Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2021

Mme Buzyn en examen, mais le problème est plus vaste

photo-progres-maxime-jegat-1602158587.jpg

Derrière Mme Buzyn il y a la Macronie, et derrière la Macronie vingt-cinq ans de management commercial qui ont privé l'hôpital de lits et de moyens – et désindustrialisé la France dans le domaine de la santé aussi... Mon éditorial de ce matin 7 h 55 à RCF :


<<  Mme Buzyn devant la Cour de justice de la République ! La voilà soupçonnée de "mise en danger de la vie d’autrui", mais peut-être aussi d"abstention volontaire de combattre un sinistre" : accusation un peu énorme. D’autant que le problème n’est pas tant de savoir ce que Mme Buzyn a fait : le vrai problème est le manque de ressources anti-épidémie et le manque de lits d’hôpitaux, que tout le monde a constaté au début de 2020. Et là, ce qui est en cause est la responsabilité des gouvernements depuis plus de vingt ans.

D’abord dans le manque de masques, qui fut une conséquence directe des délocalisations industrielles depuis les années 1990-2000. Derrière les délocalisations il y avait une philosophie économique, selon laquelle l’Extrême Orient devait devenir l’usine du monde tandis que la France ne devait garder que des activités de services. C’était une utopie. Nos gouvernements ont laissé faire. On en mesure aujourd’hui les conséquences désastreuses

Quant à l’autre manque, celui des lits d’hôpitaux, lui aussi est issu des théories des années 1990-2000. Il "fallait" appliquer aux hôpitaux une logique commerciale et managériale, imposer la rentabilité aux services de soins, et améliorer sans cesse la flexibilité de l’hôpital vu comme n’importe quelle entreprise : ce qui se traduisait par des fermetures de lits, une réduction des recrutements et une stagnation des salaires. Sans oublier le vieillissement et la raréfaction du matériel… C’est donc sur une médecine hospitalière désarmée et fatiguée par cette politique qu’a déferlé le Covid-19. Pour y faire face, les soignants ont dû faire des prodiges d’abnégation et d’improvisation. Tout en protestant contre la politique en question ! 

Cette politique venait de bien plus loin dans le temps qu'un gouvernement dont faisait partie Mme Buzyn. Le gouvernement a cafouillé, mais il est surtout responsable d’avoir prolongé une politique commencée bien avant lui. Ce qu’il faut mettre en cause, c’est cette politique : ce ne sont pas des individus. >>

 

 

25f9c1066090c2cfc95ede1724322a54.jpg

 

 

10:30 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : buzyn, hôpitaux

Commentaires

ÇA CONTINUE

> " On en mesure aujourd’hui les conséquences désastreuses" ... pas du tout, on ne mesure rien du tout, ça continue encore et encore et le plus probable c'est que les cinq prochaines années au moins soient identiques...
______

Écrit par : Nicolas / | 13/09/2021

LE PLOUF BUZYN

> La nomination de Mme Buzyn au ministère de la Santé était aussi un coup de com. Elle est en effet l'ex-belle fille de Simone Veil, et,à ce titre, auréolée de la gloire de la République émancipatrice et protectrice des sciences contre les obscurantismes de tous ordres.
Mais voilà ça a fait plouf !
Les politiques devraient envoyer tous leurs conseillers en communication faire les exercices spirituels de Saint Ignace; ils ont besoin d'une refondation complète de leur critères de discernement, une "sanatio in radice". Quatre semaines à l'école de St Ignace ne seraient pas de trop.
______

Écrit par : B.H. / | 13/09/2021

SAINT PAUL

> 1ere Lecture d'aujourd'hui : première lettre de saint Paul apôtre à Timothée

Bien-aimé,
J’encourage, avant tout, à faire des demandes, des prières, des intercessions et des actions de grâce pour tous les hommes,
pour les chefs d’État et tous ceux qui exercent l’autorité,
afin que nous puissions mener notre vie dans la tranquillité et le calme,en toute piété et dignité.
Cette prière est bonne et agréable
à Dieu notre Sauveur, car il veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 13/09/2021

RESPONSABILISER LES POLITIQUES

> Mme Buzin n'est tout de même pas qu'une lampiste. S'il n'y avait pas des gens pour appliquer des mauvaises politiques, celles-ci resteraient sans danger. Il n'est pas mauvais de responsabiliser les politiques, par la peur du gendarme s'il le faut. Il faut surtout craindre que, comme d'habitude dans ce genre de procès, on noiera le poisson et le gouvernement s'en tirera très bien.
______

Écrit par : Albert / | 14/09/2021

SCEPTIQUE

> D'un point de vue juridique, je suis très sceptique sur les plaintes déposées contre le gouvernement. Non pas que celui-ci ait bien géré la crise sanitaire, bien au contraire, mais plutôt que le problème est ailleurs que là où lesdites plaintes le situent.
Rappelons d'abord que ces plaintes sont conduites par un certain Maître Di Vizio, éminent expert en coup de gueule médiatique qui toise les scientifique à la télé, agresse ses opposants sur les réseaux sociaux (au point d'annoncer fièrement avoir viré sa collaboratrice parce qu'elle s'était fait vacciner par contrainte), se fait un beurre de malade avec les plaintes en question et évidemment une visibilité royale. Il est normal qu'un avocat soutienne bec et ongles les arguments de son client dans un procès et minimise ceux de l'adversaire. Mais dans un débat public sur la santé et la vie des gens, tout n'est pas permis pour gagner en notoriété.
Ensuite, ces plaintes reprochent à Mme Buzyn une certaine négligence et soutient que celle-ci serait la cause de décès. C'est très contestable. La crise sanitaire était inédite en 2020. Confiner 65 millions de personnes l'était tout autant. Certes, Mme Buzyn a vraiment montré qu'elle se fichait du problème en se contentant de coller des affiches à la sortie des avions. Mais les confinements ont été synchrones dans les différents pays d'Europe. Y voir une infraction pénale incriminée par la loi française et cause de la mort des patients ne va pas de soi.
Il y a des erreurs de ce gouvernement qui ont été excusables. Mme Merkel (malgré tout ce que j'ai à lui reprocher) s'est excusée d'avoir tardé à reconfiner les Allemands. Je ne sais pas si Macron aurait dû nous reconfiner à Noël 2020 mais il y avait clairement des inconvénients à le faire.
Les fautes qui ne sont pas excusables (et qui sont chroniques chez l'élite française de ce siècle), c'est la corruption des politiques qui détruit l'Etat protecteur pour en faire le serviteur de quelques grandes fortunes. La crise sanitaire l'a mis en exergue mais n'a pas constitué un tournant en ce sens. Macron s'est clairement préoccupé davantage des intérêts des multinationales (subventions, chômage partiel, PGE, écoles mise à disposition pour que les parents puissent travailler en dépit des risques...) plutôt que de renforcer les infrastructures médicales (il n'a pas arrêté les fermetures de lits d'hôpitaux).
En attribuant le tort du gouvernement à quelques légèretés plutôt qu'à une véritable corruption des élus, ces plaintes déplacent le problème et en perturbent la lisibilité. Peut-être que la justice condamnera Mme Buzyn, me donnant ainsi tort. Mais elle devrait alors surmonter un problème de cohérence. A suivre donc.
______

Écrit par : Cyril B / | 14/09/2021

DES FAITS

> l'avantage d'un appel aux tribunaux, c'est de s'appuyer sur des faits que la partie adverse ne pourra pas contester :
https://www.youtube.com/watch?v=_hWS3LZ8KPw
______

Écrit par : Albert / | 15/09/2021

CULTURELLEMENT PAS PRÊTS

> Je suis assez en désaccord avec vous. Il est possible que les politiques libérales de ces dernières années aient désorganisé l'hôpital public, mais je ne pense pas que le problème du Covid soit une question de manque de lits.
Les pays qui s'en sont tirés le mieux sont ceux qui se sont arrangés pour ne pas avoir besoin de nombreux lits d'hôpitaux.
Ce sont ceux qui ont une véritable culture de l'hygiène et de la prévention médicale. J'avais lu un article de blog un chef de choeur hongkongais au printemps 2020, qui expliquait les mesures d'hygiène prises au quotidien par tout un chacun là-bas. Certaines choses allaient assez loin dans l'intimité des personnes : jusqu'à la façon de tirer la chasse d'eau ! (Pour les curieux, en refermant l'abattant avant pour éviter l'aerosolisation des pathogènes éventuellement présents dans les déjections).
Par comparaison, les campagnes anti masques et anti restrictions sanitaires de certains beaux parleurs cathos sont aberrantes. Il a fallu bien des combats pour faire admettre aux gens qu'ils ne mourraient pas de mettre un masque au supermarché ou dans le métro (ou à la messe !) et aujourd'hui encore certains le portent n'importe comment. On voit encore des gens sortir des toilettes sans se laver les mains, ou retirer leur masque pour tousser ! À Hong-Kong ou Taiwan, c'est la base de la base, même pas le minimum syndical. Vous êtes regardé de travers si vous toussez sans masque dans le bus (même avant Covid).
C'est au fond pour cela qu'il me semble injuste de faire payer Mme Buzyn : on lui fait payer le fait que culturellement nous n'étions pas prêts.
______

Écrit par : Edel / | 17/09/2021

@ Edel,

> Merci pour votre commentaire.
Oui c'est surprenant de voir autant de mesures sanitaires, mais si peu de gens qui se lavent les mains avant de manger ! Alors que c'est justement le moment principal où l'on porte les germes à la bouche !
(pareil en arrivant chez soi, pour ne pas répandre les germes partout chez soi. Et effectivement après un passage où vous savez).
Confirmation méconnue de cette nécessité de l'hygiène des mains (y compris le brossage sous les ongles, probablement l'endroit du corps dont l'hygiène est, à tort, le plus négligé !) :
"Le combat du professeur Semmelweis pour une hygiène des mains dans les maternités me reste ainsi comme ne histoire à la fois extraordinaire et emblématique. Ses travaux ont transformé l'obstétrique avec le succès qu'on connait, moins de décès en couches."
Alice Ferney, préface du magnifique essai philosophique sur la grossesse "Enceintes, la vie en soi" de Laurence Aubrun

C'est tellement simple, et tellement nécessaire pour que toutes les autres mesures sanitaires puissent être efficaces.
Cela fait penser à Naaman, général des armées, lépreux, et son bain dans le Jourdain.
______

Écrit par : Isabelle Meyer / | 19/09/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.