Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2022

Affaire Santier : qu'attend l'Eglise pour réformer le droit canonique et le processus de nomination des évêques?

statue-de-pierre-ancienne-d-ange-triste-à-pleurer-avec-des-larmes-dans-les-yeux-comme-un-symbole-la-mort-et-fin-vie-humaine-184394926.jpg

Maintenant la coupe est pleine ! Ma chronique à Radio Présence (Toulouse Midi-Pyrénées) et Radio Fidélité Mayenne) :


<< Un an après le rapport sur les abus sexuels dans l’Eglise, voici l’affaire de Michel Santier, ancien évêque de Créteil en région parisienne, sanctionné par Rome en 2021 pour des faits commis lorsqu’il était prêtre du diocèse de Coutances dans les années 1990 : des faits restés ignorés pendant trente ans. Il s’agissait, je cite, “d’abus spirituels ayant mené à du voyeurisme sexuel sur deux jeunes hommes”. En clair : Michel Santier avait perverti le sacrement de confession. C’était une profanation délibérée : quelque chose de glaçant de la part d’un prêtre. Les abus sexuels par des prêtres sont indissolublement des outrages (ou des crimes) envers les gens et des sacrilèges envers le Christ, sacrilèges dont la gravité est infinie puisqu’ils sont commis par des hommes ayant reçu le sacerdoce ! Les fidèles ne comprennent pas ou n’admettent pas – et le disent de plus en plus – que ces monstruosités n’entraînent pas automatiquement la suspension a divinis et la privation de tout ministère. Il y va de la crédibilité même de cette Eglise dans sa mission de témoignage !

Au lieu de ça, on apprend que le coupable avait accepté de devenir évêque en 2001 malgré ce qu’il avait commis ; on apprend qu’il fallut attendre 2019 pour qu’un dossier à son sujet soit transmis à Rome ; et on apprend qu’en 2020, la sanction romaine fut simplement d’obtenir sa démission et de l’envoyer comme aumônier en 2021 dans une communauté religieuse… Le tout dans la plus grande discrétion, comme d’habitude. Résultat : le scandale explose un an après, et il est ravageur. Les victimes de Michel Santier à Coutances se manifestent enfin. Ses diocésains de Créteil et le vicaire général se sentent trahis rétrospectivement. Le dégoût, la colère, la tentation de tout abandonner, montent chez les fidèles catholiques.

Et maintenant ? Une fois de plus les évêques demandent pardon et expriment leur compassion envers les victimes.  Mais vraiment, ça ne suffit pas ! Ce que les fidèles sont en droit d’exiger, c’est que l’Eglise prenne des mesures enfin proportionnées à l’ampleur du mal : il faut la démission immédiate (volontaire ou forcée) de ceux des prêtres ou évêques qui auraient des actes pareils à se reprocher. Il faut des enquêtes acérées sur le passé des futurs évêques. Et il faut dans ce genre d’affaires des sanctions canoniques rapides, radicales, et expliquées franchement au public. La Conférence épiscopale promet une fois de plus d’affronter ce problème ? Attendons et voyons. Mais maintenant la coupe est pleine. >>

 

 

logo_presence.jpg

fidelite_mayenne-9.png

 

11:38 Publié dans Eglises | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : santier

Commentaires

"CE QUI ME RETIENT ENCORE"

> Personnellement, il n'y a plus que deux choses qui me retiennent encore dans l'Eglise catholique romaine : ma foi dans la Présence réelle et mon attachement à Marie (l'un et l'autre n'étant pas plus que cela - c'est le moins que l'on puisse dire ! - les "trucs" des protestants évangéliques, que, sans cela, je serais tenté de rejoindre).
Autrement : ici et là, l'on dit que toutes ces affaires sont une des manifestation de l'échec du clergé "progressiste". Comme si le monde "tradi" (conciliaire ou non) était plus ou moins exempt de ces dérives. Mouais...

Feld


[ PP à Feld - Le monde "tradi" est simplement plus opaque (par destination) que le monde catho 'mainstream'. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 26/10/2022

LA RADICALITÉ

> Pour avoir reçu un dossier d'enquête pour un confrère pressenti éventuellement à l'épiscopat, je ne vois pas ce que l'on peut faire de plus. La batterie de questions explore avec minutie tous les aspects possibles, personnels et pastoraux. Des prêtres, évêques ou laïcs sont consultés et répondent chacun en ce qui le concerne aux questions du dossier qu'il a reçu. La décision d'inclure le candidat dans la terna envoyée à Rome se prend après une relecture précise de tous les dossiers.
L'aveuglement sur tel ou tel aspect problématique du candidat peut être aussi bien le fait des clercs que des laïcs.
Mgr Santier est l'un des derniers fondateurs de communautés charismatiques qui n'avait pas encore de "casseroles" exposées au public. C'est fait et c'est bien triste !
Dans le contexte où nous sommes, plutôt que d'espérer que seuls d'innocents et tardifs puceaux (il n'en reste plus beaucoup parmi les jeunes professionnels) se présenteront au séminaire, il vaut mieux mettre l'accent sur la radicalité des conversions demandées, spécialement dans le domaine des moeurs, et rendre absolument rédhibitoire tout acte sexuel moralement et gravement scandaleux et pénalement condamnable. Mais il me semble que c'est ce qui est fait dans les procédures actuelles.
______

Écrit par : B.H. / | 26/10/2022

L'IMMOBILISME DES ÉVÊQUES

> Percutante analyse d'une situation bouleversante. Ne laissons pas l'avenir de l'Église en France virer au tragique : c'est d'un changement de paradigme, comme on dit à présent, dont nous avons besoin.
Ce changement n'est vraisemblablement pas pour demain. Le président de la conférence épiscopale a mis huit jours pour publier un communiqué trop sibyllin : les actes commis par Santier ne sont pas dénoncés avec force, aucune référence n'est faite à l'exigence légitime de renvoi de l'état clérical. Les évêques sont à l'évidence gênés et probablement tentés par la stratégie éculée du dos rond.
À Lunéville, nous avions naguère quatre églises ; l'une d'elle, Saint-Maur, pourtant propriété communale, vient d'être désacralisée, faute de fidèles. Si les évêques poursuivent dans leur entre-soi, nous pourrions n'avoir besoin à l'avenir que d'une seule église, aux bancs clairsemés. Les fidèles dégoûtés resteront chez eux, ils prieront peut-être dans le silence de leurs chambre, ou ne prieront plus.
Certains laissent entendre que Santier n'est pas le seul parmi les évêques à avoir ainsi profané les sacrements. S'ils ne devaient pas bouger, Golias poursuivra son opération vérité. L'Esprit saint inspire leur entreprise. L'avenir de l'Église en France est en jeu.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 26/10/2022

DÉMISSION COLLECTIVE ?

> Lors de la sortie du rapport Sauvé, j'avais déjà indiqué que l'option de démission collective des évêques était la meilleure solution à appliquer sans tarder. Le pape François aurait ensuite pu renommer ceux qui n'avaient rien dans leur dossier. Il n'en n'a rien été, ce courage ayant manqué. Résultat : la perte de confiance augmente encore. Belle réussite. L'époque est difficile, les brèches étant nombreuses...
______

Écrit par : BCM / | 26/10/2022

RETOUR IMPÉRATIF À L'ÉVANGILE

> je viens d'avoir 74 ans ....
L'affaire SANTIER est , pour moi, catho de base , monstrueuse !
Quand faudra t'il aux organes institutionnels prendre facialement la question en main ?
SANTIER / Michel AUPETIT / Je ne mélange pas les affaires ! elles ont chacune leurs particularités ... Mais il me semble qu'il y a vrai problème au sein de des MONSEIGNEURS VIA la CEF ?
C'est presque comme avec le personnel politique ....
Belle opacité ! dégâts monstrueux !
retour à l'Evangile , très impératif !!!!
______

Écrit par : marniquet yves / | 26/10/2022

AVANCER ET RECONSTRUIRE

> A ce stade, c'est démission de TOUS les évêques qui est obligatoire ainsi que la dissolution de la CEF. Que le pape mette en place une autre organisation et une autre procédure de choix des évêque et vite. Il faut que ce soit fait dans les mois qui viennent au pire. Manifestement, le système en place est pourri. Et nous, on rame pour témoigner dans nos campagnes....face à des contemporain englués dans le matérialisme qui nous disent qu'ils n'ont pas besoin de Dieu. Maintenant, ils nous crient qu'ils n'ont pas besoin d'une Eglise comme ça...
Personnellement, je n'arrive plus à écouter nos évêques, leur langue de buis (pour ne pas dire autre chose), leur inertie, leur entre-soi...je préfère m'arrêter là.
Que Dieu nous pardonne et qu'Il nous envoie son Esprit pour avancer et reconstruire dans ces ruines...
______

Écrit par : VF / | 26/10/2022

S'ILS ÉTAIENT REPENTANTS...

> C'est effectivement intolérable.
Qu'on ne me parle pas de pardon des péchés, la question n'est pas là. Les coupables, s'ils étaient vraiment repentants et conscients de la gravité de leur faute, iraient d'eux-mêmes s'enfermer dans une cellule de moine pour le restant de leurs jours afin d'y prier pour leurs victimes et pour tous les gens que le scandale tient éloignés de l'Eglise.

Bernadette
______

Écrit par : Bernadette / | 27/10/2022

EN FINIR AVEC LE PRÊTRE "SURHOMME"

> Plutôt que d'aller de scandale en scandale, il faudrait un concile pour redéfinir ce qu'est un prêtre. D'un simple "ancien" dans les épîtres, il est devenu un monstre sacré, un "alter Christus", dont la sainteté et la pureté doivent être affirmées. Les fidèles, souvent, voudraient que les prêtres soient des champions de la foi qu'on admire et qui sont une excuse pour ne pas engager sa propre vie.
Scandales et manque de prêtres seraient deux bonnes raisons pour tout remettre sur le tapis dans un concile. Mettre en garde contre le cléricalisme et prôner la synodalité ne suffiront pas. À propos de la pédophilie, le journal du diocèse se croyait rassurant en se contentant d'affirmer que les séminaristes étaient contrôlés de plus en plus étroitement, ce qui va encore dans le sens du prêtre surhomme.
______

Écrit par : Albert / | 27/10/2022

PIEDS NUS

> Les mesures que vous suggérez sont vitales et salutaires.
Ajoutons-en une autre : une démarche de pénitence, pas seulement une demande pardon. Une procession pieds nus et en chemise à Lourdes, croix sur l'épaule, et quinze jours de jeûne, pour implorer non seulement le pardon des victimes, mais celui du Ciel !
Pour les clercs ET les fidèles volontaires.
______

Écrit par : Clément Cassiens / | 27/10/2022

"PRIONS HUMBLEMENT"

> Nous sommes tous pécheurs mais le Seigneur a donné sa vie pour chacun de nous.
Avant sa conversion l'Apôtre Saint Paul a persécuté les chrétiens.
Tout cela s'est accompli dans la VERITE
Le scandale est le brouillard déployé dans le drame Santier.
C'est pire que si l'on avait dit que celui-ci était ordonné à l'épiscopat en dépit de ses fautes.
Mais comment accepter d'être ordonné évéque en ayant conscience de son état.
L'Eglise doit être en Vérité et Charité.
Prions humblement
______

Écrit par : Delaunay Claude / | 28/10/2022

XXX. DU BEAU PRÊCHE QUE FIRENT EN ASSISE SAINT FRANÇOIS ET FRÈRE RUFIN, QUAND ILS PRÊCHÈRENT NUS.

LEDIT frère Rufin, par la continuelle contemplation, était si absorbé en Dieu, qu’il était devenu presque insensible et muet, et de très rares fois parlait et encore il n’avait la grâce ni la hardiesse ni la faconde du prêcher. Néanmoins saint François une fois lui commanda qu’il allât à Assise, et prêchât au peuple ce que Dieu lui inspirerait. Dont frère Rufin répondit : Révérend père, je te prie que tu me pardonnes et ne me mandes là ; pour ce que, comme tu sais, je n’ai la grâce du prêcher, et suis simple et idiot. Alors dit saint François : Pour ce que tu n’as obéi promptement, je te commande par sainte obéissance que nu comme tu naquis, avec les seules braies, tu ailles à Assise et entres en une église et ainsi nu prêches au peuple. À ce commandement, ledit frère Rufin se dépouille, et s’en va nu à Assise, et entre en une église ; et faite la révérence à l’autel, monte dessus la chaire et commence de prêcher ; de laquelle chose les enfants et les hommes commencèrent de rire, et disaient : Or voici que ceux-là font telle pénitence qu’ils deviennent stupides et hors d’eux-mêmes. Entre temps, saint François, repensant à la prompte obéissance de frère Rufin, lequel était des plus gentilshommes d’Assise, et au dur commandement qu’il lui avait fait, commença de se reprendre soi-même, disant : Dont te vient telle présomption, fils de Pierre Bernardone, vil petit homme, de commander à frère Rufin, lequel est des plus gentilshommes d’Assise, qu’il aille nu prêcher au peuple comme un fol ? par Dieu, tu éprouveras en toi ce que tu commandes aux autres. Et tout soudain en ferveur d’esprit il se dépouille nu semblablement, et s’en va à Assise, et mène avec soi frère Léon pour porter son habit et celui de frère Rufin. Et le voyant semblablement les Assisains, se gaussaient de lui, réputant que lui et frère Rufin fussent devenus fous par le trop de pénitence. Entre saint François dans l’église où frère Rufin prêchait ces paroles : Ô très chers, fuyez le monde, laissez le péché, rendez le bien d’autrui, si vous voulez esquiver l’Enfer ; observez les commandements de Dieu, aimant Dieu et le prochain, si vous voulez aller au ciel ; et faites pénitence, si vous voulez posséder le Royaume du Ciel. Et alors saint François monte nu dessus la chaire, et il commence de prêcher si merveilleusement du mépris du monde, de la sainte pénitence, de la pauvreté volontaire, du désir du royaume céleste, et de la nudité et opprobre de la Passion de notre Seigneur Jésus Christ, que tous ceux qui étaient au prêche, hommes et femmes en grande multitude, commencèrent de pleurer très fortement avec incroyable dévotion et componction de cœur ; et non seulement là, mais par tout Assise fut en ce jour un tel pleur de la Passion du Christ, que jamais n’y en avait eu de semblable. Et ainsi édifié et consolé le peuple de l’acte de saint François et de frère Rufin, saint François rhabilla frère Rufin et soi-même ; et ainsi rhabillés s’en retournèrent au couvent de la Portioncule, louant et glorifiant Dieu, qui leur avait donné grâce de se vaincre eux-mêmes, par mépris de soi, et d’édifier les ouailles du Christ avec bon exemple, et démontrer combien est à mépriser le monde. Et en ce jour crût tellement la dévotion du peuple envers eux, que bienheureux se réputait qui pouvait toucher l’ourlet de leur habit. À la louange du Christ béni. Amen.

Les Petites Fleurs de François d’Assise
Traduites par André Pératé
Illustrées par Maurice Denis
Librairie de l’art catholique, 1926
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 28/10/2022

ACTUALISER LE GESTE DE St FRANÇOIS ?

> Je reprends la plume, comme on disait autrefois, en pensant à ce qui est reproché à Mgr Santier. D'où a bien pu venir cette idée de proposer à des pénitents de se mettre tout nus devant le Saint Sacrement lors d'une confession ? Je pense que c'est une tentative hasardeuse, "érotico-mystique", d'actualiser le geste de saint François qui avait rendu tous ses vêtements qu'il tenait de son père pour s'avancer, tout nu, vers une nouvelle vie; l'évêque d'Assise, témoin de la scène, le couvrit de son manteau liturgique (dans le contexte de surchauffe érotique où nous nous trouvons on aura vite fait de soupçonner l'évêque d'Assise de voyeurisme).
A-t-on le droit, sans être dans le farfelu ou le suspect, d'actualiser certains gestes décisifs de la vie des saints pour les proposer à tous les chrétiens ? Il faut certes du discernement mais je m'accuse d'avoir invité parfois des paroissiens à refaire pour eux le geste d'Anne-Marie Javouey qui - à une période délicate et décisive de sa vie - frappa à la porte du tabernacle du Saint Sacrement dans l'église de son village.
"Frappez et l'on vous ouvrira", frappez à la porte du tabernacle, lieu de la présence réelle du Christ.
______

Écrit par : B.H. / | 03/11/2022

@ Michel de Guibert

> Je vous ai compris… Tout comme moi, vous voterez François Ruffin à la prochaine présidentielle, à condition qu'il prêche nupes, vêtu de ses seules braies, en signe de pénitence pour l'éducation reçue chez les jésuites d'Amiens (le lycée La Providence) en même temps qu'Emmanuel Macron !
______

Écrit par : Longin / | 03/11/2022

LES "VALEURS" DE LA SOCIÉTÉ CIVILE FRANÇAISE

> Longtemps, j'étais dans le cercle rapproché d'une Fraternité monastique. Cela m'a empêché de voir clairement les effondrements successifs qui touchaient le catholicisme (pratique religieuse, liturgie, vocations, morale, etc)
Cela fait dix ans que j'ai rejoint les orthodoxes. Et c'est là, en constatant les écarts très nets entre francophones et russophones, que je perçois qu'il s'agit d'abord d'un problème de société civile française, totalement infiltrée par des "valeurs" contraires à celles des évangiles. Malheureusement, l'Église catholique semble avoir fait sienne une partie de ces nouvelles "valeurs" profanes et de la nouvelle morale sexuelle.

NB l'orthodoxie francophone, secouée par les coups de force du patriarche constantinopolitain, ne se porte pas très bien non plus et révèle des fêlures inquiétantes héritées notamment, par ses transfuges nombreux, des vieilles querelles progressistes/traditionalistes catholiques...
Sans compter un impressionnant déficit de catéchèse adulte (commun aux catholiques comme aux orthodoxes)

Amicalement
R.C.
______

Écrit par : Coucy / | 17/11/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.