Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2022

Stade de France, Saint-Etienne : un symptôme

af2240f0d0e1810c294710ddf98c319c.jpg

Les violences dans les stades ne sont pas seulement une question de "maintien de l'ordre"... Ma chronique à Radio Présence (Toulouse Midi-Pyrénées) et Radio Fidélité Mayenne :


<< Spectacle de violences samedi dernier autour de deux matchs de football… Au Stade de France, un mystérieux cafouillage dans le contrôle des billets bloque une cohue aux entrées du stade : parmi les milliers de supporters de Liverpool coincés à l’extérieur, certains entrent en rage et tentent de forcer les grilles ; les forces de l’ordre ripostent avec leur brutalité habituelle ; des bandes de jeunes de Seine Saint-Denis profitent de la pagaille pour s’en prendre aux supporters et voler des portables, etc. Ce qui devait être la rencontre de deux célèbres équipes de foot devient une tornade de colères publiques, et tourne au scandale international : car la presse anglaise du lendemain se déchaîne contre la France. Le ministre de l’Intérieur français, de son côté, prétend que les Britanniques ont mis en circulation “quarante mille faux tickets d’entrée”. Et le monde entier parle de cette affaire, comme si la Terre allait s’arrêter de tourner parce qu’un match de foot a été mal organisé.

Le même samedi 28 mai, à Saint-Etienne, la célèbre équipe locale se fait battre par celle d’Auxerre. Des milliers de supporters stéphanois fous de rage envahissent la pelouse, tirent des fusées dangereuses sur les joueurs et les officiels, et s’en prennent physiquement. à ceux-ci. Il faut évacuer les deux équipes et les mettre à l’abri, pendant que la rixe délirante explose sur le terrain… 

Vous me direz que des supporters ont toujours été portés sur la violence. C’est plus ou moins vrai, en partie seulement. Mais ce qu’on voit aujourd’hui échappe aux catégories habituelles et devient une expression des névroses de notre société. D’abord en raison de la place démesurée que le foot occupe dans notre univers mental : salaires monstrueux versés aux joueurs vedettes, mercato délirant entre clubs devenus féodalités financières, mobilisation obsessionnelle des télévisions… On transforme le football en une sorte de religion hystérique, un volcan d’irrationnel transmuté en volcan de profits par une industrie commerciale. Les forces que déchaîne ce volcan sont troubles, et cela veut dire quelque chose de l’état des mentalités. Les pouvoirs publics devraient en prendre conscience et voir la question sous un autre angle que celui du maintien de l’ordre : ce qui se passe désormais dans les stades (et oblige de plus en plus souvent à interrompre des matchs) ne relève plus de la passion du foot ; c’est le symptôme de frustrations collectives dans une société qui devient absurde. Il est temps de s’en apercevoir. >>

 

 

foot,stade de france

foot,stade de france

Commentaires

DIFFÉRENCE

> De toute façon, les seuls matchs à venir qui m'importent sont les "NBA Finals", ça commence ce jeudi ! Les jeunes athlètes des Boston Celtics, menés par un très fort Jayson Tatum, ont été combattifs face à Miami pour arriver là, et les tireurs d'élite des Golden State Warriors, derrière le mythique Stephen Curry, ont un jeu d'équipe incroyable.
Il suffit de regarder un match de basket américain pour percevoir la différence d'ambiance avec le football : la convivialité y est incroyable, les spectateurs au ras du terrain peuvent recevoir un joueur sur les genoux en cas d'action un peu spectaculaire... Après, le star-system y est fou comme partout.
______

Écrit par : Alex S / | 01/06/2022

> Très bon résumé.
"Une bande de jeunes de Seine-Saint-Denis" disons plutôt "une bande de voyous" puisque leur comportement qui est en cause et non leur état civil.
Pour s'en prendre ainsi aux gens, ils n'en n'étaient pas à leur coup d'essai.
Que le ministre de l'Intérieur s'en prenne aux supporters anglais est très révélateur d'une part de sa lâcheté (il refuse de voir les choses en face) et d'autre part de la très mauvaise réputation des supporters anglais : en les accusant il était sûr d'être cru.
______

Écrit par : Eric Levavasseur / | 01/06/2022

"JE NE SAIS PLUS QUOI FAIRE..."

> Un témoignage vécu cette semaine d'une situation qui est aussi symptomatique de l'époque.
En classe de 6e, une élève de 12 ans réagit lors de mon cours sur la naissance du judaïsme (collège rural profond). Elle connait....vaguement...Pourquoi? Elle va au KT !! "Ah, tu fais ta première communion demandais-je? Non, je vais être baptisé." Chouette me dis-je (intérieurement, laïcité oblige, je viens déjà d'être convoqué pour une histoire en 3e, alors prudence...). Et ben, raté, le KT, ça la saoule grave! J'ose demander "mais pourquoi te fais-tu baptiser alors? Ben, ce sont mes parents, me dit-elle. Ils n'ont pas voulu quand j'étais bébé et là, ils m'obligent!" "Et toi, tu y crois?" "Ben non!"
Des parents ne font pas baptiser leur nouveau-né puis obligent leur pré-ado à le faire....?
Jalousie des copains dont les enfants font la première communion et surtout une "méga-teuf" pour l'occasion? (Je me rappellerais toujours, il y a deux ans, la réaction d'une maman que je prévenais fin octobre, du risque de voir son fils ne pas faire sa première communion s'il ne venait jamais à la messe en famille, au moins une fois par mois. Elle était horrifiée car elle avait déjà réservé la salle et le traiteur... en octobre, la cérémonie ayant lieu fin mai!)
Révélation du Saint Esprit sur eux?
J'opterais pour la première idée, sachant que le dimanche, on ne les voit jamais. Et oui, je sais, je suis un affreux pécheur qui juge...
En tout cas, néant intérieur absolu, ça oui.
Personnellement, à part prier, je ne sais plus quoi faire vis-à-vis de mes contemporains...
______

Écrit par : VF / | 01/06/2022

LE FOOT, CREUSET DE VIOLENCES AUJOURD'HUI

> Je suis daccord avec vous. Le foot est devenu le creuset des violences de notre temps. Il y a deux groupes adversaires, et la guerre est dans les gradins. Notre societe exacerbe les extremes, elle efface toute vie interieure. La personne ,entre travail et consommation, privée de pôle intellectuel et religieux, s'hysterise autour de ces rencontres de milliers de gens fanatisés par des joueurs dont certains sont de vraies idoles. L'idole mène à la violence et au sacrifice.une religion dyionisiaque est là, elle a ses grands prêtres, les joueurs, son offrande, les buts, ses sacrifiés, les blessés,le public maltraité, le prix du billet etc!
______

Écrit par : Carita Marie José / | 02/06/2022

HUBRIS DANS LES STADES

> Le foot ? C'est l'Hubris et non plus seulement circenses de l'Empire !
À la démesure telle que les clubs (mais ce n'en sont plus) les plus huppés affichent des budgets bien supérieurs à ceux de maint nations (et des comptes autrement plus florissants).
Tout a, je crois, été dit et étudié depuis 40 ans à ce sujet.
Dans cette damnation comme une autre, mais plus intrisèquement venimeuse, reste que l'entreprise-spectacle, des millions affrontant des millions, continue d'hypnotiser le chaland en masse, lépidoptères se brûlant fascinés au réverbère qui devrait leur répugner, l'entreprise en compétition étant leur quotidien toute la semaine durant: il y a là un grand mystère.
Quant aux failles organisationnelles françaises, l'on aura compris qu'elles étaient multiples et qu'il fallait impérativement les taire, si près des Jeux Olympiques, vous savez cette parade de prestige dont les excès sont moindres peut-être, à decorum de drapeaux, méritocratie, fric et breloques, bref: raout bien éloigné du rêve de ce cher Baron de Coubertin en tous cas et qui se veut, si ce n'est profitable, du moins pas trop endettant.
______

Écrit par : Aventin / | 02/06/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.