Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2022

Réseaux : l'empereur Zuckerberg veut punir l'Europe

FB_1.jpg

...de vouloir protéger les données personnelles des Européens utilisateurs de Facebook. Mon éditorial de ce matin 7h55 à RCF :


<< Outre le virus, outre M. Biden annonçant la guerre tous les matins, voici un nouveau souci : Mark Zuckerberg, patron du géant Meta, est très en colère contre les Européens. Il veut les punir en le privant de Facebook !  Cette jupitérienne colère US, c’est parce que les Européens ont l’audace de prétendre appliquer la législation européenne au réseau social de M. Zuckerberg, qu’utilisent chaque jour 300 millions d’Européens. Et pourquoi l’Europe veut-elle encadrer Facebook sur son territoire ? Pour protéger les données des utilisateurs européens. Car Meta, la société de M. Zuckerberg, veut transférer aux Etats-Unis ces données – qui intéressent le business américain et l’Agence nationale de sécurité américaine : la NSA. Ce contre quoi la réglementation européenne formule quelques réserves… M. Zuckerberg est donc furieux. Il en fait une affaire personnelle. L’attitude du Vieux Continent lui paraît un obstacle au marché global et à la puissance économique du géant Meta.

Alors passons sur la légitimité – très discutable – de l’idée suivant laquelle les intérêts des multinationales devraient primer sur les lois des Etats. Et constatons quelque chose d’amusant : M. Zuckerberg, ce titan de l’informatique, n’a pas l’air très compétent en économie de marché ! Sinon il verrait que fermer l’accès de Facebook aux Européens lui ferait perdre de grandes ressources publicitaires et abîmerait dangereusement son image commerciale. Cela au moment où Facebook est talonné par son concurrent chinois TikTok, et assiégé par les lanceurs d’alerte occidentaux qui accusent Facebook de “préférer ses profits à la santé mentale de ses utilisateurs”. La santé mentale ? Si vraiment les réseaux sociaux rendaient les gens cinglés, ce serait une raison de se réjouir que M. Zuckerberg veuille nous priver de Facebook : arrêter 300 millions d’Européens sur le chemin de la folie, eh bien moi je trouve que ce serait tant mieux. Même si nous couper Facebook était encore un pas de plus, n’est-ce pas, dans la "dictature sanitaire"… >>

 

 

 

logo.png

 

 

 

Commentaires

"LÂCHER TOUS CES OUTILS"

> Je n'y crois pas une seule seconde !!!!
Pendant ce temps là le business progresse et l'AFP accepte:
https://www.lalettrea.fr/medias_plateformes/2022/02/10/facebook-va-s-appuyer-sur-l-afp-pour-lancer-facebook-news-en-france,109733248-eve
La réponse ne peut venir que des consommateurs eux-mêmes: lâcher tous ces outils, y compris ceux proposés par Microsoft pour prendre toutes les solutions alternatives respectueuses (même américaine parce que il y en a !!!!).
C'est ce que j'ai entrepris à mon niveau : distribution linux (Mageia et Debian) sur mes ordinateurs à la place de Windows, Signal à la place de Whatsapp, Libre Office à la place d'Office, Gimp à la place de photoshop, Sailfish OS à la place d'Android sur le smartphone (mais il y a aussi la efoundation avec https://e.foundation/fr/), un petit nextcloud chez Framasoft pour le partage de fichiers et l'agenda à la place d'un Google Drive, Fastmail pour le courrier électronique (en France Gandi semble proposer des choses très intéressantes avec l'achat d'un nom de domaine) etc etc
Autrement dit, il faut choisir des solutions où l'on ne paye pas avec sa vie privée en contrepartie du service. Oui cela peut être payant. Mais cela fait toute la différence !
La meilleure réponse, ce n'est pas que Zuckenberg envoie un tel chantage (qu'il ne mettra jamais en œuvre), c'est à nous de modifier nos comportements.
______

Écrit par : PierreO. / | 14/02/2022

BRUXELLES ?

> Reste à voir ce que feront nos atlantistes bruxellois face aux exigences de Washington. Le RGPD est un texte protecteur qui doit être maintenu malgré tous les chantages US.
Il est de plus en plus insupportable de constater l'ingérence américaine en Europe, comme s'ils agissaient dans leur arrière-cour. Lorsque M. Biden annonce la fin du gazoduc North Stream en cas de guerre, quelle est sa légitimité ? Il s'agit d'un projet germano-russe : en quoi concerne-t-il l'Amérique ? Washington aurait-il un but moins avoué, qui serait d'écouler son propre gaz en Europe, et de ce fait souhaiter in petto le déclenchement des hostilités en Ukraine ?
À quand un tonitruant 'US go home' de la part de tous les gouvernements européens à l'unisson ? Est-on réduits ad vitam au rôle de caniches ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 14/02/2022

DU FLOU

> Pour moi, il reste du flou autour de cette annonce, parce qu'elle pourrait aussi être liée à l'obligation légale pour la société côtée en bourse qu'est Meta de devoir avertir d'un risque sur ses bénéfices.
Évidemment, il est possible que la déclaration de M. Zuckenberg soit à double but.
______

Écrit par : olivier B/ | 14/02/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.