Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2022

Ces ignorants sectaires qui accusent Soljenitsyne

x480.jpg

À Aizenay (Vendée), des enseignants syndiqués veulent débaptiser le collège Alexandre-Soljenitsyne. N'ayant rien lu du grand écrivain, ils le prennent pour un théoricien de l'impérialisme russe... alors  qu'il professait exactement le contraire ! Ma chronique à Radio Présence (Toulouse Midi-Pyrénées) et Radio Fidélité Mayenne :


<< Un collège de la ville d’Aizenay en Vendée porte le nom d’Alexandre Soljenitsyne, le grand écrivain russe rescapé du Goulag, prix Nobel de la paix, décédé en 2008. Mais voilà qu’un groupe d’enseignants syndiqués exigent que l’on débaptise ce collège. Pourquoi ? Parce que selon eux, “Soljenitsyne était un proche de Poutine et partageait sa vision de l’annexion de l’Ukraine”.  Ces enseignants ne savent pas ce qu’ils disent. En réalité, Soljenitsyne (lui-même de mère ukrainienne) pensait le contraire de Poutine sur l’Ukraine. Dans son livre ‘Comment réaménager notre Russie’, publié en 1993, l’écrivain écrit noir sur blanc : “Si les Ukrainiens veulent se séparer des Russes, personne n’a le droit de les en empêcher”. Il écrit aussi que le Kremlin doit renoncer à toute idée de reconstituer l’empire russe : le fardeau serait au-dessus de nos forces, dit Soljenitsyne,“il nous exténuerait en épuisant nos forces vitales”. Ce prix Nobel de la paix rejetait tout nationalisme : la Russie telle qu’il aurait voulu la réaménager aurait été le contraire d’un système impérial ; c’était une Russie pacifique, décentralisée, fondée sur des petites communautés autogérées. Pas tout à fait la Russie de Tolstoï, mais presque !

Alors pourquoi des enseignants français attaquent-ils la mémoire du grand écrivain ? Parce qu’ils ont lu sur internet que Soljenitsyne après son retour d’exil avait été bien traité par Poutine, et que ça voulait dire (selon le site) que les deux hommes "étaient d’accord". Et où nos profs ont-ils lu ça ? Sur un site américain anti-russe ! Mais ils se sont hâtés de le croire, et de surenchérir, et d’attribuer à l’écrivain des idées qui n’étaient pas les siennes. Et d’exiger que le collège d’Aizenay ne porte plus son nom…

Nous sommes là devant le résumé d’une certaine mode occidentale de notre époque, mélange d’ignorance et de parti-pris culminant dans ce qu’on appelle la déconstruction : diffamer les morts, débaptiser des monuments, renverser des statues, demander l’interdiction d’un auteur, etc. Le tout à l’aveuglette, sans avoir lu cet auteur et sans savoir ce qu’il pensait. Et c’est de la violence anti-culturelle, comme aux heures les plus sombres de notre histoire…  Il serait temps de revenir à la raison, vous ne trouvez pas ? >>

 

 

 

logo_presence.jpg

fidelite_mayenne-9.png

 

 

Commentaires

DANGEREUX WOKISME

> Et dire que ces gens ENSEIGNENT !!! Je pensais naïvement que la France, de par son fond universaliste, était un peu - un peu- immunisée contre cette idéologie terrifiante qu'est le wokisme (que Rod Dreher, dans son dernier opus, a qualifiée de .... plus dangereuse encore que le communisme à son époque).
En fait, le système scolaire français est conçu globalement pour produire des moutons : des gens à la fois compétents et incultes.. en ne leur donnant surtout pas les outils intellectuels pour remettre en cause le système dominant...
______

Écrit par : Feld / | 23/03/2022

CONNAISSEUR

> Connaissant très bien les profs (et pour cause...), je ne vais dire qu'une chose car mon effort de carême est d'être charitable envers mon prochain: ne demandez pas aux profs actuels d'être intelligents, honnêtes et lucides...
______

Écrit par : VF / | 23/03/2022

SON MESSAGE DE 1981

> Dans une tribune pour "Le Figaro", l'universitaire Hubert Heckmann prend la défense de Soljenitsyne en citant notamment cette déclaration de lui, extrêmement claire :

-- En avril 1981, Soljenitsyne envoyait ce message limpide à la conférence de Toronto sur les relations russo-ukrainiennes: «Dans mon cœur, il n’y a pas de place pour un conflit russo-ukrainien et si, Dieu nous en préserve!, nous en arrivions à cette extrémité, je peux le dire: jamais, en aucun cas, je n’irai moi-même participer à un affrontement russo-ukrainien, ni ne laisserai mes fils y prendre part, quels que soient les efforts déployés par des têtes brûlées pour nous y entraîner.»
A mon avis, il ne faut pas sous-estimer Soljenitsyne, qui avait une vision stratégique précise et prophétique. Pour ma part, j'ai toujours eu beaucoup d'admiration pour le dissident russe, qui s'est affronté tout seul à la dictature communiste -- et qui en a finalement triomphé !
______

Écrit par : Bégand / | 23/03/2022

CE QUE SOLJENITSYNE DISAIT VRAIMENT

> « Si le peuple ukrainien désirait effectivement se détacher de nous, nul n’aurait le droit de le retenir de force...
Il faut choisir clair et net : entre l’Empire, qui est avant tout notre propre perte, et le salut spirituel et corporel de notre peuple. »
Soljenitsyne

« Jamais, en aucun cas, ni moi ni mes fils ne participerons à un conflit russo-ukrainien, même si certaines têtes brûlées nous y poussent. »
Alexandre Soljenitsyne
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 23/03/2022

LES IDÉOLOGUES SONT INEXORABLES

> Les contempteurs de Soljenitsyne n'ont jamais reculé devant rien.
D'abord il y a ceux qui l'ont traité de "salaud" et "d'ennemi du genre humain" quand il a révélé l'horreur des goulags.
Mais même après la chute de l'URSS, Mélenchon en 2008 a osé dire de lui: "Il appartient à la vieille tradition russe, homophobe, limite antisémite, très marquée par l'ancien temps féodal qu'il admirait beaucoup." Ça veut tout et rien dire. Ça diffame à demi-mot sans le faire explicitement. Le même Mélenchon a ajouté "L'univers du goulag a été dénoncé dès le début, mais il a été dénoncé par des gens de gauche, des communistes en particulier". Des allusions... Impossible à démentir puisqu'on ne voit pas de qui il parle.
Je relis dans 'L'Archipel du Goulag' des leçons d'humanité que les colporteurs de mythes devraient retenir: "Pour faire le mal, l'homme doit l'avoir auparavant pensé comme un bien ou comme une nécessité comprise et acceptée".
Et plus loin, sur l'omerta des crimes de sa nation: "Et si quelqu'un a seulement le malheur d'ouvrir la bouche : "mais enfin... Et ceux qui..." - on lui tombe dessus de tous les côtés amicalement au début : "Allons, voyons camarade! Qu'est-ce qui vous prend? A quoi bon réveiller les vieilles blessures?"
Ô combien actuel! De Zemmour à Mélenchon en passant par Biden et Poutine. Ceux qui instrumentalisent l'histoire pour leurs poncifs politiciens devraient en prendre de la graine.
______

Écrit par : Cyril B / | 23/03/2022

LES MINABLES

> Je viens de regarder la pétition : aujourd'hui jeudi 24 mars il y a 44 signataires.
Hier soir, 41.
Bref...
Moins ils sont nombreux plus ils s'agitent comme s'ils représentaient une majorité.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 24/03/2022

LÉNINE OU VOLINE

> Ces syndicalistes doivent surtout détester travailler dans un collège portant le nom d'un "réac"; la guerre en Ukraine est probablement un prétexte pour débaptiser l'établissement, je parie que "collège Lénine" ça ne les aurait pas dérangé.

TT

[ PP à TT – Pari presque gagné : le nom de remplacement qu'ils (ou "iels" ?) proposent est celui d'un anarchiste ukrainien nommé Voline, réfugié en France avant 1914 puis inculpé pendant la guerre pour "activités antimilitaristes".
Choisir Voline est d'ailleurs paradoxal de la part des profs syndiqués, au moment où nombre d'entre eux souhaitent littéralement notre entrée en guerre contre la Fédération de Russie...]

réponse au commentaire

Écrit par : Tryphon Tournesol / | 25/03/2022

VILLIERS VISÉ ?

> Le prétexte donné par ce syndicat enseignant est fallacieux bien sûr. Mais on peut penser que cela faisait longtemps que ce nom de collège déplaisait à Sud Éducation Vendée (puisque c'est de ce syndicat qu'il s'agit). Ils ont donc saisi l'occasion. Par-delà Soljénitsyne, c'est peut-être d'ailleurs Philippe de Villiers qui est visé. Ce même Villiers qui récupérait Soljénitsyne - pas très bien inspiré sur ce coup - pour l'inauguration du mémorial des guerres de Vendée en 1994 et qui faisait un éloge appuyé de Poutine vingt plus tard sur Europe 1 : "Ce qui manque à la France, c'est monsieur Poutine. Je voudrais un Poutine aujourd'hui en France" (15 août 2014).
Peut-être que des lecteurs vendéens de ce blog pourraient nous éclairer sur la façon dont les choses sont vues localement, mais il est clair que laisser associer symboliquement les noms de de Villiers et de Soljénitsyne dans les esprit n'est pas le meilleur service que l'on peut rendre à l'écrivain.
______

Écrit par : JM / | 26/03/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.