Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2022

Assemblée nationale : comme dit le proverbe chinois, nous allons "vivre des temps intéressants"

62afa9512200006a2f4f7295.jpg

Le système politique français vient de changer de nature. Nous entrons en régime parlementaire !  Mon éditorial de 7h55 à RCF, Radios chrétiennes de France :


<<  Eh bien voilà : hier soir nous sommes entrés en régime parlementaire et c’est la première fois dans l’histoire de la Ve République. On peut même dire que notre système politique change de nature. Pour la première fois depuis que le quinquennat existe, l’élection du président n’a pas poussé les électeurs à lui donner une majorité absolue à l’Assemblée nationale. Pour la première fois, la composition du gouvernement sera le produit, non du bon plaisir de l’Elysée, mais du nouveau paysage parlementaire…

Et ce paysage est d’une nouveauté absolue. L’hémicycle est quasiment partagé en trois blocs. L’un de ces blocs est l’extrême droite, qui fait un score sans précédent de 89 députés : chose sidérante pour les autres partis et les médias, persuadés depuis 25 ans qu’avec le scrutin majoritaire à deux tours, un parti sans alliés n’avait aucune chance : c’était, paraît-il, une des lois naturelles de la politique française… Eh bien ça aussi, c’est devenu faux.

Autrement dit tous les repères s’effacent. La Ve République prend un tel virage qu’on peut se demander si nous ne sommes pas en train de basculer dans une VIe République – qui risque fort de ressembler à ce qu’avait été la IVe, dont peu de gens se souviennent aujourd’hui mais qui fut le régime de l’instabilité chronique. C’est ce que laissait comprendre hier soir le très bref discours d’Elizabeth Borne, prononcé avec deux heures de retard et constatant qu’il va falloir, je cite, “trouver les bons compromis“ et “associer les sensibilités multiples”.  Ce qui annonce une époque de négociations permanentes, de motions de censure, de gouvernements renversés et d’élections anticipées : nos grands-parents connaissaient tout ça par cœur, mais pour nous ça va être une découverte. Emmanuel Macron en 2017 nous promettait, selon ses termes, le choc de la disruption. En juin 2022 c’est une sacrée disruption que les Français déclenchent par leurs votes…. Enfin, je dis “leurs votes” mais il y a eu 54 % d’abstentions : chiffre impressionnant, inquiétant, et qui achève de rendre imprévisible le profil des années qui viennent. Comme dit le proverbe chinois, nous allons "vivre des temps intéressants".  >>

 

 

logo.png

 

 

Commentaires

DIFFICILE

> Au Portugal, en Autriche et en République d'Irlande le Président de la République est élu au suffrage universel direct et pourtant c'est le chef de gouvernement appuyé par la majorité parlementaire qui gouverne (et notamment qui représente son pays lors des rencontres européennes). La France entre peut-être dans ce modèle, mais il va être difficile aujourd'hui de trouver un chef de gouvernement appuyé par une majorité parlementaire.
______

Écrit par : B.H. / | 20/06/2022

"POURQUOI JE ME SUIS ABSTENUE"

> Un petit commentaire à propos de l'abstention : certains abstentionnistes ne sont pas des habitués de ce fait (je parle de moi, et je ne suis probablement pas la seule). Devant un choix impossible au 2ème tour, j'aurais pu voter blanc. Mais c'est encore donner crédit à ce système dont Dominique Dumas nous a bien expliqué le fonctionnement. Je voulais lancer ce signal : arrêtez de nous prendre pour des c... J'ai donc préféré, une fois n'est pas coutume, m'abstenir. C'était vraiment conjoncturel : un autre 2ème tour m'aurait vu venir aux urnes.
Merci pour vos éditos, cher PP.
______

Écrit par : Pema / | 20/06/2022

"LA IVe PLUS L'EUTHANASIE"

> Oui, des temps intéressants au sens chinois du terme.
Comme le dit bien Gaël Brustier : "la IVème République plus l'euthanasie". Cette dernière étant certainement le seul sujet qui fera consensus (sauf, peut-être, après des parlementaires musulmans y compris LFI...)
https://www.famillechretienne.fr/38545/article/legislatives-cette-nouvelle-assemblee-cest-la-ive-republique-plus-leuthanasie
Je cite encore M. Brustier :
"J’attends qu’un mouvement social et spirituel se lève pour empêcher les députés de faire n’importe quoi. »
Bon là il ne faut pas trop rêver (hélas).
______

Écrit par : Feld / | 20/06/2022

LA TACTIQUE LE PEN

> Je pense que Marine Le Pen a "fait l'idiote" depuis le second tour de la présidentielle et que çà a marché ++.
Elle a disparu de la scène en mimant un "grand deuil" ce qui a privé Emmanuel Macron de la prendre à nouveau comme repoussoir pour "tordre le bras" à la gauche et l'obliger à voter à nouveau pour La Rem.
Ses seules ambitions affichées étaient d'une "modestie ostentatoire": je ne veux qu'un petit groupe parlementaire à l'Assemblée, mes ambitions sont modestes !
Elle a endormi la vigilance des adeptes du "extrême droite bashing", que l'on appelle aussi front républicain.
Du coup Macron et Mélenchon se sont retrouvés en tête à tête frontal, pour le meilleur et surtout pour le pire. L'hystérie médiatique a fait le reste avec l'aide des événements: l'attitude mensongère du gouvernement sur les violences du stade de France, les propos ahurissants de Mélenchon sur la police, la comédie narcissique (mais qui n'a trompé personne) de Macron sur le tarmac de l'aéroport lors de son départ en Ukraine etc...
Résultat: 89 députés RN à l'Assemblée sans même changer le mode de scrutin.
Je ne suis pas sûr que le débat démocratique ait progressé dans cette séquence, mais c'est une belle réussite de tactique politique.
______

Écrit par : B.H. / | 20/06/2022

LE VRAI TRAVAIL À FAIRE

> Un petit grain de sable dans la mécanique bien huilée de Macron :
Monopoliser les médias en prétextant la crise sanitaire ou la guerre en Ukraine par exemple + inonder le PAF de sujets tels l'immigration, l'Islam et jamais des sujets de fond --> Se retrouver seul face à Le Pen --> Battre facilement Le Pen grâce au plafond de verre --> Faire des législatives une formalité grâce à la dynamique présidentielle + empêcher les formations alternatives grâce à un système fallacieusement appelé "à la majorité" = gagner les doigts dans le nez.
Je salue Mélenchon qui a réussi à déjouer, avec plus ou moins de résultat cette logique chaotique qui rend compte d'un régime malade. Depuis le premier quinquennat de la République en 2002, les législatives n'avaient presque aucun intérêt. Aujourd'hui, Macron va comprendre que la politique, ce n'est pas qu'une affaire d'occupation de l'espace médiatique.
Au rayon des pathologies politiques, je relèverais également que madame Le Pen gagne d'année en année à tenir un discours vide. Elle n'a presque pas fait campagne. Il lui a juste suffi de placer les mots "burkini", "Islam" et "grand remplacement" pour devenir une force politique majeure. Les médias malfaisants ont fait le reste en ergotant sur les mêmes thèmes. Si elle avait tenu un discours concret, elle aurait échoué.
Comme quoi, nous souffrons non seulement d'un régime malade, mais aussi d'un lien politique inexistant, dilué dans l'individualisme et le consumérisme. Le pape François dit qu'il vaut mieux "initier des processus" plutôt que de chercher des solutions immédiates (le temps est supérieur à l'espace). Il en faudra beaucoup, du temps, aux chrétiens (et aux autres) pour reconstruire un lien fraternel entre les personnes. Si ce lien existait, les politiques n'auraient aucun intérêt à parler du vide.
J'ai fait confiance à la NUPES (tout en restant lucide sur ses limites), parce que dans ses rangs, il y a des gens qui parlent de protéger les plus faibles, redonner de la dignité aux travailleurs, privilégier l'humain et l'écologique sur l'économique. Mais le vrai travail à faire, c'est de chercher si sous les cendres de la société qui ne transmet plus rien, il n'y a pas une braise de charité.
______

Écrit par : Cyril B / | 20/06/2022

RELATIVES

> https://twitter.com/Inafr_officiel/status/1538610987007361026?s=20&t=9Njb8x1_WqQY6neDSratJQ

En 1988 aussi, Mitterrand n'avait eu qu'une majorité relative. Il est vrai qu'il ne lui manquait qu'une quinzaine de députés : la situation est tout autre en 2022.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 21/06/2022

LE LIBERALISME EST LE GRAND VAINQUEUR

> Renaissance défend surtout un libéralisme économique.
NUPES défend surtout un libéralisme sociétal.
LR et RN naviguent entre libéralisme et conservatisme.
Je ne suis pas certain de tant de "sensibilités multiples".
Le libéralisme est confirmé lors de ces élections, c'est à mon avis le grand vainqueur.
______

Écrit par : AlexP / | 03/07/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.