Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2022

“Tout est créé par Lui et pour Lui” – Les 26-28 janvier, colloque 'Liturgie et cosmos au temps de Laudato si’

ISL_colloque2022_Page_1a-733x1024.jpg

Du 26 au 28 janvier 2022, l’Institut supérieur de liturgie (ISL) organise son colloque annuel et propose trois jours de réflexion sur le cosmos, la liturgie et l’encyclique Laudato si’ :


Comme le théologien belge Adophe Gesché (1928-2003) l’a souligné, entre Dieu et l’homme (et parce que Dieu est aussi le « Dieu de l’univers », l’auteur de la création) il y a la nature, le monde, le cosmos. Cette région de la théologie est aujourd’hui peu prise en compte. Or c’est dans le cosmos que l’homme trouve ses racines, comme la crise écologique le rappelle avec vigueur. Avec la création, Dieu offre à l’homme un lieu pour habiter, une demeure, qui de plus est une « maison commune » et donc une maison qui le place en relation avec les autres, y compris avec les animaux et les végétaux.

La création est, en même temps, le lieu de l’homme et ce vis-à-vis nécessaire pour pouvoir se situer et se penser lui-même. Les « séparations » qui caractérisent le récit au premier chapitre de la Genèse désignent ce projet divin qui repose sur l’altérité, donc sur la relation entre Dieu et l’homme. Or le cosmos ne peut être identifié ni à Dieu, ni à l’homme : il est séparé de Dieu, et autre que l'homme même si l’homme est lui aussi créature… Sauf à se faire des faux-dieux, des idoles (ce que dénoncent constamment les prophètes de l’Ancien Testament), l’homme a vocation à trouver dans la création un espace de relation avec Dieu de telle sorte que cette relation ne soit pas écrasante.

Le cosmos, la Terre, sont le lieu commun de Dieu et des hommes, le lieu de leur rencontre réciproque, le « milieu » de l’Alliance. « Contrairement à la Gnose, l’Écriture [donc aussi la liturgie] ne sont pas la mémoire d’une parole suspendue au-dessus du monde, mais la charte d’un monde où se trouve la Parole » (Gesché, p. 80-81). Le monde judéo-chrétien est un monde « parlé » : créé par la Parole. La transcendance de l’homme s’inscrit – donc aussi se lit et se fait – dans une logique du monde, du cosmos et de la nature. Mais la création n’est pas seulement une demeure donnée clés en mains, ou sans le droit d’y toucher. La création est un don de liberté : le don que le Créateur fait à l’homme, pose ce dernier comme un partenaire avec lequel Il fait alliance. Dieu confie à l’homme une  responsabilité diaconale dans le cosmos. Il fait de l’homme le liturge de l’univers. On rejoint ici l’expression liturgique de la thusia logikè, du Sacrificium rationale.

« La liturgie a d’ailleurs tout un trésor cosmique, sensible depuis les Pères grecs jusqu’à Teilhard de Chardin. L’eucharistie (et tout sacrement d’ailleurs pour d’autres éléments de la terre) est un travail du pain et du vin, et à ce titre déjà une transformation “logique” de cette terre » (Gesché, p. 100). Le chrétien est diacre du Logos en rendant le monde éloquent : c’est ce qu’il fait au plus haut point dans la liturgie. L’eschatologie est l’assomption de tout l’univers créé avec lequel l’homme est en relation. « Et il reviendra dans la gloire » : c’est sur cette terre, lieu de ses premières noces avec l’humanité, que se dresse la table des noces éternelles (cf. Gesché, p. 88-89)

La prise en considération du cosmos pourrait être un tournant important dans l’évolution historique de l’Institut supérieur de liturgie, permettant de rééquilibrer la vision du rapport d’alliance mutuelle entre Dieu, l’homme et le cosmos.

 

ISL.jpg


 "Entre Dieu et l’homme, il y a la nature, le monde, le cosmos" : assistez à ce colloque pour appréhender un nouveau rapport de la liturgie au cosmos.

 

Un colloque au cœur de l'actualité

 Chaque année, l'Institut supérieur de liturgie propose un colloque au sein du campus de l'Institut Catholique de Paris.  Cette édition 2022 est commandée par une triple actualité :

– La réflexion initiée dans l’Église depuis la publication de l’encyclique Laudato si’ du pape François : une réflexion très largement domiciliée, sur le plan théologique, en théologie morale, et n’explorant que marginalement les ressources théologiques de la liturgie et des sacrements ;

– La commande faite par la Conférence épiscopale au SNPLS (secrétariat national à la pastorale liturgique et sacramentelle) de mener une réflexion sur le dimanche comme jour de l’écologie intégrale ;

– Enfin, cette année, le colloque vise à remettre en lumière la dimension cosmologique de la liturgie, alors que la perspective anthropologique qui a dominé depuis le XXe siècle a eu tendance à concentrer de manière trop exclusive la réflexion liturgique sur l’homme. En effet, la prise en considération du cosmos pourrait être un tournant important dans l’évolution historique de l’Institut Supérieur de Liturgie, permettant de rééquilibrer le rapport d’alliance mutuelle entre Dieu, l’homme et le cosmos 

 

Un souffle d’Orient sur ces réflexions et échanges :
S.S. le patriarche Bartholomée Ier et Mgr Job de Telmessos


En quoi les ressources de la liturgie peuvent-elles aider à élaborer une théologie de la création qui ne relève pas exclusivement de la théologie morale ? Pour aider à penser ce passage d’une écologie du permis-défendu à une écologie de la louange, les enseignants chercheurs de l’ISL se sont, conformément à la longue tradition de l’Institut, tournés vers les ressources théologiques du “poumon oriental” du christianisme. Ainsi, le colloque sera ouvert par une vidéo spécialement enregistrée de Sa Sainteté le Patriarche oecuménique Bartholomée Ier, dont la réflexion et l’engagement en faveur de la sauvegarde de la création sont anciens et reconnus. Et une conférence exceptionnelle sera donnée par Mgr Job Getcha, évêque de Telmessos, sur le thème : La cosmologie dans la liturgie byzantine.

 

► Programme détaillé des trois journées du colloque : 
https://liturgie.catholique.fr/actualites/306748-liturgie-cosmos-laudato-si-colloque-2022-de-lisl/
 

L'Institut Supérieur de Liturgie est, au sein du Theologicum, depuis plus de 60 ans, un lieu de formation universitaire, de recherche et d’expertise dans les domaines de la liturgie, de la théologie des sacrements, de la musique et du chant liturgique. Il forme des clercs, religieux ou laïcs :

  • à des responsabilités d’enseignement, de recherche et de pastorale dans les domaines de la liturgie et de la théologie des sacrements,
  • en théologie des acteurs musicaux de la liturgie.

 

 

0209.jpg

  

Commentaires

ALLELUIA

> Alleluia ! Et au regard du sujet (béni soit-il) de ce colloque, les agitations d'un petit milieu autour de l'ordo de 1962 paraissent muséographiques.
______

Écrit par : Erwan Gosset / | 16/01/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.