Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2021

Quand les saumons doivent migrer par la route

anat1.jpg

Le système d’Ubu frappe en Californie ! Mon éditorial à RCF :


<<  Je vous raconte une histoire d’animal qui en dit long sur l’époque : le saumon. Il a des habitudes particulières. Mais la migration par la route, en camions semi-remorque, de 17 millions de poissons sur 150 kilomètres, est une innovation considérable ! Je m’explique : tout le monde sait que les saumons sauvages remontent les rivières chaque année pour aller pondre ; ensuite leurs jeunes nés dans l’eau douce descendent les rivières vers l’océan…. Mais il y a de moins en moins de saumons sauvages à cause de la surpêche, des pollutions marines, du réchauffement et de l’acidification des eaux, ainsi que de la disparition des insectes dont se nourrissaient les jeunes saumons pendant leur trajet... De plus, en Californie, voilà cette année encore la sécheresse précoce : les rivières sont trop chaudes et n’ont plus assez d’eau pour que les jeunes saumons puissent nager vers l’océan.

On assiste donc à ce spectacle : des colonnes entières de camions-citernes viennent chercher de jeunes saumons pour les conduire par la route vers les eaux du Pacifique dans la baie de San Francisco. Et ça va recommencer en 2022 : depuis plusieurs années le réchauffement climatique frappe durement l’ouest des Etats-Unis ; désormais il faut attendre cinq ou six mois avant le retour de la pluie…

Tout ça n’avait pas mérité l’intérêt du président Trump en 2020. Mais en 2021 il n’est plus président ; d’ailleurs ses théories révulsaient les gens en Californie où l’écologie est à la mode. Enfin, "écologie" si on veut ! Parce que les camions-citernes ne viennent pas sauver les jeunes saumons sauvages dans leurs rivières bouillantes. Ils viennent chercher de jeunes saumons d’élevage dans les écloseries, lieux de reproduction artificielle de l’industrie piscicole. Autrement dit, on remplace par des saumons industriels une petite partie des saumons naturels – lesquels disparaissent à cause des calamités environnementales issues (pour beaucoup) de l’économie... C’est un peu la logique du père Ubu : personnage qui semble avoir un rôle dans la gouvernance du monde développé.  >>

 

https://rcf.fr/la-matinale/quand-les-saumons-voyagent-par...

 

logo.png

 

09:58 Publié dans Ecologie | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

À LA MAIN

> https://www.lemonde.fr/planete/article/2014/04/23/dans-les-vergers-du-sichuan-les-hommes-font-le-travail-des-abeilles_4405686_3244.html
Et en Chine, un autre aspect de la folie actuelle : il n'y a plus d'abeilles ? Les paysans pollinisent eux-mêmes, c'est bon pour la croissance...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 07/06/2021

TRUITES AÉROPORTÉES

> Aux États-Unis actuellement on repeuple chaque année en truites d'élevage les lacs éloignés pour venir y pêcher.
Savez-vous comment ?
Par avion!
Un avion passe à petite vitesse au-dessus du lac et largue les poisson. 10% en meurent, ce sont des poissons stériles "pour contrôler la population" (en fait cela montre que ces poissons ne sont là que pour être pêchés).
Il serait tout de même plus simple d'introduire des poissons qui se reproduiraient pour assurer une population.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 08/06/2021

CONFUSIONS

> https://www.youtube.com/watch?v=_Ujielnet-g
Hier à Saint-Germain l'Auxerrois, l'archevêque de Paris s'en est pris avec raison à la loi bioéthique récemment adoptée, mais en vilipendant les écologistes extrémistes qui détesteraient la vie : "Nous avons une écologie radicale [qui] adore la nature et méprise l'homme. N'est-ce pas une erreur sur toute la ligne ? Aujourd'hui, on nous parle de transhumanisme, d'antispécisme, et on voit bien que c'est la détestation de l'homme après avoir méprisé la nature. Or il ne s'agit pas d'adorer l'humanité ou d'adorer la nature, il s'agit d'adorer Dieu. [...] Si on adore Dieu, on respecte ce qu'Il a créé."
Mgr Aupetit conclut avec beaucoup de justesse : en adorant Dieu, on rend grâce pour le don de la Création, on s'émerveille devant la vie protéiforme, on contemple la beauté de l'Univers.
Cependant, il aurait peut-être fallu exprimer quelque nuance dans l'analyse proposée de l'écologie "intégrale", en commençant par la définir. S'il est une frange de l'écologie, ultra minoritaire en réalité, qui considère que l'homme est de trop sur Terre, il ne faudrait pas que les diocésains de Paris associent écologie en général et rejet de la présence humaine sur Terre ou acceptation systématique des manipulations aujourd'hui légales sur des embryons ou des cellules-souches.
La majorité des écologistes, comme José Bové, rejettent catégoriquement toute manipulation sur l'être humain. La loi bioéthique, dans son esprit, est issue bien plus directement de la rue Cadet que de Notre-Dame-des-Landes ; or nos notables en tablier à la Jean-Louis Touraine ne sont pas précisément des "écologistes radicaux"...
C'est avec ce type d'homélie épiscopale que le doute s'installe dans l'esprit de diocésains peu avertis à la question écologique. D'une certaine manière, 'Laudato Si' nous invite à une écologie "radicale" car remettant en cause cinquante ans de productivisme et de saccage environnemental ; cette écologie radicale est toutefois pleinement évangélique. Attention donc aux étiquettes ! Un chanoine parisien avait récemment pointé "l'écologisme" comme l'un des fléaux de notre temps ; il serait tout à fait regrettable de voir son ordinaire lui emboîter le pas !

PV


[ PP à PV – Le drame est qu'une partie du clergé ne s'informe pas de ces problèmes et répète des slogans vieux de vingt ou trente ans. Confondre l'écologie avec le transhumanisme, qui est son contraire absolu, témoigne de cette confusion mentale. C'est regrettable notamment de la part d'évêques dont la mission est d'enseigner aux fidèles la pensée de l'Eglise ; et celle-ci est dans l'encyclique Laudato Si', qui traite la question autrement que ne le voudrait la bourgeoisie catho libérale... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 14/06/2021

à Patrice :

> https://www.youtube.com/watch?v=mLY9A33inbA

Ce n'était sans doute pas assez : notre homme en a remis une couche ce matin au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFM : "aujourd'hui, on est dans la post-modernité : c'est-à-dire, pour l'écologie radicale tout au moins, on adore la nature au mépris de l'homme".
Propos inexact sinon troublant à l'égard de ces centaines de personnes, dont je suis, qui vivent leur foi chrétienne en attachant une grande importance au respect de l'environnement. Et d'ailleurs qui, parmi les "écologistes radicaux", adore la nature "au mépris de l'homme" ?
Au lieu de faire passer l’Église pour ce qu'elle n'est pas, l'archevêque de Paris aurait pu profiter de cette heure de grande écoute pour rappeler l'engagement écologique de toute la chrétienté, 'Laudato Si' à l'appui. Or c'est l'inverse qui s'est produit : l'immense majorité des auditeurs, non catholiques ou peu avertis, en concluront que l’Église n'est pas favorable à l'écologie... alors qu'en réalité elle l'est depuis ses origines.
Au lieu de vilipender des écologistes "radicaux" sans les définir, Mgr Aupetit aurait pu affirmer haut et fort que l’Église promeut l'écologie intégrale : cela aurait au moins permis que l'on n'associe pas les cathos à un anti-écologisme qu'elle ne soutient en rien...

PV


[ PP à PV – Incurable bourgeoisie hexagonale... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 15/06/2021

@ PP et PV

> Il me semble que l'archevêque de Paris s'en tient au fait qu'un bon nombre des élus écologistes français sont de farouches défenseurs de l'avortement et sont, pour la plupart, complices de la "bioéthique" macronienne sur les questions de l'euthanasie ou de la PMA (acronyme comme chacun sait de "procréation médicalement assistée" et de "père manquant à l'appel")…
De ce point de vue, "l'écosystème" EELV-Les Verts est évidemment critiquable.
Ecosystème… Je me demande si ce terme ne devrait pas être davantage mis à l'honneur dans l'Eglise et dans la réflexion des évêques et théologiens… ‘Laudato Si’ ne complète-t-il pas magnifiquement, à cet égard, notre compréhension de l'écosystème intellectuel, spirituel, moral et métaphysique nécessaire au déploiement de l'Amour de Dieu, lui-même connexe à la protection du Vivant et de la Création, cette "réalité" qui nous a été "offerte au préalable" ?…
NB. A propos d'écosystème, nous pouvons lire au paragraphe 140 de ‘Laudato Si’ : « Il faut rappeler que les écosystèmes interviennent dans la capture du dioxyde de carbone, dans la purification de l’eau, dans le contrôle des maladies et des épidémies, dans la formation du sol, dans la décomposition des déchets, et dans beaucoup d’autres services que nous oublions ou ignorons. Beaucoup de personnes, remarquant cela, recommencent à prendre conscience du fait que nous vivons et agissons à partir d’une réalité qui nous a été offerte au préalable, qui est antérieure à nos capacités et à notre existence. Voilà pourquoi, quand on parle d’une “utilisation durable”, il faut toujours y inclure la capacité de régénération de chaque écosystème dans ses divers domaines et aspects. »

Denis


[ PP à Denis – Il n'est pas normal que des évêques français persistent à ne pas s'informer sur la réalité du problème environnemental, et retombent sans cesse dans l'habitude de ne voir dans l'écologie que le courant auquel elle sert de prétexte pour faire autre chose (du "sociétal" nouvelles moeurs, du néopaganisme de bazar, etc). En faisant cette confusion par paresse d'esprit, ces évêques sont :
a) en contradiction avec les diocèses qui ont lancé des activités 'Laudato Si' ;
b) très injustes envers les nombreux catholiques engagés dans l'écologie de terrain. Mgr Aupetit préside lui-même des journées "paroisse verte" : alors ? pourquoi ces propos qui n'en tiennent pas compte ? C'est triste et décevant. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Denis / | 15/06/2021

à Denis :

> EELV n'est pas un parti écologiste. Ces gens sont anti-nucléaires alors que l'atome est l'une des énergies les plus propres, indispensable à la transition énergétique. Mme Merkel dut fermer toutes ses centrales nucléaires sous la pression des "écologistes" allemands ; l'atome fut remplacé outre-Rhin par du lignite ultra polluant.
Si "écologiste radical" il y a, il est à la maison Sainte-Marthe !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 19/06/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.