Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2022

Hypothèse : si le pape François, imitant Benoît XVI, renonçait un jour à la charge pontificale…

 Cx3wuEAXEAAbnJr.jpg

…ça n’aurait pas le sens que prétendraient les catholiques ultra-conservateurs. Ni celui que prétendraient les ultra-réformistes. Et ça n'aurait rien d'inédit ni de cataclysmique... J'applaudis l'article de l'historienne Blandine Chélini-Pont dans Le Monde de ce jour :


Le pape François renoncera-t-il un jour à sa charge pour raison de santé ? Il ne l’exclut pas. Mais souligne que ce n’est pas à l’ordre du jour... Néanmoins les médias s’emparent du sujet pour faire de cette “renonciation éventuelle” le signe, bien entendu, d’un “déclin du catholicisme” ! Toujours à la remorque des médias,  les deux factions divisant les catholiques s’emparent de ce buzz pour y ajouter leurs propres idées fixes : pour les ultra-conservateurs, ce “déclin” serait “l’œuvre de François continuateur de Vatican II” ; pour les ultra-réformistes, ce même “déclin” serait l’effet du non-alignement de l’Eglise sur les "valeurs d'aujourd'hui". Les uns et les autres ne cherchent pas à vérifier cette notion de “déclin”. Ni à savoir si les renonciations de papes constituent en elles-mêmes un tel événement…

D’où l’opportunité de l'article que publie dans Le Monde Blandine Chélini-Pont. Fille de l’historien catholique Jean Chélini, elle est spécialiste de l’histoire de l’Eglise, HDR en sciences religieuses de l’Ecole pratique des hautes études, et professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Aix-Marseille. Sa tribune remet les idées à l’endroit au sujet des renonciations pontificales. Extraits :

► << Benoît XVI a évoqué son état d’incapacité physique >>. Une éventuelle renonciation du pape François aurait la même cause, de son propre aveu.

<< Nous avons l’idée qu’un pape qui renonce est un oxymore. […] Mais l’obligation de mourir à la tâche est une tradition implicite, qui n’a jamais été écrite nulle part. Elle signifie avant tout l’interdiction faite à quiconque d’interrompre un pontificat. Parce que, dans l’histoire, les pontifes romains ont bien souvent été privés de leur trône avant d’achever leur vie… >>

La renonciation éventuelle du pape François << ne constitue[rait] pas une rupture révolutionnaire avec la tradition catholique. On peut même considérer la renonciation volontaire du pape comme un signe particulièrement fort de la souveraineté pontificale… >>

En effet << c’est bien la notion de gré qui va donner toute son indépendance et sa souveraineté au pape. C’est le fait de consentir publiquement et immédiatement à son élection qui fait le pape, au-delà de l’élection. En toute logique, si un pape ne peut pas être forcé à le devenir ni à quitter sa fonction, il n’a pas non plus à être contraint à le rester, s’il ne peut plus. C’est son consentement qui le lie à sa fonction. C’est une logique souveraine. […]  La question de la renonciation n’a jamais été taboue. Elle a fait l’objet d’un article spécifique dans une actualisation du droit canonique. Après la mise à plat de la Constitution apostolique ‘Romano pontifici eligendo’ du 1er octobre 1975, le canon 332 du code de droit canonique présente l’accord personnel comme la condition du pouvoir pontifical avec le fait d’être consacré évêque. L’article 2 de ce canon traite explicitement de la renonciation dans les mêmes termes : « S’il arrive que le Pontife romain renonce à sa charge, il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu’elle soit dûment manifestée, mais non pas qu’elle soit acceptée par qui que ce soit. » Autrement dit, personne n’a le droit de « faire renoncer » un pape, à part lui-même.  >>

Sous-informés les uns comme les autres en théologie et en ecclésiologie, intégristes et progressistes auraient intérêt à méditer l’article de la professeure aixoise.

 

vatican_logo.jpg 

 

Commentaires

EN MÊME TEMPS ?

> L'extrême longévité de Benoit XVI après sa renonciation est pour nous une énigme mais est une sagesse de la Providence. Je me demande si les deux papes Benoit XVI et François ne vont pas être rappelés à Dieu à peu de temps d'intervalle, manifestant ainsi la cohérence providentielle de leurs deux pontificats.
______

Écrit par : B.H. / | 19/08/2022

RÉFORMER LA GOUVERNANCE DE L'EGLISE CATHOLIQUE

> https://www.lavie.fr/christianisme/reinventer-la-gouvernance-papale-83958.php
Entretien de haute volée avec le journaliste Massimo Franco, rapporté par l'excellente Marie-Lucile Kubacki. L'analyse développée par l'Italien est particulièrement fine : limites du pontificat précédent, espoirs déçus du pontificat actuel nourrissent le constat d'une réforme inachevée de la gouvernance au sommet de l'Église. Le prochain pape devra en effet introduire davantage de transparence, réduire l'arbitraire, dans les rouages romains : comment ne pas s'étonner, avec Franco, que le pape François ait récemment proposé au cardinal déchu Becciu de le réintégrer dans le Sacré Collège avant même la fin du procès qui le concerne ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 25/08/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.