Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2021

Fenêtre ouverte sur le monde : lisons le message 2021 du pape François aux mouvements populaires (1)

photo pape mvts popul.jpg

Pour des catholiques français en octobre 2021, lire ce document papal c'est ouvrir toutes les fenêtres et laisser entrer le vent du monde, qui seul peut chasser l'haleine empoisonnée de nos obsessions hexagonales. Ci-dessous la première partie :


Message vidéo du pape aux mouvements populaires 16/10/2021

 

<<  Chères sœurs, chers frères,

chers poètes sociaux,

c’est ainsi que j’aime vous appeler : parce que vous êtes des poètes sociaux, dans la mesure où vous avez la capacité et le courage de créer de l’espoir là où n’apparaissent que mise au rebut et exclusion. Poésie veut dire créativité, et vous créez de l’espoir. Avec vos mains, vous savez forger la dignité de chaque personne, celle des familles et celle de toute la société avec la terre, la maison et le travail, les soins et la communauté. Merci parce que votre dévouement est une parole qui fait autorité, capable de démentir les silences et si souvent les « politesses » dont vous avez fait l’objet, ou dont tant de nos frères font l’objet... En pensant à vous, je crois que votre dévouement est principalement une proclamation d’espoir. Vous voir me rappelle que nous ne sommes pas condamnés à reproduire ni à construire un avenir fondé sur l’exclusion et l’inégalité, sur la mise au rebut ou l’indifférence ; où la culture du privilège serait un pouvoir invisible et impérieux, et où l’exploitation et l’abus seraient une méthode habituelle de survie. Non ! Cela, vous savez très bien l’annoncer. Merci.

Merci pour la vidéo que nous venons de partager. J’ai lu les réflexions de votre rencontre, le témoignage de ce que vous avez vécu en ces temps de tribulation et d’angoisse, la synthèse de vos propositions et de vos aspirations. Merci. Merci de me faire participer à ce processus historique que vous traversez et merci de partager avec moi ce dialogue fraternel, qui cherche à voir ce qui est grand dans ce qui est petit et ce qui est petit dans ce qui est grand, un dialogue initié dans les périphéries, un dialogue qui arrive à Rome et auquel nous pouvons tous nous sentir invités et interpellés. « Pour nous rencontrer et nous entraider, nous avons besoin de dialoguer... » (encyclique Fratelli tutti, 198), ô combien !

Vous avez perçu que la situation actuelle nécessitait une nouvelle rencontre. J’ai senti la même chose, même si nous n’avons jamais perdu le contact : déjà six ans, je crois, depuis la dernière rencontre générale ! Pendant cette période, il s’est passé de nombreuses choses, il y a eu beaucoup de changements. Il s’agit de changements qui marquent des points de non-retour, des tournants, des carrefours où l’humanité est appelée à choisir. Il faut de nouveaux moments de rencontre, de discernement et d’action commune. Chaque personne, chaque organisation, chaque pays et le monde entier ont besoin de chercher ces moments pour réfléchir, discerner et choisir. Parce que revenir aux schémas précédents serait vraiment suicidaire et, si vous me permettez d’exagérer un peu les mots, écocidaire et génocidaire. Mais j’exagère !

Ces derniers mois, beaucoup des choses que vous avez dénoncées se sont révélées tout à fait évidentes. La pandémie a montré les inégalités sociales qui affectent nos peuples et a exposé – sans demander la permission ni s’excuser – la situation poignante de tant de nos frères et sœurs, cette situation que de nombreux mécanismes de post-vérité ont été incapables de dissimuler.

Beaucoup de choses que nous considérions comme acquises se sont effondrées comme un château de cartes. Nous avons expérimenté comment, d’un jour à l’autre, notre façon de vivre peut changer drastiquement, nous empêchant par exemple de voir nos proches, nos compagnons et nos amis. Dans de nombreux pays, les Etats ont réagi. Ils ont écouté la science et réussi à imposer des limites pour assurer le bien commun, freinant pendant au moins quelque temps le « mécanisme gigantesque » qui agit presque automatiquement et dans lequel les peuples et les personnes sont de simples engrenages (cf. saint Jean-Paul II, encyclique Sollicitudo rei socialis, 22).

Nous avons tous souffert du confinement. Mais vous, comme toujours, vous avez connu le pire. Dans les quartiers dépourvus d’infrastructures de base (où vivent beaucoup d’entre vous ainsi que des millions de personnes), il est difficile de rester à la maison ; non seulement parce qu’on ne dispose pas de tout le nécessaire pour prendre les mesures minimales de soins et de protection, mais simplement parce que la maison, c’est le quartier. Les migrants, les personnes sans papiers, les travailleurs informels sans revenu fixe se sont retrouvés, dans de nombreux cas, privés de tout soutien de l’Etat et empêchés de mener à bien leurs tâches habituelles, ce qui a aggravé leur pauvreté déjà éprouvante. L’une des expressions de cette culture de l’indifférence est qu’il semblerait que cette tierce partie souffrante de notre monde n’intéresse pas suffisamment les grands médias et les faiseurs d’opinion. Elle n’apparaît pas. Elle reste cachée, recroquevillée.

Je voudrais également faire référence à une pandémie silencieuse qui frappe depuis des années les enfants, les adolescents et les jeunes de toutes les classes sociales ; et je crois qu’en cette période d’isolement, elle a pris encore plus d’ampleur. Il s’agit du stress et de l’anxiété chronique, liés à différents facteurs comme l’hyper-connectivité, l’égarement et le manque de perspectives d’avenir, qui s’aggravent sans un véritable contact avec les autres – familles, écoles, centres sportifs, patronage, paroisses – ; en l’absence de contact réel avec les amis, parce que l’amitié est la forme sous laquelle l’amour renaît toujours.

Il est évident que la technologie peut être un instrument pour le bien, et c’est un instrument pour le bien, qui permet des dialogues comme celui-ci et beaucoup d’autres choses : mais elle ne pourra jamais remplacer le contact entre nous, elle ne pourra jamais remplacer une communauté dans laquelle s’enraciner et faire en sorte que notre vie devienne féconde.

 A propos de pandémie, nous ne pouvons pas manquer de nous interroger sur le fléau de la crise alimentaire. Malgré les progrès de la biotechnologie, des millions de personnes ont été privées de nourriture, alors que celle-ci est disponible. Cette année, vingt millions de personnes en plus se sont retrouvées à des niveaux extrêmes d’insécurité alimentaire, atteignant plusieurs millions. La misère alarmante s’est étendue. Le prix des denrées alimentaires a considérablement augmenté. Les chiffres de la faim sont terribles et je pense par exemple à des pays comme la Syrie, Haïti, le Congo, le Sénégal, le Yémen et le Soudan du Sud ; mais la faim se fait également sentir dans de nombreux pays du monde pauvre et, souvent aussi dans le monde riche. Il est possible que les décès annuels liés à la faim dépassent ceux qui sont liés au Covid. Mais cela ne fait pas la une, cela ne génère pas d’empathie.

Je tiens à vous remercier parce que vous avez pris sur vous la souffrance des autres. Vous savez montrer le visage de la véritable humanité, celle qui ne se construit pas en tournant le dos à la souffrance de celui qui est à côté, mais en reconnaissant patiemment, de manière engagée et souvent même douloureuse que l’autre est mon frère (Luc 10:25-37) et que ses peines, ses joies et ses souffrances sont aussi les miennes (concile œcuménique Vatican II, constitution pastorale Gaudium et spes,1). Ignorer celui qui est tombé, c’est ignorer notre propre humanité qui crie dans chacun de nos frères.

Chrétiens ou non, vous avez répondu à Jésus qui a dit à ses disciples devant la foule affamée : « donnez-leur vous-mêmes à manger » (Matthieu 14:16). Et là où il y avait un manque, le miracle de la multiplication s’est répété en vous qui avez lutté sans relâche pour que personne ne manque de pain (Matthieu 14:13-21). Merci ! Comme les médecins, les infirmiers et le personnel de santé dans les tranchées sanitaires, vous avez mis votre corps dans la tranchée des quartiers marginalisés. Je pense à tous les « martyrs » de cette solidarité dont j’ai entendu parler par votre intermédiaire. Le Seigneur en tiendra compte. Si toutes les personnes qui ont lutté ensemble contre la pandémie, par amour, pouvaient également rêver ensemble un monde nouveau, comme tout serait différent ! Rêver ensemble… >>

 

A suivre :  « Heureux êtes-vous... »

 

 

vatican_logo.jpg

 

 

Commentaires

PRIONS

> Merci cher François pour ces paroles de sagesse. Je prie Dieu pour vous. Priez pour mes enfants Sophia et Martin, pour Marie ma chère épouse née au Ciel et pour moi. Union dans la prière !
______

Écrit par : Joffres Jean Michel / | 25/10/2021

IMBÉCILE BOURGEOISIE

> https://www.youtube.com/watch?v=cG__fbkfUkk

Chantal Delsol : "La grosse erreur que les catholiques ont faite et que d'ailleurs ils font encore, c'est de s'imaginer que quand on fait un bout de chemin avec le marxisme, c'est que sans doute on va aller très loin."
Les cathos conservateurs (qui sont la majorité des catholiques d'aujourd'hui) ont la dent dure... Soutenir les mouvements populaires comme le fait le Saint-Père, est-ce "faire un bout de chemin avec le marxisme" ?

PV

[ PP à PV – Ces bourgeois semi-cultivés sont : a) incapables d'admettre que le marxisme a fait disparu de la scène il y a un demi-siècle ; b) que le marxisme consiste en une certaine vision philosophique du monde, laquelle est absente des mouvements populaires soutenus par le pape. Les bourgeois conservateurs sont rivés à l'idée, très 1930, que le social est nécessairement marxiste. En clair : ce sont des imbéciles. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 01/11/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.