Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2022

Cibles nucléaires de Moscou : Paris, Berlin et Londres

7ff0490b2e1268301490b2e1277014v-960x640.png

...selon la TV russe !  C'est la spirale du pire. Mon éditorial à RCF :


<< C’est de l’actualité chaude et même brûlante : des millions de téléspectateurs russes viennent de voir, aux informations de Rossiya-1 (chaîne de télévision de Moscou) une séquence sur une attaque nucléaire russe. On y explique, à l’aide d’une carte avec animation lumineuse, comment le missile Sarmat – nouvelle arme russe à ogives nucléaires multiples –  peut raser Paris, Berlin et Londres, et cela à une vitesse inouïe : pour atteindre Paris en décollant de Kaliningrad, le Sarmat “ne mettrait que 200 secondes”, explique la chaîne Rossiya-1. Les performances du missile nucléaire Sarmat étaient déjà connues des services de renseignement occidentaux. Ce qui est nouveau, c’est qu’une chaîne de télévision grand public diffuse une séquence pareille. Et à une heure de très grande écoute… Et ce qui est révélateur, c’est que la chaîne Rossiya-1 (se faisant de toute évidence la voix du Kremlin) indique, comme cibles de cette frappe nucléaire majeure, des capitales exclusivement européennes : il ne semble pas question de raser Washington. Et cela, bien que Joe Biden, soutenu dans ce domaine par un Sénat unanime, vienne d’annoncer un colossal effort financier américain (33 milliards de dollars dont 20 milliards d’aide militaire) pour doter l’armée ukrainienne d’armes offensives lourdes…

Les Etats européens aussi envoient des armes en Ukraine, mais beaucoup moins – évidemment – que les Etats-Unis... Pourtant la télévision de Poutine parle de détruire des villes européennes et non des villes américaines.  Que faut-il comprendre ? 

Je ne suis pas kremlinologue. Je laisse à nos retraités de l’état-major ou du renseignement le soin d'étudier ce danger thermonucléaire au cours des débats de nos propres chaînes d’information. Pour ma part, je me contenterai (si j’ose dire) de regarder avec stupeur et tremblement le chemin parcouru en quelques semaines :  début avril on en était au soutien humanitaire, début mai on frôle la troisième guerre mondiale. Alors prions pour la paix. Et pour le retour à la raison. >>

 

 

logo.png

 

Commentaires

FAMINE, PESTE ET GUERRE

> "A fame, peste et bello, libera nos Domine". De la famine, de la peste et de la guerre, délivre-nous Seigneur. C'est dans les invocations conclusives de la traditionnelle litanie des saints que l'on ne chante plus guère sous cette forme. On se disait souvent que ces demandes étaient d'un autre temps, du temps "de la douceur des lampes à huiles et de la splendeur de la marine à voile" pour parler comme le général de Gaulle quand il évoquait un passé "révolu".
Et bien on se trompait, en ce début mai 2022 on a les trois "en même temps":
- la famine possible (qui commence par la désorganisation de la production et des circuits commerciaux) - les rayons d'huile de tournesol et de farine dans nos supermarchés sont bien vides -;
- la peste, avec ce virus nouveau du covid, rebelle aux traitements modernes;
- et la guerre possible et proche, nucléaire par dessus le marché !
Il nous faut redevenir d'humbles pèlerins démunis sur notre route terrestre.
______

Écrit par : B.H. / | 02/05/2022

L;EFFROI

> Evidemment, après, une erreur humaine est toujours possible... Alors là... Vitrification de Paris (Texas), Berlin (New Hampshire) et London (Ohio). Ballot.
Plus sérieusement : tout cela est absolument effrayant. Tellement effrayant que cela en devient totalement irréel. Je ne sais pas pour vous Patrice, mais moi je continue à vivre comme d'habitude, voire même à envisager l'avenir... ce qui est absurde, mais constitue un mécanisme de défense psychologique très classique. Ainsi je n'envisage aucunement de m'exiler en Amérique latine avec ma famille, ce qui serait... la chose à faire (plus que de me faire construire un abri anti-atomique, où de toute façon je n'aurais matériellement pas le temps de descendre en cas de frappe... frappe qui, dans le contexte actuel, pourrait tout à fait intervenir la semaine prochaine).
ps : j'ai appris récemment (j'avais d'abord pensé à une blague) que plusieurs milliers d'Allemands avaient pris le chemin... du Paraguay. D'abord pour fuir les restrictions dues à la situation sanitaire, mais il est probable que le contexte international ne va pas contribuer à tarir le flux...

F.

[ PP à F. – Se réfugier au Paraguay est une habitude allemande...]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 02/05/2022

HYPERSONIQUE

> Là est le nœud du problème, me semble-t-il. Ces deux cents secondes, elles sont le fait de missiles hypersoniques dont la technologie n'est, à l'heure actuelle, maîtrisée que par la seule Russie. Ce n'est qu'avec ces missiles volant à Mach 5 d'une technologie inégalée que Moscou a pu envisager l'opération ukrainienne : missiles qui, armés des innombrables têtes nucléaires russes, rendent ce pays invincible sauf au prix d'un conflit atomique mondial. Cela fait plusieurs années que Poutine parade devant cette arme d'une vitesse et d'une puissance telles qu'elle ne permet aucune interception, y compris par le bouclier américain.
Il serait bon, cela ayant été dit, que les va-t-en-guerre du Pentagone ou de Balard se gardent de franchir le Rubicon : ce serait un aller simple, pour toute l'Europe voire pour l'humanité entière !

PV


[ PP à PV – A dire à certains généraux médiatiques en France. Le général Boum est toujours debout..]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 02/05/2022

Jeu de Go

> C'est là où nous voyons que les occidentaux n'ont jamais joué au jeu de Go:
https://www.developpez.com/actu/333141/Ukraine-un-concessionnaire-aurait-desactive-a-distance-des-vehicules-agricoles-voles-par-les-Russes-grace-a-leur-systeme-informatique-empechant-ainsi-les-vehicules-de-demarrer/
Si cela est vrai, le concessionnaire de tracteur doit sur le coup être très heureux. Sauf qu'il n'a rien compris.
Et je serais agriculteur français je me poserais de très sérieuses questions sur mon tracteur qui, bien que payé, n'est juste pas vraiment le mien.
Tout cela pour dire que nous assistons là à une guerre sur les ressources, y compris agricoles, de la planète à une dimension comme nous n'en n'avons jamais vue. Et en réfléchissant ainsi je trouve que l'on peut voir cette guerre avec un angle bien différent, notamment en se posant la question de "qui essaye de prendre les ressources de qui" depuis 2014 voir avant ?
Mais du coup, nucléariser la planète en s’envoyant des missiles atomiques mettrait immédiatement fin au jeu. En attendant, cette guerre est un désastre écologique.
______

Écrit par : Pierre O. / | 02/05/2022

COURANT EN RUSSIE ?

> On s'émeut de pareilles déclarations parce que, vu le contexte, elles ont été repérées par les médias occidentaux, traduites et diffusées partout en Europe occidentale. Mais il faut bien dire qu'évoquer la destruction nucléaire de l'Europe, ou au moins le chantage aux missiles, est quelque chose de très courant en Russie, dans les émissions de télévision, les romans de politique-fiction, etc., et cela depuis de nombreuses années. Je ne dis pas qu'il ne faille pas s'inquiéter, mais ce n'est certainement pas le produit d'une brusque évolution en réponse aux efforts euro-américains pour armer l'Ukraine.

F.


[ PP à F. – Le point intéressant, c'est que l'émission ne parlait pas de frapper les USA. C'est là-dessus qu'on peut rélféchir. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Florentius / | 02/05/2022

LA FRANCE

> Si la France est la première à positionner son armée et à souffler allègrement sur le feu, ce n'est pas une surprise que Paris soit la première des 3 cibles.
______

Écrit par : Isabelle Meyer / | 02/05/2022

FRUSTRANT

> Frustrant d'être apparemment pris en otage contre une nation qui se contrefiche du sort des otages et semble en fait n'attendre que ça.
Il faudrait régler à nouveau l'Horloge de la Fin du Monde... Elle semble un chouïa en retard.
______

Écrit par : AL / | 02/05/2022

PAS LE SARMAT ?

> C'est de l'intimidation, de la communication pour diviser l'OTAN: la Russie, comme les USA a déjà de quoi raser l'Europe et l'Amérique du Nord:
Le Sarmat lui-même est un missile intercontinental inapproprié à des tirs à 1500km. Il est probablement destiné à remplacer des équipements plus anciens.
Je ne dis pas que le risque soit nul, bien sur, avec ou sans Sarmat.
______

Écrit par : P. Huet / | 02/05/2022

POURQUOI ?

> Pourquoi citer ces trois capitales alors que ce sont les États-Unis qui pilotent prioritairement le conflit ?
Pour faire peur à l'Europe afin qu'elle se retire et montre ainsi qu'elle n'a pas les moyens de ses ambitions ? Pour écarter l'Europe et en découdre avec les seuls États-Unis ?
Faute de mieux, je joins mes tremblements et mes prières aux vôtres.
______

Écrit par : AlexP | 03/05/2022

GÂTEUX ET MÉDIAS

> Ils ne voudraient pas faire une attaque ciblée sur l'Elysée plutôt ?
Ils espèrent des manifestations violentes contre les gouvernements.
Ce qui serait bien, ce serait que les vieux généraux gâteux arrêtent de préparer l'opinion publique à la guerre dans les médias.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 04/05/2022

à B.H. :

> L'évocation de cette triade me fait réaliser que je la vis également, tout en étant établi à Taïwan : l'effroi serait-il mondial ?
Positif depuis quelques jours au covid, je dois subir un isolement de dix jours pleins dans une chambre de dix mètres carrés ; ayant éteint mon téléphone mobile par mégarde ce matin, la police s'est déplacée pour s'assurer que je n'avais pas fait le mur (les positifs sont géolocalisés en permanence via leurs téléphones). Voilà pour la peste et la famine.
À cette situation digne d'Orwell s'ajoute la peur d'une invasion chinoise : un scénario à la Kubrick si les Américains s'invitaient dans cette guerre où, là encore, deux puissances nucléaires se feraient face.
Comme il est loin, le monde des années 1990 de la "fin de l'histoire" ! L'instabilité est générale ; couplée à la menace climatique, elle devient anxiogène. Seigneur, "Tu es mon rocher, ma forteresse" : comment pourrions-nous vivre de tels bouleversements hors de la Foi ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 04/05/2022

L'AVIS D'ADLER

> https://www.youtube.com/watch?v=jqup3xuIjaA
Intéressante intervention d'Alexandre Adler sur la guerre russo-ukrainienne. C'est le point de vue d'un homme qui a pu faire l'objet de critiques en nombre mais qui, soviétologue à ses jeunes années, est un bon connaisseur de l'histoire et de la politique russes. Russophone, il rencontra Poutine à une reprise il y a plusieurs années en compagnie d'Hélène Carrère d'Encausse.
Adler évoque "l'état mental très précaire" de Vladimir Poutine, la "folie" d'avoir voulu s'affronter à Zelinsky. "Un petit cerveau", "un nerveux".
Adler met en lumière une troïka au sommet de l’État russe, dont Poutine a perdu la confiance depuis plusieurs mois : Choïgou, Avdeïev, Narychkine. Le premier, ministre de la Défense, est d'origine mongole et n'accepte pas le tropisme poutinien en faveur d'une union sino-russe ; le deuxième, ambassadeur près le Saint-Siège, est l'un des plus hauts diplomates du pays ; le troisième est le chef (désavoué depuis deux mois) des services secrets extérieurs. Alexandre Adler voit en ce dernier le successeur probable de Poutine, "désigné en interne" parmi cette troïka : l'actuel président, qui aurait compris que sa destitution a débuté depuis plusieurs mois, chercherait à éliminer chacun de ces hiérarques qui préparent la suite en coulisses (Lavrov aurait acheté un appartement new-yorkais en prévision de ce renversement). Adler mentionne à ce sujet que l'hypothèse d'une attaque nucléaire est extrêmement improbable, les codes devant être conjointement actionnés par Poutine et par Choïgou (qui, selon Adler, n'accèderait jamais à une telle requête).
Poutine a commis en Ukraine un "suicide politique" dont il "ne se remettra pas". "Déjà, il a échoué" : Adler cite la Finlande, dont le patriotisme a infligé une cinglante défaite à l'armée rouge en 1940. Ainsi de l'Ukraine, dont la résistance est une "surprise" pour Poutine, qui vivrait dans un état "d'hallucination" permanente. Fin de règne au Kremlin, donc. Adler souhaite que Poutine "ne soit pas flingué", certaines méthodes internes relevant de la mafia. "Les Russes veulent cesser d'être parias" contrairement à la vision "paranoïaque" de leur président : Adler se dit par conséquent "optimiste" quant à un avenir proche qui serait nécessairement post-poutinien.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 05/05/2022

L'UKRAINE, SUICIDE POLITIQUE DE POUTINE ?

https://www.youtube.com/watch?v=jqup3xuIjaA
Intéressante intervention d'Alexandre Adler sur la guerre russo-ukrainienne. C'est le point de vue d'un homme qui a pu faire l'objet de critiques en nombre mais qui, soviétologue à ses jeunes années, est un bon connaisseur de l'histoire et de la politique russes. Russophone, il rencontra Poutine à une reprise il y a plusieurs années en compagnie d'Hélène Carrère d'Encausse.
Adler évoque "l'état mental très précaire" de Vladimir Poutine, la "folie" d'avoir voulu s'affronter à Zelinsky. "Un petit cerveau", "un nerveux".
Adler met en lumière une troïka au sommet de l’État russe, dont Poutine a perdu la confiance depuis plusieurs mois : Choïgou, Avdeïev, Narychkine. Le premier, ministre de la Défense, est d'origine mongole et n'accepte pas le tropisme poutinien en faveur d'une union sino-russe ; le deuxième, ambassadeur près le Saint-Siège, est l'un des plus hauts diplomates du pays ; le troisième est le chef (désavoué depuis deux mois) des services secrets extérieurs. Alexandre Adler voit en ce dernier le successeur probable de Poutine, "désigné en interne" parmi cette troïka : l'actuel président, qui aurait compris que sa destitution a débuté depuis plusieurs mois, chercherait à éliminer chacun de ces hiérarques qui préparent la suite en coulisses (Lavrov aurait acheté un appartement new-yorkais en prévision de ce renversement). Adler mentionne à ce sujet que l'hypothèse d'une attaque nucléaire est extrêmement improbable, les codes devant être conjointement actionnés par Poutine et par Choïgou (qui, selon Adler, n'accèderait jamais à une telle requête).
Poutine a commis en Ukraine un "suicide politique" dont il "ne se remettra pas". "Déjà, il a échoué" : Adler cite la Finlande, dont le patriotisme a infligé une cinglante défaite à l'armée rouge en 1940. Ainsi de l'Ukraine, dont la résistance est une "surprise" pour Poutine, qui vivrait dans un état "d'hallucination" permanente. Fin de règne au Kremlin, donc. Adler souhaite que Poutine "ne soit pas flingué", certaines méthodes internes relevant de la mafia. "Les Russes veulent cesser d'être parias" contrairement à la vision "paranoïaque" de leur président : Adler se dit par conséquent "optimiste" quant à un avenir proche qui serait nécessairement post-poutinien.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 05/05/2022

à Philippe de Visieux.

> J'ai bien regardé l'intervention d'Alexandre Adler. Je dirai qu'il est un Zemmour de gauche ou un Zemmour libéralo-libertaire; on trouve la même fulgurance séduisante, toujours originale dans ses relectures et dans la précision de la plupart de ses sources, mais aussi parfois un peu ou même beaucoup "déconnante" si je puis me permettre. Dominique de Villepin était aussi du même modèle.
______

Écrit par : B.H. / | 12/05/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.