Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2016

Frondeurs et motion de censure : "par Horus, demeure !"

 204465-111596-jpg_97965.jpg

Comment les Trente sont encore paralysés par l'amulette :


 

Nouvelle progression du non-sens postdémocratique. Un gouvernement "de gauche" supprime le débat à gauche pour imposer une loi antisociale, conçue en partie par le Medef. Le 49-3 suscite deux projets de motion de censure, l'un à droite et l'autre à gauche ; le projet de motion de gauche échoue à deux voix près, ne recueillant "que" 56 signatures sur les 58 nécessaires ! "Il ne reste qu'un seul outil pour s'opposer à la loi El Khomri : la motion de la droite", constate le député communiste André Chassaigne (le PCF se souvient d'avoir été léniniste). Et les trente frondeurs du PS ? Eux ne se souviennent que du politiquement correct. Ayant raté leur coup d'un cheveu, ils n'osent aller plus loin et renverser leur bête noire, M. Valls, en votant exceptionnellement avec la droite.

S'ils n'osent pas, c'est qu'ils sont figés soudain par... Mme El Khomri, à qui M. Valls a prêté l'amulette paralysante ("par Horus, demeure !") du cheikh Abdel Razek dans Le mystère de la Grande Pyramide. Face aux trente frondeurs, Mme El Khomri a brandi l'amulette et proféré la formule : "Voter avec la droite, c'est être de droite !". Les trente frondeurs se sont figés. Ils connaissaient la suite de la formule (« que ton nom ne soit plus ! ») : autrement dit le retrait d'investiture en 2017.

gal4.jpg

La gauche socialiste n'a pas saisi sa chance de provoquer un "sursaut de gauche" dans le pays en renversant M. Valls et en plaçant ainsi M. Hollande dans une position impossible, ce qui aurait rouvert la possibilité d'une véritable primaire de gauche.

En se laissant figer sur place par l'amulette de Mme El Khomri, les frondeurs se sont montrés sous leur vrai jour. Ces pseudo-contestataires sont rivés au vieux jeu des labels, "gauche ou droite", alors que PS et LR-UDI ne sont que deux produits libéraux interchangeables, en concurrence pour séduire les marchés*. S'ils avaient eu l'audace tactique de voter avec les LR-UDI pour obtenir la chute de ce gouvernement-décor, les trente n'auraient pas risqué leurs âmes. Auraient-ils même risqué leurs sièges ? Rien n'est moins sûr. 

 

_______________

* Note du blog demain sur ce sujet.

 

 

960-jerome-bosch---tentation-de-saint-antoine---monstre-messager---pm-300-300.jpg

 

19:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : ps, el khomri

Commentaires

SMOKING-FEZ

> Excellentissimme cher Patrice. Peut-être ton meilleur billet. A encadrer !
Tu imagines Macron en smoking-fez?

VF


[ PP à VF - La tenue idéale. Avec une fine moustache. ]

réponse au commentaire

Écrit par : VF / | 11/05/2016

ONDE MÉGA

> Bravo ! Et pour filer votre analogie jacobsienne dans l'album suivant, on peut s'attendre au défilé de quelques ex-"frondeurs" désormais marqués "jaunes", répétant, hagards : "Oui, nous nous repentons !"

AC


[ PP à AC
- Bravo à vous ! Les frondeurs en Vernay, Macomber et Calvin psychotropés, Valls en Septimus ; ça fonctionne bien.
- Mais Hollande en reine d'Angleterre ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Albert Christophe / | 11/05/2016

MAIS ALORS

> Hier soir, Laurent Baumel expliquait qu'il ne pouvait pas, en conscience voter la motion de censure de droite, qui souhaite explicitement voir revenir dans la loi les mesures libérales que les syndicats ont réussi à faire tomber.
C'est une position que je peux comprendre (quoique... qui l'a lue, exactement, la motion de droite...),
mais alors, pourquoi ne pas avoir négocié avec la droite un texte plus neutre, prenant acte de l'opposition à la loi sans donner les motifs de cette opposition, puis d'expliquer au pays que ce seraient aux électeurs, dans le cadre des élections anticipées, de décider dans quel sens il convient d'infléchir le texte ?
N'aurait-ce pas été à la fois plus lisible et plus courageux ?

F.


PP à F. - Selon l'une des hypothèses en circulation (renforcée par le mimodrame de Baumel
hier après-midi entouré de journalistes dans la salle des Quatre-Colonnes), les deux voix manquantes seraient un fait-exprès mis au point par les frondeurs PS avec Valls et Cambadélis.
"Echec calculé au moment où se négocient les investitures aux législatives et aux sénatoriales..." Par Horus, demeure. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ferrante / | 12/05/2016

> Et Macron en Olrik ?
______

Écrit par : VF / | 12/05/2016

PIÈGE

> Une motion de censure au texte plus "neutre" eût en effet pu réunir a priori plus de votes. Ce qui eût alors été demandé aux députés aurait été de répondre par "oui" ou par "non" à cette motion, tout simplement. Selon un principe d'origine évangélique, "oui" eût été "oui" et "non", "non", sachant d'où vient le reste, comme "oui mais seulement de gauche", "oui mais simplement de droite", "non mais...", etc.
Pour filer à mon tour l'analogie jacobsienne, les députés "frondeurs" et les députés de droite se sont enferrés tous seuls dans un "piège diabolique".
Pour ce qui est des "frondeurs" en particulier, l'hypothèse sur la raison des deux voix manquantes me paraît plausible. Ce serait, en résumé : "par Horus demeure"... investi par ton parti.
______

Écrit par : Sven Laval / | 12/05/2016

> Excellent texte qui montre bien la tartuferie de tous les cadres du PS. Les "frondeurs" sont ravis du 49-3 qui les a dispensés d'avoir à s'opposer clairement au texte El Khomri si celui-ci avait suivi la voie parlementaire classique.
Il est évident que le seul vote de gauche cohérent était de faire tomber ce gouvernement.
(Je ne sais pas si c'est une "bonne nouvelle" pour moi, ou pour vous, que je sois si souvent en accord avec le contenu de ce blog !)
Salutations syndicalistes révolutionnaires,

A.L.


[ PP à AL
- C'est certainement une bonne nouvelle pour les deux ("win-win", dirait M. Macron) !
- Mais c'est surtout logique. Ce blog a une empathie justifiée à l'égard de l'époque héroïque du syndicalisme révolutionnaire et des luttes ouvrières, comme je l'ai encore souligné ce matin à Radio Notre-Dame. Et il pense que le temps des luttes sociales revient : les mêmes causes produisant les mêmes effets.
- D'où le peu d'affection que nous vouent les libéraux, y compris en milieu catho... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Annick Lachosme / | 13/05/2016

BALLE

> La blague qui circule sur internet, c'est que la meilleure chose qui puisse arriver à un député du PS, c'est de ne pas en avoir l'investiture l'an prochain: ils se seraient donc tiré dans le pied.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 13/05/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.