Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2022

Le niveau des polémiques s'effondre. Deux exemples :

pieter-balten-rébus -le-monde-se-nourrit-de-grands-imbéciles.jpg

France Inter (interviewant Mme Le Pen) confond relocalisation économique et xénophobie... Mme de Montchalin prend Jérôme Guedj pour un ami des antisémites... Et ce ne sont que deux exemples, parmi bien d'autres :


C’était désormais prévisible : le poids des réseaux “sociaux” et de l’ignardise ambiante tire toujours plus vers le bas le niveau des querelles politiques. Deux exemples, l’un médiatique, l’autre macronien :

 

À France Inter ce jeudi, l’interviewée de la matinale est Marine Le Pen. On lui pose la question de la lutte contre le réchauffement. Elle répond par plusieurs considérations factuelles. D’abord à propos du nucléaire (on connaît sa posture). Puis – surtout – à propos du déséquilibre français en faveur des importations, qui favorise les émissions massives de gaz à effet de serre par les transports d’un continent à l’autre. L’intervieweur prononce alors cette ânerie : “Alors les méchants ce sont les autres ?”…  Vous avez bien lu : l’invitée politique venait d’argumenter sur l’économie et l’environnement ; au lieu de discuter l’argument, l’intervieweur riposte en termes de “méchants” et de “gentils”. Est-il bête ? Veut-il convaincre que l’invitée est bête ? On ne sait pas. Mais c’est un exemple de ce que sont devenus les débats dans l’Hexagone : “stupid simple”, comme le recommandent les communicants aux commerciaux ; et nous vivons à l’ère du commercial-roi.

 

Second exemple. Il concerne le camp présidentiel aux législatives... Le 13 juin à CNews, Amélie de Montchalin, en ballottage défavorable dans l’Essonne (donc troublée par la probabilité de perdre son ministère), se lance dans une attaque très approximative contre son adversaire NUPES, le socialiste Jérôme Guedj. Et ça donne ceci :

— Amélie de Montchalin :

« Mon message c’est que nous pouvons, dimanche prochain, faire un barrage très clair, au fond presque un référendum. »

— Laurence Ferrari :

« Contre Jean-Luc Mélenchon ? »

— Amélie de Montchalin :

« Un référendum pour l’Europe et contre la désobéissance. Un référendum pour l’ordre, contre le désordre dans la rue. »

— Laurence Ferrari :

« Donc contre Jean-Luc Mélenchon ? »

— Amélie de Montchalin :

« Bien sûr. Contre la NUPES, contre ses candidats qui se sont alliés dans un accord électoral qui n’est pas un accord de fond, et qui promet aux Français le désordre et la soumission. »

— Laurence Ferrari :

« La soumission à quoi ? »

— Amélie de Montchalin :

« La soumission à la Russie, la soumission à des idées antisémites. Quand vous voyez que certains qui étaient au parti socialiste, responsables des enjeux de laïcité et des valeurs républicaines, sont aujourd’hui estampillés NUPES, où certains dans le même camp n’ont aucune difficulté à manifester avec l’antisémite Jeremy Corbyn... »

 

Réaction rapide de Jérôme Guedj : « Dans la même phrase, elle m’habille en anarchiste d’extrême gauche, fait une allusion à moi, puis elle glisse le tacle sur l’antisémitisme ! » L’allusion de Mme de Montchalin à Jérôme Guedj est en effet claire : c’est lui, chargé de “la laïcité et des valeurs républicaines” au sein du PS, qui est ouvertement visé. Et amalgamé au député travailliste anglais Jeremy Corbyn, reçu quelque temps auparavant à Paris par Danièle Obono et Danielle Simonnet (LFI)... Corbyn est-il “antisémite” ? Il est pro-palestinien et hostile à la colonisation israélienne, comme toute l’extrême gauche en Europe : ce n’est objectivement pas de l’antisémitisme. Mais peu importait à son rival travailliste Keir Starmer, qui voulait s’emparer de la direction du parti en chassant Corbyn. Pour ce faire, il a lancé en 2020 une violente campagne le qualifiant d’antisémite. D’où la destitution de Corbyn et son exclusion du parti… Après quoi il fallut le réintégrer un mois plus tard, personne n’arrivant à trouver chez lui de preuves d’antisémitisme au vrai sens du mot !  Mais le mal était fait : dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres à l’ère de Twitter, accusation vaut preuve. Et Mme de Montchalin, HEC dont la compétence en politique est celle du twittos moyen, croit savoir que Corbyn est un antisémite, donc LFI aussi, donc la NUPES, donc Jérôme Guedj candidat sous ce label ! C’est un non-sens. Et particulièrement grotesque appliqué à M. Guedj, fondateur d’un “prix Ilan Halimi contre l’antisémitisme”... Ainsi Mme de Montchalin illustre l’abêtissement du débat en notre temps. Elle n’est pas la seule.

 

 

960-jerome-bosch---tentation-de-saint-antoine---monstre-messager---pm-300-300.jpg

 

Commentaires

"SUPERNAZE"

> Donc, quand je me refuse d'acheter des fruits en provenance d'Israël parce que ces derniers sont issus d'une colonisation illégale, qui en plus détruit les terres en construisant toujours plus de murs sur les terre palestinienne , je suis antisémite et de l'extrême gauche ?
Sans compter écologiste puisque j'évite les produits hors-saisons ou que je choisis le commerce équitable.
Et nationaliste puisque j'essaie aussi d'acheter en provenance de France dans la mesure du possible.
Je crois que c'est Delerm qui chantait dans Catégorie Bukowski "En trouvant super naze, de mettre des gens dans des cases."
______

Écrit par : ALP / | 16/06/2022

INAPTE

> La jeune ministre Montchalin, pur produit de la caste des grandes écoles de commerce et totalement coupée des populations, récite des éléments de langage censés fonctionner en 2022 comme ils fonctionnaient en 1982. Ces diplômés technoïdes sont inaptes à la politique.
______

Écrit par : Thomas Perrin / | 18/06/2022

DU DOUX AU DUR

> Un référendum contre la désobéissance (donc pour la soumission, mais on ne dit pas encore clairement à quoi).
Un référendum contre le désordre (donc pour la soumission à ce que dit le régime politique en place).
Les grandes lignes sont en place. Le totalitarisme doux va bientôt tourner au totalitarisme dur, on en a déjà vu les prémices.
Je pense que Mme de Montchalin fait partie des idiots utiles. Elle est endoctrinée et pense sincèrement oeuvrer pour le bien de la France.
______

Écrit par : Bernadette / | 23/06/2022

"PAS SI NOUVEAUX"

> Ces amalgames ne sont pas si nouveaux. Considérer la critique du libre-échange comme de la xénophobie fait partie de la doctrine libérale depuis Adam Smith, et confondre critique d'Israël avec antisémitisme se lit chez feu André Glucksmann.
Ce genre d'argument s'appelle terrorisme intellectuel.
______

Écrit par : PF. Huet / | 26/06/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.