Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2016

Les mobilisations paroissiales autour de l'encyclique

pape françois,encyclique,écologie

 Hier soir, réunion d'étape des douze groupes de travail Laudato Si'

de la paroisse de Vaucresson (92) :


 

Est-ce que je me trompe ? J'ai l'impression qu'aucune encyclique n'a suscité autant de mobilisation dans les paroisses catholiques françaises. Conférences-débats, homélies, prières universelles, groupes de travail... Encore un exemple : dans ma propre paroisse des Hauts-de-Seine, hier soir, réunion d'étape des douze groupes de volontaires  - 80 personnes dont une forte majorité de femmes -  qui travaillent depuis trois mois sur Laudato Si' et "notre propre conversion à la façon chrétienne de regarder la nature, c'est-à-dire la création".

Esprit de ce travail collectif :

"rompre avec le repli sur soi et se mettre en mouvement",

  "répondre à l'invitation urgente du pape à un dialogue sur l'avenir de la planète et de l'humanité"

"vaincre les obstacles : la posture de ceux qui ne veulent pas voir le problème ; l'indifférence ; l'opposition des puissants (argent) au nom de l'économie ; l'anthropocentrisme (incompatible avec la vision chrétienne), la culture du déchet et de l'immédiateté..."

Le travail des douze groupes s'organise autour de trois thèmes : 1. La création comme don de Dieu (comment j'y réfléchis et je me prépare à agir) ; 2. Les nouveaux comportements dans mon rayon d'action immédiat ; 3. Les nouveaux comportements en tant que citoyens (la ville, la région, le pays, le monde).

Extraits des témoignages des groupes, d'après les notes que j'ai prises à cette réunion :

"M'informer, me nourrir de ce qui se fait déjà ; me former. "Rappel de la doctrine sociale de l'Eglise et du 'tout est lié' de Laudato Si', qui révèle la cohérence de sujets que l'on croyait 'séparés'.  Rompre avec le relativisme du 'chacun sa norme'. Redécouvrir la valeur du travail, le bien commun et l'engagement. Echanger pour éclairer notre conscience, nous informer et nous engager autant que nous le pouvons... Ne pas hésiter à aborder les thèmes de l'encyclique que certains jugent 'contestables' ! Eduquer au respect de la création, pour transmettre cette vigilance aux générations suivantes. Prendre le temps de regarder, de comprendre, d'aider à comprendre..."

Discerner pour agir. "L'importance des associations (CCFD, Secours catholique). La sobriété, non l'accumulation : l'importance de changer notre mode de vie. Changer notre rapport à l'argent, assumer la solidarité fiscale. Apprendre à distinguer les véritables besoins des "envies" consuméristes. Saisir le rôle des ménages dans le comportement économique :  soutien aux agriculteurs proches, lutte contre le gaspillage et la pollution (pesticides dans l'alimentaire), renonciation aux excès de la climatisation, des éclairages, de la vitesse. Sans oublier les problèmes généraux de la ville : de la saturation automobile à l'étalement urbain... Et ceux de l'économie, en participant par exemple aux campagnes d'anti-lobbying... La révolution demandée par le pape ouvre une tâche immense, mais il faut se garder du découragement et commencer par nos initiatives personnelles, même modestes. Réaliser que nous ne sommes pas seuls : faire changer ensemble les choses."

Le témoignage du chrétien. "Nature et prière : y compris la prière universelle à la messe dominicale. Relire et méditer les textes fondateurs de notre foi, pour saisir notre responsabilité envers le reste de la création. L'importance du concret (compost, pistes cyclables, covoiturage, vérification des provenances dans les achats, projections-débats du film 'Demain', exposition tournante - sur l'eau - montée par des jeunes, etc). L'importance de l'attention aux choses : si le Créateur a voulu que la biosphère soit fragile, c'est pour nous encourager à la respecter ! Par notre action plus que par les mots, donner aux autres envie de s'engager aussi dans cette démarche : nous sommes responsables les uns des autres...."

Numérique et moyens de communication : "réfléchir concrètement à partir du § 102 de l'encyclique, comprendre pourquoi et comment le pape nous appelle à échapper à la dictature des techniques..."

etc.

Les groupes de travail de cette paroisse se déclarent "frappés par la radicalité de l'encyclique" : "elle met en cause notre organisation sociale, elle appelle à s'engager pour corriger les déséquilibres qui menacent la création". Ces engagements s'appliquent à des domaines de lutte très divers : l'écologie, le consumérisme et, au delà, le système économique (et la financiarisation), avec ce corollaire que - par exemple - notre taux de production d'automobiles doit diminuer si nous voulons que celui de la Chine et de l'Inde n'explose pas. Et comprendre avec le Secours catholique que le problème des "migrants" ne peut être séparé des causes économiques et climatiques...

 

Voilà. Ce n'est qu'un début. Et ce n'est qu'un exemple du travail qui s'opère en profondeur dans des paroisses, tandis que nos médias font semblant de croire que tout catholique est un libéral.

 

Commentaires

BASTA

> Vous avez de la chance. Dans ma paroisse, très "France bien élevée", nous avons eu une conférence de deux heures en début d'année et puis basta...

cristiana


[ PP à C. - C'est aux paroissiens de prendre l'initiative... ]

réponse au commentaire

Écrit par : cristiana / | 09/06/2016

"DANS MA PAROISSE"

> Pour répondre à Cristiana et pour garder espoir, je peux témoigner de ce qui se passe dans ma paroisse du XXe arrondissement de Paris. Comme Cristiana nous avons eu une conférence sur l'encyclique que notre curé a initiée. J'ai pris la parole en fin de conférence en proposant aux personnes qui voulaient passer à l'action et voir notre paroisse répondre à l'appel du pape de façon concrète de nous retrouver pendant 2 à trois soirées dans le but de faire une grande "tempête d'idées" (brainstorming).
J'ai récupéré une dizaine de contacts, c'était en décembre 2015. Petit à petit notre groupe s'agrandit, nous sommes plus de 20 paroissiens actif sur le sujet. Nous continuons à sensibiliser les autres paroissiens à l'appel du pape, car bon nbr ne savent pas ce qu'est Laudato Si (!!)
Plusieurs actions ont été menées en six mois. La prochaine est un apéro version Laudato Si à la fin de la messe ( fini les chips industrielles et les gobelets jetables :-) vive la cuisine maison et la vaisselle lavable. Mais surtout on se rassemble et on parle aux autres de ce nous propose François.
Ce qui me semble important dans cette histoire, c'est que nous avons toujours été surpris par le nbr de paroissiens à l'écoute et à l'envie d'agir. Ce sujet de la maison commune intéresse. De plus c'est une thématique qui rassemble les générations. Des personnes de 30 à 80 ans dans le même groupe. C'est aussi une bonne nouvelle pour la communauté.
______

Écrit par : Pierre-B / | 09/06/2016

LA C.E.F.

> Un dossier proposé par le pôle “Écologie et Société” de la Conférence des évêques de France pour faire connaître et faire vivre l’encyclique 'Laudato Si’ du pape François.
http://www.eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/developpement-durable/laudato-si/
Et pour écouter dans en voiture :
http://www.metz-catholique.fr/dossiers/encyclique-laudato-si/2172-l-encyclique-%C3%A0-%C3%A9couter-2
______

Écrit par : isabelle / | 09/06/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.