Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2022

Non, M. le président, nous ne sommes pas “en guerre” !

Emmanuel-Macron-face-aux-ministres-a-l-Elysee-le-24-aout-2022-1469418.jpg

Diffusé ce matin et commenté partout, le discours présidentiel use d’une rhétorique sacrificielle  mais n’aboutira (plus encore que d’habitude) qu’à enfoncer un peu plus les classes moyennes :


Oeil sombre et sourcil froncé, aux premiers temps du Covid Emmanuel Macron nous avait déjà fait le numéro du chef-de-guerre (comme disent les journalistes télé) ; le numéro ressert aujourd’hui. À propos de quoi ?  Tout en vrac. Le climat… La crise… Et bien entendu l’Ukraine : guerre que la Russie ne nous a pas déclarée mais que nous lui faisons parce que Washington le veut, à coups de très coûteux cadeaux militaires au régime de Kiev. Et guerre qui nous vaut en représailles une aggravation de la crise énergétique, alors que les Français se débattaient déjà dans les prix des carburants et l’inflation en général ! Inflation dans laquelle la spéculation et les tactiques optimisatrices des grandes entreprises ne sont pas sans jouer un rôle : mais s’attaquer à ces acteurs-là ne fait pas partie de l'agenda macronien.  L’effarant discours du 24 août ne les vise pas. Il vise les Français moyens. Vous allez souffrir, leur dit en gros le président de la République ! Souffrir de quoi ? Des mesures que nous allons prendre. Les mesures “climatiques” ne s’en prendront pas aux multinationales ni aux plus fortunés (en dépit de leur bilan carbone : relire l’enquête d’Hervé Kempf Comment les riches détruisent la planète, Seuil 2007). Ces mesures ne s’en prendront qu’aux classes moyennes… Le froid cet hiver frappera les foyers mais l’Elysée assure que c’est seulement la faute de Moscou, et qu’en plus de claquer des dents il faudra les serrer parce que "c’est la guerre" et que “des sacrifices” s’imposent pour défendre “notre liberté”… (Ah ? Et en quoi la liberté de la France est-elle menacée ?). Bref : le Président des Riches nous promet du sang, de la sueur et des larmes. Mais il n’est pas Churchill et nous ne sommes pas en guerre.

 

960-jerome-bosch---tentation-de-saint-antoine---monstre-messager---pm-300-300.jpg

20:16 Publié dans Macron | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : macron

Commentaires

THÉÂTRAL

> N'oublions pas que l'hôte de l'Elysée a fait du théâtre - c'est d'ailleurs en montant sur les planches qu'il a connu son épouse, semble-t-il. Cette volonté de dramatisation le caractérise, parfois de manière caricaturale (comme le pas lent, supposé solennel, qu'il prit dans la cour d'honneur de l'Elysée le jour de la passation de pouvoir en 2017, devant un Hollande visiblement amusé). La fin de "l'abondance" ? Ayant grandi dans le Lunévillois paupérisé depuis au moins trois décennies, je n'ai (comme beaucoup) jamais connu d'abondance : si manne il y a, elle doit d'abord cesser à Bercy (qui ignore paraît-il le traitement exact de ses plus hauts fonctionnaires) ou vis-à-vis des cabinets de conseil payés à millions.
Mettons fin par exemple au fameux tour extérieur, que Mitterrand appréciait pour placer ses proches (en nombre). Ou à tous ces bidules parfaitement inutiles mais confortablement rémunérés qui servent surtout à offrir une porte de sortie aux copains : le 'Canard' rapportait récemment que le préfet Lallement avait failli obtenir la présidence de l’Autorité de régulation dès transports, assortie d'un traitement annuel de quelque 148 000 euros et d'une voiture de fonction. Si les temps sont durs, qu'ils le soient pour tous !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 25/08/2022

Merci !
______

Écrit par : à E Levavasseur / | 25/08/2022

LE PRÉSIDENT DES RICHES

> https://www.lefigaro.fr/politique/jets-prives-clement-beaune-persiste-contre-l-elysee-et-matignon-20220825
L'actualité vous donne en temps réel une preuve de la véracité de votre analyse : Emmanuel Macron est bien le président des riches.
M. Beaune souhaite encadrer les jets privés hautement émetteurs de dioxyde de carbone ? Démarche louable quoique imparfaite : c'est l'interdiction pure et simple de ce mode de transport tout aussi choquant qu'indécent à l'heure d'un réchauffement climatique dont les effets sont de plus en plus visibles qu'il faudrait viser.
Bien sûr, un encadrement même minime agacerait parmi les amis du président, ceux qui privilégient leur confort de caste "parce que je le vaux bien" et se déplacent en avion privé au gré de leurs envies. Macron intime donc à Beaune de « ne pas promettre tout et n’importe quoi »... alors que les forêts landaises sont calcinées, que le Rhin ne sera bientôt plus navigable, que les nappes phréatiques sont à un niveau de sécheresse jamais atteint sur tout le territoire national, que les feux de forêt ont atteint jusqu'en Bretagne, etc.
Et "en même temps" de jouer une dramaturgie exigeant des Français davantage de sacrifices car, n'est-ce pas, nous vivons "une grande bascule", "la fin de l'abondance", etc. De telles mises en scène retransmises en direct depuis le conseil des ministres pouvaient peut-être fonctionner il y a vingt ans avant l'arrivée du numérique mais, à présent que l'information est considérablement plus libre et plus accessible, comment croire que le président actuel participe à l'édification du bien commun, sans parti pris ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 26/08/2022

MACRON

> Si M. Macron décide que nous sommes en guerre, on ne voit pas très bien qui va s'opposer à lui ?
______

Écrit par : Isabelle Meyer / | 27/08/2022

L'U.E. S'ENFONCE

> Nous avons eu un quinquennat dont tous les maux furent attribués à la Covid.
Nous allons avoir un quinquennat dont tous les maux seront attribués à la guerre en Ukraine.
Les USA ont poussé à la guerre, ont poussé aux sanctions contre la Russie. La Russie ne se porte pas si mal, les USA se portent bien, l'UE s'enfonce.
L'UE en tirera-t-elle les conséquences ?
Nous donnons (/vendons à crédit qui ne sera pas jamais remboursé) des armes à l'Ukraine, pays encore plus gangrené par la corruption que la Russie. Où vont réapparaître les armes détournées ?
Quand poserons-nous les bonnes questions ?
______

Écrit par : franz / | 28/08/2022

LA CENTRALE

> On pourrait aussi rappeler au président qu'il a fait fermer une centrale nucléaire sur argument idéologique, et que cette absence va nous coûter cet hiver...
______

Écrit par : franz / | 28/08/2022

PAS D'ACCORD

> Vous regrettez la guerre et les cadeaux à Kiev. Oui, la guerre ne fait que des perdants: millions de réfugiés, milliers de morts:soldats et civils.
Question: pour éviter cette guerre, fallait-il laisser Poutine s'emparer de l'Ukraine? L'Europe n'a pas bougé pour l'Ossétie du Sud, l'Abkhasie, la Transnistrie, la Crimée; pourquoi Poutine devrait-il s'arrêter? Il y a encore les pays Baltes, la Slovénie à prendre pour compléter les contours de l'empire russe. La défense de la liberté des peuples vaut-elle une guerre? Quelles armes doit-on utiliser contre un dictateur? les sanctions ne semblent pas être d'une efficacité absolue.

Henri Huber

| PP à HH – Vous oubliez l'autre face du problème : pourquoi Washington a-t-elle renié sa promesse de 1993 (ne pas rapprocher l'OTAN des frontières russes), créant ainsi le climat absurde d'une nouvelle guerre froide malgré la disparition de la menace globale soviétique, et rejetant les tentatives russes de s'entendre avec l'Europe après 1991 ? C'est cela qui a poussé le Kremlin dans la voie où il est maintenant. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Henri Huber / | 31/08/2022

RUSSIE ET U.S.A.

> Franz, la Russie et les Etats-Unis ne se portent pas mal ? Vous n'êtes pas sérieux...
______

Écrit par : Paul Beard / | 03/09/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.