Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2021

2. Après la réparation : la grande réforme catholique

245058343_2414774795321596_7496543033311149266_n.jpg

Les annonces de Lourdes ouvrent un chantier de rénovation... Ma chronique à Radio Présence (Toulouse Midi-Pyrénées) et Radio Fidélité Mayenne :


Les mesures annoncées lundi à Lourdes par le président de la conférence épiscopale, Mgr de Moulins-Beaufort, vont potentiellement loin. Elles portent à la fois la douleur, l’humilité, la volonté de justice, et la vertu d’espérance. Non seulement elles ouvrent le processus de réparation envers les victimes de la pédocriminalité dans l’Eglise, mais elles contribuent aussi – quand on y réfléchit – à ouvrir un autre processus : celui de la grande réforme catholique voulue par le pape François, et qu’il évoquait en 2018 dans sa Lettre au peuple de Dieu.

En effet, Mgr de Moulins-Beaufort – comme le pape – dit (je le cite) qu’un “système ecclésiastique”  s’est “perverti”. Ces mots sont très importants.  Un "système", ce sont des structures. Les autorités de l’Eglise en France ne disent plus que les fautes sont commises seulement par des individus : elles constatent officiellement que des structures d’Eglise ont fait le silence sur ces fautes pendant des dizaines d’années, provoquant ainsi un drame qui nuit gravement aux personnes, mais aussi à l’image même du catholicisme : donc au TÉMOIGNAGE DE FOI, qui est la mission évangélique de toute l’Eglise, prêtres et laïcs.

Quand une structure dysfonctionne, il faut la réformer. D’ailleurs le drame de la pédocriminalité et du silence aggravé n’est que l’un des aspects (le pire, le plus peccamineux) du dysfonctionnement structurel que le pape François désigne sous le nom de “cléricalisme”.  Réformer le système commence par la démarche synodale dans le monde entier, processus ouvert cette année par le pape. L'enjeu est essentiel : laïcs et clercs ensemble vont repenser la vie interne de l’Eglise et sa relation avec la société (à laquelle l’Eglise se doit, quoi qu’en pensent certains). Ce questionnement est vital. Les débats seront parfois vifs. La différence d’avec une démocratie d’opinion, c’est qu’une démarche synodale se vit en considération de l’Esprit Saint, source d’une unité difficile mais plus forte que les divergences humaines. L’Esprit Saint est l’agent des grands changements, comme le montre l’histoire du christianisme. Voilà pourquoi les mesures annoncées à Lourdes, avec leurs groupes de travail animés par des laïcs hommes et femmes, avec aussi les ventes de biens immobiliers et mobiliers dans les diocèses, et avec un événement synodal spécifique en 2023 pour acter les changements, sont un pas important vers l’avenir.   >>

 

logo_presence.jpg

fidelite_mayenne-9.png

Commentaires

LE DIABLE

> Le dernier livre d'André Frossard "Les 36 preuves de l'existence du Diable".
Je suis toujours sidéré qu'un Catholique parle du mal abstrait et moral et non pas du Malin, le diable.
Renseignez vous sur le Notre Père en grec et en hébreu.
Il est écrit "Délivre nous du Malin"

Écrit par : Jankof / | 10/11/2021

UN DE TROP

> https://www.mediabask.eus/fr/info_mbsk/20211112/mgr-aillet-seul-eveque-a-refuser-l-acces-aux-archives-a-la-ciase

Un seul sur une centaine, ce n'est numériquement pas beaucoup, mais c'est un de trop. Il est inadmissible, scandaleux, choquant que Marc Aillet ait fermé la porte de ses archives à la CIASE : quand on a en face de soi l'ancien vice-président du Conseil d'État, l'argument juridique selon lequel un manquement à la protection des données personnelles aurait pu envoyer Aillet en prison ne tient pas. Il est évident que la CIASE avait étudié bien en amont les potentielles conséquences juridiques de ses recherches, ce qu'a confirmé M. Sauvé au cours de la présentation du rapport.
Ainsi donc, les deux à avoir dit non à la CIASE auront été Aillet et la fraternité Saint-Pie-X. Deux à continuer de faire passer la protection de l'institution avant celle de ses membres les plus fragiles : après la demande de pardon des évêques à genoux à Lourdes, ce manque patent de coopération est une honte pour toute l'Église.

PV


[ PP à PV – Et encore... Ont-ils voulu "protéger l'institution" ? N'ont-ils pas plutôt voulu montrer leur mépris pour une "campagne de mensonges montée par la franc-maçonnerie alliée aux islamistes" (comme disent les sites que fréquente cette petite minorité de prêtres) ?]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 15/11/2021

LES ARRIÈRES DE BAYONNE

> Mgr Aillet s'était fait remarquer déjà par un communiqué vaccino-sceptique contre la covid se référant à une soi-disant Académie diocésaine pour la vie.

MG


[ PP à MG – En matière d'idéologie réac, cet homme "coche toutes les cases" (comme on dit aujourd'hui.).
Où a-t-il mis l'Evangile ? Dans la bibliothèque du couloir, derrière les oeuvres complètes du cardinal Pie. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Michel de Guibert | 17/11/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.