Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2022

Etats-Unis : le LGBT s'installe dans les passeports

iStock-840544262-e1537577351562.jpg

Un pas de plus dans la LGBTisation des pouvoirs publics en Occident : la case X dans les nouveaux passeports américains. Ma chronique à Radio Espérance (Auvergne Rhône-Alpes) :


 << “Le parlement peut tout sauf transformer une femme en homme”, disait-on au XVIIIe siècle. Aujourd’hui on ne le dit plus. A partir du 11 avril, par exemple, toute personne de nationalité américaine voulant se faire établir un passeport pourra ne pas cocher la case ‘masculin’ ou ‘féminin’, mais une nouvelle case intitulée ‘X’. Choisir la case X voudra dire que l’on ne se sent ni homme ni femme, ou que l'on se sent les deux à la fois, ou que l’industrie biotechnologique est en train de vous faire changer de sexe, au moins en apparence. Il s’agit donc du choix le plus privé qui soit : un choix intime, quelle que soit son origine. Une question de ressenti. Une fuite de la réalité. Un désir qui n’est ni argumentable, ni communicable, sinon sous la forme du : “Je le ressens ainsi et puis c’est tout”... Or ce choix absolument personnel et privé, la décision fédérale américaine l’érige en fait public et même politique, en l’introduisant dans cet objet éminemment politique qu’est un passeport : document émis par l’Etat et dont la couverture s’orne de l’emblème de l’Etat !

Ce genre d’innovation est en train de s’imposer dans tous les pays occidentaux. Il faut réfléchir à ce que cela veut dire. Qu'est-ce que cela montre de l’évolution de la société ? Et de l’évolution de l’Etat ?

Ce que cela montre de la société, c’est que les tendances sexuelles rares, les cercles de comportements les plus intimes, exigent aujourd’hui  (quoique très minoritaires) que la loi les mette politiquement à égalité avec la bipolarité sexuée qui était le pilier anthropologique de la vie humaine et qui structurait toutes les sociétés, toutes les civilisations, depuis l’aube de l’humanité.

Non seulement elles l’exigent, mais elles l’obtiennent, de l’Etat. Car l’Etat lui aussi, en Occident, a rompu lui aussi avec ce qui structurait toutes les sociétés, toutes les civilisations, depuis l’aube de l’humanité... Nos hommes et femmes politiques appellent cette rupture “émancipation”, et la classent parmi ce qu’ils appellent “les valeurs de la République” et “les valeurs européennes”. Certains s’en indigneront. Bornons-nous à constater, sous l’angle de l’histoire des institutions politiques, cette grande nouveauté : autrefois la République se voulait éducatrice de la société civile. C’était du temps de Charles Péguy. Aujourd’hui la République a l’air de vouloir se mettre à la remorque de la société civile : ou plutôt des minorités la plus minoritaires, si j’ose dire, de la société civile ! Spectacle étrange. Et qui joue peut-être un rôle dans la grande perplexité des citoyens et la montée des abstentionnistes aux élections, des deux côtés de l’Atlantique.  >>

 

 

R E 2.jpg

 

07:51 Publié dans Moeurs, Société, USA | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : lgbt

Commentaires

> C’est la séparation du corps et de l’âme. Ce n’est pas bon signe.
______

Écrit par : Benoît / | 04/04/2022

EFFRAYANT

> Il est effrayant de penser qu'on a réussi à persuader les gens qu'il est possible de changer de sexe. On ne fait que changer l'apparence. Le sexe est inscrit dans les gènes, il est tout aussi sensé de prétendre qu'on puisse devenir un cheval ou une libellule.
Quand on voit cela, on se dit qu'on pourra faire croire aux gens vraiment n'importe quoi.
______

Écrit par : Bernadette / | 06/04/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.