialement Fillon, c’est celle d’un certain Brüning : Brüning, chancelier allemand, a tenté d'assainir l'économie par une politique de «déflation», en réduisant les coûts salariaux et les prix ainsi que les dépenses publiques avec l'espoir que, dans un deuxième temps, les profits des entreprises remonteraient et encourageraient les investissements et les exportations..
Brüning, un chrétien-démocrate bon teint (dont l’Allemagne et le reste du monde se seraient bien passés).
Les résultats c'est :
avant, Hitler à 2,6% des voix et 12 députés ;
après, Hitler à 18,3% et 102 députés. https://www.herodote.net/28_mars_1930-evenement-19300328.php
C’est sans appel.
______

Écrit par : ND / | 22/11/2016

MÉPRISE DE MA PART

> Je ne faisais que demander un article de fond, un article de synthèse à un journaliste qui étudie le sujet depuis plusieurs années et qui publie un certain nombre de documents très intéressants! Mais vous l'avez mal pris.
En fait, j'en ai marre de voir sur plein de sites que le programme de Fillon est ultra-libéral sans jamais expliciter, dans le détail, le pourquoi du comment...
Je n'ai pas dit que je n'étais pas d'accord avec le constat, je voudrais simplement avoir du grain à moudre et des éléments tangibles autres que des "incantations" (ou si vous préférez des affirmations sans arguments)....!
Je suis à la recherche de documents argumentés, intelligents, documents que je n'arrive pas à trouver, s'agissant de Fillon! Justement parce que je voudrais montrer à d'autres personnes en quoi ce programme n'est pas toujours compatible avec l’Évangile...!
Votre blog regorge d'articles très intéressants, mais tous ne concernent pas Fillon, d'où ma demande...
Je comprends mal pourquoi vous avez pris la mouche de mes propos...!
Cordialement,
PS : si vous le souhaitez, vous pouvez me répondre par mail.

Etienne


[ PP à Etienne
Je suis confus de m'être mépris. Votre ton l'autorisait un peu, parce qu'il ressemblait à celui des libéraux cool qui feignent de poser la question alors qu'ils ne veulent pas de réponse... Mais j'aurais dû avoir le préjugé favorable.
N'ayez crainte, si Fillon gagne dimanche nous n'aurons que trop d'occasions de décortiquer son programme avant la présidentielle... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Etienne / | 22/11/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.