Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2021

Après le tollé et la rencontre avec Darmanin : communiqués de Mgr de Moulins-Beaufort et de la CEF

fapport sauvé

Comme tous les hommes publics, un évêque est responsable de l'effet qu'il produit.

Le président de la CEF demande pardon pour sa maladresse verbale à la radio, rappelle l'attitude constante de l'Eglise vis-à-vis des pouvoirs publics, et confirme que l'épiscopat s'engage dans la voie de réformes sur la base des préconisations du rapport Sauvé :


Paris, le 12 octobre 2021

 

Déclaration de Mgr Éric de Moulins-Beaufort

archevêque de Reims, président de la Conférence des évêques de France

 

« Je demande pardon aux personnes victimes et à tous ceux qui ont pu être peinés ou choqués par le fait que le débat suscité par mes propos, sur France Info, au sujet de la confession, ait pris le pas sur l’accueil du contenu du rapport de la CIASE et sur la prise en considération des personnes victimes. »

+ Éric de Moulins-Beaufort

 

 

 Communiqué de la CEF

Mgr Éric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, a pu s’entretenir ce mardi avec M. Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur en charge des cultes, à l’invitation de ce dernier. Ils ont pu échanger sur la démarche de vérité vécue par l’Église catholique en France à propos des violences et agressions sexuelles commises au sein de l’institution depuis 1950. La publication du rapport de la CIASE (Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise) constitue ainsi une étape essentielle dans cette démarche de vérité, et le travail réalisé par M. Jean-Marc Sauvé et son équipe est reconnu comme remarquable. La Conférence des évêques de France (CEF) et la Conférence des religieux et religieuses en France (CORREF) ont demandé au pape de recevoir en audience M. Jean-Marc Sauvé et les membres de la CIASE.

Mgr Éric de Moulins-Beaufort a pu évoquer avec M. Gérald Darmanin la formulation maladroite de sa réponse sur France Info mercredi dernier matin. L’Etat a pour tâche d’organiser la vie sociale et de réguler l’ordre public. Pour nous chrétiens, la foi fait appel à la conscience de chacun, elle appelle à chercher le bien sans relâche, ce qui ne peut se faire sans respecter les lois de son pays.

L’ampleur des violences et agressions sexuelles sur mineurs révélées par le rapport de la CIASE impose à l’Eglise de relire ses pratiques à la lumière de cette réalité. Un travail est donc nécessaire pour concilier la nature de la confession et la nécessité de protéger les enfants.

Mgr Éric de Moulins-Beaufort a tenu à redire la détermination de tous les évêques et, avec eux, de tous les catholiques, à faire de la protection des enfants une priorité absolue, en étroite collaboration avec les autorités françaises. C’est le sens, par exemple, des protocoles qui lient déjà 17 diocèses* de France avec les parquets, afin de faciliter et d’accélérer le traitement des signalements pour tout fait dénoncé. Le Garde des Sceaux vient d’ailleurs d’encourager le déploiement de ce type de dispositif.

Les évêques de France réunis en assemblée plénière, du 3 au 8 novembre 2021, travailleront ensemble, à partir du rapport de la CIASE et de ses 45 recommandations, sur les mesures et réformes à poursuivre et à entreprendre, en étroite communion avec l’Église universelle. Avec les évêques de France, Mgr Éric de Moulins-Beaufort invite les paroisses, les mouvements, les communautés à lire ce rapport, à le partager, à le travailler, tant il semble essentiel que tous accueillent les nombreux témoignages des personnes victimes qu’il comporte et en tire les conséquences qui s’imposent.

La réalité des violences et agressions sexuelles sur mineurs au sein de l’Église et dans la société invitent les femmes et les hommes de bonne volonté, croyants ou non, à travailler ensemble au service de la protection des plus jeunes, de l’accueil et de l’accompagnement des personnes victimes. Devant ces faits, Mgr Éric de Moulins-Beaufort redit sa honte, sa consternation, mais aussi sa détermination à mener les réformes nécessaires pour que l’Église, en France, mérite la confiance de tous. >>


[ fin du communiqué de la CEF ]

 

eveques[1].jpg

 

__________

* NDPP –   17 diocèses seulement ?  Qu'attendent les autres ?

 

 

Commentaires

DIFFICILES MÉNAGES INSTITUTIONNELS

> Magistrature et pédophilie; çà me rappelle l'ambiance bien lourde qui régnait dans le monde judiciaire à Nice il y a une quinzaine d'années. Le procureur de Montgolfier avait été nommé pour assainir; il a quitté son poste, lors de son départ en retraite, en déplorant avoir peu avancé quant à cet assainissement. Difficile pour chaque institution de faire le ménage chez elle !
______

Écrit par : B.H. / | 12/10/2021

DANS LE RHÔNE

> Réformes structurelles :
la prise de conscience est à la base. Cher Patrice, j'ai lu avec beaucoup d'intérêt ce sermon donné dans le Rhône. Enfin un constat sans concessions et des propositions dans le cadre du synode qui vient de s'ouvrir : https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=422575332724161&id=107127340935630&m_entstream_source=feed_mobile
______

Écrit par : Charles-Alain / | 18/10/2021

DÉMISSIONNER LES COUPABLES !

> https://twitter.com/NicolasBauquet/status/1446841402919460864

https://twitter.com/mahaut_h/status/1446474523356893186

https://twitter.com/lilox85/status/1446423699834425345

https://twitter.com/LeCheikh/status/1449835462936383492

https://twitter.com/SixtineChartier/status/1446495763933061123

https://twitter.com/NicolasBauquet/status/1446346313302478850

Quelques publications qui montrent en quoi le chemin de conversion dans l'Église sera long.
La "Chiase" ? On croit rêver ! Et c'est une parole d'évêque.
Il serait judicieux avant toute chose de savoir qui sont les évêques qui ont couvert des crimes pédophiles en 2019 et 2020 en expulsant des prêtres prédateurs Fidei Donum. Ces prélats sont à l'évidence toujours en place. Démission immédiate suivie d'une procédure au pénal en France et d'une enquête canonique pouvant aboutir, le cas échéant, au renvoi de l'état clérical.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 20/10/2021

LE TÉMOIGNAGE DU Fr LEFEBVRE o.p.

> https://www.youtube.com/watch?v=EFP_5T6bFe8
Je ne puis que recommander l'écoute de cet émouvant témoignage par le frère Philippe Lefebvre, O.P., qui eut à subir l'opprobre au sein même de l'Église pour avoir dénoncé les pratiques de l'ancien prêtre parisien Tony Anatrella, reconnu coupable d'agressions sexuelles dans le cadre de son ministère.
En particulier, le frère Lefebvre aborde la question de la pédocriminalité cléricale dans une perspective biblique : "La parole est ce qui donne la vie. Le silence dans l'Église sur les abus est un péché fondamental. La première page de la Bible vous dit qu'il y a un Dieu qui parle et que Sa parole fait surgir la vie, fait surgir le monde. Si on se met à se taire, on est à l'opposé, aux antipodes de ce que Dieu veut, de ce que Dieu fait. [...] On ne trouve pas beaucoup d'hommes dans l'Église ; on trouve des petits mâles mais pas beaucoup d'hommes."
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 21/10/2021

Suite au message de Philippe de Visieux

> Le fr. Philippe Lefebvre, dominicain, enseigne l’Ancien Testament à l’université de Fribourg en Suisse. Membre de la Commission biblique pontificale, il est l’auteur au Cerf de "Comment tuer Jésus ?"
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 21/10/2021

DISCUSSION

> Entièrement d'accord avec ce qui est dit sur les affaires pédocriminelles : une victime, c'est déjà une de trop, trop longtemps on a oublié que "si quelqu'un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu'on le jetât au fond de la mer. " (Mt 18,6) rien moins que cela ; et que protéger l'institution à tout prix a déjà été fait dans l'histoire ... "«Il vaut mieux qu'un seul homme meure pour le peuple.»! (Jn 18,14)
Mais cela ne doit pas empêcher le droit à une lecture critique du rapport de la CIASE. D'autant que j'ai écouté le lien proposé ci-dessus, j'ai entendu avec stupeur le frère Philippe Lefebvre "reprendre" le chiffre de 330 mille viols pour un chiffre de témoignages exprimés et dire que de son expérience il faudrait en conséquence le multiplier par 10 ... alors que ce chiffre est d'une part une estimation et d'autre part non pas de viols mais d'agressions (ça peut être un simple geste déplacé) et quant au chiffre de témoins exprimés il n'est que de 4000 (et certains objectent que c'est sans aucun examen contradictoire)... Et j'ai pu observé qu'il n'est pas un cas isolé, au contraire la grande majorité des personnes ont retenu de ce qui a été dit du rapport la même chose. Arrivé à ce type de constat je ne peux que m'interroger sur si la présentation qui en été faite au public n'a pas été volontairement biaisée (et sur ce sur des chiffres eux-mêmes biaisés...).
Bon évidemment s'il n'y avait rien eu ce genre de question ne se poserait pas mais quand même ! Au nom de quoi la critique devrait-elle n'être qu'à sens unique ?
______

Écrit par : franz / | 05/12/2021

LA CIASE

> La CIASE:honnête mais maladroite, a peu ou mal expliqué l'écart vertigineux entre le résultat du sondage INSERM et le nombre d'affaires connues nominativement, en particulier celles ayant eu des suites disciplinaires ou judiciaires.
______

Écrit par : PF Huet / | 07/12/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.