Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2016

François : un "pont des peuples" face au "mur de l'argent"

pape françois

Au Vatican, troisième "rencontre mondiale des mouvements populaires" après celle de 2014 et celle de 2015 (discours de Santa-Cruz). Nouvel appel du pape à faire face au système économique libéral qui asservit le monde à l'idole Argent :


 

 

(Radio Vatican - Xavier Sartre)

« Les trois T (terre, toit et travail), votre cri que je fais mien, a quelque chose d’une intelligence humble mais en même temps, forte et saine » : le pape François recevait ce samedi 5 novembre 2016 en fin d’après-midi dans la salle Paul VI les participants de la troisième Rencontre mondiale des mouvements populaires. Dans un long discours en espagnol, le pape a salué le travail mené par ces centaines d’organisations et d’associations à travers le monde en faveur d’un « projet-pont des peuples face au projet-mur de l’argent ». Dans une dénonciation sans concession de la corruption de l’argent sur les âmes, le pape a donné certains conseils à ceux qu’il appelle « les poètes sociaux ».  

► S’il y a bien quelque chose qui menace la lente maturation du travail initié par les mouvements populaires, c’est l’argent qui « gouverne » avec « le fouet de la peur, de l’inégalité, de la violence économique, sociale, culturelle et militaire qui engendre encore plus de violence, dans une spirale descendante qui ne semble jamais finir ». Pour le pape, il n’y a pas d’hésitation : l’argent est « le terrorisme de base qui émane du contrôle global de l’argent sur la terre et attente à l’humanité entière ». Il ne faut pas se tromper d’ennemi selon lui, car « aucun peuple, aucune religion n’est terroriste ».

Cette peur que nous éprouvons malgré tout, nous pousse à commettre des massacres, à entretenir l’injustice ou à opprimer. Cette peur insidieuse pousse même « les citoyens qui conservent encore quelques droits » à bâtir « des murs physiques ou sociaux » qui leur procurent une fausse sécurité, déplore François. C’est ainsi que l’on se retrouve avec d’un côté, « des citoyens emmurés et terrorisés », et de l’autre, « des exclus, des bannis, plus terrorisés que jamais ». Mais le pape ne désespère pas : « tous les murs tombent. Ne nous laissons pas duper » rappelle-t-il.

Les mouvements populaires qui agissent sur le terrain, faisant comme Jésus qui guérit la main atrophiée d’un homme, prennent des risques. Le pape les a ainsi salués, soulignant qu’il n’y a pas « de plus grand amour que de donner la vie ». Ces hommes et ces femmes qui risquent donc parfois leur vie, montrent clairement « que nous devons aider pour que le monde guérisse de son atrophie morale », non pas avec la croissance économique ou les avancées techniques, mais avec le « développement de l’être humain dans son intégralité ».

Or, nous vivons dans un monde qui semble avoir perdu le sens des priorités. Le pape s’interroge ainsi : « Qu’arrive-t-il au monde d’aujourd’hui où, quand une banque fait faillite, des sommes scandaleuses  apparaissent immédiatement pour la sauver alors que quand c’est l’humanité qui fait faillite, il n’y a pas une once de ces sommes pour sauver les frères qui souffrent tant ? ». Encore une fois, c’est « la peur » qui « endurcit le cœur » et qui « se transforme en cruauté aveugle qui nie voir le sang, la douleur et le visage de l’autre » qui en est responsable.

[...]  Pour améliorer le monde, les mouvements populaires peuvent compter sur une grande richesse qu’ils possèdent en propre. « Ce ne sont pas des partis politiques », et comme tel, « ils expriment une forme distincte, dynamique et vitale de participation sociale dans la vie publique ». Mais ils font face à deux périls : celui de se laisser corseter, et celui de se laisser corrompre. Le pape met le doigt sur un problème bien concret : quand ces mouvements se contentent de petites initiatives locales, s’inscrivant dans les « politiques sociales », tout va bien. Mais quand ils ont la prétention de remettre en cause les « macro-relations », alors ils deviennent une menace car « ils sortent du corset, ils investissent le terrain des grandes décisions que certains prétendent monopoliser au sein de petites castes ». « Ne tombez pas dans la tentation du corset qui vous réduit au rang d’acteurs secondaires, ou pire encore, à de simples administrateurs de la misère existante » met en garde le pape.

[...]  Le pape demande ainsi aux membres des mouvements populaires de donner l’exemple car « la valeur de l’exemple a plus de force que mille mots ». Il demande tout particulièrement aux dirigeants de ne pas se fatiguer de pratiquer « l’austérité ». « La corruption, l’orgueil, l’exhibitionnisme des dirigeants augmente le discrédit collectif, la sensation d’abandon et alimente le mécanisme de peur qui soutient ce système inique ».

[fin du compte-rendu de Radio Vatican]

 

 

Je mettrai en ligne ici l'intégrale du discours dès qu'il sera disponible en français. Quelques citations supplémentaires en attendant :

<<  Il y a des forces puissantes qui peuvent neutraliser ce processus de maturation d'un changement capable de supplanter la primauté de l'argent et de replacer l'humain au centre. >>

<<  Le terrorisme commence quand est rejetée la merveille de la création, l'homme et la femme, et qu'on met à la place l'argent... A ce terrorisme basique [de l'argent] s'alimentent les terrorismes dérivés, tels que le narco-terrorisme, le terrorisme d'Etat et ce que certains appellent à tort le terrorisme ethnique ou religieux. >>

<< [citant Pie XI :]  L'impérialisme de l'argent, qui met en place une dictature économique mondiale... >>

<<  En plus d'être une bonne affaire pour les marchands d'armes et de mort, la peur nous affaiblit, nous déséquilibre, détruit nos défenses psychologiques et spirituelles, nous anesthésie face à la souffrance de l'autre et nous rend cruel... >>

Cette dernière phrase devrait faire réfléchir ceux des catholiques français qui seraient tentés de partir en vrille derrière les ultra-droites.

 

 

Commentaires

GUY AURENCHE

> avec notre groupe CCFD Terre Solidaire de La Celle Saint Cloud , nous organisons une conference de Guy Aurenche , avocat , ex president du CCFD .
Le mercredi 23 novembre à 20h30 , salle Charles de Gaulle, 14 avenue Charles de Gaulle à La Celle Saint Cloud .
Thème : "Alimentation , climat , migrations , quelles solidarités ?"
______

Écrit par : Nathalie Larnicol / | 07/11/2016

JEANNE, THÉOLOGIENNE DE LA LIBÉRATION

> Salut en Christ,
Oui, "C'est l’argent qui « gouverne » avec « le fouet de la peur, de l’inégalité, de la violence économique, sociale, culturelle et militaire". Et quand le fondamentalisme s'en mêle, ça n'arrange rien.
Non au repli fondamentaliste et identitaire, non aux ultra-droites, non aux clowns de droite, non à la politique de ceux qui n'ont de socialiste plus que le nom, non aux partis traditionnels qui ont sacrifié au Veau d'or!
Il appartient à la base de dire NON!
Il appartient à la base de prendre conscience; il appartient à la base de se rassembler, d'inventer et d'organiser l'action nécessaire; il appartient à la base de retirer le tapis sous les pieds des illusionnistes et des esclavagistes!
Au nom de Jésus, au nom de Marie, avec Jeanne la Pucelle, théologienne de la Libération, engageons-nous!
______

Écrit par : Pierronne la Bretonne / | 08/11/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.