Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2022

Ne pas regarder la Russie avec des lunettes américaines

proud-dog-stars-stripes-sunglasses-2110943.jpg

Ma chronique de cette semaine à Radio Présence (Toulouse Midi-Pyrénées) et Radio Fidélité Mayenne :


<<  Bonjour à tous. On sait hélas que la politique étrangère n’intéresse pas les électeurs français, mais ici on ne fait pas campagne. Alors parlons d’un sujet important : la place de la France et de l’Europe dans le concert des nations, comme on disait autrefois. L’actualité nous y force : cette semaine, à Genève et à Bruxelles, les Américains et les Russes discutent de sujets concernant l’Europe… sans que la France et l’Union européenne aient voix au chapitre. Les Américains veulent élargir l’OTAN vers les frontières russes. Les Russes haussent le ton et font des manoeuvres militaires sur leur propre territoire pour faire pièce aux Américains. Ces gesticulations menaçantes visent la frontière Ukraine-Russie, à mille kilomètres seulement de l’Union européenne. Certains pays d’‘Europe ont même une frontière commune avec la Russie... En cas de clash militaire nous serions donc tous concernés. Or un clash de cette sorte serait peut-être dans les intérêts de Washington, mais certainement pas dans ceux de Paris ! Pour le moment Washington laisse l’OTAN parler d’un affrontement militaire avec la Russie. Les envoyés de Biden, eux, ne parlent que de sanctions économiques et commerciales. Mais ces sanctions nuiraient par ricochet à l’économie des pays européens, pris entre le marteau et l’enclume sur leur propre continent, dont ils n’ont décidément pas la maîtrise…

Tout cela pose un problème fondamental : les intérêts géopolitiques et économiques de l’Europe ne coïncident pas avec ceux des Etats-Unis. Et si la Russie de Poutine a la politique qu’on lui voit aujourd’hui, c’est en riposte à l’attitude américaine... En 1991, à la disparition de l’URSS, la Maison Blanche avait promis à Moscou de ne pas rapprocher l’OTAN des frontières russes, puisque la menace soviétique avait disparu. En 1997, la Maison Blanche a tourné le dos à cette promesse. C’est alors que les choses, des deux côtés, se sont engagées dans la mauvaise direction. Or ni à ce moment-là, ni aujourd’hui encore, l’Europe n’a défendu ses propres intérêts. Elle semble même n’en avoir pas clairement conscience, même si des experts comme Hubert Védrine en France l’avertissent depuis vingt ans qu’elle n’a pas intérêt à regarder la Russie avec des lunettes américaines. Certes la Russie n’est pas un interlocuteur facile. Mais elle n’est pas l’URSS. Aussi peu libéral qu’il soit, Poutine n’est pas Staline ! Nous devrions savoir ce que savait de Gaulle en son temps : comment nous faire respecter des Russes sans les traiter en ennemis a priori ; comment aller vers une coopération lucide au lieu d’un affrontement anachronique.  >>

 

 

logo_presence.jpg

fidelite_mayenne-9.png

 

 

18:29 Publié dans Europe, USA | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : russie, usa, europe

Commentaires

L'U.E. EST UNE SECTION DE L'O.T.A.N.

> Hélas, en matière de diplomatie et de défense, l'Union européenne n'a jamais manifesté de volonté d'être autre chose qu'une partie - ou une annexe - de l'OTAN. Si j'ai bonne mémoire, cela était même explicite dans le fameux traité constitutionnel de 2005. Pourquoi les dirigeants russes perdraient-ils dans ces conditions leur temps (de leur point de vue) à nous inclure, nous autres "Européens", dans leurs discussions avec les Etats-Unis ?
______

Écrit par : Sven Laval / | 13/01/2022

"NE PAS ÊTRE DES POIRES"

> Ça ne date pas d'hier et la France a déjà fait la guerre pour le roi de Prusse en 1748.
Voici un extrait de la réponse d'Albert Sorel au futur ambassadeur Saint-Aulaire qui s'énervait que les Russes pensent surtout à leurs avantages dans leur relation avec la France :
"Ils sont tels que nous les méritons, s'en prendre à eux de nos déboires est stupide. Il ne s'agit pas de dire tantôt les Anglais sont des bandits, tantôt les Allemands sont des salauds ou les Russes se moquent de nous, il s'agit pour les Français de ne pas être des poires. Cela dépend de nous et cela seul changera, non le caractère immuable des autres peuples, mais leur attitude envers nous."
Aujourd'hui ce ne sont pas les Russes mais les Américains, les Allemands...
______

Écrit par : E Levavasseur / | 14/01/2022

LE VICE-AMIRAL FINAZ

> https://www.youtube.com/watch?v=7LHX_hMsFcA
Je ne peux que recommander, à l'appui de votre propos, cet entretien donné avant-hier à 'Thinkerview' par le vice-amiral Loïc Finaz, ancien directeur de l'École de guerre. L'amiral Finaz est contre l'OTAN et pour une maîtrise par l'Europe de son destin. À écouter car instructif à tous égards.

PV


[ PP à PV – Je m'en réjouis. Il se trouve que je l'ai connu jeune officier de marine (et excellent écrivain) dans les années 2000. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 14/01/2022

AH BON

> Vous voici bien en accord avec Le candidat Zemmour.

Walter


[ PP à Walter – Je plaide sur cette ligne géopolitique depuis plus de vingt ans. Ce que ce personnage dit ou pas m'est indifférent... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Walter / | 14/01/2022

FRONTALIERS

> "Certains pays d’‘Europe ont même une frontière commune avec la Russie..."
Ce n'est pas nouveau. Même avant la disparition de l'URSS, la Norvège (dans son extrême nord) était frontalière de la Russie.
D'accord, la Norvège ne faisait pas partie de la CEE/UE.
______

Écrit par : Fondudaviation / | 14/01/2022

à Fondudaviation :

> La Norvège, effectivement, mais aussi en ce qui concerne l'Union européenne : la Pologne, la Finlande et les trois États baltes. Cinq pays comme par hasard parmi les plus excités dans leur opposition à la Russie.
Oublient-ils l'engagement américain de 1990 à ne pas étendre l'OTAN d'un pouce vers l'Est ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 15/01/2022

@ Philippe de Visieux :

> La Finlande (non-Otan), l'Estonie et la Lettonie ont bien une frontière avec la Russie.
Mais pas la Pologne, ni la Lituanie (ni même la Turquie - non-UE).
______

Écrit par : Fondudaviation / | 16/01/2022

@ Fondudaviation

> Erreur ! La Pologne et la Lituanie ont bien une frontière commune avec la Russie (avec l'oblast de Kaliningrad)
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 16/01/2022

à Fondudaviation

> Vous oubliez l'exclave russe de Kaliningrad, frontalière de la Pologne au sud et de la Lituanie au nord.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/01/2022

@ Michel de Guibert et @ Philippe de Visieux :

> Bien vu ! j'avais oublié Kaliningrad.
______

Écrit par : Fondudaviation / | 17/01/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.