Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2016

Environnement : le plan noir de la droite française

10-22.jpg

2017, feu vert au saccage-bétonnage de l'Hexagone :


 

 

L'ubris écolophobe de M. Sarkozy devant les patrons (notre note d'hier) est un signal d'alarme après beaucoup d'autres.

Lyon nous envoie un SOS : M. Wauquiez, sarko-atlantiste [*] de choc, "sabre toutes les aides à l'environnement y compris les soutiens aux parcs régionaux existants ou en  projet". La Frapna (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature) voit sa subvention réduite de 50% et doit supprimer une vingtaine d'emplois. Son président Eric Feraille constate "une relégation sans précédent des questions environnementales" et lance un appel aux dons. Selon la pédopsychiatre Monique Cosson, présidente du groupe 'Rassemblement citoyen solidaire écologiste' au conseil régional, "c'est de la politique à la hache, avec assèchement de tous les protecteurs de la nature"... et "large financement clientéliste" des défenseurs de l'agro-industrie. Non content de sabrer les subventions aux associations environnementales, M. Wauquiez vient de confier le domaine de la biodiversité à la Fédération régionale des chasseurs : éloquente décision quand on sait ce qu'est la chasse de masse, et que M. Wauquiez va lui allouer 3 millions d'euros sur trois ans ! Sa décision d'asphyxier les associations d'environnement ne doit donc rien aux "économies budgétaires" et à la "lutte contre le gaspillage", en dépit des allégations de LR ; elle doit tout à l'idéologie.

Et quelle idéologie ! M. Wauquiez ne veut pas savoir que les associations d'environnement sont animées par des zoologues, des spécialistes des écosystèmes et des microbiologistes en fertilité des sols : il affirme que ce sont des clubs de "bobos des villes"... Son ignorance est feinte. Elle relève de la posture. M. Wauquiez est un acharné de l'électoralisme : comme dit son rival Luc Chatel, "Wauquiez a zéro convictions et bosse énormément, ce qui le rend d'autant plus dangereux."  

Dangereux pour qui ? pour M. Chatel aussi, dont il est le concurrent. Comme le reste des dirigeants LR relookés Trump, M. Chatel n'est pas plus ami de l'environnement que M. Wauquiez. En juin dernier, devant le conseil national des Républicains, il proclamait: "Nous devons être le parti du gaz de schiste, des OGM, des biotech !" Déclaration applaudie par M. Sarkozy... D'où cette réponse exacte (mais hypocrite) du PS : "la droite se précipite dans la facilité des fausses solutions, sans considération pour la santé de nos concitoyens, la ruine de nos écosystèmes ou la mise sous dépendance des agriculteurs vis-à-vis des semenciers. Luc Chatel et Les Républicains optent pour des mesures passéistes et inefficaces qui ne sont pas à la hauteur des défis économiques sociaux, climatiques et environnementaux du XXIe siècle." Même le FN (sauf sa tendance Paca béton-Bourse) crie casse-cou : "Cette position que Sarkozy pense moderne est dangereuse. Elle est d'ailleurs à l'opposé du souhait des Français de voir naître une politique plus respectueuse de l'environnement..."

Parler de pseudo-modernité et de "facilité des fausses solutions" est exact. MM. Sarkozy, Wauquiez ou Chatel ne sont pas des écolophiles. Ce ne sont pas non plus des écolophobes. Ce sont des carriéristes, persuadés : 1. que le vent est à l'obscurantisme ; 2. que l'écolophobie fait partie du costume pour vaincre en 2017 ; 3. qu'on peut faire prendre le saccage de l'Hexagone pour un retour de "la croissance", tant les gens ont peur de l'appauvrissement. Comme le constate le politologue Gaël Brustier, un homme comme M. Wauquiez "a choisi de se placer à la droite du principal parti de la droite française et de constituer un corpus idéologique susceptible de le positionner au carrefour de toutes les droites" - y compris le courant libéral du FN (Paca).

En 2017, la probable victoire de la droite libérale (épaulée par la moitié libérale du FN) ouvrira les portes à une vague de bétonnage et d'agrochimisation sans précédent, qui achèvera de faire basculer la France dans ce que refusaient - encore hier - les Français.  Il est encore temps de le crier partout : cette main-mise sur le pays ne servira ni l'emploi, ni la prospérité commune, mais les géants économiques et financiers.

Les profits de ces géants ne "ruissellent" nullement sur les citoyens, dit le pape François (Evangelii Gaudium, 2013). Dans Laudato Si' (2015), il martèle le message catholique de l'écologie intégrale, soulignant que "tout est lié" et qu'on n'a pas le droit de léguer aux générations futures un monde saccagé ! Depuis trois ans ce pape appelle les catholiques à mettre en question le système économique actuel. Ses prédécesseurs en faisaient autant. On peut donc s'étonner - et c'est un euphémisme - de voir une partie des catholiques français regarder amoureusement M. Wauquiez, sous prétexte qu'il a parlé naguère contre la loi Taubira : comme si le catholicisme se réduisait à cette affaire. Et comme si ce que dit l'Eglise ne comptait pas.

 

_______________

[*]  sa réponse favorite aux contradicteurs est : "fuck !".  Génération Trump ?

 

 

écologie,droite,environnement

 

Commentaires

SARKOZY MENACE

> Dans le magazine 'Nos chasses' du 2 septembre, Nicolas Sarkozy réduit "l'écologie de bon sens" à... la chasse, telle qu'elle est pratiquée dans l'Hexagone en 2016.
Il attaque les associations légales de protection de l'environnement, qu'il accuse de "politiquement correct" (mot de passe de la droite con).
Il déclare que les actions de protection "ne sont plus acceptables", ce qui annonce une répression policière et judiciaire aggravée, en lien avec celle dont l'UE du grand capital menace les lanceurs d'alerte en tous domaines. Les actions de protection de l'environnement sont "des postures d'un autre temps", dit Sarkozy. Il promet qu'il ne discutera plus avec les protecteurs de la nature,car ils sont "polémistes", mais seulement avec les "partenaires constructifs" acquis aux intérêts économiques.
Dans cet entretien, Sarkozy cite Wauquiez en exemple ainsi qu'Estrosi, Pécresse, Bertrand. C'est une offensive concertée.
Enfin Sarkozy annonce que s'il est réélu :
- la chasse ne sera plus sous la tutelle du ministre de l'Environnement mais de celui de l'Agriculture, c à d de la FNSEA agro-industrielle,
- les instances environnementales "inutiles" seront "supprimées",
- l'Agence pour la biodiversité "n'échappera pas" à une "évaluation de son utilité et de son positionnement".
C'est aussi honteux que menaçant : pour l'environnement et même pour les libertés, non seulement d'action citoyenne mais d'opinion !
______

Écrit par : jf.devred / | 16/09/2016

JUPPÉ

> Analyse très juste concernant Sarkozy et Wauquiez. Que penser de Juppé ? Est-il dans cette même logique écolophobe bétonnière ?

CV


[ PP à CV - Sa politique ne serait pas très différente en substance, les intérêts sous-jacents étant les mêmes ; mais il le dissimule sous la rhétorique humaniste du "maire écolo". ]

réponse au commentaire

Écrit par : Charles Vaugirard / | 16/09/2016

ON CONTINUERA

> Merci, Monsieur, de nous informer VRAIMENT et surtout continuez !
Vous nous rendez un très grand service.
______

Écrit par : Magda / | 16/09/2016

SA COHÉRENCE

> Monsieur Sarkozy est cohérent: il est libéral. Donc il se moque du réchauffement climatique provoqué par le système libéral. Sa cohérence est plus visible encore lorsqu'il s'agit du "choc démographique". Lorsqu'on lit "la dérive totalitaire du libéralisme", Mgr Schooyans, lie le problème économique au problème démographique: le système libéral favorise les riches. Les pauvres sont de trop et sont des reproches vivants que la conscience des riches ne saurait tolérer. Ben ouais, c'est pas classe un SDF en bas de chez soi, ou quand on passe comme ça dans la rue.
Ca me rappelle que je pourrais être à sa place mais aussi, que si je n'avais pas la belle voiture que j'ai, il ne serait peut-être pas là. En clair, il n'est pas impossible que je sois coupable... bahh! Donc, il faut absolument, se débarrasser des pauvres, qui au fond menacent tout simplement mon mode de vie, ma petite existence bien tranquille. Que donc personne ne m'ôte le trouble d'avoir peur et la peine de me sentir coupable? Inventons donc un discours pour que les pauvres sachent que leur malheur, c'est de leur faute et pas de la mienne, et le tour est joué: direction avortement, campagnes de stérilisation dans le tiers-monde,...
Introjecter l'image de l'oppresseur: si vous êtes pauvres et que je me sens mal, c'est de votre faute et pas de la mienne. C'est le comportement génésique des pauvres qui pose problème, pas le contenu de mon compte en banque Et voilà: tout est lié.
______

Écrit par : ND / | 16/09/2016

LOL

> Vous êtes bien méchant : grâce à eux la croissance va revenir.
Ce lien est pas mal (surtout la photo): http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/34396/monstre-ne-bayer-achete-monsanto-59-milliards-deuros
______

Écrit par : ND / | 16/09/2016

PRIMAIRES

> Je m'interroge sur l'opportunité de voter à un maximum de primaires (contre les pires, pour ceux qui défendent des idées proches de Laudato Si), sachant qu'il n'est pas besoin d'être d'un parti, pour ensuite m'abstenir aux élections. Qu'en pensez-vous ?
______

Écrit par : Anne Josnin / | 17/09/2016

@ Anne Josnin

> je me posais la même question. Un moment je pensais voter pour le moins pire des primaires de ceux ayant une chance d'être l'élu de la primaire; mais je me dis que cela n'est pas sûr d'aboutir et finalement je pense plutôt voter pour celui est vraiment le plus proche de nos valeurs en espérant que cela arrive à défaut d'une victoire de ce dernier de montrer qu'il représente une quantité à ne pas négliger (mieux perdre sur ses valeurs plutôt que sur une pas trop pire).
Ensuite je ne sais pas, mais en aucun cas s'abstenir : éventuellement voter blanc (même si celui-ci n'est officiellement pas reconnu, s'abstenir c'est ne pas exister).
______

Écrit par : franz / | 19/09/2016

@ ND (Bayer/Monsanto)

> j'avoue ne pas comprendre, pourquoi Bayer achète au prix fort Monsanto (30 fois le bénéfice annuel de ce dernier) alors que le round-up pourrait être interdit et que le brevetage des semences pourrait se fissurer.
______

Écrit par : franz / | 19/09/2016

POSTDÉMOCRATIE

> Votez ? mais quel sens a le vote dans notre post-démocratie ? Pour moi plus aucun sens. Je me contente des scrutins locaux. Le reste c'est vote blanc...
______

Écrit par : Tangui / | 20/09/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.